Citroën 2CV fourgonnette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La 2CV fourgonnette est un modèle automobile du constructeur français Citroën.

Citroën 2CV types AU et AZU
Citroën 2CV fourgonnette

Marque Citroën
Années de production 1951 - 1978
Production 640 000 exemplaires
Classe Utilitaires
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence : 375 cm³ (AU), 425 cm³ (AZU) et 435 cm³ (AZU-B)
Transmission Traction avant
Poids et performances
Poids à vide AU : 495
AZU : 530
AZU-B : 575 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) fourgonnette 1,88 m³
Dimensions
Longueur 3 600 mm
Largeur 1 480 mm
Hauteur 1 700 mm
Chronologie des modèles
Précédent Aucun Citroën Acadiane Suivant

Type AU : 1951 - 1956[modifier | modifier le code]

2CV type AU

La 2CV fourgonnette type AU est première version utilitaire de la Citroën 2CV. Elle est lancée en mars 1951.

Basée sur la 2cv Type A, elle en reprend la plupart des éléments mécaniques dont son petit moteur de 375 cm3, qui développe 9ch. La durée de vie ce modèle sera relativement courte puisque dès 1954 apparaît la 2cv AZU, une 2cv AU dotée d'un moteur plus puissant. Sa production fut stoppée en juillet 1956[1]avec un peu plus de 38 000 exemplaires produits.

À partir de l'automne 1955 et jusqu'à fin 1969, toutes les fourgonnettes 2CV ont été fabriquées près de la Porte d'Ivry à Paris par l'usine Panhard[2].

Type AZU : 1954 - 1978[modifier | modifier le code]

La 2cv Fourgonnette AU ayant un moteur trop peu puissant, en septembre 1954 Citroën réagit et lance la 2cv AZU. Dotée du moteur 425 cm3 de la 2cv AZ de l'époque, elle développe 12 ch et se montre enfin capable d'emmener correctement 250 kilos de charge utile.

Le type AZU est apparu en septembre 1954 et restera au catalogue jusqu'au milieu de l'année 1978[3], profitant entre temps de nombreux changements. Lancée le moteur 425 cm3 de 12 ch, la fourgonnette AZU gagnera 6 ch en mars 1963 pour atteindre les 21 ch SAE en août 1967.

2CV type AZU

La carrosserie reçoit d'emblée les nouveaux feux arrière et latéraux. Pour 1960, les roues deviennent plus petites et ne sont plus de la même couleur que la carrosserie, elles sont désormais blanches. En juillet 1961 la fourgonnette profite enfin du restylage opéré sur la 2cv Berline. Elle gagne un nouveau capot à 5 nervures, des joues d'aile redessinées et une calandre plus petite dont les chevrons prennent des dimensions plus imposantes. En mars 1963, les hublots ovales des portes arrière sont remplacés par des vitres carrées et les panneaux latéraux perdent leurs nervures dans la partie supérieure. Fin 1964, l'ouverture des portières avant change de sens pour se conformer aux nouvelles normes de sécurité. En 1971, les pare-chocs sont désormais uniformément gris.

2CV type AZU-B postale (reconstitution)

En septembre 1973, la 2CV fourgonnette type AZU série B reçoit le moteur 435 cm3 de la 2CV 4. La carrosserie est enfin modernisée (la berline l'avait été début 1970) grâce à des nervures plates et à des feux clignotants à l'avant et à l'arrière. Pour 1975, les phares deviennent rectangulaires. C'est en juin 1978 que la 2cv AZU disparaît du catalogue Citroën. Elle laisse alors sa place à la nouvelle Citroën Acadiane, dernière représentante de la lignée des utilitaires de la petite Citroën.

Les fourgonnettes AZU et AZU-B ont longtemps été utilisées par La Poste et EdF. Pour rouler dans les mauvais chemins, ces versions Administration étaient équipées d'un pare-chocs avant tubulaire, d'une plaque de protection sous le moteur et d'un pare-chocs arrière imposant des feux rehaussés[4].

