Marie de France (poétesse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de France.
Marie de France
Description de cette image, également commentée ci-après
Enluminure représentant Marie écrivant son ysopet
et réalisée par « Le Maître de Papeleu »[1] vers 1290[2].
Naissance milieu du XIIe siècle
Décès début du XIIIe siècle
Auteur
Langue d’écriture francien et anglonormand.
Genres
poésie, contes (« lais »), fables.

Œuvres principales

« Lais », ca. 1165.
Ysopet, ca. 1175.
L'Espurgatoire Seint Patriz, ca. 1190.

Marie de France (fl. 1160-1210)[3] est une poétesse de la « Renaissance du XIIe siècle », la première femme de lettres en Occident à écrire en langue vulgaire. Elle appartient à la seconde génération des auteurs qui ont inventé l'amour courtois.

Ses courts récits en vers, improprement appelés Lais de Marie de France, sont une adaptation en langue d'oïl de la matière de Bretagne. Ils ont rencontré un immense succès de son vivant dans toutes les cours de France et d'Angleterre dont ils célèbrent l'idéal chevaleresque, puis, la mode de la chevalerie expirant durant la guerre de Cent Ans, ont été oubliées. Ses fables inspirées d'Ésope en revanche ont été lues sans discontinuer du XIIe au XVIIIe siècle, en raison d'une vivacité caractéristique qui a été imitée, en particulier par La Fontaine. C'est, à la suite d'une première traduction en anglais[4], le mouvement romantique et l'engouement pour les études de l'ancien français qui ont fait redécouvrir au XIXe siècle ses contes tirés de lais bretons, qui sont aujourd'hui des classiques. Marie dite de France demeure cependant une énigme, dont rien n'est connu que les écrits et le prénom.

Mystère biographique[modifier | modifier le code]

Surnom[modifier | modifier le code]

Marie de France est la première femme de lettres d'expression française que l'on connaisse. Héloïse, qui est de la génération de sa grand mère, n'a écrit qu'en latin[5],[6],[7]. On ne sait rien d'elle, si ce n'est ce qu'elle dit d'elle-même dans l'épilogue de ses Fables :

Al finement de cest escrit
qu'en Romanz ai traitié e dit
me numerai pur remembrance
Marie ai num si sui de France

« Au terme de cet écrit,
Qu'en roman j'ai tourné et dit,
Je donnerai mon nom pour la postérité :
J'ai pour nom Marie et je suis de France. »

— trad. L. Bordenave

C'est la raison pour laquelle elle est surnommée depuis au moins la Renaissance[8] « Marie de France ». Les noms de famille n'existant pas à l'époque, il est alors usuel de préciser son prénom par sa ville d'origine, habitude consacrée ultérieurement dans les titres nobiliaires. Le fait de se nommer sans préciser sa ville de naissance est en soi une originalité, indice d'une plausible bâtardise ou de l'adoption d'une orpheline ignorant son lieu de naissance mais s'inscrivant orgueilleusement, comme par revanche, dans un projet culturel continental.

Origine inconnue[modifier | modifier le code]

Le terme de France, au XIIe siècle, est ambigu. Le plus souvent, dans un cadre politique, il désigne le domaine propre des Capétiens, l'Île-de-France et l'Orléanais, mais peut aussi être utilisé pour désigner la totalité du Royaume, territoires des grands vassaux inclus, voire dans un sens littéraire, comme la « douce France » de la Chanson de Roland, l'Empire, chose à laquelle aspirent les Plantagenêt. Il est donc difficile d'en déduire l'origine de la poétesse.

Ses douze lais sont dédiés à un roi, sans doute d'Henri II Plantagenêt, compte tenu de la faveur qu'y avaient les lettres et du fait qu'elle s'adresse à un public anglophone. Elle enjolive en effet parfois son propos en traduisant quelques mots en anglais. Liée dans cette hypothèse à la cour d'Aliénor d'Aquitaine, elle aurait vraisemblablement vécu un temps, peut-être très long, en Angleterre. Les seigneurs bretons, normands, anglais ou flamands se déplaçaient régulièrement d'un côté de la Manche à l'autre, confiant leurs affaires à leurs femmes. Les épouses ont ainsi assumé un rôle grandissant et joui du loisir d'animer une cour.

Marie, contemporaine de la comtesse de Champagne Marie de France, est originaire d’Île-de-France, s'il faut entendre en ce sens sa propre déclaration, ou plus probablement de Normandie, seule région dont elle donne des détails, à savoir la côte des Deux-Amants. Bernard Sergent en tire l'hypothèse que Marie de France serait un personnage connu pour avoir vécu à la même époque à proximité, Marie de Beaumont[9]. Léopold Constans et Polycarpe Chabaille (de) affirment qu’elle est née à Compiègne et l’assimilent à une Marie de Compiègne. Sir John Fox la voit comme la fille naturelle de Geoffroy V d'Anjou, père d’Henri II. Elle serait alors la demi-sœur illégitime d'Henri II et serait devenue abbesse du monastère de Shaftesbury en 1181 ou quelques années auparavant. Des médiévistes ont supposé qu'elle avait été abbesse du monastère de Reading. Plusieurs ont suggéré qu'elle pourrait être cette fille de Galéran IV, comte de Meulan, qui épousa Hugues Talbot, vers 1170, et alla vivre avec lui sur ses terres anglaises[10],[11],[12]. Carla Rossi étudie l'hypothèse qu'elle fut la sœur de Thomas Beckett, abbesse de Barking[13].

Son identification à Marie de Boulogne, abbesse, donc peut être lettrée, arrachée à la vie monastique et confrontée aux tourments de la vie conjugale qui font une grande partie de la matière de ses récits, se soutient, très hypothétiquement, de la proximité des comtes de Léon, dont son premier conte reprend des détails qui n'ont pu être transmis que par les bardes exerçant en la riche cour de Mont Relaxe, et des comtes de Flandre, à la famille desquels son mari appartenait[14]. Le lieu où les contacts et échanges entre bardes brittophones et courtisans francophones sont à la fin du XIIe siècle les plus réguliers se trouve être la très brillante cour du Duc de Bretagne, Nantes, où se déroule l’intrigue d'un des contes de Marie, Chaitivel. Les conseillers du futur baillistre Geoffroy Plantagenêt, fils d'Aliénor d'Aquitaine marié à l'âge de sept ans à l'héritière du Duché, y mènent alors une politique d'intégration politique et culturelle du Penthièvre et du Léon, ex comté rebelle démantelé en 1179, après une campagne militaire de trois années, dont le seigneur Guyomarch, croisé ayant appartenu à la génération des arrières grands parents de la poétesse, donne figure au récit qui inaugure la série de ses contes, Guigemar.

Probable langue anglonormande[modifier | modifier le code]

Il est impossible de savoir dans quel milieu linguistique a grandi la future poétesse ni même en quelle langue elle a elle même écrit. Les huit principaux manuscrits qui la font connaitre au chartiste contemporain sont des copies postérieures à sa mort rédigées tantôt en anglonormand, principale langue littéraire du XIIe siècle après la langue d'oc, tantôt en francien, voire en picard.

Carrière[modifier | modifier le code]

Marie « de France », par ses connaissances littéraires, occupe un rang supérieur[15] parmi les femmes mais aussi, par son talent d'écrivain, parmi tous les poètes anglonormands de son siècle. Elle s'en distingue par l'audace de son propos sur l'amour[15]. Elle cite Priscien[16], qui sert de cours durant le trivium. Elle a lu et étudié les auteurs de l'Antiquité enseignés à l'époque, Ovide et Phèdre certainement, Horace, Cicéron, Pline, Virgile, Tertullien, peut être, mais aussi les écrivains de la génération précédente, Wace, Thomas de Bretagne.

Marie précise en effet qu’elle a hésité longtemps à s’adonner à la poésie, qu'auparavant elle avait entrepris de traduire du latin plusieurs sujets tirés de l’histoire ancienne. Or ce genre de littérature, notion inventée aux temps modernes car à son époque légende et histoire se mélangent, était déjà très en vogue chez les écrivains de son temps, Philippe de Thaon, Geoffroy Gaimar, Simon de Freine, Robert de Ho, Everard de Kirkham, Samson de Nanteuil, Hélie de Winchester, Guillaume de Waddington, Étienne de Langton, Benoît de Sainte-Maure, Thomas de Horn... Ambitieuse et soucieuse de se distinguer, elle ne pouvait pas se résoudre à suivre la mode mais désirait être reconnue par un prince[16]. C'est pourquoi, elle abandonna ce projet pour se consacrer entièrement à la transposition des lais bretons qu'elle avait entendus et dont elle avait gardé le souvenir[16], bien que, ou parce que cette langue lui sera restée totalement mystérieuse comme en témoignent ses erreurs dans les transcriptions dont elle abuse pour ajouter à l'exotisme.

La version qu'elle en propose est déjà célèbre autour de l'année 1180 et fait alors les délices des cours aristocratiques[17]. Son contemporain Denis Pirame, mais en fustigeant l'engouement des courtisans pour une littérature de loisir, dit d'elle

E si en est ele mult loee
E la rime par tut àmee
Kar mult l'aiment si l'unt mult cher
Cunte baron e chivaler
E si enaiment mult l'escrit
Elire le funt si unt délit
E si les funt sovent retreire.

« C'est qu'elle est très admirée
Et que ses rimes plaisent à tous.
Ils sont en effet nombreux à l'aimer et tenir en grande estime,
Comtes, barons, et chevaliers,
Et une fois qu'ils ont pris beaucoup de plaisir à ses écrits,
Ils les font choisir dès que l'occasion s'en présente,
Si bien qu'ils sont souvent récités. »

C'est toutefois à la traduction latine que, la réforme grégorienne s'employant à ne pas laisser trop de liberté aux femmes, elle revient, en écrivant des fables, qui font d'elle la première fabuliste française, puis, après 1189, une ou deux légendes démarquées d'une hagiographie plus conforme à l'ordre moral imposé par l'Église catholique. Elle vit alors, veuve ou célibataire, sous la protection d'un prudhomme.

Thématiques[modifier | modifier le code]

Dans trois des douze contes de Marie de France, Yonec, Eliduc, Laustic, l'oiseau, respectivement autour, cygne, rossignol, préside au désir, et, dans le dernier cas, symbolise par une mise en abyme la poétesse chantant l'amour courtois.[18]

Merveilleux breton[modifier | modifier le code]

Poétesse, Marie dit avoir écrit et « assemblé » ses premiers textes à partir de « lais bretons ». Ce sont des légendes chantées en breton sur la rote ou la harpe voire la vièle par des bardes, lesquels sont, en Bretagne, en Cornouailles et au Pays de Galles, des officiers de cour garants de la notoriété du prince qu'ils servent. Ces vestiges d'une tradition orale ont pour caractéristique d'abolir la frontière entre l'histoire et la légende, le merveilleux[19] et la réalité. Les personnages historiques y sont fils de fées. Un pont franchi fait imperceptiblement entrer dans un autre monde[20].

Marie adapte ces légendes en vers, précisément en dialecte anglonormand[21], nécessairement avec l'aide d'un de ses bardes les lui exposant en français. Ils sont aux romans bretons ce que seront plus tard les nouvelles par rapport aux romans. Un seul de ces contes, Lanval, est à proprement parler arthurien.

Amour et vie de cour[modifier | modifier le code]

L'amour en est le sujet principal, non pas tel qu'elle l'y a trouvé mais tel qu'elle l'y a mis. Elle n'hésite pas en effet à faire preuve d'invention. Les lais dont elle s'inspire lui fournissent les éléments mais pas le cadre social nouveau, celui de ses lecteurs contemporains, dans lequel elle déploie ses intrigues et sa morale courtoise. Le plus souvent, il s'agit d'amour contrarié par la société. Neuf des douze contes racontent des amours adultères. Le plus court mais peut-être le plus beau de ces textes, le Chevrefoil, reprend ainsi l'histoire de Tristan et Iseut[6] telle qu'elle l'a lue dans la version de Thomas de Bretagne.

