Jean Ier le Posthume

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Ier
Illustration.
Jean Ier, par Jean Dassier, Bibliothèque nationale de France.
Titre
Roi de France

(5 jours)
Couronnement Jamais couronné
Régent Philippe de Poitiers
Prédécesseur Louis X
Successeur Philippe V
Roi de Navarre

(5 jours)
Couronnement Jamais couronné
Régent Philippe de Poitiers
Prédécesseur Louis Ier
Successeur Philippe II
Biographie
Dynastie Capétiens
Date de naissance
Lieu de naissance Paris (France)
Date de décès (à 5 jours)
Lieu de décès Paris (France)
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Louis X
Mère Clémence de Hongrie

Jean Ier le Posthume
Rois de France
Rois de Navarre

Jean Ier, dit « le Posthume »[1],[2], roi de France et roi de Navarre, est le fils posthume de Louis X le Hutin et de Clémence de Hongrie. Né le 14[3] ou le [4],[5], il ne vit que cinq jours. Il est enterré dans la basilique Saint-Denis. Son oncle paternel, le comte de Poitiers, alors régent, est proclamé roi de France sous le nom de Philippe V. Jean Ier est le treizième roi de la dynastie dite des Capétiens directs et le dernier de cette dynastie à avoir hérité du titre de roi par son père.

Histoire[modifier | modifier le code]

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Le convoi funéraire de Jean le Posthume.

Quand Louis X le Hutin, son père, meurt sans fils pour lui succéder, c'est la première fois depuis Hugues Capet que la succession de père en fils des rois de France est interrompue.

Le principe de la loi salique n’étant pas encore bien établi (puisque le cas ne s’était jamais posé), la fille du roi, Jeanne, que ce dernier a eu avec Marguerite de Bourgogne, sa première épouse décédée, pourrait être proclamée reine, mais ce n'est pas le cas car la reine Clémence, veuve du roi, est alors enceinte : il faut donc attendre de savoir si elle accouchera d’un garçon, qui aura alors priorité sur sa demi-sœur.

Dans l'attente de cette naissance, Philippe, frère du roi, est chargé de la régence du royaume, au détriment de son oncle Charles de Valois.

La venue d'un enfant mâle est donc très attendue pour donner à la France son roi. Dans l’intervalle, les partisans de Philippe commencent à exhumer le principe de la « loi salique », pour que leur poulain puisse monter sur le trône, dans le cas où la reine accoucherait d’une fille.

Mort[modifier | modifier le code]

Or, c'est un garçon qui naît. Mais le nourrisson, proclamé roi de France sous le nom de Jean Ier, meurt quatre jours après sa naissance, sort qui fait de lui « le seul roi de France à avoir régné de sa naissance à sa mort »[6]. La mort prématurée de Jean Ier amène le premier problème de succession de la dynastie capétienne. Son oncle, après l'avoir fait sacrer roi au cours de la cérémonie d'enterrement à Saint-Denis[7], monte sur le trône, aux dépens de sa nièce de cinq ans, Jeanne, fille de Louis X et de Marguerite de Bourgogne.

Son corps est déposé dans la crypte de la basilique Saint-Denis. Son cercueil est profané le 18 octobre 1793, lors de la Révolution française, et son corps jeté dans une fosse commune attenante à la basilique.

Rumeurs[modifier | modifier le code]

Diverses légendes circulent sur cet enfant royal. Tout d'abord, la rumeur veut que son oncle Philippe V, ou la belle-mère de ce dernier, Mahaut d'Artois, l'ait fait tuer, en l'étouffant ou en lui piquant la tête avec une épingle. D'autres allégations attribuent à un empoisonnement la mort du roi Louis X, père de l'enfant[8].

Une imposture, survenue quelques dizaines d'années plus tard, vient lancer la rumeur que le petit roi Jean n'est pas mort. Pendant la captivité du roi Jean II le Bon, entre 1356 et 1360, un Siennois du nom de Giannino Baglioni prétend être Jean Ier et donc l'héritier de la couronne. Il essaie de faire valoir ses droits, mais est fait prisonnier en Provence. Une étude historique, L'uomo che si credeva re di Francia, publiée en Italie en 2005, fait le point sur ce fait. Selon l'auteur de l'ouvrage, c'est Cola di Rienzo ou bien Giannino lui-même, qui fait fabriquer les faux censés attester que Giannino Baglioni est Jean Ier le Posthume. Peu après leur rencontre en 1354, Cola di Rienzo est assassiné, et Giannino attend deux ans avant de faire état de ses prétentions. Il se rend à la cour de Hongrie, où le roi Louis Ier de Hongrie, neveu de Clémence de Hongrie, le reconnait comme le fils de Louis X et de Clémence, ce qui, d'ailleurs, ne lui sert en rien. En 1360, Giannino se rend à Avignon, mais le pape Innocent VI refuse de le recevoir. Après plusieurs tentatives pour se faire reconnaître, il est arrêté et emprisonné à Aix-en-Provence. Transféré d'abord à Marseille et plus tard à Naples, il y meurt en 1362.

Dans sa suite romanesque historique Les Rois maudits, Maurice Druon reprend certaines de ces légendes, en construisant notamment son récit autour de l'hypothèse de la survie de Jean Ier, sauvé et élevé en Italie sous le nom de Giannino Baglioni.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Murielle Gaude-Ferragu, D'or et de cendres : la mort et les funérailles des princes dans le royaume de France au bas Moyen Âge, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », , 395 p. (ISBN 2-85939-878-3, lire en ligne), p. 311.
  2. Jean Ier de France sur le site de la Foundation for Medieval Genealogy, lire en ligne.
  3. Christelle Balouzat-Loubet, Louis X, Philippe V, Charles IV. Les derniers Capétiens, Paris, éditions Passés/Composés, 2019, p. 114 et 115.
  4. (la) Guillaume de Nangis, Chronique latine de Guillaume de Nangis, de 1113 à 1300, avec les continuations de cette chronique, de 1300 à 1368 : Nouvelle édition, revue sur les manuscrits, annotée et publiée pour la Société de l'histoire de France / par H. Géraud, ancien élève de l'École des Chartes, t. 1, Paris, Jules Renouard et Cie, , CXXIV-436 p. (lire en ligne), p. 430, n. 1.
  5. André Burguière (dir.), Jacques Revel (dir.) et Jacques Le Goff (dir.), Histoire de la France, vol. 2 : L'État et les pouvoirs, Paris, Seuil, , 653 p. (ISBN 2-02-010237-4), p. 132.
  6. Frédérique Patat, Quiz Histoire de France, t. 1 : Les Rois, Frédérique Patat, , 125 p. (ISBN 979-10-92188-16-5), p. 4.
  7. L'Intermédiaire des chercheurs et curieux, 1990, no 464-474, p. 590.
  8. Langlois 1901, p. 219, [lire en ligne].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Gisant de Jean Ier le Posthume, à la basilique Saint-Denis, près de Paris, près de celui de son père et de sa sœur.

Christelle Balouzat-Loubet, Louis X, Philippe V, Charles IV. Les derniers Capétiens, Paris, éditions Passés/Composés, 2019 ; 208 p. (ISBN 978-2-3793-3161-9)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]