Coubron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Coubron
Coubron
L'hôtel de ville de Coubron derrière l'arbre aux quarante écus de son parc.
Blason de Coubron
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-Saint-Denis
Arrondissement Le Raincy
Canton Tremblay-en-France
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Ludovic Toro
2014-2020
Code postal 93470
Code commune 93015
Démographie
Gentilé Coubronnais
Population
municipale
4 812 hab. (2016 en augmentation de 2,12 % par rapport à 2011)
Densité 1 162 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 00″ nord, 2° 35′ 00″ est
Altitude 75 m
Min. 61 m
Max. 126 m
Superficie 4,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis

Voir sur la carte administrative de la Seine-Saint-Denis
City locator 14.svg
Coubron

Géolocalisation sur la carte : Seine-Saint-Denis

Voir sur la carte topographique de la Seine-Saint-Denis
City locator 14.svg
Coubron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coubron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coubron
Liens
Site web coubron.fr

Coubron Audio est une commune française située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France.

Au dernier recensement de 2016, la commune comptait 4 812 habitants, ce qui fait d'elle la moins peuplée sur la liste des quarante communes de Seine-Saint-Denis, derrière Gournay-sur-Marne et Vaujours (celles-ci ayant plus de 6 000 habitants).

Par sa taille et sa situation, hors des grands axes routiers, la petite ville a su conserver son patrimoine naturel qui comprend de nombreux espaces boisés et de nombreux plan d'eaux. Coubron est cependant située en petite couronne, donc assez proche de Paris, mais elle se se distingue des autres communes de son département et même de son canton, zones très urbanisées, en gardant un aspect encore très rural à l'instar des villages du département de Seine-et-Marne dont elle est limitrophe[1].

Le village de Coubron et son environnement bucolique servit de source d'inspiration au peintre français Camille Corot qui y conçu de nombreuses toiles vers la fin de sa vie.

Ses habitants se dénomment les Coubronnais[2].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de Paris et de la petite couronne, avec la commune de Coubron en rouge.
Localisation de Coubron dans la petite couronne.

Description[modifier | modifier le code]

L'agglomération proprement dite constitue à peine plus du tiers du territoire communal, de plus, l'architecture de son ensemble urbain, essentiellement constitué de petites maisons et d'immeubles de dimensions modestes a permis de garder l'aspect d'une bourgade traditionnelle d’Île-de-France.

Ainsi, contrairement à l'urbanisation importante de certaines communes avoisinantes de Seine-Saint-Denis, Coubron a su conserver son caractère aéré, champêtre et un cadre de vie de meilleure qualité, en grande partie grâce à la présence de la forêt de Bondy, dont la majeure partie du massif se situe sur le territoire communal[3].

Cet état est le résultat d'une volonté très forte des habitants et des municipalités qui se sont succédé, notamment dans les années 1980 et les années 1990 et correspondant aux municipalités Corlin et Coënne. il s'agissait de préserver un cadre spécifique et atypique en Seine-Saint-Denis. Cette situation exceptionnelle présente un intérêt écologique et environnemental aussi bien au plan local que départemental, voire régional. Les richesses naturelles de Coubron et son positionnement dans la banlieue parisienne constituent une richesse pour les communes périphériques largement urbanisées [4].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le massif de l'Aulnoye où Coubron se situe, vallonné et boisé, est parcouru par l'aqueduc de la Dhuis. Cette zone géographique où Coubron s'épanouit, située à l'intérieur de la Ceinture Verte de la région Ile-de-France, s'appuie sur la butte du même nom. Le territoire de la commune est en partie couvert par la forêt régionale de Bondy.

Coubron se situe au fond d'un vallon et est entouré au nord, à l'ouest et au sud par de modestes collines boisées de Vaujours, de Livry-Gargan, de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil qui l'entourent complètement. Le territoire coubronnais se situe à l'est de Paris, aux limites de la Seine-Saint-Denis (correspondant approximativement à l'ancien Pays de France) et la Seine-et-Marne (correspondant approximativement à l'ancienne Brie de Meaux)

Le centre du bourg de Coubron se situe à environ 22 km de Paris-Notre-Dame, par la route[5], ainsi qu'à 11 km de Bobigny, préfecture du département de la Seine-Saint-Denis (par la RD 136).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Coubron est limitrophe de six communes. Elle est voisine de Vaujours, de Livry-Gargan, de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil, communes de la Seine-Saint-Denis et de Chelles et de Courtry, communes de Seine-et-Marne[6].

