Jeanne de Bourgogne (v. 1293-1349)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jeanne de Bourgogne.
Jeanne de Bourgogne
Description de cette image, également commentée ci-après

La reine Jeanne de Bourgogne dictant au traducteur, Jean de Vignay, enluminure dans un manuscrit du Miroir historial dit du roi Jean le Bon, vers 1333-1350

Titres

Reine de France


(21 ans 8 mois et 11 jours)

Prédécesseur Jeanne d'Évreux
Successeur Blanche de Navarre

Comtesse consort de Valois


(2 ans et 16 jours)

Prédécesseur Mahaut de Châtillon
Successeur Blanche de France
Biographie
Dynastie Maison capétienne de Bourgogne
Nom de naissance Jeanne de Bourgogne
Surnom Jeanne la Boiteuse
Naissance vers 1293
Décès
Sépulture Basilique de Saint-Denis
Père Robert II de Bourgogne
Mère Agnès de France
Conjoint Philippe VI de France
Enfants Jean II le Bon, roi de France
Philippe, duc d'Orléans
Description de cette image, également commentée ci-après

Reines de France

Jeanne de Bourgogne[1], appelée Jeanne la Boiteuse (vers 1293 - ), fut, par mariage avec le futur Philippe VI de Valois, reine de France de 1328 à 1349.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une princesse bourguignonne[modifier | modifier le code]

Jeanne est la troisième fille de Robert II, duc de Bourgogne et de son épouse Agnès de France, fille du roi Saint Louis.

Le 24 mars 1303[2], à Sens, la jeune Jeanne est promise en mariage par ses parents à Philippe, fils aîné de Charles de Valois, frère du roi Philippe IV le Bel, avec une dot de 55 000 livres tournois. Par la même convention, le frère de Jeanne, Hugues, est promis à Catherine, demi-sœur de Philippe de Valois[3],[4].

Le mariage entre Jeanne de Bourgogne et Philippe de Valois n'est célébré que dix ans plus tard, à la fin juillet 1313, au château de Fontainebleau[5]. Par ce mariage, elle devient successivement comtesse du Maine (1314-1328), puis comtesse de Valois et d'Anjou (1325-1328) et reine de France (1328-1349), lorsque son époux monte sur le trône en 1328 sous le nom de Philippe VI.

Reine de France[modifier | modifier le code]

Durant la guerre de Cent Ans, Jeanne de Bourgogne fut amenée à exercer la régence du royaume. Dès 1338, Philippe VI, dans l'obligation de se déplacer constamment pour livrer bataille, lui confia les pleins pouvoirs en son absence. Cette fonction lui attira une bien mauvaise réputation, accentuée par sa difformité — Jeanne était boiteuse — signe d'une possible malédiction selon certains[6].

Descendance[modifier | modifier le code]

De son union avec Philippe VI de France sont issus neuf enfants :

  • Jean II de France (1319-1364), dit Jean le Bon, roi de France (1350-1364)
  • Marie de France (1326-22 septembre 1333)
  • Louis (17 janvier 1328-id.)
  • Louis (8 juin-23 juin 1330)
  • Jean (1332-2 octobre 1333)
  • N... (28 mai 1335-id.)
  • Philippe de France (1er juillet 1336-1er septembre 1375), comte de Valois (1336-1375) et premier duc d'Orléans (1344-1375)
  • Jeanne (1337-id.)
  • N... (1343-id.)

Décès[modifier | modifier le code]

Jeanne de Bourgogne mourut le 12 décembre 1349, peut-être entraînée par l'épidémie de peste noire qui affectait le pays depuis 1347. Son corps fut enterré dans la basilique de Saint-Denis et son cœur dans l'abbaye de Cîteaux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études portant sur Jeanne de Bourgogne
  • (nl) Claudine A. Chavannes-Mazel, « De boeken van Jeanne de Bourgogne, koningin van Frankrijk (r. 1328-1349) », Johann-Christian Klamt et Kees Veelenturg, éd. Representatie. Kunsthistorische bijdragen over vorst, staatsmacht en beeldende kunst, opgedragen aan Robert W. Scheller, Nijmegen, Valkhof Pers, 2004, p. 84-110. [lire en ligne]
    Ébauche de traduction anglaise : The books of Jeanne de Bourgogne, queen of France
  • Pierre Gasnault, « Une lettre missive de Clément VI à la reine Jeanne de Bourgogne », Mélanges d'archéologie et d'histoire, tome 73, 1961, p. 365-373. [lire en ligne]
  • Murielle Gaude-Ferragu, « Les dernières volontés de la reine de France : les deux testaments de Jeanne de Bourgogne, femme de Philippe VI de Valois (1329, 1336) », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France,‎ , p. 23-66 (JSTOR 23408517)
  • Marc Gil, « Question de goût, question de genre ? Commandes de sceaux royaux et princiers autour des reines Jeanne II de Bourgogne (1328-1349) et Jeanne II de Navarre (1329-1349) », Les femmes, la culture et les arts en Europe entre Moyen Âge et Renaissance, Brepols, 2016, 327-343 DOI:10.1484/M.TCC-EB.5.107673
  • Guillaume Mollat, « Clément VI et Jeanne de Bourgogne, reine de France », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 101e année, no 4, 1957, p. 412-419. [lire en ligne]
  • Aline Vallée-Karcher, « Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI de Valois : une reine maudite ? », Bibliothèque de l'école des chartes, vol. 138, no 1,‎ , p. 94-96 (DOI 10.3406/bec.1980.450185, lire en ligne)
Généralités
  • Murielle Gaude-Ferragu, La Reine au Moyen Âge : Le pouvoir au féminin, XIVe-XVe siècle, Paris, Tallandier, (ISBN 9791021002654)
  • Joseph Petit, Charles de Valois (1270-1325), Paris, Alphonse Picard et fils, éditeurs, (lire en ligne)
  • Jules Viard, « Philippe de Valois avant son avènement au trône », Bibliothèque de l'École des chartes, t. 91,‎ , p. 307-325 (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jeanne de Bourgogne, dite la Boiteuse sur le site Foundation for Medieval Genealogy
  2. Viard 1930, p. 307 et note 8. Daté par erreur du 15 avril 1303 par Ernest Petit (Petit, tome VI, p. 104 et 493 no 5683)
  3. Viard 1930, p. 307-308; Petit, tome VI, p. 104 et 493 no 5683; Petit 1900, p. 123, 236-237
  4. Urbain Plancher, Histoire générale et particulière de Bourgogne, Dijon, Antoine de Fay, tome 2, 1741, preuves, no CLXV, p. CIX-CXI. [lire en ligne]
  5. Viard 1930, p. 309.
  6. Aline Vallee-Karcher, Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe VI de Valois : une reine maudite ?, Bibliothèque de l'école des chartes, 1980, volume, p. 94,96