Ville intelligente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Représentation d'une ville intelligente.

Une ville intelligente (en anglais smart city) est une ville utilisant les technologies de l'information et de la communication (TIC) pour améliorer la qualité des services urbains ou réduire leurs coûts. D'autres termes ont été utilisés pour des concepts similaires : ville connectée, cyberville, ville numérique, communautés électroniques.

Une ville intelligente est une zone urbaine qui utilise différents capteurs électroniques de collecte de données pour fournir des informations permettant de gérer efficacement les ressources et les actifs. Cela comprend les données collectées auprès des citoyens, des dispositifs mécaniques, des actifs, traitées et analysées pour surveiller et gérer les systèmes de circulation et de transport, les centrales électriques, les réseaux d'approvisionnement en eau, la gestion des déchets, les systèmes d'information, les écoles, les bibliothèques et les hôpitaux.

Le concept de ville intelligente intègre les TIC et divers dispositifs physiques connectés au réseau, constituant l'Internet des objets, pour optimiser l'efficacité des opérations et des services urbains et se connecter aux citoyens.

Définitions et caractéristiques[modifier | modifier le code]

Dès les années 1990, le sujet de l'utilisation efficiente et intégrée des technologies de l'information et de la communication (TIC) dans les villes est abordé, G. Dupuy parle d'« informatisation des villes »[1].

Bill Clinton est le premier à évoquer la notion de ville intelligente en 2005, en exprimant que les villes sont en fait déjà intelligentes mais qu'elles doivent désormais devenir durables[2].

Selon une étude sur les "Smart cities in Europe" presenté lors du "3rd Central European Conference in Regional Science – CERS" en 2009, le concept de « ville intelligente » est utilisé comme outil pour englober les facteurs de production urbaine moderne dans un cadre commun et pour mettre en valeur l’importance grandissante des technologies de l'information et de la communication (TIC) et des capitaux social et environnemental pour définir la compétitivité des villes[3].

Selon Giffinger, les villes intelligentes peuvent être identifiées et classées selon six dimensions principales[4] : une « économie intelligente », une « mobilité intelligente », un « environnement intelligent », des « habitants intelligents », un « mode de vie intelligent » et, enfin, une « administration intelligente ». Ces six critères se connectent avec les traditionnelles théories régionales et néoclassiques de la croissance et du développement urbain. Ils sont respectivement fondés sur les théories de la compétitivité régionale, l’économie des transports et des TIC, les ressources naturelles, les capitaux humains et sociaux, la qualité de vie et la participation des citoyens à la vie démocratique de la ville. La notion d'intelligence inclut ici les concepts d'efficience énergétique, d'habitat intelligent, de réseaux intelligents et de mobilité douce.

Pour Jean Bouinot, la ville intelligente est aussi « celle qui sait à la fois attirer et retenir des entreprises employant de la main-d'œuvre hautement qualifiée »[5].

Selon une étude de la Fédération des villes de France, les « performances » des services offerts par une ville peuvent se développer suivant trois axes: améliorer les services aux citoyens et leur accessibilité, maîtriser l’impact environnemental, repenser les modèles d’accès aux ressources. La ville doit optimiser l'usage de ses infrastructures (son capital physique), assurer la disponibilité et la qualité des services offerts par la municipalités et les citoyens (capital social) et promouvoir sa politique écologique (capital environnemental). Ces différents atouts concourent à l'attractivité des villes qui les mettent en œuvre[6].

Emmanuel Eveno, géographe et président de l'association Ville Internet, est nuancé sur l'intérêt de la notion de ville intelligente, qui lui semble encore très controversée en 2018. Le succès du terme, notamment dans son appellation initiale de smart city, lui semble comparable à celui des valleys (Cosmetic Valley, Aerospace Valley... inspirés de la Silicon Valley) ou des multiples labs (inspirés des fab labs du MIT) : des anglicismes valorisants et volontiers repris par les décideurs français. Il pointe également le fait que le terme est plutôt issu du monde économique que du monde académique, à l'instar de la creative class dont le géographe et aménageur Richard Florida a fait un fructueux fonds de commerce. Pour Eveno, les trois principaux points de définition de la ville intelligente sont « le recours et l’exploitation des mégadonnées, la modernisation voire la transformation des services urbains et l’affichage d’une volonté politique de s’appuyer sur la participation des habitants. » Il voit dans la diversité de ces points un potentiel d'éclatement pour la notion : chacun peut en effet être développé indépendamment par une ville. Une ville peut en effet ou recourir aux mégadonnées, ou moderniser ses services, ou être plus participative, sans forcément mener ces trois chantiers conjointement pour être qualifiée de pleinement « intelligente ». Il n'en reconnaît pas moins que la ville intelligente est un sujet de recherche légitime et qu'aucune « autre expression, aussi synthétique et attractive, puisse aujourd’hui s’imposer »[7].

Enjeux[modifier | modifier le code]

Les fonctions des villes intelligentes sont développées pour gérer les flux urbains et permettre des réponses en temps réel. Une ville intelligente est donc plus préparée à répondre aux défis qu’une ville qui entretient une relation seulement « transactionnelle » avec ses citoyens.[réf. nécessaire]

L'Union européenne(UE) a consacré des efforts constants à l'élaboration d'une stratégie pour parvenir à une croissance urbaine «intelligente» pour ses villes-régions métropolitaines. L'UE a élaboré une série de programmes dans le cadre du « programme numérique européen[8] ». En 2010, elle a mis l'accent sur le renforcement de l'innovation et des investissements dans les services TIC pour améliorer les services publics et la qualité de vie.

Selon les estimations de l’ONU en 2019, deux personnes sur trois vivront en ville d’ici 2030. L’émergence des villes intelligentes s’inscrit aussi en réponse à ce problème d’urbanisation importante[9].

La maîtrise des données générées par les villes intelligentes, provenant des nombreux capteurs, objets connectés et applications déployés, est un des enjeux. Selon Antoine Courmont, directeur scientifique de la chaire "villes et numérique" de Sciences Po, la crise sanitaire et les mobilisations citoyennes entraînent un rééquilibrage du rapport de force en faveur de l’acteur public.« La donnée est devenue un gros enjeu de gouvernement des villes, alors qu’il n’y a pas si longtemps, elle était perçue comme un sujet purement technique. On constate, au Canada comme en France, une prise de conscience chez les élus de l’importance des données pour gouverner la ville »[10],[11].

La donnée ouverte anonymisée concernant la collectivité peut ouvrir la concurrence sur les données au-delà des GAFAM, en donnant accès aux données de la ville à tous les développeurs d’applications qui peuvent alors concevoir de nouveaux services urbains, et donne la possibilité aux villes de demander la réciprocité aux entreprises privées[12],[13],[14].

À l’initiative de la région Île-de-France, l’application Vianavigo d’Île-de-France Mobilités intègre les offres de covoiturage des différentes start-up présentes sur son territoire à ceux de la RATP et de la SNCF[15].

En 2016, Transdev, avec ses partenaires, La Fabrique des mobilités, OuiShare et la Caisse des Dépôts, a défini la plateforme Open Source et Open Data dénommée Catalogue, qui ambitionne de devenir une plateforme d’échange de données de transport public et privé du monde entier. « Il s’agit de créer une régie de données universelles où tous les acteurs privés et publics sont invités à déposer leurs informations non confidentielles, le Wikipedia de la mobilité, en quelque sorte… » , précise Yann Leriche[16].

Le concept de Smart Cities fonctionnera si les citoyens deviennent acteurs de la vie municipale et s’approprient les technologies[15],[9]. Les nouveaux services bénéficient en premier aux catégories sociales capables de se les approprier, lesquelles ne sont pas liées uniquement au revenu. Dans les années 2010, les villes intelligentes ne sont pas suffisamment inclusives[17], selon une critique faite par l'association citoyenne Vecam.