Communes limitrophes de Coubron
Livry-Gargan Vaujours Vaujours
Clichy-sous-Bois Coubron Courtry
(Seine-et-Marne)
Clichy-sous-Bois Montfermeil Chelles
(Seine-et-Marne)

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune, propre à la région, est très riche en gypse, matière première importante ce qui confère au site un grand intérêt pour les exploitants carriers. Ainsi, dans les années 1990, le bois de Bernouille a vu sa superficie réduite en raison de l'extension des carrières de gypse, entraînant un risque géologique majeur [7].

Climat[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Coubron, à l'instar des autres communes de l'Île-de-France et de l'ensemble du bassin parisien, est soumis à un climat océanique dégradé.

Bien que moins urbanisée et présentant de nombreux secteurs boisés, la localisation de la commune au sein de la zone urbanisée très dense de l'agglomération parisienne provoque une très légère élévation de la température d'un ou deux degrés en fonction des conditions climatiques par rapport aux zones rurales d'Île-de-France située plus à l'est, en particulier par temps calme et anticyclonique. Cet écart est particulièrement notable au lever du jour, et a tendance à s'accentuer au fil des années. La température moyenne annuelle est de 11 °C, le mois le plus le froid est janvier avec 4,7 °C ; les mois les plus chauds sont juillet et août avec 20 °C (moyenne journalière). Le nombre moyen de jours où la température dépasse 25 °C est de 43, dont 9 au-delà de 30 °C. Au Bourget, depuis 1955, la durée moyenne annuelle d'ensoleillement est de 1719 heures[8]

Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 6 7 11 14 18 21 24 24 21 15 9 7 14,8
Températures minimales moyennes (°C) 1 1 3 6 9 12 14 14 11 8 4 2 7,1
Températures moyennes (°C) 4 4 7 10 14 17 19 19 16 12 7 5 11,2
Source : Climatologie mensuelle - Aéroport de Roissy, France

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Étang du Moulin.

La commune n'est traversé par aucun cours d'eau notable. Le rû de Chantereine prend sa source dans la commune de Courtry en limite du territoire de Coubron. On peut également noter quelques zones marécageuses et des plans d'eau dans la partie boisée de la commune.

Les plans d'eau

Le territoire coubronnais abrite de nombreux plans d'eau dont les quatre étangs de la forêt de Bondy dénommés étang Dominique, étang Élisabeth, étang Laurence et étang Virginie, ainsi que la mare aux joncs [9]. La commune compte également la mare de Coubron, la mare Corot (près de Coudreaux) et la mare du Moulin.

L'aqueduc de la Dhuis

Le territoire coubronnais est également traversé par un aqueduc souterrain d'Île-de-France. Construit entre 1863 et 1865 pour alimenter Paris en eau potable à partir de la rivière, la Dhuis, il parcourt 130 km presque à l'horizontale depuis sa prise d'eau à son débouché. L'aqueduc traverse la commune dans sa partie septentrionale (depuis Courtry) pour ensuite bifurquer vers le sud-ouest en direction de Clichy-sous-Bois.

Article connexe : aqueduc de la Dhuis.

Voie de communication et transport[modifier | modifier le code]

Plan de Coubron avec ses principaux axes.
Bus TRA en 2008 avec l'indication Coubron Stade.

Routes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune ne comprend aucun grand axe de circulation et n'est sillonné que par trois routes départementales qui relie son territoire avec ses communes voisines.

  • La route départementale 136 (RD 136) qui traverse le territoire de Coubron d'ouest en est, relie la commune de Clichy-sous-Bois (jonction avec la RN 370) à la commune de Courtry en Seine et Marne (jonction avec la RD 86). Cette route permet de rejoindre la voie rapide la francilienne au niveau de son échangeur no 7, par la RD 34.
  • La route départementale 129 (RD 129) qui traverse le territoire de Coubron dans sa partie septentrionale relie la commune de Livry-Gargan (jonction avec la RD 136) à la commune de Courtry en Seine et Marne (jonction avec la RD 84).
  • La route départementale 44a (RD 44a) qui traverse le territoire de Coubron du sud vers le nord, relie le centre de la commune de Coubron (jonction avec la RD 136) à la commune de Vaujours (jonction avec la RD 44).

Transports publics[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par différentes lignes d'autobus du réseau de bus TRA[10].

