Citroën TUB

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Citroën TUB/TUC
Citroën TUB

Marque Citroën
Années de production 1939-1941
Classe Utilitaire
Moteur et transmission
Moteur(s) 7 CV et 11 CV
Transmission Traction avant
Poids et performances
Poids à vide 1 350 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Utilitaire
Dimensions
Hauteur 2 130 mm
Chronologie des modèles

Les TUB (Traction Utilitaire de type B) et TUC (Traction Utilitaire de type C) de Citroën étaient des camionnettes légères dérivées de la Traction Avant et produits par Citroën de 1939 à 1941. La TUB est le premier véhicule utilitaire équipé d'une porte coulissante latérale et d'un plancher de charge aussi bas que possible. Environ 100 exemplaires ont été transformés par Fenwick en 1941-1942 en intégrant un moteur électrique sous les appellations Cittub puis Urbel.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1935, Citroën comprend qu'il manque dans le marché des utilitaires, un vrai véhicule à traction avant avec une charge utile comprise entre 500 et 850 kg en remplacement des Rosalie utilitaires 7 UA et 11 UA. Pour la version « 500 kilos », on se contente de dériver une version commerciale de la Traction 11 B familiale, pour la version « 850 kilos » il en va tout autrement.

À l'été 1936, Pierre Boulanger, futur P-DG de Citroën, se voit remettre un épais dossier constitué de photos, croquis, statistiques et descriptions précises de l'utilisation de ces utilitaires en tournées de porte-à-porte. Il ressort de cette enquête que les utilisateurs ont besoin d'un véhicule : 1) à cabine avancée, 2) dans lequel on peut se tenir debout, 3) permettant d'accéder à l'arrière depuis le poste de conduite, 4) avec une porte latérale côté trottoir, pour faciliter les opérations de chargement/déchargement.

Automne 1937, le bureau d'études achève le premier prototype roulant d'un nouveau véhicule utilitaire ne ressemblant à rien de connu. Le 12 mai 1939, les services des mines examinent un utilitaire baptisé 7-T série U, portant le numéro de châssis 900 000 et équipé du moteur TB 00 032. Le TUB est né, il doit son nom à l'abréviation de « Traction Utilitaire Basse ».

Le TUB emprunte le moteur quatre cylindres de 35 ch de la 7C (9CV), placé en porte-à-faux avant. Le châssis est constitué de deux longerons contre-coudés ; le plancher avant est assez haut pour loger la mécanique et permettre l'agencement d'une cabine avancée ; un plancher de charge le plus bas possible (seuil de chargement de 42 cm) permettant à un homme de se tenir debout (hauteur intérieure de 1,75 mètre) ; la porte latérale est coulissante, une nouveauté fondamentale en matière d'utilitaire léger. La carrosserie est très simple, la fabrication en est confiée au carrossier Fernand Genève.

Le Citroën TUB

Sur les deux côtés à l'arrière, on trouve des rideaux en toile de bâche percés de fenêtres en matière transparente souple. Celui de droite est fixé à demeure, celui de gauche peut-être roulé et relevé jusqu'à la gouttière de toit. Une fois l'auvent ouvert, on accède à un volume utile de plus de 6 m3 après avoir enlevé le panneau arrière démontable. La roue de secours et la batterie sont placées dans des coffres extérieurs à gauche, bien accessibles et sans aucun contact possible avec la marchandise.

La mécanique est héritée de la 7 CV, ainsi que la boîte de vitesses et le train avant à suspension par barres de torsion. Le train arrière est du type conventionnel avec des ressorts à lames semi-elliptiques. Toujours emprunté de la Traction, le système de frein est entièrement hydraulique avec les tambours à six tocs de la 11 CV.

Le TUB est commercialisé le 5 juin 1939 au prix de 36 000 FRF. L'année suivante, le 13 février 1940, le service des mines homologue le 11-T série U. Le premier véhicule porte le numéro de série 950 001. Bien que les TUB 7 et 11 CV offrent la même charge utile de 1 020 kg, on peut les distinguer : le 7 CV ne possède qu'un seul essuie-glace côté passager, comporte un ourlet en tôle symbolisant un pare-chocs en bas de la carrosserie, dispose de deux orifices de remplissage d'essence, et d'une trappe lisse pour d'accès à la batterie (contrairement à celle du 11CV qui est percée de quatre ouïes).

Pendant la guerre, le 23 juin 1941, apparaît le Type 11-T série U-C ou TUC (« Traction Utilitaire de type C »). Quelques légères modifications le diffèrent du TUB, le plus important pour l'utilisateur, la charge utile passe de 1 020 à 1 200 kg. Il existe aussi en version sanitaire à usage militaire, le « TAMH ».

Très peu de ces curieux véhicules seront vendus, sa diffusion limitée par la guerre ne dépassera pas les 2 000 unités. En 1946, c'est le premier et dernier salon de l'automobile pour ce véhicule, sans espoir de remise en fabrication, son successeur le Type H, étant déjà prêt.

Spécifications[modifier | modifier le code]

  • Voie avant : 1,48 m
  • Voie arrière : 1,61 m
  • Hauteur : 2,13 m
  • Hauteur intérieur : 1,75 m
  • Longueur du plancher plat : 3,30 m
  • Pneus : 16 x 45 ou 16 x 50
  • Moteur et train AV de la traction 7 CV
  • Suspension AV barres de torsion et AR lames semi-elliptique
  • Volume utile : 7 m³
  • Poids à vide : 1 330 kg (TUB), 1 380 kg (TUC)

Concept-car Tubik[modifier | modifier le code]

En 2011, Citroën dévoile un prototype appelé Tubik en référence au style du TUB et du Type H. Monospace futuriste de 4,80 m de long et 2,08 m de large propulsé par la motorisation hybride Diesel de la Peugeot 3008 il peut accueillir neuf personnes dans un habitacle très modulaire où la banquette centrale peut se transformer en lit ou en tablette de travail tandis que les deux sièges passagers avant basculent pour faire face aux passagers arrière[1].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]