Les Chemins de la haute ville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Les Chemins de la haute ville
Description de cette image, également commentée ci-après
Dessin au fusain de Simone Signoret après avoir reçu l'Oscar de la meilleure actrice pour ce film.
Titre original Room at the Top
Réalisation Jack Clayton
Scénario Neil Paterson
Mordecai Richler (non crédité)
d'après John Braine
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Durée 115 minutes
Sortie 1959

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Les Chemins de la haute ville (Room at the Top) est un film britannique de Jack Clayton sorti en 1959.

Synopsis[modifier | modifier le code]

De retour de la guerre, Joe Lampton, enfant d'ouvrier d'une petite cité industrielle, trouve un emploi de comptable dans l'administration de la ville voisine. Il s'y trouve confronté aux membres des classes sociales aisées qui vivent dans les beaux quartiers de la « haute ville ».

Dans la troupe de théâtre amateur, il est attiré par Susan, fille de l'homme le plus riche de la ville. Mais celle-ci, surveillée de près par sa mère et prisonnière de son milieu social, se révèle quasiment inaccessible. Une autre femme Alice, plus âgée, Française, mariée depuis plusieurs années avec un notable qu'elle n'aime plus, joue également dans la troupe de théâtre amateur. Il se confie à elle et progressivement naît un amour passionné qu'ils vivent clandestinement. Joe demeure cependant partagé entre son aspiration à l'élévation sociale que lui procurerait Susan, qui finit par céder à ses avances, et l'amour sensuel qu'il vit avec Alice.

Le père de Susan, lui annonçant que sa fille est enceinte, lui impose de faire un choix : il accepte alors de se marier avec Susan et d'entrer dans l'entreprise familiale. L'aveu qu'il fait à Alice de la situation amène celle-ci à se saouler ; puis elle se tue dans un accident de voiture. Joe, se considérant comme coupable de la mort de cette femme qu'il aimait par-dessus tout, se saoule à son tour et est roué de coups par des jeunes du quartier ouvrier. Mais le mariage est célébré un peu plus tard, en grande pompe. Au moment de prononcer le oui solennel, Joe, sidéré par le destin qui est le sien, hésite un instant avant de répondre au prêtre. Susan essaie de se convaincre que ses larmes sont des larmes de bonheur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs non crédités :

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Les scènes extérieurs du film ont été tournées à Halifax.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

  • Oscars 1960 :
  • BAFTA 1959 :
    • nomination au BAFTA du meilleur acteur britannique pour Laurence Harvey ;
    • nomination au BAFTA du meilleur acteur britannique pour Donald Wolfit ;
    • nomination au BAFTA de la meilleure actrice britannique pour Hermione Baddeley ;
    • nomination au BAFTA du meilleur espoir féminin pour Mary Peach.
  • Golden Globes 1960 : nomination au prix de la meilleure actrice dans un drame pour Simone Signoret ;
  • Laurel Awards 1960 : nomination au le prix de la meilleure actrice dramatique pour Simone Signoret (3e place).

Suite[modifier | modifier le code]

Le film a une suite, Les Chemins de la puissance (Life at the Top, 1965) de Ted Kotcheff, avec Laurence Harvey et Jean Simmons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Chemins de la haute ville », sur encyclocine.com (consulté le )
  2. « La Sélection - 1959 - Palmarès », sur le site du Festival de Cannes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Dvd icon.svg zone 2 : Les Chemins de la haute ville, Opening, [2008], (EAN 3-530941-029701) — En supplément de l’édition : Jack Clayton, la révélation, avec les témoignages de Freddie Francis et Neil Sinyard, et Archives : Simone Signoret à Hollywood.

Liens externes[modifier | modifier le code]