  • Ligne 602 : Le Raincy (Gare du Raincy Villemomble Montfermeil) - Coubron (Stade)
  • Ligne 603 : Le Raincy (Gare du Raincy Villemomble Montfermeil) - Coubron (Corot)
  • Ligne 643 : Villepinte (Gare du Vert Galant) - Coubron (Mairie) - Gagny (Gare de Chenay)
  • Ligne 644 : Livry-Gargan (Gutenberg / Lycée Boulloche) - Coubron (Mairie) - Vaujours (Collège Henri IV)
  • Ligne 645 : Coubron (Stade) - Montfermeil (Hôpital Intercommunal)

La gare ferroviaire la plus proche est la gare du Vert-Galant, desservie par la ligne du RER B et située au sud-est du territoire de la commune de Villepinte, à la limite des communes de Tremblay-en-France et de Vaujours.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le territoire de la ville est partagé de la façon suivante [11]

  • 138 hectares de zones construites, soit 33 % du territoire;
  • 92 hectares de terrains agricoles, soit 22 % du territoire;
  • 183 hectares de bois et de forêts, soit 45 % du territoire.

Quartiers et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus exhaustive possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux qui composent le territoire de la commune de Coubron, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[12].

  • Bois de Bernouille (zone naturelle)
  • les Fonds Bertrands
  • Ferme Bellevue
  • les Couronnes
  • les Coquelicots
  • la renardière
  • les Coudreaux (quartier partagé avec Chelles et Montfermeil)
  • les étangs (zone forestière)
  • la Clairière (zone forestiere)
  • les Hautes Bruyères

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques liés aux mouvement de terrains[modifier | modifier le code]

Le territoire de Coubron est situé en zone argileuse et une carte a été éditée par la préfecture de Seine-Saint-Denis pour délimiter ces zones. La plus grande partie de la surface de la commune a été répertoriée en zone d'aléa fort et en zone d'aléa moyen, en ce qui concerne les risques de « retrait-gonflement » des sols argileux[13]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Coubron est situé en zone de sismicité no 1, comme la plupart des communes de son secteur géographique[14],[15].

Terminologie des zones sismiques[16]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 1 Sismicité très faible accélération = 0,4 m/s2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Á l'origine le nom latin est Curtis Breonis (signifiant « terre » ou « domaine de Bréon »), puis au XIIe siècle, Curtbreun au XIIIe siècle, Corbreon au XIVe siècle, Corbero en 1474, Corberon, Courberon au XVe siècle et XVIe siècle , et enfin Couberon au XVIIIe siècle. Il existe également l'orthographe Cobreun[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des traces datant de l'époque néolithique ont été retrouvées à Coubron (haches, grattoirs...). Un village s'était effectivement construit près du ruisseau, qui traversa Coubron d'est en ouest (aujourd'hui disparu) et qui était tributaire du ru de Chantereine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Ve siècle, des colons s'installent sur le site de Coubron et lui donnent le nom de Curtis Bréonis, la terre ou le domaine de Bréon, dont le terme d'origine germanique signifie « large » ou « fort ».

Vers 1180, Robert II de Mauvoisin, fils de Raoult IV de Mauvoisin, issu d'une famille bourgeoise de Paris, était le seigneur des terres de Coubron et de Villemomble. À la fin du XIIIe siècle, Guillaume de Chantilly cède le domaine de Coubron à Philippe le Bel. La paroisse se dénommait à cette époque Curtbeuron Curtbreun ou Corbréon[18].

Renaissance et Époque moderne[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la fin du XVIe siècle, la ville fut rattachée à Livry. Son territoire était dépendant soit de l'abbaye de Chelles soit des Templiers et Hospitaliers (ordre de Saint-Jean de Jérusalem) de Clichy-sous-Bois.

Villa coubronnaise, avant la Première Guerre mondiale.

En 1317, le fils aîné, Pierre de Chambly hérita des biens. C'est donc au tout début du XIVe siècle, que les terres de Coubron et d'Aulnay furent rattachées à celles de Livry. Propriété des Chambly au XVe siècle, la seigneurie de Livry et de Coubron fut donnée à Guiot de Chambly, seul héritier en 1412.

Onze ans plus tard, ce dernier céda une partie à maître Hugues Rapiot, alors président des requêtes du Palais. En 1425, il posséda l'ensemble de la seigneurie.