Morale chevaleresque[modifier | modifier le code]

Si plusieurs contes font intervenir le merveilleux, tous ont néanmoins le monde réel pour toile de fond, avec une conclusion plutôt pessimiste où la douleur et l'épreuve succèdent à la joie et au bonheur initial. La morale qui s'en dégage montre des préoccupations sociales mais c'est pour mieux affirmer les vertus féodales d'honneur, de fidélité, de justice, et partant louer un ordre aristocratique exaltant les rivalités et le mérite des uns à dominer, invitant les autres à se résigner à leur destin.

Désir féminin[modifier | modifier le code]

Si la littérature de chevalerie de Marie de France correspond à la société des hommes qui la lisent, il n'en est pas de même des femmes. Ses personnages féminins, ce que ne permet pas en réalité la misogynie de l'époque, vivent eux aussi des aventures, des expériences aux termes desquelles ils quittent définitivement leur vie antérieure, fût ce par la mort[22].

Style[modifier | modifier le code]

Conteuse de talent, Marie de France ajoute une tonalité courtoise et poétique à la magie de la matière de Bretagne. Une discrète émotion se dégage de récits où l'auteur privilégie la pitié et la compassion pour ses personnages. Son style, à la différence des autres auteurs de cour habitués aux longs monologues, présente une remarquable économie de moyens. Il se reconnait facilement à la sobriété dans la composition du récit, à un art très sûr de la mise en scène et à l'efficacité d'une langue simple et limpide.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Contes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Lais de Marie de France.

Les douze « lais », terme que n'emploie pas l'auteur pour désigner ses propres productions mais les chansons dont elles s'inspirent[23], sont des contes en octosyllabes à rimes plates. Ils sont de longueurs inégales mais courtes, cent dix huit vers pour le Lai du Chèvrefeuille, le plus court, mil cent quatre vingt quatre pour le plus long, Eliduc. Ils peuvent être classés en deux catégories, les lais féériques (Lanval, Yonec…), où le merveilleux est un ressort essentiel, et les lais réalistes (Eliduc, Le Laostic…)[6]. Ce sont dans l'ordre du manuscrit le plus ancien et le plus complet[24]

La seule copie[24] qui, parmi quelques textes d'autres auteurs, les rassemble tous les douze date du milieu du XIIIe siècle, soit quatre à six décennies après la mort de Marie, et est rédigée en anglonormand. Un recueil daté approximativement de la même période n'en présente que neuf[25] parmi ceux d'autres auteurs. Trois manuscrits postérieurs incluent parmi d'autres textes un ou presque trois de ces contes. Guigemar, Lanval et une version incomplète de Yonec figurent dans un recueil postérieur à 1250 et rédigé en picard[26]. Lanval figure dans un manuscrit anglonormand de la fin du XIIIe siècle[27], Yonec, dans un manuscrit francien du XIVe siècle[28].

Fables d’Ésope[modifier | modifier le code]

Les Fables seraient, déclare l'auteur elle même, une traduction de l'ysopet qui aurait appartenu au roi Alfred Le Grand. Elles ont été écrites entre 1167 et 1189[5]. Elles sont la première version en français des fables d'Ésope. Elles ont été retrouvées dispersées dans vingt cinq manuscrits rédigés entre le XIIIe siècle et la fin du XVe siècle[29]. Aucun de ces recueils tardifs n'est complet c'est à dire que certaines fables manquent dans l'un ou l'autre mais tous présentent celles ci comme une collection.

Quatre vingt dix neuf fables sont attribuées à Marie de France. Parmi celles ci, Ci dit d'un lou et d'un aignel qui bevoient a un ruissel, Uns lous et uns chiens s'encontrerent per un bois grant ou il alerent, D'un coc qui truva une gemme sor un fomeroi...

Récits d'édification religieuse[modifier | modifier le code]

Les deux cent trente octosyllabes du Purgatoire de saint Patrice[6] ont été écrits postérieurement à 1189. Il s'agit d'une traduction du Tractatus de purgatorio sancti Patricii, composé en latin vers 1183 et attribué sans certitude au moine Henri de Saltrey. Le sujet en est breton, la descente du chevalier Owen au purgatoire depuis l'île irlandaise du Pélerinage. Évocation détaillée des souffrances promises au pécheur, le thème en est chrétien mais s'inscrit dans la tradition du voyage dans l'au delà. Le poème n'est connu que par un unique manuscrit[30] rédigé en francien et daté de la fin XIIIe, soit près d'un siècle après la composition du texte et plus d'un demi siècle après la mort de Marie de France.