Type AK[modifier | modifier le code]

Citroën 2CV types AK et AKS
Citroën 2CV fourgonnette

Marque Citroën
Années de production 1963 - 1978
Production 610 000 exemplaires
Classe Utilitaire léger
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence 602 cm3
AK : 22 ch puis 33 ch
AKS : 35 ch
Transmission Traction avant
Poids et performances
Poids à vide AK : 605
AKS : 640 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Fourgonnette (à partir de 2,1 m³)
Dimensions
Longueur 3 800 mm
Largeur 1 500 mm
Hauteur AK : 1 740
AKS : 1 850 mm
Empattement 2 510 mm
Chronologie des modèles
Précédent Citroën 2CV fourgonnette AU et AZU Citroën Acadiane Suivant

Type AK 350 : 1963 - 1970[modifier | modifier le code]

La 2CV fourgonnette type AK 350 est une version rallongée de la 2CV fourgonnette AZU. En mai 1963, elle vient contrer l'arrivée sur le marché de sa plus grande concurrente : la fourgonnette Renault 4.

Par rapport à la fourgonnette AZU qu'elle épaule, la fourgonnette AK 350 possède un porte-à-faux arrière rallongé de 20 cm et dispose du moteur 602 cm3 inauguré sur l'Ami 6 en 1961. Cette motorisation de 22 ch emmène l'AK à près de 90 km/h. La charge utile, qui est plus importante que pour le type AZU, passe à 350 kg d'où le nom de AK 350. Elle reçoit d'emblée la nouvelle planche de bord avec le compteur au centre et un pare-chocs avant élargi de la même couleur que la carrosserie. Celle-ci va suivre les mêmes évolutions que les autres 2CV. Les plus notable seront les portières ouvrants dans le « bon sens » fin 1964 et les ceintures de sécurité à deux points en option cette même année. En mai 1968, l'AK 350 profite du nouveau 602 cm3 de la famille Ami. Il développe désormais 28 ch et permet d'emmener l'auto à la frontière des 100 km/h.

Type AKS 400 : 1970 - 1978[modifier | modifier le code]

Compte tenu du succès de la fourgonnette AK 350, Citroën prend la décision de faire évoluer le type AK face à la concurrence féroce de la Renault 4. En juillet 1970, la nouvelle 2CV fourgonnette type AKS 400 est lancée sur le marché. Par rapport à la fourgonnette AK 350 qu'elle remplace, elle offre de nouveaux arguments :

  • une charge utile en hausse, la fourgonnette AKS peut désormais transporter 400 kg de charge utile contre 350 auparavant ;
  • un nouveau moteur, celui de la nouvelle Ami 8 qui fait 35 ch qui lui permet d'atteindre 100 km/h ;
  • un réhaussage de 20 cm de la partie fourgon qui adopte des nervures plates et l'ajout de 2 clignotants coniques sur la face arrière.

Elle bénéficie également de toutes les dernières nouveautés apportées aux 2cv berline :: le tout nouveau tableau de bord avec le grand compteur, le volant à deux branches de la 2cv4 et des clignotants sur les ailes avant.

Elle suit les évolutions des autres berlines, les phare deviennent rectangulaires en 1974 et les ceintures de sécurité à trois points sont à enrouleurs en juillet 1977[5].

En mai 1978, la fabrication de l'AKS 400 s'arrête définitivement pour laisser la place à un nouvel utilitaire, désormais construit sur la base de la Citroën Dyane : l'Acadiane.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cédric Lelong, 2CV 60 ans d'années folles, éditions E.T.A.I.
  2. Claude-Alain Sarre, Les Panhard et Levassor, éditions E.T.A.I.
  3. Fabien Sabatès et Wouter Jansen, Les camions Citroën, Massin éditeur.
  4. Yves Lecouturier et Pierre Stéphane Proust, La Poste automobile et les véhicules des P.T.T. 1897-1970, l'Union Marcophile.
  5. Reynald Lecerf, 2CV, éditions E.P.A.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Citroën 2CV fourgonnette de mon père, par Fabien Sabatès, éditions E.T.A.I., 2001. (ISBN 2-7268-8853-9)