Au XVIIIe siècle, Jean Hyacinthe Hocquart de Montfermeil est le marquis de Montfermeil et seigneur de Coubron. Celui-ci décède en 1764. Son petit-fils, Jean-Hyacinthe Louis Hocquart de Montfermeil, dernier marquis de Montfermeil ( 1752-1798 ) sera également le dernier seigneur de Coubron [19].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1790, Nicolas Domage fut élu premier maire de la ville. Entre 1867 et 1875, Jean-Baptiste Camille Corot séjourna souvent au village et y aménagea un atelier aujourd'hui disparu.

Pollution radioactive

Le fort de Vaujours, situé principalement dans la commune de Courtry et en partie sur celle de Coubron, a servi au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) pour expérimenter les détonateurs des bombes atomiques françaises, de 1951 à 1997, laissant une importante pollution radioactive, mesurée en 2001 et 2011 par la CRIIRAD. Un projet d’extension de carrières de gypse de BPB Placo (groupe Saint-Gobain) est combattu pour cette raison par les riverains. Cette pollution pourrait être à l’origine de taux de tumeurs et de taux de maladies thyroïdiennes anormalement élevés dans la commune[20],[21].

Lutte écologique de défense des bois de Bernouille

De 1978 à 1990, une association de défense locale de l’environnement se créée en 1979 pour s’opposer à l’exploitation à ciel ouvert de la carrière sur le site du bois de Bernouille. Un journal associatif local, dénommé « le Fer de lance », est lancé, et la première manifestation dans les rues de Coubron se déroule le . Dix ans plus tard, la lutte ne fléchit pas et le 13 mai 1990, plus de 2 000 personnes se rassemblent au centre de Coubron pour manifester leur opposition à la carrière. En juillet 1990, le conseil général de Seine-Saint-Denis annule la décision d'annulation d'exploitation permettant à l'association locale de créer un parcours santé et un sentier botanique [22].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La poste de Coubron (ancien hôtel de ville).
Le parc de la mairie

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Jusqu’à la loi du [23], la commune fait partie du département de Seine-et-Oise. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais à la Seine-Saint-Denis après un transfert administratif effectif le .

La commune, à l'époque de la Seine-et-Oise, faisait partie du canton du Raincy. À la suite de la création du département de la Seine-Saint-Denis elle a été rattaché de 1967 à 2015 au canton de Montfermeil. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Tremblay-en-France.

Administration[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Coubron compte vingt-sept membres dont un maire, huit adjoints au maire et dix-huit conseillers municipaux. Dix commissions ont été déléguées lors de la séance du 14 avril 2014[24].

Services municipaux[modifier | modifier le code]

La municipalité a mis en place un système de vidéosurveillance sur le territoire communal en 2012[25]. Conjointement avec la commune de Vaujours, une police municipale intercommunale a été mise en place sur le territoire de Coubron[26].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[27], à laquelle la commune, qui n'était membre d'aucune intercommunalité, a été intégrée.

Dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris, la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (loi NOTRe) prévoit la création d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale.

La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Grand Paris - Grand Est dont le siège est situé à Noisy-le-Grand[28].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 3 500 et 4 999, le nombre de sièges du conseil municipal a été fixé 27 membres[29]. Durant la mandature 2014-2020, la répartition des sièges se définit par un nombre de 22 membres pour la liste majoritaire conduite par Ludovic Toro et un nombre de 6 membres pour les deux listes d'opposition, dont un groupe composée de cinq membres issu de la liste UDI et un membre issu la liste d'union de la gauche[30].

Conseil municipal de Coubron (2014-2020)
Groupe Président Effectif Statut
DVD Ludovic Toro 21 majorité
UDI Raymond Coenne 5 opposition
Union de la gauche Gérard Auger 1 opposition

Source : l'Express [31]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1900
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1904 Hippolyte François Delabrière    
1904 1912 Pierre Pedrazzi    
1913 1913 Louis Christophe Victor Lime    
1913 1914 François Joseph Dony    
1914 1917 Hippolyte François Delabrière    
1917 1918 Victor Chevalier    
1919 1923 Pierre Pedrazzi    
1923 1929 Philippe Albert Rossi    
1929 1932 Robert Alphonse Noël    
1932 1934 Edmond Dacheville Radical  
1934 1935 Jules Victor Lime    
1935 1940 Georges Dubois    
1940 1947 Henri Christin nommé par le régime de Vichy  
1947 1969 Jean Galleyrand    
1969 1990 Jean Corlin DVD puis UDF Conseiller général de montfermeil (1979 → 1992)
1990 2014 Raymond Coënne DVD puis UMP Conseiller général de Montfermeil (1998 → 2015)
2014[33],[34] En cours Ludovic Toro UMP puis UDI Médecin
Conseiller général du Raincy (2004 → 2011)
Conseiller régional d'Île-de-France (2015 →)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pancarte indiquant la distance entre Coubron et Berkheim

