Cinema Paradiso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cinema Paradiso
Titre original Nuovo cinema Paradiso
Réalisation Giuseppe Tornatore, assistants Giuseppe Giglietti et Pietra Tornatore
Scénario Vanna Paoli et Giuseppe Tornatore
Acteurs principaux
Sociétés de production Cristaldifilm, RAI, Les Films Ariane, TF1 Films Production
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Durée 118 minutes (h 58)
Sortie 1988

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Cinema Paradiso (Nuovo cinema Paradiso) est un film italien réalisé par Giuseppe Tornatore, sorti en 1988.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À Rome, à la fin des années 1980, Salvatore vient d'apprendre la mort de son vieil ami Alfredo. Par cette nouvelle, c'est toute son enfance qui remonte à la surface : son village natal, en Sicile, quand on l'appelait Totò et qu'il partageait son temps libre entre l'église (où il était enfant de chœur) et la salle de cinéma paroissiale, où régnait Alfredo, le projectionniste qui, au travers des films qu'il projetait, lui apprenait la vie.

Résumé[modifier | modifier le code]

Depuis qu'il a quitté Giancaldo, le village de Sicile dont il est originaire, Salvatore Di Vita n'y est plus jamais revenu. Dans les années 1980, il vit à Rome depuis 30 ans, où il est devenu un cinéaste célèbre.

Un soir, lorsqu'il rentre chez lui, il reçoit un appel de sa mère annonçant la mort d'un certain Alfredo. Pendant la nuit, le souvenir d'Alfredo renvoie Salvatore quarante ans en arrière, le replonge dans son enfance, son village, parmi les personnages qui l'ont peuplé :

À la fin des années 1940, Salvatore (qu'on surnommait alors Totò) est un enfant pauvre qui vit avec sa sœur et sa mère dans l'attente du retour de son père, envoyé combattre en Russie. Il est enfant de chœur pour Don Adelfio, à la fois curé, gérant de la salle de cinéma paroissiale (le Cinema Paradiso) et comité de censure : avant projection publique, il fait couper par Alfredo chaque scène qu'il juge « impudique » (simple baiser ou corps dénudé).

Fasciné par le septième art, Totò essaye en vain d'assister en cachette à ces projections privées et de voler quelques photogrammes coupés par le projectionniste Alfredo, qui, au début, se montre un peu revêche, importuné par les intrusions du gamin dans sa cabine de projection. Malgré l'opposition de sa mère, Totò commence à le fréquenter assidûment.

Il ne tarde pas à faire appel au bon cœur de son vieil ami : à l'occasion des épreuves du certificat d'études, Alfredo et le garçonnet se retrouvent dans la même salle d'examen. Le projectionniste, qui est illettré, tente alors d'obtenir des réponses de son jeune ami. Totò passe alors avec lui un accord : en échange des solutions de l'épreuve, le projectionniste lui enseignera toutes les ficelles du métier.

Un soir cependant, alors que la salle doit fermer, et que le public réclame à grands cris une deuxième projection de Les Pompiers chez les pin up (I Pompieri di Viggiù), Alfredo et Totò décident de le satisfaire en projetant le film à l'extérieur, sur la façade d'une maison. Mais une distraction d'Alfredo provoque un incendie qui rapidement se propage à toute la cabine de projection. Totò réussit à sauver son ami, mais ce dernier, les yeux brûlés, reste aveugle.

Grâce à Spaccafico, un villageois originaire de Naples devenu millionnaire au Totocalcio (it), la salle de cinéma est reconstruite et prend le nom de Nuovo Cinema Paradiso. C'est le début d'une nouvelle aventure pour Totò, puisque c'est lui désormais qui projette les films, et qu'ils ne sont plus censurés par le curé. Durant cette période, Totò, devenu adolescent, fait la connaissance d'Elena, étudiante, fille de bourgeois aisés. Une idylle se noue, que la belle-famille n'apprécie pas.

Pendant que Totò fait son service militaire à Rome, il perd complètement la trace d'Elena, partie avec sa famille s'installer sur le continent. De retour à la vie civile, il retrouve Alfredo, confiant dans ses dons artistiques, qui lui conseille alors d'abandonner la Sicile, pour toujours, et d'aller faire sa vie à Rome. On comprend qu'en ne revenant pas pendant trente ans, Salvatore était resté fidèle au dernier conseil d'Alfredo.

Après ce dernier souvenir, Salvatore revient à la réalité présente. Il a fait carrière dans l'industrie cinématographique : il est aujourd'hui un réalisateur riche et célèbre, mais, hanté par le souvenir d'Elena, n'est pas satisfait de sa vie privée.

