Bologne (Haute-Marne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bologne
Bologne (Haute-Marne)
La Marne à Bologne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Chaumont, du Bassin Nogentais et du Bassin de Bologne Vignory Froncles
Maire
Mandat
Francis Hasselberger
2020-2026
Code postal 52310
Code commune 52058
Démographie
Gentilé Bolognais
Population
municipale
1 874 hab. (2018 en diminution de 0,32 % par rapport à 2013)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 12′ 09″ nord, 5° 08′ 29″ est
Altitude Min. 227 m
Max. 376 m
Superficie 31,26 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chaumont
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bologne
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Bologne
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Bologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bologne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bologne

Bologne est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bologne se situe à 11 km au nord de la préfecture Chaumont. On y accède par la voie express RN 67 (en 2x2 voies et demi-échangeur), et le train TER Reims - Dijon. Bologne est située dans un large méandre de la Marne. Le canal entre Champagne et Bourgogne valorise le tourisme fluvial.

Le , deux communes limitrophes, Marault et Roôcourt-la-Côte, ont été rattachées à Bologne.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Localisation[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bologne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chaumont, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 112 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,8 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (65,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (38,6 %), forêts (30,1 %), prairies (23,8 %), zones urbanisées (4 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %), zones agricoles hétérogènes (1,4 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Plusieurs propositions sont présentées[8] :

  • M. Chaume le rapproche avec les Boïens, évoquant le fait qu’ils imposèrent le nom de Bononia à la ville étrusque de Felsina lors de leur incursion en Italie. Il propose ensuite de voir dans ce nom le témoignage antique d’une alliance entre les Boïens et les Lingons[9] ;
  • M. Taverdet propose le nom gaulois bononia, dérivé de bona, fondation, ville ;
  • M. Catherinet évoque Bona : le village, et Olonna : qui pourrait être l'ancien nom de la Marne, ce qui se traduit par village du bord de Marne ;
  • M. Jolibois affirme que le bourg doit son nom à une sainte Bologne, vierge martyrisée sous Julien ;
  • D'autres auteurs le rapprochent d'un nom de personne.
  • Occurrences : Ecclesia Bolonie (1101) ; Boloigne (1261) ; Bouloine (1274-1275) ; Bouloingne (1326) ; Boloigne-sur-Marne, Bouloigne (1419) ; Boulongne (1488) ; Bolongne (1545) ; Boulongne-sur-Marne (1551) ; Boullongne (1573) ; Boulogne (1704) ; Bologne (1732) ; Bollogne (1787).

Histoire[modifier | modifier le code]

Un buste en pierre de Cernunnos a été retrouvé sur le territoire de la commune.

À l'époque gallo-romaine, Bologne était un vicus des Lingons nommé Andarta, tenant une position stratégique sur la Marne, au carrefour de la voie romaine Montsaon/Soulosse. Puis les invasions eurent raison du petit bourg, qui fut complètement ravagé[réf. nécessaire]. De cette époque naquit la légende de sainte Bologne, vierge qui aurait été martyrisée par Julien.

Durant le Moyen Âge, le bourg était chef-lieu d'un pagus mérovingien nommé Boloniensis (ou Bononiensis), puis d'un comté de 757 au XIe siècle, qui avait appartenu aux comtes de Bassigny. Bologne dépendit à la suite de Sexfontaines. On comptait aussi les localités suivantes : Condes, Helnane (disparu), Marault, Meures, Ormoy-lès-Sexfontaines, Saint-Flavien (disparu)...

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mai 2020 Jean-Yves Roy    
mai 2020 En cours Francis Hasselberger    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2018, la commune comptait 1 874 habitants[Note 3], en diminution de 0,32 % par rapport à 2013 (Haute-Marne : −4,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
276302265432527607653556597
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6586246735916119831 0361 0071 066
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
998881836828865932942799865
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2641 5042 2312 1312 0411 9431 8541 8771 897
2018 - - - - - - - -
1 874--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Les Forges de Bologne en 2011.

Les Forges de Bologne appartiennent depuis 2014 au groupe Lisi. C'est l'un des 20 sites de Lisi Aerospace. C'est le plus important employeur de Haute-Marne avec 750 employés (2018). Le déménagement de l'entreprise est prévu courant 2019 à Chaumont[14] dans une nouvelle forge de 40.000 m² sur une parcelle de 10 hectares[15] du parc Plein'Est de Chaumont, à seulement 10 km du site de Bologne[16].

Une importante zone d’activités économiques, dite ZAE Bologne-Gare, a été aménagée par la communauté de communes. Elle est directement accessible par l’échangeur de la RN 67.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Marault à Bologne, inscrit au titre des Monuments historiques le 26 juillet 2007 [17].
  • Église Sainte-Bologne, à plan en croix latine, inscrite aux Monuments historiques le 13 février 1928 [18].
  • Moulin des tanneries.

Cartes postales anciennes[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L. Richard & A. Catherinet, Origine des noms de communes, de hameaux et autres lieux habités anciens et modernes de Haute-Marne, Chaumont, D. Guéniot, 2004.
  9. (Chaume, seconde partie, fasc. 1, p. 100)
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Frédéric Marais, « Les Forges de Bologne, plus gros employeur de Haute-Marne, déménage à Chaumont », sur tracesecritesnews.fr, Traces écrites news, (consulté le ).
  15. « La Haute-Marne démontre toute l'étendue de ses savoir-faire industriels à Nogent », sur tracesecritesnews, Traces écrites news, .
  16. Guillaume Roussange, « Les Forges de Bologne construisent une nouvelle usine grâce aux collectivités », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  17. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee//PA00078952
  18. https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/merimee//PA00078953