La Nuit (film, 1961)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nuit (homonymie) et Notte.
La Nuit
Description de cette image, également commentée ci-après
Marcello Mastroianni (de dos) et Jeanne Moreau dans une scène du film

Titre original La notte
Réalisation Michelangelo Antonioni
Scénario Michelangelo Antonioni
Tonino Guerra
Ennio Flaiano
Acteurs principaux

Marcello Mastroianni (Giovanni)
Jeanne Moreau (Lidia)
Monica Vitti (Valentina)

Sociétés de production Nepi Film
Sofitedip
Silver Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Durée 125 min
Sortie 1961

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Nuit (titre original : La notte) est un film franco-italien réalisé par Michelangelo Antonioni, sorti en 1961.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1960, Michelangelo Antonioni déclarait à propos de son film : « Avec La Nuit, j'arriverai à un résultat de compromis. Le compromis que l'on retrouve, aujourd'hui, dans la morale et même dans la politique. Les personnages, cette fois-ci, se sont trouvés, mais ils ont du mal à communiquer, parce qu'ils ont découvert que la vérité est difficile, elle demande beaucoup de courage et des résolutions irréalisables dans leur milieu. »

Un couple d’intellectuels, l'écrivain à succès Giovanni Pontano et sa femme Lydia vivent, après quelques années de mariage, dans la grisaille de l'ennui et d'une incommunicabilité croissante. Ils rendent visite à Tommaso, un ami intime de Giovanni, également écrivain, qui finit ses jours dans une clinique. Tandis que Giovanni, pour oublier la douloureuse visite à son ami moribond, se rend à la promotion de son dernier livre, Lydia erre dans une ville qui lui ressemble, vide et morose. Le soir venu, après s’être ennuyé dans une boîte de nuit, le couple se rend à la soirée d’un richissime industriel qui souhaiterait que Giovanni écrive l'histoire de son entreprise. Dans la grande et luxueuse villa de son hôte, séparé un temps de Lydia, Giovanni passe un moment avec Valentina, la fille de l’industriel, tous deux essayant de tromper leur mal de vivre dans une brève et pathétique étreinte. Pendant ce temps, Lydia est escortée par un prétendant qu’elle repousse lorsqu’il devient trop pressant. Au bout d’une longue nuit d’ennui, l'aube surprend Lydia et Giovanni dans le jardin silencieux de la villa désertée. Ils trouvent enfin le courage de se parler, évoquant leur bonheur enfui et la lassitude de leur vie. On comprend que le couple, en plein désarroi, va se donner une dernière chance lorsque Giovanni embrasse soudain Lydia avec ferveur.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Lors de son entretien avec Michel Ciment dans l'émission radio Projection privée diffusée par France Culture, le [2], Jeanne Moreau indique qu'elle n'a pas perçu de cachet pour tourner dans ce film.

Tournage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • Les Monty Python invitent le spectateur, ayant apprécié leur film La Vie de Brian, à regarder La notte, dans le générique de fin.
  • Télérama[3] : « La Nuit est au centre d'une trilogie commencée avec L'avventura (1960), poursuivie avec L'Éclipse (1962). On parlait alors d'incommunicabilité, de faillite du couple, de désert de l'amour... Pas faux mais un peu pompeux : car ce qui frappe surtout aujourd'hui, c'est le caractère incroyablement ténu de cet univers graphique de dislocation sourde et d'éboulement discret où l'humain souffre surtout de ne pas être dans le monde, mais détaché, à côté, en face... Dans la très belle scène finale du parc encore endormi, ce sont deux solitudes qui s'étreignent. »

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sélection[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

On n’oublie pas le plan symbolique où Lydia, minuscule silhouette, se retrouve au pied d’un gigantesque immeuble blanc lors de son errance dans Milan déserté. « Après s’être cognés durant toute la nuit comme des billes de flipper à d’autres âmes aussi mal-en-point que les leurs, Giovanni et Lydia, mis à nu par les premières lueurs de l’aube, ne peuvent plus échapper à la vérité : le naufrage de leur union. La psychanalyse n’exclut pas l’élégance et jamais couple pathétique n’aura été aussi beau et sensuel que se dévisageant, seulement éclairé par la lumière du jour pointant. Défaits de tous artifices, Giovanni-Mastroianni et Lydia-Moreau, jeu minimaliste, visages exsangues et regards éperdus expriment parfaitement leur désarroi. Grâce aux forces conjuguées des acteurs et réalisateur La Nuit, ou l’épreuve d’un couple, est une œuvre qui se démarque par sa sobriété et reste un exemple de ce qu’un cinéma adulte peut produire pour répondre à nos problèmes existentiels[5]

Postérité[modifier | modifier le code]

Le film a inspiré au peintre Axel Sanson le tableau La Notte[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d .Ciné-Ressources (Cinémathèque française) .
  2. Émission Projection privée, podcast, 59 min
  3. Extrait de la critique de Jacques Morice publiée le 26 juillet 2008
  4. Unifrance.
  5. Ann. Ledoux, Le wiki du cinéma.
  6. Catherine Malaval, Axel Sanson. Una persistente fortuna, Paris, La nouvelle école française, (ISBN 9791097320003), p. 43.

Liens externes[modifier | modifier le code]