Économie[modifier | modifier le code]

Le marché des villes intelligentes a d'abord connu une phase de forte croissance, tirée notamment par la volonté des municipalités de réduire leurs dépenses énergétiques (eau, électricité, etc.) par l'optimisation de la gestion des ressources. Selon un rapport du cabinet Grand View Research de 2016, le marché de la ville intelligente atteindra 1 400 milliards de dollars d'ici à 2020 (en croissance de 13,6 % par an de 2014 à 2020), et 3 300 milliards de dollars d'ici 2025 selon Frost&Sullivan[18].

IBM vend aux collectivités publiques et aux entreprises de réseaux urbains du matériel, des logiciels et des services pour gérer leurs infrastructures[19]. EDF intervient sur les systèmes de gestion intelligente de réseaux d’énergie. Il est actif au Mexique, en Inde et en Chine[20]. Veolia vend des services pour sécuriser la distribution d'eau potable, piloter la performance énergétique, optimiser la collecte des déchets grâce au numérique[21].

Selon un article de City Monitor, un journal spécialisé dans l'urbanisme, le marché de la ville intelligente pourrait être rapidement amené à décroître ou à « pivoter » en ce début de décennie 2020[22]. Les auteurs avancent que les grands projets intégrant l'ensemble des aspects de la gestion municipale n'auraient plus le vent en poupe : seules 34 villes dans le monde auraient lancé un projet complet de smart city incluant un centre de commande centralisé en 2020, soit un retour au niveau de 2014 (31 villes concernées), et après un maximum de 77 villes équipées en 2018[22]. Un autre symptôme de cette tendance serait que la plupart des grands acteurs initiaux comme Cisco auraient décidé de quitter ce marché[23], au profit des petites entreprises développant plutôt des produits ad hoc pour répondre à des problématiques de gestion urbaine très ciblées.

Critiques[modifier | modifier le code]

« La ville est un phénomène total où se condensent l’économique et le social, le politique et le culturel, le technique et l’imaginaire et, partant, toute approche fractionnée qui privilégierait un domaine unique aux dépens des autres manquerait de pertinence », c’est ainsi que l’historien Jean-Luc Pinol décrit la ville dans un ouvrage consacré à l’histoire de l’Europe urbaine[24]. Cette citation situe la critique en creux de la ville intelligente abordée sur le seul champ d'une solution technique ou autre aspect unitaire[25].

Les principaux arguments contre l’utilisation superficielle de ce concept dans le domaine politique sont les suivants[réf. à confirmer][26] :

  • un parti pris dans des intérêts stratégiques peut amener à ignorer des voies alternatives de développement urbain prometteur ;
  • le fait de se concentrer sur le concept de ville intelligente peut entraîner une sous-estimation des effets négatifs possibles découlant du développement des nouvelles infrastructures technologiques en réseau dont une ville a besoin pour devenir intelligente[réf. à confirmer][27],[28] ;
  • le risque d'imposer des solutions technologiques toutes faites, sans en penser leur intégration dans l'existant, menant à des villes censurées[29].

L’idée d’espaces urbains néolibéraux a été critiquée pour les risques encourus lorsque l’on compte sur les seules valeurs économiques comme vecteur de développement urbain.

Étant donné que les modèles d’entreprises sont basés sur la mobilité du capital, suivre un modèle ainsi orienté peut entraîner un échec de la stratégie sur le long terme[26].

Les critiques portent aussi sur les dérives possibles des villes intelligentes concernant les données récoltées sur tout un chacun[30],[31],[14].

Aux yeux des organisateurs des Big Brother Awards, les villes intelligentes constituent une grave violation de la vie privée des citoyens. D'après eux, « presque toutes ces données sont recueillies et utilisées sans que personne ne leur ait donné la permission. De plus, il est pratiquement impossible d’autoriser ceci, étant donné qu’il n'est pas clair de quelles données il s’agit exactement. Il est également difficile de savoir à quelles fins les données sont recueillies et utilisées. Les autorités locales énumèrent toutes sortes d'objectifs pour leurs initiatives de « villes intelligentes » : la publicité, le tourisme, la durabilité, la mobilité, le développement urbain ou la sécurité. Toutefois, il est difficile de savoir à quelles fins les informations seront finalement utilisées[32] ».

Un autre problème soulevé est le manque de sécurité des réseaux et objets connectés qui vont se multiplier dans les villes. D'après Cesar Cerrudo, trop peu de villes intelligentes évaluent correctement la sécurité de leurs équipements, rendant ceux-ci facilement piratables[33].

Pour le philosophe Bernard Stiegler, le concept de ville intelligente tel que les anglo-saxons le définissent est invivable. Il préfère parler de ville à l'intelligence urbaine et collective. Selon lui, les outils numériques (algorithmes, capteurs de flux, etc.) devraient servir à argumenter et consolider les décisions des citoyens d'un territoire, et non pas décider à leur place[34].

Selon Valérie Peugeot, membre de la CNIL et présidente de l’association citoyenne Veille européenne et citoyenne sur les autoroutes de l’information et le multimédia (Vecam, crée en 1995), la ville intelligente dessine une ville à plusieurs vitesses et risque de creuser de nouvelles inégalités[17]. Elle en appelle à une politique publique volontaire pour former des citoyens, de façon à ne pas laisser les plateformes numériques dicter leur loi. Il s'agirait d’abord de penser aux discontinuités territoriales entre le centre et les banlieues, à la transition écologique, aux populations fragiles… et ensuite se demander quel rôle peut jouer le numérique pour favoriser une ville qui serait inclusive. L’usage des services dématérialisés qui sont proposés nécessite un bagage cognitif, une sociabilité dont toute la population ne dispose pas encore. Émergerait donc le besoin d’une politique de service public, d'administrations évoluant en des lieux de médiation numérique, afin d’apprendre à leurs administrés à gérer leurs droits sur Internet. L'objectif serait de rendre transparent, ou au moins explicable, l’outil qui utilise leurs données et sur lequel peuvent s’appuyer des politiques publiques. Barcelone a créé un projet européen de partage des données urbaines, Decode, afin que les habitants soient directement associés aux données qu’ils produisent. En France, des initiatives vont dans ce sens, comme à Brest ou à Grenoble.

Le concept et l’offre de ville intelligente sont utilisés dans la compétition entre métropoles pour se hisser dans le cercle des villes-monde. « cette tentative de différenciation par l’adhésion à un concept unique est un peu étonnante pour Daniel Kaplan : « en quoi un Paris “intelligent”, outillé par les technologies de l’information et informé par une masse de données numériques, sera-t-il différent du Tokyo, de l’Amsterdam, du Lyon ou du Châteauroux “malins”, dès lors qu’ils utiliseront les mêmes outils ? » »[14].

Sans régulation publique, il y a un risque que la ville, sa municipalité et ses citoyens soient dépossédés de l'organisation des services urbains et de leurs gestions. Pour les habitants, l’accès aux services passe de plus en plus par des applications proposées par des entreprises privées dans le cadre d'un écosystème fermé[14].

Gestion technique[modifier | modifier le code]

D'un point de vue technique, la ville intelligente est une ville de réseaux interconnectés et pilotés à distance par des logiciels de gestion centralisée. L’ensemble des infrastructures et services de la ville maillés par ces capteurs doivent être connectés à un réseau de télécommunications pour être contrôlés à distance, optimisés grâce à des outils numériques. Par ces moyens techniques, la gestion doit gagner en efficacité opérationnelle, permettre des économies de ressources et représenter un gain financier pour la ville et ses citoyens[35].

Un réseau de capteurs sans fil est une technologie spécifique qui aide à la création de villes intelligentes. Leur but est de créer un réseau réparti de noyaux de capteurs intelligents qui peuvent mesurer plusieurs paramètres intéressants pour une meilleure gestion de la ville[36]. Toutes les données sont transmises en temps réel aux citoyens ou aux autorités concernés.

Par exemple, les citoyens peuvent surveiller le niveau de pollution dans chaque rue de la ville ou recevoir une alerte quand le niveau de radiations dépasse un certain seuil. Cela offre aussi la possibilité aux autorités d’optimiser l’irrigation des parcs ou l’éclairage de la ville. De plus, les fuites d’eau peuvent être facilement détectées, et des cartes dressant l’état de la pollution sonore peuvent être créées. Les poubelles peuvent aussi être plus intelligentes, des capteurs permettant de déclencher une alarme lorsqu’elles sont presque pleines. Les tournées de collectes peuvent être optimisées[37].