L'enterrement d'Alfredo est alors l'occasion de revenir en Sicile et de renouer avec son passé. Devenu un cinéma érotique avant de fermer ses portes, il y a presque six ans, le Nuovo Cinema Paradiso est à l'abandon. Il vient d'être vendu à la ville pour être remplacé par un parking. Salvatore ne peut qu'assister impuissant à sa démolition, symbole de cette crise que le cinéma italien traverse depuis longtemps.

Après quoi, Salvatore rentre à Rome avec une bobine de film qu'Alfredo avait laissée à sa veuve pour lui. Salvatore visionne dès son arrivée ce film qu'Alfredo lui a laissé en héritage. C'est la dernière scène du film. Ultime clin d'œil et message posthume d'Alfredo, c'est un montage de toutes les séquences - tous les baisers - coupées par la censure de Don Adelfio. Cet héritage d'Alfredo est la meilleure image de l'immortalité du cinéma.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La séquence où Salvatore adolescent biffe les jours du calendrier de l'année 1954 est sujette à controverses en raison d'anachronismes et d'anomalies factuelles :
    • Le calendrier présenté dans cette scène est erroné : le 1er avril est un vendredi alors qu'en 1954, ce jour tombe un jeudi.
    • Toto adolescent biffe les jours du calendrier de la main droite, alors que Toto enfant se montre gaucher lors de la scène de l'examen à l'école.
    • Cette scène, « estampillée » 1954 par l'année du calendrier, est précédée dans le film par des séquences du film Et Dieu... créa la femme qui, en réalité, date de 1956.
  • Le village de Giancaldo n'existe pas : le village de Palazzo Adriano, en Sicile, a été utilisé pour les principales séquences du film. D'autres séquences ont également été tournées à Bagheria, Castelbuono, Cefalù, Chiusa Sclafani, Lascari, Palazzo Adriano, San Nicola l'Arena, Santa Flavia, Termini Imerese, ainsi qu'à Palerme.

Version longue[modifier | modifier le code]

La première « mouture » du film était une version de 167 minutes (2 h 47). En raison d'une classification défavorable, pour « sexualité », par la censure, Giuseppe Tornatore l'abrégea et la première version qui sortit en salle, en Italie, eut une durée de 155 minutes (2 h 35). En raison du manque de fréquentation dans son pays d'origine, la durée du film fut réduite à 118 minutes (1 h 58) pour la distribution internationale.

En 2002, la version dite « Director's cut » de 167 minutes fut diffusée (elle est connue aux États-Unis sous le titre Cinema Paradiso: The New Version). Elle permet notamment de voir la séquence relative aux retrouvailles, des années plus tard, de Salvatore et d'Elena, son amour de jeunesse, incarnée par Brigitte Fossey. Cette scène est importante car elle éclaire d'un jour nouveau le sens de la bobine de films transmise à Toto par le projectionniste Alfredo. Ce n'est plus seulement un collage des bouts de films censurés par le curé, mais un constat : « tu as maintenant le droit d'aimer sans que cela nuise à ta carrière ».

Parmi les passages supplémentaires :

