Génération écologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Génération Écologie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Génération écologie
Image illustrative de l’article Génération écologie
Logotype officiel.
Présentation
Présidente Delphine Batho
Fondation 1990
Siège 48 rue Claude Balbastre
34070 Montpellier
Vice-présidents Eric Grasset
Angelo Giordano
Secrétaire général Elhadi Azzi
Porte-parole Michel Villeneuve
Positionnement Centre[1]
Idéologie Écologie politique[1]
Couleurs Bleu, vert
Site web generationecologie.net
Représentation
Députés
1 / 577

Génération écologie (GÉ) est un mouvement politique écologiste français créé en mai 1990 par Brice Lalonde, Jean-Louis Borloo, Yves Piétrasanta, Noël Mamère et Corinne Lepage[2]. Durant les années 1990, la formation avait pour ambition de regrouper les différentes tendances politiques non rattachées aux Verts.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la foulée du mandat ministériel de Brice Lalonde, le mouvement Génération écologie se constitue avec les militants écologistes issus pour beaucoup des Amis de la Terre. Il est créé à l'initiative de François Mitterrand pour concurrencer Les Verts avant les élections régionales de 1992[3],[4].

Aux élections régionales de 1992, Génération écologie recueille 7,1 % des suffrages exprimés (104 élus), tandis que son concurrent Les Verts recueille 6,8 % des suffrages (105 élus)[5]. Dans le cadre de l'Entente des écologistes, qui présente des candidats communs issus de GE et des Verts, les écologistes obtiennent plus de 11 % des voix aux élections législatives de 1993 mais aucun élu.

En 1994, au congrès de Laval, Brice Lalonde est réélu président[6]. Génération écologie décide de ne pas passer d'accord électoral, contrairement aux Verts qui, à leur assemblée générale de Lille l'année précédente, ont décidé de la possibilité de passer des accords électoraux avec la gauche. C'est à cette époque que Noël Mamère, Yves Piétrasanta et Harlem Désir, ainsi que près d'un tiers des délégués, quittent Génération écologie[7],[8]. Le mouvement glisse alors vers la droite[9].

Après avoir constaté la défection de Jacques Delors, le conseil national de Génération écologie réuni à Paris appelle à voter pour Jacques Chirac à l’élection présidentielle de 1995, avant de signer un accord avec Démocratie libérale en 1998.

Réélu président au congrès de Lille de 1997 puis à celui de Toulouse en 2000, Brice Lalonde poursuit ses accords avec Démocratie libérale tout en affirmant sa volonté de regrouper les écologistes « non Verts ». Après avoir œuvré à la création de l'UDF aux côtés de Valéry Giscard d'Estaing, France Gamerre rejoint le mouvement cette même année[10]. Elle explique son choix par son constat que l'écologie est trop souvent utilisée uniquement comme un argument électoral ou un alibi.

Les élections municipales de 2001 confirment un certain ancrage local de Génération écologie, qui obtient environ 150 élus municipaux, en partie dans les grandes villes.

Mais les législatives de 2002 sont un échec. Brice Lalonde démissionne alors de la présidence et le congrès extraordinaire de Marseille, qui se tient en présence de la présidente du RPR, Michèle Alliot-Marie. France Gamerre, adjointe au maire de Marseille chargée des affaires maritimes, est élue présidente de Génération écologie lors de ce congrès.

Le parti change alors d'appellation pour Génération écologie-Les Bleus.

Le principe d’un partenariat avec la majorité présidentielle de droite est admis, mais Génération écologie ne sera jamais associée à cette majorité nationale, de quelque manière que ce soit.

C'est dans ces conditions que Génération écologie présente des listes indépendantes (mais ouvertes à des associations) aux élections régionales, en Île-de-France et en Normandie. En Haute-Normandie la liste de Génération écologie obtient 4,17 %. Les élections cantonales, avec une moyenne nationale de 4,5 %, confirment ce score.

Réélue à la tête du parti en 2005, France Gamerre s'attache à mettre en œuvre une politique de coordination avec les autres partis écologistes[11]. C'est sous son impulsion qu'un accord est trouvé pour les législatives de 2007 avec le MEI, le MHAN et Le Trèfle - Les nouveaux écologistes. Le bureau national décide de supprimer l'appellation « Les Bleus » associée au nom du parti qui redevient donc « Génération écologie ».

France Gamerre annonce son intention de se présenter à l’élection présidentielle de 2007[12],[13], mais ne parvient pas à réunir les signatures nécessaires (elle aurait récolté environ 400 signatures sur les 500 exigées par la loi[14]).