Le trafic routier peut être contrôlé pour modifier l’éclairage urbain de manière dynamique[38]. De même, la circulation peut être réduite grâce à des systèmes détectant la place de parking la plus proche[39]. Les automobilistes sont informés en temps réel et peuvent rejoindre rapidement une place libre, économisant ainsi du temps et du carburant. Tout cela réduit la pollution et les embouteillages tout en améliorant la qualité de vie.

De plus, des capteurs peuvent permettre aux autorités de la ville de contrôler en temps réel l'occupation des places de stationnement en dépassement sur de la zone bleue. Une première réalisation d'envergure (près de 300 capteurs) a été mise en service aux Mureaux en , réalisation suivie par les villes du Touquet, du Havre, de Rosay-en-Brie, de Verrieres-le-Buisson, de Calais, etc.. Les villes de Zoug (Suisse), Madrid, Vérone, Moscou, Courtrai (Belgique), Arezzo (Italie), New Yorketc., ont également été équipées avec ces mêmes capteurs à raison de plusieurs milliers d'exemplaires pour tous types d'applications : emplacements type « arrêts-minutes » (« Shop & Go » en Belgique), optimisation du stationnement payant, guidage dynamique de voirie, parkings de poids-lourds aux entrées des villes, contrôle des dépose-minutes (gares), surveillance des places spécifiques(PMR, Livraisons, Ambulance, Pompiers, Police, etc).

Le véhicule autonome aura son rôle à jouer au sein des villes intelligentes (voiture individuelle, navettes autonomes expérimentées à Rouen ou Saclay) en permettant de réduire le trafic. L’intelligence artificielle contrôlera les règles de circulation, vitesse et respect de la signalisation[40].

Situation en Europe[modifier | modifier le code]

En , la commission « Industrie, recherche et énergie » du Parlement européen a publié l'étude Mapping Smart cities in the EU[41]. Inscrite dans le contexte de la stratégie Europe 2020, cette étude a passé au crible les 468 villes européennes de 100 000 habitants ou plus afin de les classer selon une échelle à quatre niveaux de maturité des villes intelligentes[42], sur base de leur situation en 2011 :

  • niveau 1 : la ville dispose d'une politique ou d'une stratégie de ville intelligente, ce qui suffit selon le rapport à la classer comme ville intelligente ;
  • niveau 2 : en plus du niveau 1, la ville s'appuie pour sa politique ou sa stratégie sur une planification ou une vision ;
  • niveau 3 : en plus des niveaux précédents, des initiatives-pilotes de ville intelligente sont implémentées ;
  • niveau 4 : en plus des niveaux précédents, une initiative de ville intelligente au moins a été complètement lancée ou mise en place.

Au total, selon l'étude du Parlement européen :

  • 240 villes européennes de 100 000 habitants ou plus atteignent le niveau 1 et sont donc identifiées comme villes intelligentes[43] ;
  • 6 villes se distinguent par leur niveau de maturité le plus élevé : Amsterdam, Barcelone, Copenhague, Helsinki, Manchester et Vienne[44].

Plus en détail, l'étude identifie comme villes intelligentes[45] :

  • 43 % des villes européennes de 100 000 à 200 000 habitants ;
  • près de 90 % des villes européennes de plus de 500 000 habitants.

Expérimentations[modifier | modifier le code]

Le terme de ville intelligente a été utilisé ou revendiqué dans plusieurs cas, dont les exemples suivants.

En Europe[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Pontevedra est une ville pionnière en matière de piétonnisation. Un projet global axé sur l'écologie, les parcours scolaires, le compostage et la piétonnisation, entre autres, a permis de réduire les émissions de CO2 depuis 1999 de 61 %[réf. nécessaire].
  • SmartSantander, probablement le plus gros réseau de capteurs sans fil du monde. Pour le moment, 1100 capteurs sans fil de la société Libelium sont installés, 400 mesurent les places de parking et 700 contrôlent des paramètres environnementaux comme le bruit, le Monoxyde de carbone, la température ou la lumière du soleil.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Même si l’Allemagne reste le moteur économique de l’Europe, elle n’est pas le pays leader en matière de transformation numérique et de développement de la ville intelligente. On relève par exemple le taux de pénétration de la fibre de verre concernant les lignes à haut débits fixes qui s’élevait à 2,3% en Allemagne, contre 12,5% en France ou encore 76,7% au Japon.[46] Néanmoins, les questions de « smart city » intéressent ce pays de manière croissante et on constate la mise en place de nombreux projets sur tout le territoire et plus de 640 projets seraient très avancés.[47]

On peut citer les villes de Reutlingen et de Chemnitz qui prennent part au projet de recherche « Smart Urban Services » instauré par le Ministère fédéral allemand de l’Education et de la Recherche. A Reutlingen, dans le Bade-Wurtemberg, un réseau de capteurs a été installé dans le centre-ville pour mieux gérer le flux de trafic et la propreté dans la ville. A Chemnitz, en Saxe, le projet cherche plutôt à enregistrer les mouvements dans la ville grâce à des capteurs Bluetooth mis sur des lampadaires et feux de circulation. Une application permet également aux usagers de la ville de faire des suggestions et de noter le confort de mobilité.[48]

A Berlin, on peut mentionner l’initiative Lisa qui désigne le système centralisé des canalisations de la capitale. Il s’agit d’une salle de contrôle automatisée implantée dans le quartier de Friedrichschain. La modernisation du réseau, débutée il y a vingt ans, permet aujourd’hui grâce aux capteurs d’éviter des pertes considérables. Cisco systems a par ailleurs choisi cette ville pour y installer un de ses six centres mondiaux de l’innovation. Berlin s’impose progressivement parmi les smart cities européennes.[49]

A Hambourg, le projet « SmartPort » est une déclinaison particulière de la « smart city », propre à la forte activité portuaire de la ville. Grâce à environ 90 capteurs mis en place dans le port, la circulation est surveillée en permanence, relayant les informations au Port Road Management Center qui est le centre de commandement du port. Ce système est combiné à une application anti-bouchons qui informe les chauffeurs de poids lourds, en temps réel, sur l’heure d’arrivée des navires et des voies à emprunter. Les deux systèmes permettent une réelle optimisation dans la gestion des flux, ce qui est crucial dans la mesure où le port d’Hambourg voit transiter chaque année près de 9 millions de conteneurs et que ce dernier est amené à augmenter considérablement dans les années à venir.[50] D’autres projets innovants doivent être développés dans le cadre d’une coopération conclue avec Cisco Systems.

Le gouvernement fédéral allemand a par ailleurs mis en place en 2016 une plate-forme nationale de dialogue pour permettre à des experts d’échanger autour de « la smart city ». Environ 70 experts des villes, districts, municipalités et autres organisations peuvent discuter pour faire face aux nombreux défis qui surgissent en matière de développement urbain durable et intégré.[51]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni s’impose de manière croissante dans l’écosystème des villes intelligentes.  Il occupe une position centrale dans le développement des villes intelligentes à l’échelle internationale. Parmi les 240 smart cities recensées en Europe en 2014, 38 sont situées au Royaume-Uni, soit près de 16% [52] De nombreux projets émergent un peu partout sur le territoire, comme le montrent les exemples ci-dessous. La volonté de renforcer les infrastructures numériques et d’’impliquer les citoyens dans la gestion villes incite le pays à développer fortement ces réseaux de "smart cities" [53] Selon un rapport réalisé en mai 2016 par Navigeant Research, un cabinet de conseil spécialisé dans les nouvelles technologies, Londres et Bristol sont en tête des villes intelligentes britanniques, suivies de Birmingham, Glasgow et Manchester.[54]

