Paul Marion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marion.
Paul Marion
Paul Marion 1936.jpg

Paul Marion au théâtre municipal de Saint-Denis, en 1936.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Partis politiques

Paul Marion, né le à Asnières et mort le à Paris, est un journaliste français, militant communiste devenu l'un des fondateurs du Parti populaire français (PPF), d'inspiration fasciste, et membre du gouvernement de Vichy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre du Parti communiste français en 1922, il fait partie du comité central du PCF en 1926 et devient secrétaire de la section Agit-prop. De 1927 à 1929, il appartient au bureau de propagande du Komintern à Moscou. En 1929, il rompt avec le PC et rejoint la SFIO, puis l’Union socialiste républicaine (USR) ; il compte alors parmi les pacifistes de la gauche néo-socialiste (Notre Temps).

En 1936, il rejoint les rangs du Parti populaire français (PPF) de Jacques Doriot, où il est rédacteur en chef de L’Émancipation nationale, puis de La Liberté[Laquelle ?]. Il quitte le PPF en 1939 après avoir été mobilisé, mais il est de retour en janvier 1941 à la suite d'une intervention d'Otto Abetz, l'ambassadeur d'Allemagne à Paris, en sa faveur. Le 11 août 1941, il est nommé secrétaire général à l’Information et à la Propagande sous le régime de Vichy. À ce titre, il ambitionne de « former un français d'un type nouveau, comme un sculpteur devant la glaise, comme un créateur[1] ». En 1944, il devient secrétaire d’État auprès du maréchal Pétain, qu'il suit en Allemagne à Sigmaringen.

Condamné à dix ans de prison le 14 décembre 1948 et gracié en 1953 pour des raisons médicales, il meurt de maladie en 1954.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Crise financière, la faillite du cartel, le programme communiste, Bureau d'éditions, de diffusion et de publicité, 1926.
  • Deux Russies, Nouvelle société d'édition, 1930.
  • Socialisme et nation, Imprimerie du Centaure, 1933.
  • Programme du Parti populaire français, Les Œuvres françaises, 1938.
  • Leur combat : Lénine, Mussolini, Hitler, Franco, Fayard, 1939 ; 1941.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Discours de Toulouse, le .

Liens externes[modifier | modifier le code]