Simon Epstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Epstein.
Simon Epstein
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Simon Epstein, né en 1947 à Paris[1], est un économiste et historien israélien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est docteur en science politique de l'université Panthéon-Sorbonne (1990)[2].

En 1974, il s'installe à Jérusalem (Israël), puis travaille comme économiste pour le ministère israélien des Finances.

Depuis 1982, son champ de recherche est l'antisémitisme et le racisme[1].

Professeur et chercheur à l'université hébraïque de Jérusalem, il y est directeur du Centre international de recherche sur l'antisémitisme.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages relatifs au racisme, à l'antiracisme et à l'antisémitisme, notamment en France durant les périodes de l'affaire Dreyfus et de l'occupation allemande.

Trois de ses ouvrages ont connu un fort retentissement en France :

  • Les chemises jaunes : chronique d'une extrême-droite raciste en Israël, 1990
traite de l'extrême-droite israélienne
traite du parcours des dreyfusards pendant la Seconde Guerre mondiale. Il établit qu'un grand nombre des défenseurs du capitaine Dreyfus, militants antiracistes parfois membres de la LICA et pacifistes de gauche, furent d'actifs partisans de la collaboration avec l'Allemagne nationale-socialiste, sans nécessairement être devenus antisémites.
revient sur le sujet du livre précédent à savoir les dreyfusards, militants antiracistes et pacifistes de gauche qui se tournèrent vers la Collaboration en le complétant par l'étude du parcours des antidreyfusards, militants antisémites et de la droite radicale qui s'engagèrent dans la France libre et la Résistance[3],[4]. Ce livre étudie un paradoxe, peu abordé par l'historiographie "classique"[4],[5]. Néanmoins, la partie de son ouvrage consacrée aux militants de la droite radicale est jugée par certains articles de presse comme étant la moins convaincante[3],[6].

Travaux sur les dreyfusards, la Collaboration et la Résistance[modifier | modifier le code]

Son œuvre historique s'articule autour d'un certain nombre de thèmes étudiés dans ses ouvrages successifs. Ses travaux portent principalement sur la Collaboration et à la Résistance et sur les motivations politiques de leurs sympathisants respectifs.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • L'Antisémitisme français aujourd'hui et demain, Belfond, 1984
  • (en) Cry of Cassandra: the resurgence of European anti-semitism, National Press, coll. « A Zenith edition », 1985
  • Les Chemises jaunes : chronique d'une extrême-droite raciste en Israël, Calmann-Lévy, coll. « Histoire contemporaine »? 1990
  • Les institutions israélites françaises de 1919 à 1939 : solidarité juive et lutte contre l'antisémitisme, Paris 1, 1990
  • Les institutions israélites françaises de 1929 à 1939 : solidarité juive et lutte contre l'antisémitisme, université de Lille 3, ANRT, 1990
reproduction sur microfiches
  • (en) Cyclical patterns in antisemitism: the dynamics of anti-Jewish violence in western countries since the 1950s, no 2 de Analysis of current trends in antisemitism/ACTA, Hebrew University of Jerusalem, Vidal Sassoon International Center for the Study of Antisemitism, 1993
  • Histoire du peuple juif au XXe siècle : de 1914 à nos jours, Paris, Hachette Littératures, 1982 ; coll. « Pluriel », no 993, 2000
  • Les Dreyfusards sous l'Occupation, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel de l'histoire », 2001
  • Storia del popolo ebraico, Seam, 2001
  • Un paradoxe français : antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Albin Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel de l'histoire », 2008
  • 1930, une année dans l’histoire du peuple juif, éditions Stock, 2012[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens média[modifier | modifier le code]