Londres a rejoint depuis janvier 2016 le programme européen « Smart Cities Lighthouse » qui comprend une enveloppe de 25 millions d’euros afin d’accompagner les projets de villes intelligentes. Le projet Catapult, développé par ailleurs depuis 2013 au centre de la capitale vise à regrouper les acteurs du domaine et à favoriser ainsi l’innovation et la mise en place de nouveaux projets[55] Londres met principalement en place des mesures en faveur du contrôle de la circulation.[56] Le classement des villes les plus « intelligentes » et « durables Index Cities in Motion, classe d’ailleurs Londres parmi les espaces les plus performants.  La capitale se distingue particulièrement par sa gouvernance, ses excellents résultats en termes de mobilité et de transports et d’équipements technologiques.[57] De nombreux projets sont actuellement en cours de développement à Londres, soutenus notamment par la feuille de route « Smarter London Together », publiée en 2018 et qui prévoit  le respect de normes et principes conceptuels pour les services numériques instaurés dans la capitale.[58]

Bristol développe de nombreux projets orientés vers les innovations au service de la ville. Le projet Bristol is Open, supporté par l’Université de Bristol et le conseil municipal de Bristol cherche à améliorer la qualité de vie des citoyens grâce à l’emploi de la technologie urbaine.[59]

A Glasgow, le projet Future City Glasgow comporte de nombreuses facettes et vise à améliorer surtout la  gestion de la circulation et de la sécurité publique grâce à l’utilisation de données et d’analyses vidéos. L’implication citoyenne passe en outre par le déploiement de l’application My Glasgow pour permettre aux utilisateurs d’échanger et d’interagir avec les différents services de la ville en renseignant les problèmes potentiellement rencontrés ou des remarques. [60]

France[modifier | modifier le code]

En Le CGDD a publié une étude « Villes intelligentes, « smart », agiles : Enjeux et stratégies de collectivités françaises » qui conclut à deux objectifs partagés par les collectivités impliquées[61] :

  1. « une opportunité de développement économique local (attractivité, diversification vers de nouvelles filières, relance économique, internationalisation) » ;
  2. « une approche plus servicielle, d’optimisation des réseaux urbains pour une ville facile, fluide, à haute qualité de vie et accessible pour tous (habitants, travailleurs, touristes). ».

Mi-2016, un Livre blanc sur « Le numérique et la ville »[62] écrit par trois pôles de compétitivité franciliens (Advancity, Cap Digital et Systematic Paris-Region, qui ensemble représentent « plus de 1 500 entreprises et 200 établissements d’enseignement supérieur et de recherche ») propose aux entreprises et collectivités six « recommandations » en faveur de la « ville numérique » : « faciliter la mutualisation des données et garantir la continuité de leur traitement, encourager le déploiement de services connectés en ville et faire de la pédagogie sur les usages innovants, soutenir les passerelles entre acteurs publics et jeunes pousses ou répondre aux besoins croissants de haut-débit… »[63]. Selon une enquête de l’opérateur M2OCity auprès de collectivités françaises, « pour 60 % des répondants, l’objectif est de renforcer la communication et le lien avec les administrés. Puis vient la nécessité d’assurer l’attractivité du territoire (47 %), de développer de nouveaux services (46 %), de mettre en œuvre des démarches durables (39%) et, enfin, de réduire les coûts de gestion des communes (35 %). On apprend aussi que les stratégies de smart cities sont pensées de façon globale sur au moins cinq des domaines suivants : services publics dématérialisés (74 %), éclairage public (62 %), transport (61 %), pilotage des bâtiments (54 %), parking (54 %), sécurité (53 %), eau (39 %), déchets (29 %) et nouvelles énergies (29 %)[64]. »

Parmi les opérations expérimentales figurent :

  • Lyon Smart City[65] ;
  • Rennes et sa métropole (Ille-et-Vilaine) : la première collectivité française à ouvrir ses données publiques dès 2010 avec l'Open Data (membre d'OpenDataFrance)[66]. Depuis 2014, Rennes Grid[67] teste l’autoconsommation mutualisée à l’échelle d’un quartier[68], Open energy data y amorce l’élaboration participative de données collectives de consommations électriques de foyers habitant dans l’agglomération rennaise ;
  • le Campus de l'USTL (université de Lille/Villeneuve d'Ascq) en association avec la mise en place en 2013, d'une Chaire Industrielle Réseaux Urbains Intelligent[69] ;
  • Issy-les-Moulineaux, ville innovante[70] : plusieurs projets d'expérimentation notamment en matière énergétique (IssyGrid[71]) et de mobilité (So Mobility[72]) sont mis en place par la Ville en partenariat avec des acteurs privées[73].
  • Le thème proposé pour Europan 12 et 13 de « la ville adaptable »[74] pour le concours européen d'urbanisme[75],[76], adaptation à la nécessité d’un développement plus durable, a permis une réflexion sur de nombreuses villes françaises (Marseille[77], Paris, Rouen...).
  • Eurométropole de Strasbourg, qui a développé, en , son troisième éco-quartier centré sur la gestion énergétique et hydrique, la valorisation des déchets ainsi que la mobilité durable[78].
  • Angers s’est lancé dans un vaste projet à l’échelle de son agglomération sur douze ans. Une perspective et une finalité ont été définies par la municipalité «accélérer la transition énergétique tout en rendant l’action publique plus efficace et moins coûteuse pour la collectivité». Pour ce faire il est prévu un déploiement de 50 000 capteurs et d'un hyperviseur pour la gestion centralisée[79].
  • Paris, un système connecté permet à la régie municipale de relever la consommation d’eau des immeubles. Cela permet notamment de repérer plus facilement des fuites dans le réseau et de faire ainsi des économies.[80]
  • Dijon avec 'OnDijon' : une démarche innovante qui doit permettre de piloter de manière connectée de nombreux services de la ville comme les feux de circulation, la vidéoprotection, l’éclairage ou encore le service de voirie. [81] Le budget consacré s’élève à 103 millions d’euros [82] et l’objectif est de générer à terme des économies importantes qui pourront être réinjectées dans de nouveaux services numériques.
  • Montpellier a mis en place une un système de capteurs dans le sol afin de connaître l’humidité. Cette expérimentation devrait permettre de connaître les besoins en terme d’arrosage et d’adapter les quantités d’eau en conséquence. Le service pourrait être proposé par la suite aux habitants[83]

Le journal Le Monde a organisé en un « prix de l’innovation urbaine Le Monde - Smart Cities » mettant en lumière les projets de 14 lauréats francophones[84].

Par ailleurs, le Plan France Très Haut Débit devrait couvrir d’ici 2022 l’ensemble du territoire français et mobilise de nombreux acteurs privés et publics. Représentant un investissement de 20 milliards d’euros, ce plan doit permettre de faciliter le déploiement de villes intelligente dans tout le pays.[85]

Suisse[modifier | modifier le code]

La Suisse mène une politique innovante concernant les «smart cities ». Elle développe depuis 2012 le projet « Smart City Suisse » instauré par l’Office fédéral de l’Energie. Il fédère l’enesemble des universités, des hautes écoles suisses ainsi que des entreprises et administrations publiques pour repenser l’environnement urbain à travers la valorisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication.[86] Ce programme regroupe cinq projets visant à changer la manière de vivre dans les espaces urbains.[87]

La ville de Genève est davantage désignée par le terme de » smart canton ». Le projet ne se limite en effet pas aux frontières de la ville mais vise l’ensemble du canton genevois. On peut citer dans un premier temps l’initiative des capteurs intelligents de stationnement, positionnés sur des place de parc du centre, ils permettent de transmettre des données en temps réel en matière de stationnement.[88] Il est prévu dans un second temps de déposer d’autres capteurs dans des quartiers où le stationnement pose problème. L’objectif final est d’obtenir un maillage précis concernant le stationnement et la circulation au centre-ville.[89] Une autre expérience chercher à modéliser le bruit routier en milieu urbain. Environ un millier de capteurs vont être installés pour évaluer l’impact des modifications de l’environnement sur le bruit. Cela pourra faire émerger de nouvelles politiques en matière d’aménagement ou de règlementation comme la limitation de la vitesse maximale autorisée dans certains quartiers ou la pose d’un autre revêtement sur les bâtiments par exemple.[90]

