Mémoire morte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mémoire morte (homonymie).
Une PROM (1983)

Originellement, l'expression mémoire morte (en anglais, Read-Only Memory : ROM) désignait une mémoire informatique non volatile (c’est-à-dire une mémoire qui ne s’efface pas lorsque l’appareil qui la contient n’est plus alimenté en électricité) et dont le contenu est fixé lors de sa programmation, qui pouvait être lue plusieurs fois par l'utilisateur, mais ne pouvait plus être modifiée[1].

Avec l'évolution des technologies, la définition du terme mémoire morte (en français) ou read only memory (en anglais) a été élargie pour inclure les mémoires non volatiles dont le contenu est fixé lors de leur fabrication, qui peuvent être lues plusieurs fois par l'utilisateur et qui ne sont pas prévues pour être modifiées. Elles peuvent parfois cependant l'être par un utilisateur expérimenté, éventuellement avec un matériel spécial. Ces mémoires sont les UVPROM, les PROM, les EPROM et les EEPROM.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les mémoires mortes sont utilisées, entre autres, pour stocker :

  • les informations nécessaires au démarrage d’un ordinateur (BIOS, instructions de démarrage, microcode)[N 1];
  • des tables de constantes ou des tables de facteurs de conversion ;
  • des jeux vidéo d'anciennes générations (cartouches) ;
  • les équipements embarqués (relativement lents), pour contenir le programme de la partie numérique, en association avec une RAM dynamique pour traiter les données ;

Le temps d’accès à la mémoire morte est de l’ordre de grandeur de 150 nanosecondes comparativement à un temps d’accès d’environ 10 nanosecondes pour la mémoire vive. Pour accélérer le traitement des informations, les données stockées dans la mémoire morte sont généralement copiées dans une mémoire vive avant d’être traitées. On appelle cette opération le shadowing.

Types[modifier | modifier le code]

La première EPROM fabriquée par INTEL, 256 × 8, ~1971.

Les mémoires mortes sont classées selon la possibilité de les programmer et de les effacer :

  • Les ROM (Read Only Memory) dont le contenu est défini lors de la fabrication.
  • Les PROM (Programmable Read Only Memory) sont programmables par l’utilisateur, mais une seule fois en raison du moyen de stockage, les données sont stockées par des fusibles.
  • Les EPROM (Erasable Programmable Read Only Memory) sont effaçables et programmables par l’utilisateur[N 2].
  • Les UVPROM or Flash EPROM (Ultra Violet Programmable Read Only Memory) sont des mémoires programmables par l'utilisateur. Elles sont effaçables en les mettant dans une chambre à ultraviolet. Les UV Prom ont été remplacées par les EEPROM qui ne nécessitent pas d’être extraites de l'appareil pour être reprogrammées.
  • Les EEPROM (de l'anglais Electrically Erasable Programmable Read Only Memory) sont effaçables et programmables par l’utilisateur. Elles sont plus faciles à effacer que les EPROM car elles sont effaçables électriquement donc sans manipulations physiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les mémoires mortes ne pouvant pas être modifiées, il n’y a pas de risque d’effacement accidentel par l’utilisateur. Dans le cas d'une mémoire qu’il est possible de modifier, c'est abusivement que certains la désignent toujours sous le nom de mémoire ROM alors que le nom de mémoire non volatile (en anglais non-volatile RAM ou NVRAM) est plus correct.
  2. Comme la suppression des données se fait en plaçant la mémoire dans une machine spéciale, la mémoire doit pouvoir être facilement retirée de son support.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Futura Sciences, « Mémoire morte (définition) », sur futura-sciences.com (consulté le 29 octobre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]