Éléonore de Habsbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éléonore d'Autriche
Illustration.
Éléonore de Habsbourg, par Joos van Cleve.
Fonctions
Reine de France

(16 ans, 8 mois et 27 jours)
Couronnement
en la cathédrale Notre-Dame de Reims
Prédécesseur Claude de France
Successeur Catherine de Médicis
Reine consort de Portugal

(2 ans, 9 mois et 6 jours)
Prédécesseur Marie d'Aragon
Successeur Catherine de Castille
Biographie
Dynastie Maison de Habsbourg
Nom de naissance Leonor de Austria y Trastamara
Date de naissance
Lieu de naissance Louvain (Pays-Bas des Habsbourg)
Date de décès (à 59 ans)
Lieu de décès Talavera la Real (Castille)
Sépulture Escurial
Père Philippe Ier de Castille
Mère Jeanne Ire de Castille
Conjoint Manuel Ier de Portugal
François Ier de France
Enfants Charles de Portugal
Marie de Portugal

Éléonore de Habsbourg
Reines de France

Éléonore de Habsbourg ou d'Autriche, née le à Louvain (Pays-Bas des Habsbourg), morte le à Talavera la Real (Castille), fut reine consort de Portugal de 1518 à 1521 et reine de France de 1530 à 1547.

Elle grandit aux Pays-Bas, avec son frère, le futur empereur Charles Quint. Bien qu'infante de Castille, sa culture et sa langue maternelle sont le français. Elle épouse d'abord le roi Manuel Ier de Portugal de trente ans son aîné. Après trois années de mariage et huit années de veuvage, elle est mariée au roi François Ier. Devenue veuve, elle reçoit en douaire le duché de Touraine de 1547 à 1558, elle vit ses dernières années aux Pays-Bas aux côtés de sa sœur Marie. Elle suit ensuite son frère en Espagne après son abdication et décède un an plus tard à l'âge de cinquante-neuf ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Portrait de la jeune Éléonore d'Autriche à l'âge de 4 ans, 1502, par le maître de la Guilde de Saint-Georges (de)

Éléonore est la fille aînée de Philippe Ier le Beau, archiduc d'Autriche, et de Jeanne Ire la Folle, reine de Castille. Elle était la sœur de Charles Quint, de Ferdinand Ier, d'Élisabeth, reine consort de Danemark et de Suède, de Marie, reine de Hongrie et de Bohême et de Catherine, reine de Portugal.

Elle reçoit pour parrain l'empereur Maximilien Ier d'Autriche et pour marraine Marguerite d'York, duchesse de Bourgogne.

Les projets de mariage à son intention étaient nombreux, afin de satisfaire la politique matrimoniale des Habsbourg, des pourparlers furent successivement entrepris pour la marier avec les rois d'Angleterre Henri VII, puis Henri VIII, les rois de France Louis XII ou François Ier et le roi de Pologne Sigismond Ier.

Reine de Portugal[modifier | modifier le code]

À dix-huit ans, elle souhaitait épouser Frédéric du Palatinat, mais son frère lui fait épouser le , Emmanuel Ier de Portugal. Ce souverain richissime qui, par son règne, mérite le nom de grand est de 30 ans l'aîné d'Éléonore. Laid et infirme, il a déjà épousé en premières et secondes noces deux tantes maternelles de la jeune fille dont il est veuf. Ils eurent néanmoins deux enfants, l'infant Charles (né le qui décéda enfant) et l'infante Marie (née le , morte en 1577, qui fut une des plus riches princesses d'Europe).

Emmanuel Ier mourut quelques mois plus tard de la peste le à l'âge de 52 ans laissant le trône à son fils Jean III de Portugal issu de son second mariage. Éléonore est veuve et reine douairière à 23 ans.

Fidèle à la politique d'union entre les rois d'Espagne et du Portugal, Jean III de Portugal épouse en 1525 Catherine d'Autriche sa tante, sœur cadette d'Éléonore. Éléonore se fit enlever sa fille par sa sœur Catherine, nouvelle reine du Portugal, qui se chargea de son éducation.

Reine de France[modifier | modifier le code]

Quelque temps après le traité de Cambrai qui rétablit la paix entre l'Empire et la France, Éléonore est forcée de quitter le Portugal pour la France. En effet, un des articles du traité voulu par son frère stipule qu'elle doit épouser François Ier, veuf depuis 1524. Le mariage a lieu le mais l'union reste stérile. De même, les relations entre la France et son puissant voisin ne sont pas pacifiées.

Cette nouvelle union politique fut aussi malheureuse que la précédente, car son nouvel époux lui préfère de loin Anne de Pisseleu. Rejetant alors son affection sur ses beaux-enfants, dont elle avait assuré la garde au début de leur détention comme otages de Charles Quint, après la défaite française de Pavie, œuvrant pour qu'on leur laisse des gens français et le confort dû à leur rang. Malheureusement, au fil des quatre années de détention, les petits seront de moins en moins bien traités, faute de financement, et il semble qu'Eléonore ne soit jamais parvenue à trouver grâce à leurs yeux. Fervente catholique, la nouvelle reine de France trouve également une nouvelle ennemie en sa belle-sœur, Marguerite, reine de Navarre[réf. nécessaire].

Néanmoins traitée avec respect par son mari, et bien qu'elle n'ait bénéficié d'aucun pouvoir politique, Éléonore servit quelquefois d'intermédiaire entre la France et le Saint-Empire.

Retour en Espagne, mort et sépulture[modifier | modifier le code]

Tombeau d'Éléonore d'Autriche dans le Panthéon des Infants de l'Escurial.

À nouveau veuve le , elle doit quitter la cour, ce qu’elle fait avec dignité et sans regret. Elle se réfugie alors à Bruxelles, chez sa sœur Marie, gouvernante des Pays-Bas espagnols, puis la suit lorsque celle-ci se retire en Espagne, auprès de leur frère Charles Quint, retiré dans l'abbaye d'Yuste, en Estrémadure.

Éléonore d'Autriche meurt à Talavera la Real, le , à l'âge de 59 ans[1]. Son frère Charles Quint la suit dans la mort en , suivi le par leur sœur, Marie de Hongrie.

D'abord inhumé dans la cathédrale de Mérida, le corps d'Éléonore est transféré en 1574, sur ordre de son neveu Philippe II d'Espagne, dans une crypte provisoire à l'Escurial alors en cours de construction, avec d'autres membres de la famille des Habsbourg. En 1586, ces corps sont transférés dans la crypte de la grande basilique enfin terminée[2] et y reposent encore.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée espagnole Carlos, rey emperador de 2015, son personnage est interprété par Marina Salas.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages
  • Charles Moeller, Eleonore d'Autriche et de Bourgogne, reine de France : Un épisode de l'histoire des cours au XVIe siècle, Paris, A. Fontemoing, (notice BnF no FRBNF30955574).
Articles
  • Michel Combet, « Éléonore d'Autriche, une reine de France oubliée », dans Maurice Hamon et Ange Rovère (dir.), Être reconnu en son temps : personnalités et notables : 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bordeaux, 2009, Éditions du CTHS, coll. « Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques (édition électronique) », (ISSN 1773-0899, lire en ligne), p. 15-25
  • (en) Janet Cox-Rearick, « Power-Dressing at the Courts of Cosimo de' Medici and François I: The "moda alla spagnola" of Spanish Consorts Eléonore d'Autriche and Eleonora di Toledo », Artibus et Historiae, vol. 30, no 60,‎ , p. 39-69 (JSTOR 25702881)
  • Annemarie Jordan et Kathleen Wilson-Chevalier, « L’épreuve du mécénat : « Alienor d’Austriche », une reine de France effacée ? », dans Kathleen Wilson-Chevalier (dir.), Patronnes et mécènes en France à la Renaissance, Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. « L'École du genre », (ISBN 978-2-86272-443-0), p. 341-380 [lire en ligne (1)] - [lire en ligne (2)]
  • Annemarie Jordan Gschwend, « Antoine Trouvéon, un portraitiste de Leonor d'Autriche récemment découvert », Revue de l'Art, no 159,‎ , p. 11-19 (lire en ligne)
  • (en) Annemarie Jordan Gschwend, « 'Ma meilleur soeur' : Leonor of Austria, Queen of Portugal and France », dans Fernando Checa (éd.), The Inventories of Charles V and the Imperial Family, vol. 3, Madrid, Fernando Villaverde Editores, (ISBN 978-2-86272-443-0), p. 2569-2592
  • Chloé Pardanaud, « Plaider, convaincre, entrer en scène : Éléonore d’Autriche et la libération des Enfants de France, d’après sa correspondance inédite », Seizième Siècle, vol. 4, no 1,‎ , p. 195-216 (lire en ligne)
  • (en) Kathleen Wilson-Chevalier, « Art patronage and women (including Habsburg) in the orbit of King Francis I », Renaissance Studies, vol. 16, no 4,‎ , p. 475-524 (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Combet 2008.
  2. Combet 2008, p. 252-253, 255-256.