Zurich déploie quant à elle une infrastructure, nommée loT, en collaboration avec la start-up suisse Akenza et Microsoft afin de déployer ses application dans le domaine de la ville intelligente. Le but est d’utiliser les capacités du cloud de Microsoft pour stocker et analyser les données récoltées, pour améliorer la sécurité des bâtiments et de la qualité de vie de la population.[91] Le système de gestion intelligent de bâtiments est aussi mis en place dans la ville depuis 2015. Plusieurs immeubles sont équipés de systèmes interconnectés permettant une gestion automatique et intelligente du chauffage, du refroidissement des bâtiment ou encore de l’électricité.[92]

Les villes de Pully et Montreux ont par ailleurs commencé une collaboration avec Swisscom en 2015 pour la première et 2016 pour la seconde, afin de mieux gérer la mobilité.[93] L’instauration d’une collecte de données des téléphones mobiles dans la ville de Pully doit permettre une meilleure compréhension des comportements des citoyens. L’objectif est là encore d’optimiser le trafic au centre-ville en analysant les habitudes des usagers, les modes de transports privilégiés, la fréquence et les horaires.[94]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Les Pays-Bas représentent un pays pionnier dans le domaine de l’urbanisme et de la mise en place de villes intelligentes. On recense près de 60 villes néerlandaises qui développent actuellement des expériences, projets et initiatives appuyées sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication.[95]

  • Amsterdam a adopté dès 2009 une stratégie pour déployer des initiatives connectées et améliorer ainsi la vie des citoyens. La capitale a d’ailleurs été désignée capitale européenne de l’innovation par la Commission européenne.[96] Amsterdam Smart City[97] est un projet de la ville lancé en 2009 et complété par le plan Structural Vision 2040 pour que « les infrastructures et solutions technologiques et sociales facilitent et accélèrent le développement économique durable »[98]. La plateforme de coopération Amsterdam Smart City cherche à rassembler différents acteurs du secteur public et privé afin de co-construire la ville intelligente. L’espace urbain est alors conçu comme un laboratoire d’innovations qui expérimente de nouveaux modes de technologies et d’innovation dans un but d’amélioration de la vie des usagers. [99] La plateforme a créé un tissu actif regroupant plus d’une centaine de partenaires qui portent globalement près de 70 projets innovants.[100] Elle s’appuie sur la base de données ouverte « City data Amsterdam » comprenant des données de santé, des données topographiques, des informations au sujet de la valeur foncière ou encore sur le trafic. Concernant l’allocation du budget de la première phase (2009-2011), 20% provenaient de la municipalité, 40% des fonds européens (FEDER) et 40% des partenaires privés.[101]

Parmi les propositions concrétisées, on peut citer l’installation de compteurs intelligents qui permettent aux habitants de mesurer en temps réel leur consommation d’énergie.[102] D’autre part, le déploiement de Smart Work centers en partenariat avec le groupe CISCO Business Solution Group correspond à des lieux de travail dans des espaces temporaires, rapprochés des lieux d’habitation et répartis dans la ville, la mise en relation passant par un outil numérique.[103] On remarque ainsi que l’introduction des nouvelles technologies incite le développement de nouveaux partenariats entre les acteurs publics et les acteurs privés et contribue à l’entrée de nouveaux acteurs dans tous les processus de la fabrique de l’urbain.

Finlande[modifier | modifier le code]

  • À Helsinki, la ville intelligente est à hauteur de citoyen. En matière de développement urbain, la capitale finlandaise a trouvé sa voie entre le tout-technologique et le tout-participatif en expérimentant une plate-forme de coopération et d’innovation pour la ville, les acteurs économiques et les citoyens[104].

Malte[modifier | modifier le code]

Au Proche-Orient[modifier | modifier le code]

En Asie[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Les projets dits de villes et de quartiers intelligents sont en multiplication depuis les années 2010. Cet intérêt est notamment dû à la crise provoquée par le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku, ayant conduit à de multiples points du territoires à des pannes électriques plus ou moins étendues et prolongées, aggravées par la mise hors service des centrales nucléaires. De ce fait, les villes intelligentes japonaises développent particulièrement des réseaux électriques intelligents pour augmenter leur résilience face à ce type de déstabilisations[108]. Outre les risques naturels, la ville intelligente est aussi représentée comme un moyen d'adaptation face au vieillissement de la population japonaise[109] et au réchauffement climatique. Au vu de ces potentialités, le modèle japonais en matière de villes intelligentes est caractérisé par l'implication étatique, en partenariat avec les collectivités et les grandes entreprises privées[110]. A travers ces dernières, la ville intelligente japonaise est en outre un modèle qui s'exporte, sous la forme de partenariats noués à l'étranger, comme par exemple au sein de Lyon Confluence en France avec l'implication de Toshiba[111].

Taiwan[modifier | modifier le code]

Taipei : une ville intelligente.
  • Taipei (Taïwan)[112] a établi en 2016 un bureau de supervision de son projet "Ville intelligente" pour renforcer celui-ci[113]. Il consiste à lancer de nombreuses initiatives partenariales entre le secteur public et privé, comme des programmes informatiques permettant à des véhicules aériens sans pilote de collecter des portions d'eau des réservoirs de la ville, ou le développement de capteurs permettant de fournir aux habitants des mesures et données en matière de la qualité de l'air, humidité et température.[114]

Inde[modifier | modifier le code]

  • Cochin est une des vingt premières villes indiennes sélectionnées au sein de la Mission Smart Cities du gouvernement indien[115]. Cochin Smart Mission Limited (CSML) y développe un service de e-santé à l'échelle de la ville[116].

En Amérique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

La ville de Pittsburgh, aux États-Unis, se présente comme une ville intelligente du fait de son système de transport, avec une gestion des feux de signalisation intelligente et le développement de voitures autonomes[117].

Canada[modifier | modifier le code]

À Toronto, en 2018, Sidewalk Labs, société sœur de Google, remporte l'appel d'offre pour transformer le quartier en friche de Quayside en laboratoire de la ville intelligente du futur[118]. Le projet soulève l'opposition d'une partie des habitants ; à la tête de cette contestation, l'activiste Bianca Wylie souhaite une gouvernance numérique encadrée par les citoyens[119]. En 2020, Google abandonne son projet. La société invoque la crise économique liée à la pandémie de Covid-19 pour abandonner ses plans controversés de quartier futuriste dans la métropole canadienne[120].

En Afrique[modifier | modifier le code]

Une large majorité des projets de "villes intelligentes" construites en Afrique par la Chine le sont à l’initiative de Huawei qui, en , a lancé un fonds de 1,5 Md USD pour soutenir le développement des «villes intelligentes» sur le continent[121]. À Abidjan(Côte d’Ivoire), Gaborone(Botswana), Accra(Ghana) ou encore Lusaka(Zambie), entre autres, ces projets sont labélisés «safe city».

Tunisie[modifier | modifier le code]

Tunisian Smart Cities[122] est une initiative qui a été lancée dans le cadre du programme national de Smart City.

Lancées dans quelques villes tunisiennes telles que Tunis, Bizerte[123] et Gabes...[124]

Égypte[modifier | modifier le code]

En 2015, l'Égypte entreprend la construction d'une capitale administrative pour que la capitale Le Caire respire un peu. Présenté comme ville intelligente par ses promoteurs « la cité idéale du XXIe siècle » est « douze fois plus étendue que Manhattan et sept fois plus que Paris intra-muros ». « est située à 50 km du Caire, sur 700 km2 entre les quartiers Est du Caire et l’entrée du canal de Suez »[125].

Concept de « ville sûre »[modifier | modifier le code]

On assiste à l’émergence du marché de la «ville sûre », où l’équilibre entre libertés et sécurité est en tension[10].

Huawei développe et commercialise, à partir de son expérience en Chine, son concept de « ville sûre », une extension de la ville intelligente. Elle repose sur un déploiement de caméras de surveillances connectées au réseau de télécommunications et des applications d'intelligence artificielle, dont la reconnaissance faciale qui est centrale pour le système. Ces techniques combinées peuvent mener à un contrôle social très développé mettant en péril les libertés individuelles, par la notation sociale, base d'un système de crédit social, le « pilori » numérique sur écran d'affichage, etc. La nocivité effective des villes sûres[126] est totalement dépendante des autorités et met en alerte les associations de défense des droits humains[127],[128].