Au 1er novembre 2018,Coubron est jumelée avec [35] :

Drapeau : Allemagne Berkheim, une commune du district de Tübingen, dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne, depuis 1991.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[37].

En 2016, la commune comptait 4 812 habitants[Note 1], en augmentation de 2,12 % par rapport à 2011 (Seine-Saint-Denis : +5,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
270314319254315318328339326
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
343365351252264281328298294
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3083273113535126967477401 039
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2362 1793 3854 2964 7844 6124 6434 7334 788
2016 - - - - - - - -
4 812--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte deux groupes scolaires du premier degré [40] :

  • le groupe Paul Bert qui comprendune école maternelle et une école primaire
  • le groupe Georges Mercier qui comprend une école une école maternelle et une école primaire

La commune n'héberge aucun établissement du second degré, le collège le plus proche étant situé sur la commune de Vaujours et le lycée sur la commune du raincy.

Taux de scolarisation par âge en 2013[modifier | modifier le code]

Ce tableau présente le taux de scolarisation de la maternelle jusqu'aux études supérieures des habitants de Coubron selon l'âge et le sexe durant l'année scolaire et universitaire 2015.

Tranche d'âge (de 2 à 30 ans et +) Taux sexe masculin Taux sexe féminin Taux ensemble
2 à 5 ans 69,2 % 67,9 % 70,7 %
6 à 10 ans 96,3 % 96,9 % 95,8 %
11 à 14 ans 98,2 % 97,3 % 99,1 %
15 à 17 ans 95,4 % 92,9 % 98,9 %
18 à 24 ans 61,6% 58,4 % 65,2 %
25 à 29 ans 7,5 % 10,5 % 5,5 %
Plus de 30 ans 1 % 1 % 1 %

Source : Insee, RP2015 exploitation principale, géographie au 01/01/2017.[1].

Services à l'enfance[modifier | modifier le code]

Il existe sur la commune un service public de garde d'enfants dénommé « Espace Woopitoo » qui gère une crèche et de halte garderie, ainsi qu'un relais d'assistante maternelle géré par ce même service[41].

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

La commune héberge sur son territoire deux équipements culturels dont [42] :

Équipement sportif[modifier | modifier le code]

Stade Rémond Rousseau

La ville de Coubron compte de nombreux équipements sportifs qu'elle met à la disposition des associations locales :

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La communauté catholique de Coubron et l'église Saint-Christophe (propriété de la commune) dépendent de la paroisse de Coubron qui est une des sept paroisses diocésaines du plateau et dépendant de la maison diocésaine est située à Bondy [43].

Santé[modifier | modifier le code]

L'établissement hospitalier le plus proche est le centre hospitalier intercommunal Le Raincy-Montfermeil, créé en 1935 à l'initiative d'un syndicat intercommunal, constitué en 1927 regroupant neuf communes dont celle de Coubron. Le centre hospitalier, qui compte plus de 500 lits, se situe à moins de trois kilomètres du centre de la commune[12].

Médias[modifier | modifier le code]

La mairie publie un petit journal municipal dénommé le p'tit coubronnais. Ce petit fascicule, géré par le service information communicationet associé à l'info Coubron présente toutes les informations à caractère local et municipal, destiné aux citoyens de la commune[44].

Économie[modifier | modifier le code]

Emplois[modifier | modifier le code]

Le tableau, ci-dessous, présente la répartition des professions et catégories socioprofessionnelles à Coubron

Répartition des actifs par catégories socio-professionnelles en 2015 selon l'INSEE[45]
Catégorie socio-professionnelles 2015
Agriculteurs 0,7 %
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 11,1 %
Cadres, professions intellectuelles 12,4 %
Professions intermédiaires 22,7 %
Employés 31,1 %
Ouvriers 22 %

Source : Insee, RP2013 exploitation complémentaire lieu de travail.

Secteur commercial et artisanal[modifier | modifier le code]

La commune compte un supermarché sur son territoire et quelques petits commerces locaux.

Secteur industriel[modifier | modifier le code]

Carrière

Il existe une importante carrière de gypse sur le territoire de la commune (partagée avec la commune voisine de Vaujours), sur le site de la colline de Bernouille et qui permet d’alimenter l’ usine Placoplatre située à Vaujours [46].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

église de Coubron
Borne armoriée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse
  • La première église Saint-Christophe a été construite au XIIIe siècle. L'édifice fut reconstruit en 1854 et abrite notamment :
    • un retable du XVIIe siècle
    • des tableaux du XVIIIe siècle, de la Sainte Famille, la Vierge et l'Enfant, la Présentation au Temple, exposés en l'église Saint-Christophe.
  • Le calvaire, situé dans le bourg.
Architecture civile
  • une borne gravée datant du XVIIe siècle, délimitant les possessions de la seigneurie de Coubron et celles de l'abbaye de Chelles. Elle se situe place de la Mairie.
  • l'arbre aux quarante écus, un ginkgo biloba venant de Chine, tient son surnom au fait que le propriétaire aurait payé ce prix pour l'obtenir. Il est situé devant la mairie.
  • « Les faunes », sculpture de l'artiste français François-Raoul Larche.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Classement[modifier | modifier le code]

La ville est classé une fleur dans le palmarès du concours des villes et villages fleuris[47].

Espaces forestiers[modifier | modifier le code]

  • La forêt de Bondy, vestige de l'ancienne forêt de Bondy qui s'étendait sur une part importante du pays d'Aulnoye est un massif forestier partagé avec deux autres communes voisines de la Seine-Saint-Denis, Clichy-sous-Bois et Montfermeil. la majeure partie de cette espace forestier est situé sur le territoire de Coubron.
  • Le bois de Bernouille[48] est une butte de gypse déposée sur de l'argile verte, recouverte d'un talus calcaire-siliceux, sur lequel pousse une forêt naturelle de 45 hectares. C'est un site très humide (8 mares et de nombreux fossés) qui recèle une faune et une flore intéressantes : chênes centenaires, Sympetrum noir, 7 espèces de batraciens dont les tritons palmés, ponctués et crêtés (l'accès se fait uniquement avec un guide ou avec une autorisation de la mairie pour le grand public).
Les plans d'eau
  • La mare de Corot, l'étang du Moulin et les étangs de la forêt de Bondy (ces étangs centraux de la forêt sont ceinturés de roselières et de végétation arbustive).

Autres espaces naturels[modifier | modifier le code]

  • La prairie de la Tuilerie : est une des dernières prairies marno-calcaires de la ville.
  • La promenade départementale de la Dhuys
  • Le Centre d'initiation au monde rural et à la nature est en projet
  • Le verger pédagogique
  • Les vignes du Clos de Bréon : la vigne fut réintroduite en 1997, aujourd'hui on compte à peu près 700 pieds de vignes à Coubron. Les vignes du clos de Bréon sont entretenues par des bénévoles très présents, certains viennent même jusqu'à deux fois par semaine le mardi et le samedi.
  • Les exploitations agricoles.

Zones naturelles classées[modifier | modifier le code]

La commune de Coubron compte deux zones naturelles sur son territoire et qu'elle partage avec les communes de son secteur [49] :

  • La ZNIEFF de type I, « Massif de l’Aulnoye et carrières de Vaujours et Livry-Gargan » , de 584 hectares, créée en 2010.
  • La ZNIEFF de type II, « Massif de l’Aulnoye, Parc de Sevran et la Fosse Maussoin » de 790 hectares, créée en 2010.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Le tableau, ci-dessous présente le nombre d’espèces répertoriées sur le territoire communal et classées par groupe taxonomique (comparé avec l'ensemble du territoire départemental). La même espèce pouvant se retrouver sur des sites différents, le total correspond donc à chaque espèce répertoriée dans l'ensemble des sites (ce n'est donc pas un cumul de l'ensemble des chiffres) :

Localisation par sites Flore Oiseaux Reptiles et amphibiens Insectes Mammifères Champignons Total
Coteau de l'Aulnoye 450 44 14 6 2 NC 516
Parc de la mairie 13 NC NC NC NC NC 13
Forêt de Bondy 258 33 10 97 1 NC 399
Aqueduc de la Dhuys 62 NC 3 NC NC NC 65
ZAD régionale 320 NC 5 NC NC NC 325
Autres sites 359 NC 12 NC 1 NC 372
TOTAL COUBRON 639 59 15 103 2 NC 818
Localisation par sites Flore Oiseaux Reptiles et amphibiens Insectes Mammifères Champignons Total
TOTAL DÉPARTEMENT 1227 180 18 573 15 534 2547

Source : Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, direction des espaces verts[50]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Clément
Camille Corot
le chansonnier montmartrois, auteur des chansons Le Temps des cerises et La Semaine sanglante s'est réfugié dans la maison de ses parents, située aux Coudreaux, après le désastre de la Commune de Paris, en 1871, occupant son attente de son amnistie (qui surviendra en 1880) en se promenant autour des étangs de la forêt de Bondy et de ce qui était le petit village de Courbon.
ce peintre et graveur français, Retiré à Coubron en automne 1874, signa quelques toiles représentant des paysages, notamment, des prairies, la forêt de Bondy et ses étangs.
le romancier, auteur dramatique et librettiste français est l'auteur de Le maître d'école à Coubron, écrit en 1849.
ce sculpteur français, originaire de la Gironde, séjourna au village à la fin du XIXe siècle. Sa sculpture « Les faunes » est exposée devant l'hôtel de ville.

Coubron dans les arts[modifier | modifier le code]

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • Le Maître d'école de Coubron (orthographié Courberon), écrit par Paul de Kock en 1849 et illustré par J. Wely
on peut notamment y lire cet extrait[51] : « M.Mathias, maître d'école de Couberon, s'évertue à enseigner son savoir sans se soucier du contexte paysan local, avec même un fort mépris. Il vivra cela comme une grande frustration personnelle de ne connaître que des bonnes gens sans intérêt pour la science. »

Dans la peinture[modifier | modifier le code]

Camille Corot - Souvenir de Coubron.

Le peintre français Camille Corot a peint de nombreux tableaux paysagers représentant le village de Coubron et ses alentours, dont [52].

  • Le bois de Coubron;
  • Cavalier arrêté auprès d'un saule;
  • Coubron, le clocher vu de la propriété Gratiot;
  • Coubron, prairies boisées;
  • Coubron, route montante;
  • Cour d'une maison de paysan;
  • Entre Coubron et Montfermeil;
  • Souvenir de Coubron, huile sur toile de 1872 exposé au musée des beaux-arts de Budapest;
  • Souvenir de Coubron, bûcherons et paysans;
  • Souvenir d'un voyage à Coubron.

Dans la télévision et au cinéma[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Coubron

Les armes de la commune de Coubron se blasonnent ainsi :
D'or à trois huchets (ou cors de chasse) de sable, liés, enguichés et virolés d'azur, posés 2 et 1 (qui sont de la famille Nesmond), au chef de gueules, chargé de trois roses d'argent (qui sont de la famille Hocquart).

Le blason montre trois cornes de chasse à ruban d'azur, sur fond jaune, qui fut l'emblème de la famille des Nesmond, propriétaire de la ville au XVIIe siècle. Ces cornes s'unissent aux roses des Hocquart, propriétaire à partir de 1741, jusqu'à la Révolution française.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Société Historique du Raincy et du pays de l'Aulnoye, Coubron et les artistes, 1998.
  • Société Historique du Raincy et du pays de l'Aulnoye, Coubron à travers les siècles.
  • Société Historique du Raincy et du pays de l'Aulnoye, Coubron il y a cent ans.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. site du journal le parisien, article "Deux halles pour accueillir un marché bio à Coubron", publié le 6 septembre 2004
  2. « Le nom des habitants de Seine-St-Denis », sur .habitants.fr (consulté le 25 mai 2019)
  3. Site de l'office du tourisme du 93, page sur la ville de Coubron, consulté le 04 décembre 2018
  4. Site du CNDP, lettre de Raymond Coënne, maire de Coubron entre 1990 et 2014, consulté le 03 novembre 2018
  5. Site annuaires-mairie, page sur la distance entre Coubron et les grandes villes françaises.
  6. « Cartes des limites administratives d'Île-de-France - Limites administratives des communes et départements », sur Institut d'aménagement et d'urbanisme - Île-de-France (consulté le 5 février 2012).
  7. Site Aulnay libre, page Le gypse et les risques d’effondrements de terrains à Aulnay-sous-Bois et en Ile-de-France, consulté le 06 novembre 2018
  8. Météo France - Climatologie
  9. Site Tourisme 93, plan de la forêt de Bondy, consulté le 3 novembre 2018
  10. Site de Transdev, page Réseau de bus - TRA de Seine-Saint-Denis, consulté le 4 novembre 2018
  11. site de la mairie de Coubron, page de présentation, consulté le 04 novembre 2018
  12. a et b Site géoportail, page des cartes IGN
  13. Site de la préfecture de Seine-Saint-Denis, carte de l'aléa retrait gonflement des sols argileux, consulté le 4 novembre 2018
  14. Site du plan séisme, page sur Longjumeau
  15. Site du plan séisme, plaquette de présentation
  16. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  17. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  18. Site Grand Paris Métropole, page sur Coubron, consulté le 03 novembre 2018
  19. Site généanet, page sur les marquis de Montfermeil, consulté le 03 novembre 2018
  20. Nolwenn Weiler, « Une pollution radioactive exhumée aux portes de Paris », Bastamag, 21 janvier 2014.
  21. Les Abbesses de Gagny-Chelles, « Levée de boucliers contre un fort radioactif aux portes de Paris », Reporterre, 13 janvier 2014.
  22. Site gazette debout, article "Le Bois de Bernouille : histoire d’une lutte réussie dans les années 90", publié le 15 mai 2017
  23. Journal Officiel, Loi n°64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  24. Site de la ville de Coubron, page sur le conseil municipal, consulté le 03 novembre 2018
  25. site le parisien, article "Coubron sous haute surveillance", publié le 20 août 2012
  26. site de la ville de Coubron, page sur la sécurité, publié le 06 novembre 2018
  27. Décret n° 2015-1212 du constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  28. Décret n° 2015-1662 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Noisy-le-Grand sur Légifrance.
  29. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  30. Site de la ville de Coubron, page sur le conseil municipal, consulté le 04 décembre 2018
  31. Site de l'Express Résultats des élections municipales 2014 à Coubron, consulté le 04 décembre 2018
  32. Site FranceGenWeb, historique des maires de Coubron
  33. Carole Sterlé et Gwenael Bourdon, « Municipales à Coubron : vers une guerre des droites : Guerre de générations dans la plus petite commune de Seine-Saint-Denis. Ludovic Toro, ancien adjoint du sortant Raymond Coënne, conduit sa propre liste », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  34. « A Coubron, Ludovic Toro mise sur la concertation », Le Parisien, édition de la Seine-Saint-Denis,‎ (lire en ligne).
  35. Association française du conseil des communes et régions d'Europe, « Annuaire des villes jumelées : Île de France (Seine Saint-Denis) », sur site de l'Association française du conseil des communes et régions d'Europe (consulté le 21 juin 2018).
  36. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  37. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  38. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  40. site de la mairie de Coubron, page sur la vie scolaire, consulté le 04 novembre 2018
  41. Site de la ville de Coubron, page Petite enfance - Espace Woopitoo, consulté le 04 novembre 2018
  42. site de la mairie de Coubron, page sport et culture, consulté le 04 novembre 2018
  43. page de présentation de l'union diocésaine du plateau, consulté le 4 novembre 2018
  44. Site de la mairie, page "Service Information/Communication", consulté le 03 décembre 2018
  45. Site de l'INSEE sur les statistiques de la commune
  46. Site de l'entreprise "placoplatre", page sur la carrière de gypse de Bernouille, consulté le 3 novembre 2018
  47. Site des villes et villages fleuries, page de recherche sur Coubron, consultée le 06 décembre 2018
  48. Le bois de Bernouille est classé site "Natura 2000" par arrêté du
  49. Site natura 2000, Sites de la Seine-Saint-Denis, Forêt régionale de Bondy et promenade de la Dhuis, consulté le 04 novembre 2018
  50. https://parcsinfo.seinesaintdenis.fr/IMG/pdf/fiche_biodiv_coubron_2011.pdf, état de la connaissance de la biodiversité sur la commune de Coubron, consulté le 04 décembre 2018
  51. Blog sur Coubron (FM Collection) avec photo de l'ouvrage et extrait du livreconsulté le 03 novembre 2018
  52. Google Livre, "L'œuvre de Corot", d'Alfred Robaut", consulté le 06 novembre 2018