Jean-Jacques Becker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Becker.
Jean-Jacques Becker
Portrait de Jean-Jacques Becker

Jean-Jacques Becker, en octobre 2013.

Biographie
Naissance (89 ans)
à Paris
Nationalité France Français
Enfants Annette BeckerVoir et modifier les données sur Wikidata
Thématique
Titres Professeur des universités
Profession Historien moderniste (d), historien et professeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
  • L’Opinion publique française et les débuts de la guerre de 1914
  • Histoire politique de la France depuis 1945
  • Histoire des gauches en France
Distinctions Grand prix Gobert ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Auteurs associés
Partisans
(A influencé)
Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker

Jean-Jacques Becker est un historien français, né le 14 mai 1928 à Paris. Il est spécialiste d'histoire contemporaine, en particulier de la Première Guerre mondiale et du mouvement ouvrier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean-Jacques Becker est né dans une famille issue de la communauté juive d'Alsace-Lorraine, installée à Paris, de sensibilité politique radicale-socialiste. En juillet 1942, il passa en zone Sud avec ses parents qui s'installèrent à Grenoble (Isère). Il y poursuivit ses études au lycée Champollion. Il est le frère de l'historienne Annie Kriegel.

Il est le père d'Annette Becker, également historienne.

Engagement politique et syndical[modifier | modifier le code]

Suivant l'engouement de sa famille pour le communisme, il devint membre du Parti communiste (PCF) de 1947 à 1960[1]. Du fait de son appartenance au PCF, il ne participa pas à la guerre d'Algérie et manifesta contre ce que les communistes condamnaient sous le vocable de "guerre coloniale". Ayant quitté le parti communiste, il continua de s'engager syndicalement en tant que membre du Syndicat national de l'enseignement secondaire (SNES), dont il fut secrétaire de la section du lycée d'Auxerre, puis de celle du lycée Arago à Paris. Il participa activement aux grèves de mai-juin 1968.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné dans l'enseignement secondaire (Péronne, Auxerre, Arago - Paris-) jusqu'en 1968, il fut nommé maître-assistant à l'Université de Paris-X Nanterre jusqu'en 1977, professeur des universités à Clermont-Ferrand de 1977 à 1985 (et doyen de la Faculté des Lettres de 1982 à 1985), puis à Paris-X Nanterre de 1985 à 1994 (et vice-président de l'Université de 1986 à 1989).

Il a soutenu en 1976 sa thèse de doctorat sur L’Opinion publique française et les débuts de la guerre de 1914 préparée sous la direction de Pierre Renouvin. Il a consacré ses travaux à deux grands secteurs historiques, la Grande Guerre et l'histoire politique de la France au XXe siècle, en particulier le mouvement ouvrier et le communisme.

Il a présidé le jury de l'agrégation d'Histoire en 1990, 1991 et 1992.

Il est aussi président d'honneur du Centre International de Recherche de l'Historial de la Grande Guerre de Péronne et lauréat du prix J.F. Mège de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand[2]. Il a succédé à Léo Hamon comme vice-président de la Société d'études jaurésiennes et il en est devenu président d'honneur en 2015.

Engagement professionnel[modifier | modifier le code]

Il est l'un des initiateurs de la pétition Liberté pour l'histoire et participe au conseil d'administration de l'association éponyme.

Publications[modifier | modifier le code]

Sur la Guerre, et surtout la Grande Guerre[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire de la Grande Guerre, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2008.
  • L'Année 14, Paris, Armand Colin, 2005.
  • Encyclopédie de la Grande Guerre, codirigé avec Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Bayard, 2004.
  • La Première Guerre mondiale, Paris, Belin, [1996]2003, (ISBN 2-7011-3699-7).
  • La Grande Guerre, Paris, PUF, 2004
  • Le Traité de Versailles, Paris, PUF, 2002
  • Clemenceau en trente questions, Paris, Geste éditions, 2001.
  • Clemenceau, l'intraitable, Paris, Liana Levi, 1998
  • L'Europe dans la Grande Guerre, Paris, Belin, 1996, réédité sous le titre La Première Guerre mondiale, 2003.
  • La France, la nation, la guerre (1850-1920), Paris, Sedes, 1995 (en collaboration avec Stéphane Audoin-Rouzeau).
  • Guerres et cultures, 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1994, (avec Jay M. Winter, Gerd Krumeich, Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau).
  • Les Sociétés européennes et la guerre de 1914-1918, Paris, Paris X-Nanterre, 1990, (codirigé avec Stéphane Audoin-Rouzeau).
  • La France en guerre. La grande mutation, Bruxelles, Complexe, 1988.
  • Les Français dans la Grande Guerre, Paris, Robert Laffont, 1980.
  • 1914, comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977.
  • Le Carnet B, les pouvoirs publics et l'antimilitarisme avant la guerre de 1914, Paris, Klincksieck, 1973.
  • 1914, la guerre et le mouvement ouvrier français, avec Annie Kriegel, Paris, Armand Colin, 1964.

Sur l'histoire des forces politiques en France au XXe siècle, sur le mouvement ouvrier et en particulier le communisme.[modifier | modifier le code]

  • Histoire des gauches en France, codirigé avec Gilles Candar, Paris, La Découverte, 2004.
  • La France de 1914 à 1940, Paris, PUF, 2005.
  • Histoire politique de la France depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2003, 10e éd.
  • Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome 19, Crises et alternances, 1974-1995 (avec la collaboration de Pascal Ory), Paris, Le Seuil, 1998, coll. "Points"; nouvelle édition 2000, 2002.
  • Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome 12, Victoires et frustrations, 1914-1929, avec Serge Berstein, Paris, Le Seuil, 1990, coll. "Points".
  • Histoire de l'anticommunisme en France, avec Serge Berstein, tome 1 (1917-1940), Paris, Orban, 1987.
  • Le Parti communiste veut-il prendre le pouvoir ? (La stratégie du parti communiste de 1930 à nos jours), Paris, Le Seuil, 1981.

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Un soir de l'été 1942... : souvenirs d'un historien, Paris, Larousse, 2009

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Becker, Sophie Cœuré, Le Maitron.fr, sans date
  2. [1] remise du prix Mège