En France, la mairie de Valenciennes s'est laissé séduire par un cadeau de l'équipementier Huawei pouvant représenter 2 millions d'euros, à charge pour la municipalité d'en définir son usage[129]. Huawei a ainsi pu y expérimenter librement son système de « caméras intelligentes » grâce à un accord passé avec le maire Jean-Louis Borloo ; quelques années plus tard, celui-ci a été nommé au conseil d'administration de Huawei France[130]. D'autres municipalités (Nice[131], Marseille[132], Saint-Étienne[133], Toulouse, La Défense...) se laissent convaincre en 2019-2020 par les industriels de la sécurité dont Thales, Engie Ineo, Ercom, Idemia, Anyvision qui voient un marché à conquérir.

Ces expériences et possibles extensions en France[134],[135] ou en Europe doivent être en conformité avec les constitutions et les règles du RGPD, et contrôlés par les autorités indépendantes telle la Commission nationale informatique et liberté française[136]. À défaut, une société de surveillance se mettrait en place[137]

Les libertés individuelles et le respect de la vie privée peuvent être oubliés dans le développement des villes intelligentes ou des villes sûres. Par la collecte importante de données de Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft, mais aussi Uber, Airbnb et autres plateformes numériques, les industriels de la donnée ont établi de nouveaux rapports de force. Cette masse grandissante de données renouvelle les possibilités de surveillance dans l’espace urbain, ce qui inquiète la CNIL[138].

Concept de "Village intelligent"[modifier | modifier le code]

Il existe un pendant rural au concept de ville intelligente. La notion de « village intelligent » ou « smart village » apparaît au milieu des années 2010 en France après avoir été adoptée pour la transition numérique dans certains pays comme le Rwanda où un programme ambitieux est mené[139]. Ce principe repose sur une multitude d'initiatives locales[140]. Néanmoins, le débat autour de cet outil se généralise avec l'affirmation lors du Forum RéaliTIC de 2020 d'une volonté nationale de faire du numérique une opportunité économique, sociale et environnementale pour les territoires ruraux[141].

Depuis la déclaration de Corck "Pour une vie meilleure en milieu rural", l'UE considère que les villages ruraux ont des faiblesses mais surtout des potentialités à exploiter.[142] Un « Plan d’action de l’UE pour les Smart Villages » (Villages Intelligents) est donc mis en œuvre en 2017[143]. En février 2019, une définition opérationnelle de la notion est développée par les instances de l'Union Européenne (UE), en particulier par le réseau européen pour le développement rural (ENRD) fondé en 2008 par la Direction Générale de l’Agriculture et du développement rural de la Commission européenne (DG AGRI). Cette définition est opérationnelle et permet à l'UE de promouvoir le concept de village intelligent[144] :

« Les villages intelligents sont des communautés de zones rurales qui utilisent des solutions innovantes pour améliorer leur résilience, en tirant parti des atouts et des opportunités locales»[145].

De manière générale, la notion de Smart Village consiste en la mise en œuvre de solutions pratiques par les habitants des milieux ruraux pour les inconvénients mais aussi les opportunités inhérents leur territoire. Le numérique est une solution parmi d’autres pour faire l’ « intelligence » du village et de ses solutions. Il s’agit avant tout d’utiliser cette technologie pour penser le territoire au-delà du village et créer de nouveaux liens. Les villages intelligents s’inscrivent dans une démarche de soutien à l’activité locale, au maintien des services et à la préservation de l’environnement grâce à des solutions numériques comme des plateformes de e-commerce, du téléservice ou encore la gouvernance électronique[146]. Les villages intelligents ont  cinq objectifs : répondre aux évolutions démographiques notamment au dépeuplement  ; mettre en œuvre des services publics numériques  ; créer des liens plus forts avec les petites villes ; faire des zones rurales les têtes de file de la transition vers une économie circulaire et à faible intensité carbone ; promouvoir la transformation numérique des zones rurales [147].

Cependant, la notion de « village intelligent » présente des limites. Certaines sont les mêmes que pour la notion de ville intelligente, mais d'autres sont plus spécifiques.

D’abord, un grand nombre de territoires ruraux ne disposent pas encore des infrastructures numériques qui leur permettent de créer un « village intelligent ». Ainsi, selon une enquête réalisée par le CREDOC, « 53% seulement des individus interrogés habitant une commune rurale indiquent avoir une connexion internet suffisante pour des usages vidéo[148]. Les villages intelligents risquent donc d'encourager la création d'infrastructures numériques comme les équipements numériques, le déploiement de la 5G ou la mise en place de la fibre optique, qui ont un fort impact environnemental[149] .