En 2008, le mouvement présente des candidats aux élections municipales et cantonales et obtient une centaine d'élus.

Génération écologie tient sa 8e convention nationale en 2008. France Gamerre annonce son intention de ne pas se présenter pour un nouveau mandat, conformément au principe de limitation des mandats que prône le parti[15]. Bien que France Gamerre apporte son soutien à Yves Piétrasanta, c'est Jean Noël Debroise qui est élu à la présidence et lui succède.

En 2009, Génération écologie se réunit avec le MEI et La France en action, pour former l'Alliance écologiste indépendante (AEI), alliance qui présente des listes aux élections européennes de 2009[16]. Le porte-parole national est Francis Lalanne, également tête de liste dans la circonscription du sud-est[17]. Génération écologie quitte l'AEI en novembre 2010.

En 2011, Yves Piétrasanta, revenu dans le parti, est élu président de Génération écologie, lors de sa 9e convention nationale[18],[19].

Au terme d’un vaste débat sur l’avenir et les objectifs de l’écologie politique, les délégués du mouvement ont, en effet, adopté la ligne politique pour les trois années en déclarant vouloir positionner Génération écologie comme le parti du XXIe siècle, celui du développement durable. Au cours d'une rencontre avec Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG) et candidat aux primaires du Parti socialiste pour l'élection présidentielle de 2012, Yves Piétrasanta annonce la création d'un « pôle radical et écologiste » basé sur les « valeurs sociales, humanistes, républicaines, écologistes et européennes ». En décembre 2011, le parti annonce la signature de statuts avec le Parti radical de gauche mettant sur place un « Pôle radical et écologiste »[20].

Yves Piétrasanta est réélu président de Génération écologie pour trois ans lors de la dixième convention nationale du parti à Montpellier le .

En septembre 2015, Génération écologie pense intégrer l'Union des démocrates et des écologistes, qui regroupe également d'anciennes personnalités d'EÉLV et du MoDem[21]. Finalement le , Génération écologie annonce qu'il ne rejoindra pas l'UDE, car « les conditions ne sont pas réunies pour que Génération écologie entre dans la future Union démocrates et écologistes (UDE) » en soulignant que « les mandats électifs qui pourraient être confiés à des membres de Génération écologie doivent être subordonnés au respect des engagements écologistes et non l’inverse »[22].

En avril 2016, Cap21-LRC que préside Corinne Lepage et Génération écologie décident un rapprochement « dans le cadre d'un partenariat pour établir une plateforme d'action communes » en vue des élections de 2017.

Lors de la primaire de la gauche et des écologistes en vue de l'élection présidentielle, Génération écologie soutient Sylvia Pinel au premier tour et Manuel Valls au second.

Génération écologie apporte son soutien à Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle de mai 2017.

Pour les législatives de juin 2017, Génération écologie présente des candidats en commun avec le PRG dans plus de 50 circonscriptions.

Lors de la convention nationale du à Mèze, Yves Piétrasanta est de nouveau élu pour trois ans à la tête du parti.

Génération écologie participe actuellement, avec le Mouvement radical depuis décembre 2017, le MRSL, avec l'UDE et avec Cap 21, à la refondation d'un centre indépendant sur l'échiquier politique français. Le Mouvement Génération écologie est alors crédité de 2 000 adhérents[23].

Le , Delphine Batho annonce qu'elle quitte le PS et qu'elle prendra la tête de Génération écologie en septembre, succédant ainsi à Yves Piétrasanta[24]. Elle est élue présidente du parti le 10 septembre 2018[25].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

En 1992, Génération écologie seul recueille 7,2 % de suffrages aux élections régionales (108 élus), un résultat équivalent à celui des listes vertes. Les candidats communs de Génération écologie et des Verts recueillent 11 % aux élections législatives de 1993.

Aux élections municipales de 2001, Génération écologie obtient environ 150 élus municipaux, en partie dans les grandes villes.

Aux élections régionales de 2004, en Haute-Normandie, la liste de GE obtient 4,17 %. En Île-de-France, la liste « De l'oxygène pour l'Île-de-France » obtient 2,51 % des suffrages. Les candidats aux élections cantonales sous la bannière de Génération écologie obtiennent, quant à eux, une moyenne de 4,5 %.

En 2007, aux législatives, malgré l'accord signé avec deux autres partis se réclamant de l'écologie, Génération écologie ne remporte que 1,06 % des voix.

