Politique écologique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La politique écologique (ou politique verte) est considérée par ses partisans comme une option politique distincte de celles des partis de gauche comme de droite, en cela que les partis verts proposent, pour assurer la protection de l'environnement, des mesures politiques peu semblables à celles des politiciens plus conventionnels.

Par exemple :

Les verts ou partis écologiques tendent à évoluer lentement, probablement en raison du manque d'identification à un groupe d'intérêt puissant ou parce que leurs propositions relèvent davantage d'une vision mondiale que nationale à laquelle ils sont attachés. Dans les pays développés, les verts obtiennent typiquement entre 3 et 12 % des suffrages, en n'obtenant que rarement de meilleurs résultats. Ils participent souvent aux gouvernements en tant que partenaires minoritaires, ou agissent à l'échelle municipale ou régionale.

Les valeurs politiques fondamentales des verts incluent les quatre piliers des partis verts, originellement posés par les verts européens, les dix actes politiques des verts adoptées dans les années 1990, et les six principes clés adoptées en 2001.

Les verts présentent d'ordinaire productivisme, consumérisme et scientisme comme autant de valeurs grises et sont impliqués dans le mouvement anti-globalisation, le degré d'implication allant de la protestation de rue à ceux qui construisent des moyens d'éviter la monoculture économique.

Selon des critiques, leur approche politique comprend l'anarchisme vert, l'éco-anarchisme, le mouvement antinucléaire et le mouvement pour la Paix, mouvements qui refusent généralement l'assimilation à un parti politique.

Certains affirment également qu'elle inclut le féminisme, le pacifisme et le mouvement pour les droits des animaux. La plupart des verts approuvent la mise en place de mesures favorables aux femmes, et en particulier aux mères, s'opposent aux guerres, essayent de limiter les risques de conflits, d'arrêter la prolifération de techniques utilisables au cours d'un conflit (telles qu'armes biologiques, nucléaires, chimiques).

Selon l'économiste Jean Gadrey, la mise en œuvre d'une politique écologique nécessite une réduction des inégalités : « revendiquer la sobriété contre le consumérisme se révélerait insuffisant si l’on ne précisait pas quelles catégories sociales seraient invitées à modifier le plus leurs comportements au nom de l’intérêt général. Il en va des efforts liés à la protection de l’environnement comme de la fiscalité : ils peuvent être justes ou injustes. Quand les ultrariches émettent trente à quarante fois plus de gaz à effet de serre que les 10 % les plus pauvres, mais que la taxe carbone actuelle pèse quatre fois moins sur les revenus des premiers, l’injustice flagrante provoque le rejet massif des mesures imposées[1]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Gadrey, « Réconcilier l’industrie et la nature », sur Le Monde diplomatique,

Liens externes[modifier | modifier le code]