Enfin, la mise en œuvre de services numériques dans les territoires ruraux tend à remplacer la présence physique des services de l’Etat dans ces territoires. Dès lors, il est plus difficile pour les citoyens peu ou pas connectés, comme les personnes âgées très présentes en milieu rural, d’accéder à leurs droits[150].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Smart city » (voir la liste des auteurs).
  1. Dupuy G (1992) L'informatisation des villes, Que sais-je ?, 2701, Éditions PUF, 1992, 127 pages [présentation en ligne].
  2. Francis Pisani, « Mais d'où vient cette idée bizarre de « ville intelligente » ? », La Tribune, (consulté le ).
  3. (en) A Caragliu, C. Del Bo et P Nijkamp, « Smart cities in Europe »,  Journal of Urban Technology, 3rd Central European Conference in Regional Science, CERS, vol. 18, no 48,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) Rudolf Giffinger, Smart cities – Ranking of European medium-sized cities, Centre of Regional Science, (lire en ligne [PDF]).
  5. Jean Bouinot, La ville intelligente : savoir attirer des entreprises, LGDJ, , 182 p. (ISBN 978-2-275-02399-1, présentation en ligne).
  6. En route vers des villes plus intelligentes : Comment penser et construire la smart city en Villes de France ?, Fédération des villes de France, , 24 p. (lire en ligne [PDF]).
  7. Emmanuel Eveno, « La Ville intelligente : objet au cœur de nombreuses controverses », Quaderni - Communication, technologies, pouvoir, no 96,‎ , p. 29–41 (ISSN 2105-2956, DOI 10.4000/quaderni.1174, lire en ligne, consulté le )
  8. « Résolution du Parlement européen du 5 mai 2010 sur un nouvel agenda numérique pour l'Europe: 2015.eu », Rapport sur un nouvel agenda numérique pour l'Europe: 2015.eu, sur Parlement européen (consulté le ).
  9. a et b « Quelles perspectives pour la smart city en France ? », entretien avec Luc Belot, Le Monde, (consulté le ).
  10. a et b Claire Legros entretien avec Antoine Courmont, « La crise du coronavirus accélère la recomposition de la gouvernance de la ville numérique », Le Monde, (consulté le ).
  11. Claire Legros entretien avec Teresa Scassa, « La ville numérique a besoin d’une gouvernance publique des données, qui implique la population », Le Monde, (consulté le ).
  12. Baptiste Cessieux, « Smart city : rassembler les données en vue de piloter la ville », sur lagazettedescommunes.com, (consulté le ).
  13. Laetitia Van Eeckhout, « La collecte de données, enjeu majeur pour les « smart cities » françaises », sur lagazettedescommunes.com, (consulté le ).
  14. a b c et d « Smart city et données personnelles : quels enjeux de politiques publiques et de vie privée ? », sur CNIL, (consulté le ).
  15. a et b Laetitia Van Eeckhout entretien avec Mathieu Saujot, Thierry Marcou, « Le concept de “Smart City” n’est plus opérant », sur Le Monde, (consulté le ).
  16. « Le groupe Caisse des Dépôts mise sur la smart mobility via sa filiale Transdev », sur Le Monde, (consulté le ).
  17. a et b « La smart city dessine une ville à plusieurs vitesses », Le Monde, (consulté le ).
  18. « L’avènement des smart cities passe par l’énergie solaire », Les Échos, .
  19. « Le concept de « smart city » peut-il se repolitiser ? », Le Monde, (consulté le ).
  20. « La smart city : un enjeu international pour le Groupe EDF », Le Monde, (consulté le ).
  21. « Smart cities : les villes intelligentes et connectées » (consulté le ).
  22. a et b (en-US) Sommer Mathis et Alexandra Kanik, « Why you’ll be hearing a lot less about ‘smart cities’ », sur City Monitor, (consulté le )
  23. (en-US) Aaron Tilley, « Cisco Systems Pulls Back From Smart City Push », Wall Street Journal,‎ (ISSN 0099-9660, lire en ligne, consulté le )
  24. Patrick Boucheron, Denis Menjot (avec la collaboration de Marc Boone), La ville médiévale : Histoire de l’Europe urbaine 2, Seuil Paris, , p. 8.
  25. « Mutations et permanence de la ville », dans La plateforme d’une ville : Les données personnelles au cœur de la fabrique de la smart city, CNIL, coll. « Cahiers innovation et prospective » (no 5), , 54 p. (lire en ligne [PDF]), p. 8.
  26. a et b (en) Robert G. Hollands, « Will the real smart city please stand up? », in City, vol. 12, no 3, 26 novembre 2008, pp. 303-320 [lire en ligne].
  27. Voir aussi sur le sujet : (en) S. Graham et S. Marvin, Telecommunications and the city : electronic spaces, urban place, Londres, Routledge, .
  28. Est-ce que la technologie désurbanise la ville ? - Commentaires sur une intervention de Adam Greenfield sur la question des responsabilités civiles dans la ville en réseau, lors des rencontres Lift with Fing 2011.
  29. (en) Saskia Sassen, « Talking back to your intelligent city », Cities, What Matters, .
  30. Rémi Sussan, « Les dérives des villes intelligentes », sur fing.tumblr.com, (consulté le ).
  31. Claire Gerardin, « Les Smart Cities, danger ou opportunité ? », sur buzzit.clairegerardin.com, (consulté le ).
  32. « Big Brother Awards 2017: Big Brother ís watching us », Bigbrotherawards.be (consulté le ).
  33. (en) « How Hackers Could Hold Your Town Hostage », sur Tom's Guide, (consulté le ).
  34. « Conversation avec Bernard Stiegler : « Faire de Plaine Commune en Seine-Saint-Denis le premier territoire contributif de France » », sur The Conversation, (consulté le ).
  35. « Pourquoi la smart city sera une ville « connectée » ? », Le Monde, (consulté le ).
  36. (en) « Smart Cities from Libelium allows systems integrators to monitor noise, pollution, structural health and waste management », Libelium.com, .
  37. « La collecte de proximité : une solution pour la Smart City », Le Monde, (consulté le ).
  38. (en) « Vehicle Traffic Monitoring Platform with Bluetooth Sensors over ZigBee », Libelium.com, .
  39. (en) Alicia Asín et David Gascón, « Smart Sensor Parking Platform enables city motorists save time and fuel », Libelium.com, .
  40. « Ce que la voiture autonome va apporter à la smart city », Le Monde, (consulté le ).
  41. (en) Direction générale des politiques internes, Mapping Smart Cities in the EU, Parlement européen, , 200 p. (lire en ligne [PDF]).
    Document publié en anglais uniquement.
    .
  42. Mapping Smart Cities in the EU, p. 33.
  43. Mapping Smart Cities in the EU, p. 32.
  44. Mapping Smart Cities in the EU, p. 10.
  45. Mapping Smart Cities in the EU, p. 9.
  46. « Villes intelligentes: opportunités de la transformation numérique pour entreprises suisses en Allemagne », sur S-GE (consulté le )
  47. « Villes intelligentes : les projets urbains intelligents s’accélèrent », sur Ville Intelligente Mag (consulté le )
  48. « Les plus ingénieuses villes d’Allemagne », sur deutschland.de, (consulté le )
  49. « Berlin se mobilise pour devenir plus "smart" », sur La Tribune (consulté le )
  50. « Le port de Hambourg, vitrine allemande de la « smart city » », sur La Tribune (consulté le )
  51. (de) « Smart Cities: Stadtentwicklung im digitalen Zeitalter », sur Bundesministerium des Innern, für Bau und Heimat (consulté le )
  52. « Le Royaume-Uni, le pays où les smart cities règnent », sur Sithon Technologies (consulté le )
  53. Renaud, « Le Royaume-Uni, le royaume des smart cities », sur Objetconnecte.com, (consulté le )
  54. « Le Royaume-Uni, le pays où les smart cities règnent », sur Sithon Technologies (consulté le )
  55. Renaud, « Le Royaume-Uni, le royaume des smart cities », sur Objetconnecte.com, (consulté le )
  56. « Le Royaume-Uni, le pays où les smart cities règnent », sur Sithon Technologies (consulté le )
  57. « Classement. Quelles sont les villes les plus “smart” du monde ? », sur Courrier international, (consulté le )
  58. (en) « Le plan de la ville intelligente de Londres vise à connecter ses gouvernements disparates », sur Apolitical, (consulté le )
  59. (en-GB) « Five of the UK’s most exciting smart city projects », sur www.apm.org.uk (consulté le )
  60. (en-GB) « Five of the UK’s most exciting smart city projects », sur www.apm.org.uk (consulté le )
  61. Fanny Bertossi, Anne Charreyron Perchet, « Villes intelligentes, « smart », agiles : Enjeux et stratégies de collectivités françaises », Commissariat général au développement durable, mars 2016 [lire en ligne] [PDF].
  62. Présentation du livre blanc sur « Le numérique et la ville » (et lien de téléchargement)
  63. « 3 pôles de compétitivité cosignent un Livre Blanc afin d'accompagner la Ville dans sa transformation digitale », sur finyear.com, (consulté le )
  64. « La moitié des collectivités françaises engagées dans un projet smart city », Le Monde, (consulté le ).
  65. « Grand Lyon, Smart city - Lyon, une métropole intelligente » (consulté le ).
  66. https://www.data.gouv.fr/fr/organizations/ville-de-rennes/
  67. « Rennes Métropole primé pour son Smart grid », 4 décembre 2015 (dernière màj.) (consulté le ).
  68. http://www.trombinoscope.com/telechargement/Revues/195/Couet.pdf
  69. inaugurée 2013-02-26 à Polytech'Lille (Villeneuve-d'Ascq, en partenariat avec les Eaux du Nord et le CITC (« Centre d'Innovations des Technologies sans Contact »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)).
