Citroën Activa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën Activa
Image illustrative de l'article Citroën Activa
Citroën Activa.

Marque Drapeau : France Citroën
Années de production 1988 et 1990
Production 2 exemplaire(s)
Classe Prototype
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) V6 cylindres
Cylindrée 2975 cm3
Puissance maximale 200 ch
Transmission Traction
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports et Automatique 4 rapports
Poids et performances
Vitesse maximale 220 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline et Coupé
Direction Hydraulique quatre roues directrices
Dimensions
Empattement 2 850 mm

Citroën Activa est le nom de deux concept-cars Citroën, présentés l'un en 1988 sous forme d'une berline, et l'autre en 1990 sous la forme d'un coupé.

Activa 1[modifier | modifier le code]

La première Activa est un concept de berline présenté au mondial de l'automobile de Paris en 1988.

Activa (1988).

Le projet, qui a mobilisé une centaine d'ingénieurs, est principalement axé sur le travail de la liaison au sol. Il introduit notamment un contrôle électronique de la suspension hydropneumatique chère à Citroën. À partir de données comme la vitesse ou l'angle du volant, un calculateur central gère au plus près la réponse dynamique des suspensions. Le conducteur peut en outre choisir d'activer un mode spécifique pour rendre la conduite plus sportive. Le système corrige également l'assiette, en luttant activement contre le roulis dans les virages, en rabaissant la caisse à haute vitesse pour améliorer le Cx, ou en l'élevant à l'arrêt pour améliorer l'accessibilité.

L'Activa dispose par ailleurs de freins anti-blocage, mais surtout de quatre roues directrices et indépendantes, chacune mues par un moteur électrique propre. Toute la chaîne de direction, de la colonne aux essieux, se compose de tubes hydrauliques et de câbles électriques. Débarrassée de nombre de contraintes mécaniques, l'Activa affiche ainsi un diamètre de braquage réduit à 9 m, tout en limitant l'angle du volant, assisté électroniquement, à 60° de chaque côté.

Le design extérieur, réalisé sous la direction de Dan Abramson, la présente sous la forme d'une berline effilée, dotée de quatre grandes portes antagonistes et d'un toit très réduit, qui fait la part belle aux vitrages l'encadrant. L'intérieur est traité avec soin, avec un assemblage de cuirs clairs et de tonalités grises et beiges. Une partie de l'instrumentation s'affiche sur un écran tête haute positionné à la base du pare-brise, tandis que les informations essentielles (pression d'huile, jauge à carburant, température d'eau) courent sur un écran étiré sur toute la largeur de la planche de bord, les rendant ainsi lisibles par le passager autant que par le conducteur. Les données plus secondaires (confort, communications, état général du véhicule) sont regroupées sur un tierce écran, placé au sommet de la console centrale. C'est aussi lui qui accueille les informations des caméras de proximité cachées dans les pare-chocs[1].

L'Activa 2 est animée par un V6 essence de 3 L et 24 soupapes, qui développe 200 ch. La transmission est assurée par une boîte manuelle 5 rapports[2].

Activa 2[modifier | modifier le code]

Successeur de la précédente, l'Activa 2 est un concept de coupé dévoilé au mondial de l'automobile de Paris en 1990.

Activa II (1990).

Plus proche encore de la série que sa devancière, l'Activa 2 se présente comme un coupé basé sur la XM sortie l'année précédente. Hormis la transplantation sur cette plateforme, elle reste très proche du premier modèle. Elle en reprend la suspension hydropneumatique active, le système de vision tête haute et le moteur V6 de 200 ch, même si elle préfère l'associer à une boîte automatique à 4 rapports. L'intérieur est rendu plus classique mais conserve son écran central, qui accueille toujours les fonctions de maintenance, de confort ou encore de navigation.

C'est Bertone qui, bien que n'ayant pas participé à sa conception, assure la fabrication du véhicule. Le projet a été mené de manière à ce qu'une commercialisation soit envisagée, en faisant ainsi une héritière de la SM. Mais il sera finalement abandonné, par peur de la concurrence de marques installées comme Porsche ou Mercedes-Benz, et en raison des craintes exprimées par Jacques Calvet, alors PDG de PSA, qu'elle ne fasse de l'ombre à la XM. Une grande part des technologies acquises sera toutefois reprise sur les véhicules à venir, à commencer par la Xantia Activa[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Activa », sur Citroënët (consulté le 17 avril 2017)
  2. « Souvenir : Citroën Activa (1988) », sur Autosphère,
  3. (en) « Activa 2 », sur Citroënët (consulté le 17 avril 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :