Maison de Brienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brienne.

La Maison de Brienne est une maison noble de France, issue de la Champagne, dont plusieurs membres se sont illustrés en France, en Italie et en Orient[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison de Brienne est une dynastie célèbre dont les comtes remontent jusqu'à Engelbert Ier qui vivait au Xe siècle sous le règne de Louis IV d'Outremer. Vassaux des comtes de Champagne, leur comté médiéval était centré sur la ville de Brienne-le-Château.

Cette maison s'éteignit en 1356, en la personne de Gautier VI, connétable de France. Le titre de comte de Brienne passa ensuite aux maisons des seigneurs d'Enghien, de Luxembourg puis aux Loménie de Brienne. La famille de Loménie s'éteignit au XXe siècle et fut relevée par la famille Beau, devenue Beau de Loménie.

Au cours des siècles, cinq familles ont possédé le château : de Brienne, d’Enghien, de Luxembourg, de Loménie et par la famille de Bauffremont de 1851 à 1933 date au cours de laquelle il fut vendu à un marchand de biens, un certain Londonschutz qui le revendit à l'état de ruines en 1955 au Conseil général de l'Aube.

Article détaillé : Armorial de la maison de Brienne.

Les papiers personnels de la famille de Brienne sont conservés aux Archives nationales sous la cote 4AP : Inventaire du Chartrier du Comté de Brienne.

Branche ainée[modifier | modifier le code]

Les comtes de Brienne[modifier | modifier le code]

Jean de Brienne, roi de Jérusalem et empereur latin de Constantinople[modifier | modifier le code]

Armes de Jean de Brienne : d'azur au lion d'or armé et lampassé de gueules

Jean de Brienne[15] est né vers 1170/1175. Son père est Érard II de Brienne (? - 8 février 1190/1191) et sa mère est Agnès de Montfaucon; ces derniers s'étaient mariés en l'année 1166.
Avec son frère Gautier III, Jean de Brienne participe[16] à la quatrième croisade en Terre sainte, de 1202 à 1204. Il rentre en France en l'an 1205.

Il revient à Saint-Jean-d'Acre en septembre 1210. Âgé de 40 ans, il épouse le 14 septembre 1210 Marie de Montferrat (1192/1193 - 1212), âgée de 17 ans, reine de Jérusalem. Ce mariage est accordé par le roi de France, Philippe Auguste. Jean de Brienne est sacré roi de Jérusalem avec son épouse le 3 octobre 1210 à Tyr. De ce mariage naît:

Veuf en l'an 1212, il épouse en secondes noces Rita d'Arménie en l'an 1214. Rita d'Arménie (ap.1195 † 1220). Ils ont un fils :

  • Jean (1216 † 1220).

Jean de Brienne fait un autre voyage en France en l'an 1222. Veuf depuis l'année 1220, il épouse en troisièmes noces Bérangère de León, fille du roi Alphonse IX de León. Quatre enfants naissent de ce mariage:

La mort de Robert de Courtenay en janvier 1228, place sur le trône un enfant de onze ans, Baudouin II de Courtenay. Les barons songent d'abord à confier la régence à Ivan Asen II, tzar des Bulgares, mais changent d'avis, craignant la puissance de ce dernier. Ils proposent ensuite la régence à Jean de Brienne, qui l'accepte en avril 1229, à la condition d'être associé au trône. Aussitôt son arrivée en 1231, Jean de Brienne est couronné empereur de Constantinople dans la ville dans laquelle il décède le 27 mars 1237.

Autres personnalités de la branche ainée[modifier | modifier le code]

Branches puinées[modifier | modifier le code]

Branche d'Eu[modifier | modifier le code]

La branche d'Eu est issue de Jean de Brienne.

Article détaillé : Liste des comtes d'Eu.
Article détaillé : Liste des comtes de Guines.

Branche de Conflans[modifier | modifier le code]

Branche de Ramerupt[modifier | modifier le code]

Autres membres de la famille[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Larousse Encyclopédique, 1977, éditions France-Loisirs, livre 3, page 1279
  2. Les comtes de Brienne sur le site anglais de la Fondation pour la généalogie médiévale
  3. Aristide Mathieu Guilbert, Histoire des villes de France, 1845, [lire en ligne], p. 48
  4. Renard de Sens sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  5. Geoffroy de Joigny sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  6. http://www.myheritage.fr/family-5_5008422_115040941_115040941/de-brienne-engelbert-iv-de-brienne-petronille-de-brienne-nee
  7. Eustachie de Tonnerre sur le site FMG
  8. Alix de Ramerupt, épouse d'Erard de Brienne, sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  9. Jean de Soissons sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  10. Agnès de Montfaucon sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  11. Marie de Lusignan sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  12. Henri d'Arbois de Jubainville - Bibliothèque de l'école des chartes, Catalogue d'actes des comtes de Brienne, 950-1356., 1872, p. 170
  13. Isabelle de Brienne sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  14. Gauthier III d’Enghien, p. 4
  15. Jean de Brienne, roi de Jérusalem, sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  16. Étienne Georges, Jean de Brienne : empereur de Constantinople et roi de Jŕusalem, 1858, p. 9
  17. Isabelle (Yolande) de Jérusalem sur le site de la Fondation pour la généalogie médiévale
  18. André Du Chesne, Histoire de la maison de Montmorency, p. 576.
  19. Delaporte, 1913.
  20. Première moitié, puis deuxième quart, puis premier quart. Il eut à la mort de sa grand-mère, Anne de Laval, la première moitié d'Acquigny, et rendit aveu de la baronnie au roi le 18 octobre 1467. Cet aveu est cité dans l'arrêt de main-levée de 1674, Archives départementales de Seine-Maritime, B. 202. Le comte de Montfort est encore mentionné dans des lettres des 6 janvier 1480 et 30 novembre 1484 données par son receveur à Acquigny, Guillaume de Chalenge, escuier, garde du scel aux obligations des châtellenies d'Acquigny et de Crèvecœur.
  21. Il reçoit cette terre de Louis de Laval, son oncle. Il en rend aveu à Anne de Bretagne, le .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, Chez la veuve Duchesne, (lire en ligne)
  • Guy Laviolette, Francois de Montmorency - Laval, Collection Gloires Nationales, par Les Frères de l'Instruction Chrétienne, Procure Saint-Paul, Trois-Rivières, Québec - Canada, 1948
  • Larousse/France Loisirs, Dictionnaire des Noms Propres, Éditions 1989 (ISBN 2-7242-4416-8), 1219 p.
  • Claude Wenzler, Généalogie des rois de France, Éditions Ouest - France, 1994 (ISBN 2-7373-1529-8)
  • Emmanuelle Hubert, Origine des noms de familles, Éditions Famot, Genève, 1980, 280 p.
  • Larousse, Larousse Encyclopédique, Éditions France-Loisirs, , 22 volumes

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]