Hubert Julien-Laferrière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hubert Julien-Laferrière
Illustration.
Hubert Julien-Laferrière en 2012.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(5 ans, 5 mois et 11 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 2e du Rhône
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LREM (2017-2020)
EDS (2020)
NI (2020-2022)
ÉCO (depuis 2022)
Prédécesseur Pierre-Alain Muet
Maire du 9e arrondissement de Lyon

(3 ans, 3 mois et 9 jours)
Élection 30 mars 2014
Prédécesseur Alain Giordano
Successeur Bernard Bochard

(4 ans, 8 mois et 8 jours)
Prédécesseur Pierrette Augier
Successeur Alain Giordano
Biographie
Date de naissance (56 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt (France)
Nationalité Française
Parti politique PS (1980-2017)
LREM (2017-2020)
(depuis 2021)
Profession Professeur

Hubert Julien-Laferrière, né le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un homme politique français.

D'abord membre du Parti socialiste à partir de la fin des années 1980, il est maire du 9e arrondissement de Lyon de 2003 à 2008, vice-président du Grand Lyon de 2008 à 2014, puis de nouveau maire du 9e arrondissement de Lyon jusqu'en 2017.

Après avoir rejoint La République en marche (LREM), il est élu député dans la 2e circonscription du Rhône lors des élections législatives françaises de 2017. Il quitte LREM en et, à l'Assemblée nationale, passe en du groupe LREM au nouveau groupe Écologie démocratie solidarité, dont il est porte-parole. Il rejoint Génération écologie en janvier 2021 dont il est porte-parole. Il est réélu député en 2022 et rejoint le groupe Écologiste. Il est élu en juin 2022 secrétaire de l’Assemblée nationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Titulaire de deux diplômes d'études approfondies (DEA) en droit public et en droit international[1], Hubert Julien-Laferrière est spécialiste du développement et de la coopération internationale ainsi que des questions de logement et politique de la ville.

De 1997 à 2002, il est chargé de cours en droit communautaire et politiques européennes aux universités Lyon-II et Lyon-III. Il rejoint ensuite l'Institut d'études politiques de Lyon où il est d'abord chargé de cours en master « management du secteur public » jusqu'en 2011, avant d'être maître de conférences associé, responsable pédagogique du master 2 « coopération et développement Maghreb-Moyen-Orient » jusqu'en 2015.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Il s’engage au Parti socialiste à la fin des années 1980[2].

C'est un proche de Gérard Collomb. De 2003 à 2008, il est maire du 9e arrondissement de Lyon et conseiller communautaire du Grand Lyon, délégué à la coopération internationale. De 2008 à 2014, il est vice-président du Grand Lyon, délégué à la coopération et à la solidarité internationale et président de la commission coopération-développement de l'organisation mondiale des pouvoirs locaux, Cités et Gouvernements locaux unis (CGLU). 

Le , après la victoire de Gérard Collomb du 30 mars précédent, Hubert Julien-Laferrière est de nouveau élu maire du 9e arrondissement de Lyon.

En , lors des élections législatives, Hubert Julien-Laferrière est élu député de la 2e circonscription du Rhône sous l'étiquette La République en marche au 2e tour avec 53,00 % des voix face à Nathalie Perrin-Gilbert (DVG)[3]. Conformément à la loi interdisant le cumul de mandats, il démissionne de sa fonction de maire d'arrondissement.

En , avec d'autres députés de l'aile gauche du groupe LREM, il signe une tribune appelant à répartir les migrants dans les zones rurales en pénurie de main-d'œuvre[4]. En , il co-signe une tribune avec dix autres députés LREM pour s’opposer aux mesures prévues par le gouvernement sur l’immigration concernant la santé, et notamment à la réduction de l'aide médicale d'État (AME), plaidant pour ne pas céder « à l’urgence et à la facilité »[5].

Il annonce quitter LREM en , après la décision du gouvernement de recourir à l'article 49 alinéa 3 de la Constitution. Il reste membre du groupe comme apparenté[6] avant de finalement participer à la constitution de l'éphémère groupe Écologie démocratie solidarité en , dont il est porte-parole[7]. Il quitte le parti le même mois[8].

En juin 2020, entre les deux tours des élections municipales à Lyon et des élections au conseil de la métropole de Lyon, il apporte son soutien aux têtes de liste EELV, Grégory Doucet et Bruno Bernard[9].

Le , il annonce rejoindre Génération écologie dont il devient porte-parole[10],[11]. Il soutient Delphine Batho, présidente du parti, pour la primaire présidentielle de l'écologie de 2021[11], puis devient porte-parole de Yannick Jadot pour l'élection présidentielle française de 2022 à la suite de la victoire de ce dernier à la primaire[12].

En novembre 2021, il s'oppose, aux côtés de l'avocat William Bourdon et de plusieurs victimes britanniques du régime émirati, à la candidature controversée du général Ahmed Naser Al-Raisi à la présidence d'Interpol[13].

Candidat à un nouveau mandat lors des élections législatives, cette fois sous la bannière de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES), il est réélu au second tour le en obtenant 51,64 % des voix face à Loïc Terrenes, candidat de LREM.

Autres activités[modifier | modifier le code]

En 2018, il incarne un cadre d'En marche dans le film Neuilly sa mère, sa mère ! de son frère Gabriel Julien-Laferrière[14].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

À l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Au niveau local[modifier | modifier le code]

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La spécificité des conventions fiscales signées entre la France et les pays d'Amérique Latine », sudoc.fr
  2. « Hubert JULIEN LAFERRIERE | La République En Marche ! », sur En Marche ! (consulté le )
  3. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  4. Jules Pecnard, « En durcissant le ton sur l'immigration, Macron sème le trouble au sein de La République en marche », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  5. Hortense de Montalivet, « Immigration: ces députées LREM révoltées par le plan du gouvernement », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  6. « Le député Hubert Julien-Laferrière quitte le groupe LREM à cause du 49-3 », sur Le Figaro, (consulté le ).
  7. Justin Boche, « Lyon : Hubert Julien-Laferrière fait perdre la majorité de LREM », sur lyoncapitale.fr, (consulté le ).
  8. Kathleen Garon, « Le député du Rhône, Hubert Julien-Laferrière, quitte LREM pour EDS pour retrouver le sens du dialogue promis en 2017 », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le ).
  9. Justin Boche, « Lyon : soutenu par des députés LREM dissidents, EELV se dit “prêt à gouverner” », sur Lyon Capitale.fr, (consulté le ).
  10. Lyon : le député du Rhône Hubert Julien-Laferrière rejoint Génération Ecologie
  11. a et b Pauline Graulle et Ellen Salvi, « Primaire écologiste : cinq candidatures à la lumière de leurs soutiens », sur Mediapart, (consulté le ).
  12. « Présidentielle 2022 : Yannick Jadot dévoile son organigramme de campagne », sur Franceinfo, (consulté le )
  13. « Opposition à la candidature d’un général des Emirats arabes unis à la présidence d’Interpol », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. N.C, « Cinéma La suite de Neuilly : on vote pour ! », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]