Génération écologie compte, en 2017, une trentaine d'élus en France.

Mandats et positions principaux[modifier | modifier le code]

France Gamerre[modifier | modifier le code]

France Gamerre est candidate pour Génération Écologie lors des élections Européennes de 2009 et des Régionales en 2010 (tête de liste des Bouches-du-Rhône). Lors de cette seconde élection, elle soutient la liste PS pour le second tour. Elle est candidate pour l'alliance PS, PRG, GE dans la 11e circonscription du Rhône aux élections législatives de 2012, et 17,96 % des voix, ce qui se révèle insuffisant pour pouvoir participer au second tour où les candidats Front national et UMP s'affronteront.

  • 2008 à 2012: Conseillère municipale des 6e et 8e arrondissements de la ville de Marseille, et Conseillère communautaire de Marseille Provence Métropole (commission ports de plaisance, ports de commerce et aéroports). Elle siège dans le groupe des indépendants.
  • Adjointe au maire de Marseille chargée des « affaires maritimes, de la mise en valeur du patrimoine maritime, du nautisme et du projet Frioul » de 2001 à 2008

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laurent de Boissieu, « Génération Écologie (GE) », sur france-politique.fr, .
  2. Éric Agrikoliansky, Les partis politiques en France au XXe siècle.
  3. Noël Mamère raconte dans Mes vertes années, comment François Mitterrand lui a demandé de participer au lancement de ce parti.
  4. Pierre Serne, Des Verts à EELV, 30 ans d'histoire de l'écologie politique, Les Petits matins, , 128 p. (ISBN 978-2-36383-128-6), p. 51.
  5. Yannick Rumpala, Régulation publique et environnement : Questions écologiques. Réponses économiques, Éditions L'Harmattan, mars 2003, 374 p.  (ISBN 2-7475-4068-5), p. 77.
  6. « GE explose, Brice Lalonde se présente », sur humanite.fr, (consulté le 22 mars 2014).
  7. « Les principales dates de Génération Ecologie », sur generationecologie.org (consulté le 22 mars 2014).
  8. [vidéo] « Congrès Génération Ecologie », sur ina.fr, France 3, (consulté le 22 mars 2014).
  9. Jean-Jacques Becker (dir.), Gilles Candar (dir.), Jean-Paul Deléage et al., Histoire des gauches en France, vol. 2, La Découverte, , 784 p. (ISBN 9782707147370, lire en ligne), « Écologistes et alternatifs », p. 146-158.
  10. Paul Tergaiste, « France Gamerre, présidente de Génération Ecologie et adjointe au maire de Marseille », sur leravi.org, .
  11. Chloé Durand-Parenti, « France Gamerre - Écologiste hors des sentiers battus », sur lepoint.fr, (consulté le 22 mars 2014).
  12. « Carnets de campagne : France Gamerre candidate Génération écologie à la présidentielle », sur INA, (consulté le 22 mars 2014).
  13. « La (longue) liste des candidats à la présidentielle 2007 », sur metronews.fr, (consulté le 22 mars 2014).
  14. Voir sur ecologiebleue.eu.
  15. « Jean Noël Debroise devient le nouveau Président de Génération Ecologie », sur actu-environnement.com, (consulté le 22 mars 2014).
  16. AFP, « Génération écologie quitte l'Alliance écologiste indépendante », sur lepoint.fr, (consulté le 22 mars 2014).
  17. Aliette de Broqua, « Francis Lalanne se lance dans l'aventure européenne », sur lefigaro.fr, (consulté le 22 mars 2014).
  18. « Yves Pietrasanta est élu Président de Génération Ecologie », sur actu-environnement.com, (consulté le 22 mars 2014).
  19. AFP, « Yves Piétrasanta élu président de Génération Ecologie à Montpellier », sur leparisien.fr, (consulté le 22 mars 2014).
  20. Baptême du Pôle radical et écologique, Génération écologie, consulté le .
  21. Laure Equy, « Les écolos sécessionnistes créent leur mouvement », liberation.fr, .
  22. Génération Écologie n'ira pas à l'UDE, Site de Génération écologie, .
  23. Abel Mestre, Interview de Delphine Batho, Le Monde, , p. 11.
  24. Delphine Batho quitte le PS, Le Figaro, .
  25. « Delphine BATHO succède à Yves PIETRASANTA à la tête de Génération Écologie », sur generationecologie.net (consulté le 7 novembre 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]