  70. Jean-Pierre Gonguet, « Le « paradis numérique » existe, et on peut le voir de la Ligne C du RER », La Tribune, .
  71. « IssyGrid, un succès qui ouvre la voie au modèle français du smart grid | Issy-les-Moulineaux », sur www.issy.com (consulté le )
  72. « So Mobility: une nouvelle ambition pour les déplacements en ville | Issy-les-Moulineaux », sur www.issy.com (consulté le )
  73. « Ville numérique | Issy-les-Moulineaux », sur www.issy.com (consulté le )
  74. Présentation des thèmes La ville adaptable : La ville adaptable [PDF], et La ville adaptable 2 : La ville adaptable 2 [PDF].
  75. « Europan » : Europe programme pour une architecture nouvelle, sur le site europan-europe.eu.
  76. De la ville adaptable à la ville Open-Source - Fair.
  77. « Une "Smart City" ou "ville intelligente" qu'est-ce que c'est ? », sur numerique.marseille.fr (consulté le ).
  78. « [Explicateur] Un vrai écoquartier, c'est quoi? - Rue89 Strasbourg », Rue89 Strasbourg (consulté le ).
  79. Laetitia Van Eeckhout, « A Angers, 50 000 capteurs et un « hyperviseur » pour réussir la transition écologique », Le Monde, (consulté le ).
  80. Antoine Picon, « L'avènement de la ville intelligente », Cairn, 2016
  81. « Meilleur projet au monde de ville intelligente : Dijon est en finale ! », sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté (consulté le )
  82. « Construction durable et villes intelligentes en France », sur construction21.org (consulté le )
  83. « Rendre la ville intelligente permet de faire des économies », sur La Gazette des Communes (consulté le )
  84. « Lauréats Le Monde - Smart cities 2016 un an après », Le Monde, (consulté le ).
  85. « Du projet smart city au risque d’une ville programmée », sur Groupe Caisse des Dépôts (consulté le )
  86. « Les « Smart Cities » suisses, un produit d’exportation », sur House of Switzerland (consulté le )
  87. « Les villes romandes se rêvent en «Smart Cities» », sur Bilan (consulté le )
  88. « Les projets de villes intelligentes se déploient en Suisse », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  89. « Étude : les Smart Cities en Suisse romande », sur www.mbdconsulting.ch (consulté le )
  90. « Les « Smart Cities » suisses, un produit d’exportation », sur House of Switzerland (consulté le )
  91. « L'infrastructure smart city de la ville de Zurich repose sur le cloud de Microsoft », sur www.ictjournal.ch (consulté le )
  92. « Les « Smart Cities » suisses, un produit d’exportation », sur House of Switzerland (consulté le )
  93. « Étude : les Smart Cities en Suisse romande », sur www.mbdconsulting.ch (consulté le )
  94. « Les « Smart Cities » suisses, un produit d’exportation », sur House of Switzerland (consulté le )
  95. Agence wallonne à l'Exportation et aux Investissements étrangers Place Sainctelette et 2 1080 Bruxelles T: +32 2 421 82 11 F: +32 2 421 87 87, « SMART CITIES AUX PAYS-BAS », sur Awex (consulté le )
  96. « AMSTERDAM, LA VILLE INTELLIGENTE PARTICIPATIVE », sur smartcitiesmag.lu (consulté le )
  97. (en) « Amsterdam Smart City ~ Home » (consulté le ).
  98. Lecoeuvre Claire, « Comment Amsterdam a réduit ses embouteillages de 20 % grâce au coworking », We demain, une revue pour changer d'époque,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  99. « Amsterdam Smart City : la création de nouveaux partenariats pour une ville intelligente », sur www.citego.org (consulté le )
  100. « AMSTERDAM, LA VILLE INTELLIGENTE PARTICIPATIVE », sur smartcitiesmag.lu (consulté le )
  101. « Amsterdam Smart City : la création de nouveaux partenariats pour une ville intelligente », sur www.citego.org (consulté le )
  102. « Ville intelligente et ville durable : le cas d’Amsterdam », sur www.citego.org (consulté le )
  103. « Ville intelligente et ville durable : le cas d’Amsterdam », sur www.citego.org (consulté le )
  104. Grégoire Allix, « A Helsinki, la smart city à hauteur de citoyen », (consulté le ).
  105. (en) « Smart Dubaï » (consulté le ).
  106. (en) « Dubaï Internet City » (consulté le ).
  107. « Smart Village :: Home » (consulté le ).
  108. « Les villes « intelligentes » au Japon — Géoconfluences », sur geoconfluences.ens-lyon.fr (consulté le )
  109. (en) Sophie Buhnik, « From Shrinking Cities to Toshi no Shukushō: Identifying Patterns of Urban Shrinkage in the Osaka Metropolitan Area », Berkeley Planning Journal, vol. 23, no 1,‎ (ISSN 1047-5192, DOI 10.5070/BP323111434, lire en ligne, consulté le )
  110. Raphaël Languillon-Aussel, Nicolas Leprêtre et Benoit Granier, « La stratégie de la « smart city » au Japon : expérimentations nationales et circulations globales », EchoGéo, no 36,‎ (ISSN 1963-1197, DOI 10.4000/echogeo.14598, lire en ligne, consulté le )
  111. Lyon Confluence, « Lyon Smart Community, un rayonnement international », sur lyon-confluence.fr (consulté le )
  112. (en) « Smart Taipei » (consulté le ).
  113. (en) Smart Taipei, « Corporate Identity Smart Taipei », sur smartcity.taipei (consulté le )
  114. (en) « What other smart city projects can learn from Taipei », sur Techerati (consulté le )
  115. (en-US) « Main », sur CSML (consulté le )
  116. « 12 villes indiennes à la pointe du développement urbain durable », sur www.afd.fr (consulté le )
  117. « Pittsburgh, ville laboratoire de la voiture autonome », Le Monde, (consulté le ).
  118. « A Toronto, la « ville Google » en quête d’une gouvernance de ses données numériques », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  119. « A Toronto, Bianca Wylie défie Google et sa ville connectée », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  120. « Google abandonne son projet de « smart city » à Toronto », Le Monde, AFP, (consulté le ).
  121. « L'Afrique : nouvelle terre promise de la puissance numérique chinoise ? », sur Direction générale du Trésor,
  122. « Tunisian Smart Cities lance le City Hack en partenariat avec la JCI Enit - Kapitalis », sur kapitalis.com (consulté le )
  123. « Bizerte Smart City », sur www.tustex.com (consulté le )
  124. « Tunisian smart cities | Billet: Un projet réaliste et réalisable », sur La Presse de Tunisie, (consulté le )
  125. Jenna Le Bras, « Égypte : une « smart city » pour désengorger Le Caire », Jeune Afrique, (consulté le )
  126. Félix Tréguer, « La « ville sûre » ou la gouvernance par les algorithmes », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  127. Julien Nocetti, « Point de vue : Europe le nécessaire débat sur la reconnaissance faciale », sur Ouest France, .
  128. « Safe city à Marseille premier recours contre la vidéosurveillance automatisée de l'espace public ? », sur Ligue des droits de l'homme (France), .
  129. Théodore Therschlucen, « Valencienne, Demain les caméras de vidéosurveillance seront intelligentes et… chinoises », La Voix du Nord, .
  130. Romain Besnainou, « Qui a peur de Huawei ? », sur France Télévisions, .
  131. AFP, « Nice va tester la reconnaissance faciale sur la voie publique », sur Le Monde, (consulté le ).
  132. AFP, « Un vaste système de vidéosurveillance biométrique à Marseille attaqué en justice », sur Le Monde, (consulté le ).
  133. « Marseille, Nice, Saint-Etienne : les semonces de la CNIL face à de nouveaux projets sécuritaires », Le Monde, (consulté le ).
  134. « Le gouvernement envisage une expérimentation de la reconnaissance faciale dans des lieux publics », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  135. Macéo Croppo, « Reconnaissance faciale en France : quelle place dans la politique de sécurité intérieure ? », sur portail-ie.fr, .
  136. « Reconnaissance faciale : pour un débat à la hauteur des enjeux », sur CNIL, .
  137. Sylvain Louvet, « Tous surveillés - 7 milliards de suspects », sur Arte, .
  138. Claire Legros, « Les libertés individuelles, oubliées de la smart city », sur Le Monde, (consulté le ).
  139. Francis Pisani, « De l'intérêt des Smart Villages », sur La Tribune, (consulté le )
  140. Philippe Bertrand, « Le "Smart Village" avec Dominique Valentin », sur France inter, (consulté le )
  141. Marcel Desvergne, « « Smart Village - Village intelligent ». L' univers numérique est-il une opportunité pour la ruralité ? », sur Educavox,
  142. « Déclaration de Corck "Pour une vie meilleure en milieu rural" », sur Réseau Rural Français, (consulté le )
  143. « Plan d’action de l’UE pour les Smart Villages », sur Réseau Rural Français (consulté le )
  144. (en) « Smart Village Pilot Project », (consulté le )
  145. « Portail "Village intelligent" », sur European Network for Rural Development (consulté le )
  146. « Smart Villages », sur Réseau rural français, (consulté le )
  147. Neda Skakelja, « Les villages intelligents pour revitaliser les services ruraux », sur Revue rurale de l'UE n°26, (consulté le )
  148. J.F Lucas, « La COVID-19, accélératrice et amplificatrice des fractures numériques », sur Sciences Po, (consulté le )
  149. Emmanuel Frenoux, « Rapport de l’ADEME, La Face cachée du numérique & Quel est l’impact environnemental de l’informatique », sur ADEME, (consulté le )
  150. Cory Verbauwhede, « Entretien avec Clara Deville », sur Centre d'histoire des régulations sociales, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]