  • Après que Maria eut tenté de joindre Salvatore par téléphone, sa fille lui précise qu'il n'a pas appelé depuis des années et que sa démarche est donc inutile.
  • Alors qu'il roule dans Rome avec sa Mercedes, Salvatore s'arrête à un feu rouge, jette sa cigarette par la fenêtre et observe la voiture d'à côté, occupée par un couple de punks. N'appréciant pas d'être fixé du regard, le conducteur démarre sur les chapeaux de roues.
  • Lors de sa deuxième séance au cinéma, Toto regarde des actualités sur le retour des soldats de la guerre (pensant à son père qui n'est jamais revenu). Plus tard, lui et sa mère apprennent à l'administration que son père a été tué. Marchant le long d'un bâtiment en ruine, Maria verse des larmes, réalisant enfin que son mari ne rentrera plus jamais. Quant à Toto, il aperçoit une affiche déchirée d'Autant en emporte le vent et retrouve le sourire.
  • Le directeur Spaccafico se dispute au téléphone avec le distributeur d'un film, ce dernier exigeant plus de séances. Salvatore propose alors de réhabiliter la salle de cinéma abandonnée du village d'à côté et de projeter la copie du film tour à tour. Il confie à son ami Boccia la tâche d'effectuer les allers-retours avec la bande du film entre les deux salles. Finalement en fin de journée, Boccia abandonne sous le coup de la fatigue. Alors que la salle du Paradiso est comble, Salvatore commence à s'inquiéter de ne pas avoir de nouvelles de son camarade. Parti à sa recherche, il le retrouve derrière un buisson, en train d'avoir des relations sexuelles avec la prostituée de la ville.
  • Une série de plans montrant les diverses séances de projection avec notamment :
    • un spectateur succombant à un infarctus après avoir sursauté en regardant un film de gangster. Un bouquet funèbre vient par la suite orner le siège qu'il occupait.
    • Salvatore testant une nouvelle pellicule résistant au feu.
  • Dans un moment d'intimité, Salvatore perd sa virginité avec la même prostituée juste devant l'écran du Paradiso.
  • Salvatore et Elena passent du bon temps ensemble : Ils mangent des légumes dans des feuilles utilisées comme assiettes, s'amusent à courir à travers champs, soufflent un gâteau d'anniversaire puis roulent en voiture. Lorsque celle-ci tombe en panne, les deux jeunes gens font signe à la première voiture qui arrive. Le conducteur se révèle être le père d'Elena. Ce dernier ramène sa fille, ignorant pratiquement Salvatore.
  • Alors qu'il assure le cinéma en plein air durant tout l'été, Salvatore s'attend à ce que la saison soit terminée, espérant ainsi revoir Elena à son retour de Toscane. Il se met alors à pleuvoir et la jeune fille fait une apparition surprise.
  • Spaccafico reçoit une lettre destinée à Salvatore. Il est contrarié en découvrant qu'il s'agit de la convocation du jeune homme pour le service militaire. Plus tard, Salvatore annonce cette nouvelle à Elena mais lui promet de revenir la voir le plus tôt possible. Mais Elena lui affirme que son père a d'autres projets pour elle, notamment de la fiancer au fils d'un de ses collègues de la banque. Elle lui propose alors une dernière chance : venir le voir par le bus de 17h à l'entrée arrière du Paradiso. En attendant sur place, Salvatore reçoit la visite d'Alfredo. Le jeune homme lui demande alors de garder la cabine pendant qu'il accourt chez Elena, n'ayant toujours pas de nouvelles de cette dernière. Il arrive à la porte de chez elle et frappe de toutes ses forces. La mère d'Elena reste assise dans son salon sans répondre.
  • Durant son service militaire, Salvatore subit des humiliations et fait preuve d'indiscipline, le conduisant plusieurs fois en prison. Il continue ses tentatives pour retrouver la trace d'Elena par des appels téléphoniques et des lettres qui lui sont retournées, l'adresse n'étant plus valable. Il effectue aussi sans cesse des relances auprès de son officier supérieur à propos de sa démobilisation.
  • Lorsqu'ils discutent au bord de la mer, Salvatore raconte à Alfredo des blagues qu'il a apprises durant son service. Le vieil homme tente de changer de sujet en demandant au jeune homme ce qu'il compte faire pour son avenir.
  • Après les funérailles d'Alfredo, Salvatore dîne en famille avec sa mère Maria, sa sœur, son beau-frère et ses neveu et nièce.
  • Salvatore se rend dans un bar et commande un whisky double. Un consommateur se présente à lui pour signer un autographe. Puis en dirigeant son regard vers l'extérieur, Salvatore aperçoit une jeune fille ressemblant étrangement à Elena. Il la rattrape mais lui dit qu'il s'est trompé de personne.
  • Salvatore propose à sa mère d'avoir une discussion, lui demandant notamment pourquoi elle ne s'est jamais remariée. Au passage, il débranche le téléphone qui ne cesse de sonner.
  • Salvatore trouve l'adresse où Elena réside. Il aperçoit le mari de celle-ci (qui se révèle être Boccia, son ancien camarade) et leur fille partir en voiture. Il se rend alors dans la cabine téléphonique du bar en face de la maison d'Elena et l'appelle. Il lui propose qu'ils se voient mais elle refuse.
  • Alors qu'elle regarde une émission télévisée, Maria reçoit un appel mais l'interlocuteur raccroche immédiatement.
  • Salvatore et Elena se rencontrent sur le quai au bord de la mer et ont une longue discussion. Elena affirme entre autres qu'elle s'était bien présentée au rendez-vous dans la cabine du Paradiso mais en retard (au moment où Salvatore était en route pour chez elle). Elle a été accueillie par Alfredo qui attendait toujours sur place. Ce dernier lui aurait conseillé d'oublier Salvatore, ce qui serait mieux pour leurs destins. Elena précise ensuite à Salvatore qu'avant de partir, elle lui a écrit un petit mot qu'elle a ensuite rangé dans une pile de fiches de réception des films. Le lendemain, Salvatore retourne dans la cabine désaffectée du Paradiso et retrouve ce petit mot parmi des vieilles fiches datant de 1956 (il retrouve notamment les fiches de films à succès tels que Moby Dick et La Prisonnière du désert).
  • Salvatore et Elena se parlent une dernière fois au téléphone. Elle lui conseille de l'oublier et qu'ils ne peuvent pas revenir en arrière.
  • Au moment de la destruction du cinéma Paradiso sous les yeux des habitants, deux plans supplémentaires montrent la réaction d'Elena dans sa résidence et sa fille rire avec ses amis en observant une bande de jeunes tourner autour des débris.

Films évoqués dans Cinema Paradiso [1][modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Extraits[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :