Louis Louis-Dreyfus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis Louis-Dreyfus
Fonctions
Sénateur des Alpes-Maritimes
-
Député des Alpes-Maritimes
-
Consul général (d)
à partir de
Député de la Lozère
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Famille
Père
Fratrie
Charles Louis-Dreyfus (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Jean Louis-Dreyfus (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Parti politique
Conflit
Distinctions

Louis Louis-Dreyfus, né le à Zurich et mort le à Cannes, est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la riche famille Louis-Dreyfus, Louis Louis-Dreyfus est le fils de Léopold Louis-Dreyfus et d’Émilie Lang. Marié à Emma Lévi, fille du baron Giorgio Levi et de Nina von Worms, il est le père de Jean Louis-Dreyfus (père de Robert Louis-Dreyfus) et de François Louis-Dreyfus (beau-père de Jacques Charrier), ainsi que le beau-père du banquier Jean Jules Rheims.

Il suit des études de droit, avant d'entrer dans les affaires familiales de négoce, banque et armement maritime (Groupe Louis-Dreyfus, Louis Dreyfus Armateurs), dont il devient associé. Durant la Première Guerre mondiale, il sert avec le grade de lieutenant et succède à son père en tant que consul général de Roumanie à Paris en 1915.

Louis était surnommé « Double-Louis » par le pamphlétaire et homme politique antisémite Léon Daudet. Il dirigea le Groupe Louis-Dreyfus, à la mort de son père[1].

Il est député de la Lozère de 1905 à 1910, puis député des Alpes-Maritimes de 1930 à 1936 sous l'étiquette du parti des « Indépendants de gauche ». Membre notamment de la commission du commerce et de l'industrie à la Chambre, il est l'un des initiateurs de la loi du permettant la clause compromissoire dans les contrats commerciaux. Il créé et préside le groupe floral pour la défense des fleurs à parfum et pour la réglementation du marché de la fleur à Paris.

Il prend le contrôle du journal L'Intransigeant, dont il devient président du conseil d'administration. Il fait également partie des principaux souscripteurs du journal L'Humanité.

Le , il est élu au Sénat. À la Chambre haute, il préside le groupe floral et est membre de la commission de la marine. Il émet des inquiétudes face à un excès d'optimisme et défend des précautions contre le pangermanisme à la suite des accords de Munich, et prône la reprise des relations diplomatiques franco-italiennes. Le , il vote les pleins pouvoirs constituants au maréchal Pétain.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est le cousin germain d'Alfred Lang-Willar, qui fut son bras droit dans les années 1910.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Louis Louis-Dreyfus », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]