Herbert le Jeune, comte de Troyes et de Meaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Herbert II de Troyes)

Herbert le Jeune
Fonctions
comte de Meaux

(30 ans)
Prédécesseur Robert Ier
Successeur Étienne Ier
comte de Troyes

(30 ans)
Prédécesseur Robert Ier
Successeur Étienne Ier
Biographie
Dynastie Herbertiens
Surnom le Jeune
Date de naissance vers 950
Date de décès vers 996
Père Robert Ier de Meaux
Mère Adélaïde Werra
Fratrie Adèle de Vermandois
Enfants Étienne Ier de Troyes


Herbert dit le Jeune, né vers 950, mort en ou 996, fut comte de Meaux et de Troyes de 966 à 996 et seigneur de Vitry avec une partie du Perthois et du Chalonnais. Il était fils de Robert Ier, comte de Meaux et de Troyes, et d'Adélaïde Werra[1].

Il est le IVe du nom dans la famille des Herbertiens, mais n'a jamais possédé le comté de Vermandois, il est le Ier du nom à la tête de Troyes et le IIIe du nom en charge de Meaux. Et pour le distinguer cet Herbert III de Meaux, d'Herbert le Vieux, IIIe du nom chez les Vermandois, il est souvent nommer Herbert le Jeune[2].

Il hérite des domaines de son père en 966, puis reçoit une partie des honneurs de son oncle Herbert III le Vieux, comte d'Omois, qui sont partagés avec son cousin Eudes de Blois. Cela lui permit de devenir l'avoué de Montier-en-Der[1].

Fidèle aux carolingiens, il est partisan du roi Lothaire de France, et le seconda lors de la conquête de la Haute-Lotharingie et garda prisonnier Godefroy le Captif, comte de Verdun. En 987, à la mort de Louis V, il soutint son oncle Charles de Basse-Lotharingie, probablement son beau-frère, et s'allia à Eudes Ier de Blois[1].

Mariage et enfants[modifier | modifier le code]

L'histoire n'a pas conservé le nom de son épouse, ni son origine familiale. Sur la base du prénom attribué à son fils, il y a trois hypothèses possibles :

  • une descendante du comte lotharingien Étienne, allié vers 900 à Gérard, comte de Metz ;
  • une descendante d'Étienne, comte de Bourges vers 860 ;
  • une fille du comte Étienne de Gévaudan.

Il est aussi évoqué "Ermengarde de Vermandois", fondatrice du prieuré de Griselles, entre Laignes et Nicey en 1018. Elle aurait été veuve au préalable du comte Milon de Tonnerre[3] avant de se remarier avec Herbert de Vermandois.

Herbert a eu pour fils :

  • Étienne Ier (mort vers 1020), comte de Troyes, de Meaux, de Vitry et d'Omois.

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Christian Settipani, La préhistoire des Capétiens (481-987), tomes I, Villeneuve d’Ascq, P. Van Kerrebrouck, , p. 234
  2. Michel Bur, La formation du comté de Champagne (v.950-v.1150), Nancy, Université de Nancy-II, , p. 116
  3. Archives de la Haute-Marne, 2 G 1171.