D'après June Hall McCash, Marie de France serait en outre l'auteur de La Vie Seinte Audree[31].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions anglaises
  • Burgess, Glyn S. et Keith Busby, traducteurs, The Lais of Marie de France, Londres, Penguin, 1986.
  • Curley, Michael, éditeur et traducteur, Saint Patrick's Purgatory : A poem by Marie de France, Binghamton, New York, Medieval and Renaissance Texts & Studies, 1993.
  • Gallagher, Edward J., traducteur, The Lays of Marie de France, with introduction and commentary, Indianapolis et Cambridge, Massachusetts, Hackett Publishing, 2010.
Éditions françaises
  • Tuffrau, Paul, 1923. Les Lais de Marie de France (transposition en français moderne), Paris, Piazza.
  • Rychner, Jean, 1983, Les Lais de Marie de France, Paris, Honoré Champion.
  • A. Micha (trad.), Lais de Marie de France, Paris, Flammarion, coll. « Bilingue Littérature », 1999.
  • Morvan, Françoise, traduction, présentation et notes des Lais de Marie de France, Babel-Actes sud, 2008.
  • Morvan, Françoise, traduction, présentation et notes des Fables de Marie de France, Babel-Actes sud, 2010.
Sur l'oeuvre
  • Schiött, Emil, 1889, L'Amour et les amoureux dans les lais de Marie de France, Thèse : Lettres: Lund, 1889
  • Hoepffner, Ernest The Breton Lais, dans : Ages, Roger S. Loomis (éd.), Arthurian Literature in the Middle Ages, Clarendon Press, Oxford University, 1959 (ISBN 0198115881).
  • Baum, Richard, Recherches sur les œuvres attribuées à Marie de France, Heidelberg, Winter (Annales Universitatis Saraviensis, Philosophische Facultät, 9), 1968, 241 p.
  • K. Brightenback, Remarks on the 'Prologue' to Marie de France's Lais dans Romance Philology 30 (1976), 168-77.
  • H. Brät, Marie de France et l'obscurité des anciens dans Neuphilologische Mitteilungen 79 (1978), 180-84.
  • Edgart Stenaert, Les lais de Marie de France : Du conte merveilleux à la nouvelle psychologique., Champion, Paris, 1978.
  • Delcos, J. C., Encore sur le prologue des Lais de Marie de France, dans Le Moyen Âge 90 (1984), 223-32.
  • Burgess, Glyn S., The Lais of Marie de France : Text and context, Athens (USA), University of Georgia Press, c1987.
  • Jean Dufournet, Amour et merveille. Les lais de Marie de France., coll. Unichamp, Champion, Paris, 1995.
  • McCash, June Hall, La Vie seinte Audree : A fourth text by Marie de France? dans Speculum 77 (2002), 744-77.
  • Burgess, Glyn S., Marie de France, Research bibliographies and checklists : New series, vol. 8, Supplément 3, Woodbridge, Suffolk, Tamesis, 2007.
  • Sergent, Bernard, 2014, L'origine celtique des Lais de Marie de France, Genève, Droz.
Sur l'auteur
  • Elizabeth A. Francis, « Marie de France et son temps », dans Romania, no 72, 1951.
  • Ferrante J. « The French courtly poet: Marie de France », dans Medieval Women Writers, éd. K. M Wilson, Athènes, 1984. pp. 64-89.
  • Blain, Virgina, et al., « Marie de France », The feminist companion to literature in English (Yale UP, 1990, 714).
  • Watt, Diane, Medieval women's writing, Polity, 2008.
  • Rossi, Carla, 2009, « Marie de France et les érudits de Cantorbéry », Paris, Éditions Classiques Garnier[32].

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (notice BnF no FRBNF15499865)
  2. Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. BnF 3142, fo 256, Paris.
  3. M. Bruckner (en), « Marie de France», in Medieval France : An Encyclopedia., p. 589, Routledge, Abingdon sur la Tamise, 1995.
  4. M. Betham (en), The Lay of Marie: A Poem., Rowland Hunter, Londres, 1816.
  5. a et b Journal des demoiselles, 1840, Paris.
  6. a b c et d Robert Sabatier, Histoire de la poésie française, volume 1 - Poésie du Moyen-Age, Albin Michel, 1975, p. 124.
  7. Mercure de France, 1819, p. 431.
  8. C. Fauchet, Recueil de l'origine de la langue et poésie française, p. 163, Mamert Patisson impr. Paris, 1581.
  9. B. Sergent, L'origine celtique des Lais de Marie de France, p. 194-200, Droz, Genève, 2014.
  10. Batany Jean, « Le "mari aux deux femmes" les deux Bretagne et l'Irlande », Celtitudes médiévales, Ed. Philippe Walter, univ. Grenoble 3; IRIS 29 (2005), p. 73-88.
  11. Grillo P.R., « Was Marie de France the dauther of Waleran II, count of Meulan? », Medium Aevuum, vol. 53, no 2 (1988), p. 269-75.
  12. Yolande de Pontfarcy, « Si Marie de France était Marie de Meulan », Cahiers de Civilisation Médiévale (XIIe siècle), vol. 38 (1995), p. 353-61.
  13. Carla Rossi, Marie de France et les érudits de Cantorbéry, Classiques Garnier, Paris, 2009 (ISBN 978-2-8124-0042-1).
  14. Paul-François Broucke, « L’emblématique de la maison de Léon aux XIIe-XIVe siècles et les prééminences de Daoulas et La Roche-Maurice aux XVe-XVIe siècles », in Mémoires, B, p. 79, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Rennes, 2012.
  15. a et b B. de Roquefort, « Notice sur la vie et les écrits de Marie de France », in Poésies de Marie de France, t. I, p. 2, Chasseriau libr., Paris, 1820.
  16. a b et c Marie de France, Prologue.
  17. D. Piramus, La vie seint Edmund le Rei, prologue, ca. 1180.
  18. D. Delcourt, « Oiseaux, ombres, désir : Écrire dans les lais de Marie de France », in MLN (en), vol. CXX, n° 4, p. 807-824, JHUP, Baltimore, 2005.
  19. Francis Dubost, « Les motifs merveilleux dans les lais de Maris de France », in Jean Dufournet, Amour et merveille, les lais de Marie de France., p. 41-80, Champion, Paris, 1995.
  20. M. Mihhaillova, « L’espace dans les Lais de Marie de France: lieux, structure, rhétorique », in Cahiers de civilisation médiévale, nº 158, p. 145-157, 1997.
  21. Histoire de la littérature de la France - Des origines à 1600, collectif, Messidor/Éditions sociales 1971.
  22. Tovi Bibring, « Dames Aventurières dans les Lais de Marie de France », in Troisièmes rencontres de la SIEFAR : jeunes rechereches sur les femmes de l'Ancien régime., SIEFAR, Paris, 12 mai 2006.
  23. Ph. Walter, « Marie "de France" a-t-elle écrit des "Lais" ? Questions de terminologie littéraire au XIIe siècle », 29-45, Les "Lais" de Marie de France: transmettre et raconter., Acta Litt&Arts, Grenoble, 29 janvier 2019.
  24. a et b Ms. Harley 978, BL, Londres.
  25. Nouv. acq. fr. 1104, BNF, Paris.
  26. Ms. fr. 2168, BNF, Paris.
  27. Ms. Cotton Vesp. B XIV , BL, Londres.
  28. Ms. fr. 24432, BNF, Paris.
  29. Françoise Vielliard, « La tradition manuscrite des fables de Marie de France : essai de mise au point », in Bibliothèque de l'école des chartes, t. 147, p. 396-397, ENC, Paris, 1989 DOI:10.3406/bec.1989.450540.
  30. Ms. fr. 25407, BNF, Paris.
  31. McCash, June Hall, La vie seinte Audree : A fourth text by Marie de France? dans Speculum 77 (2002), 744-777.
  32. En ligne : « Marie de France et les érudits de Cantorbéry ».

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :