Drive My Car (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Drive My Car
Titre original ドライブ・マイ・カー
Doraibu mai kā
Réalisation Ryūsuke Hamaguchi
Scénario Ryūsuke Hamaguchi
Takamasa Ōe (it)
Haruki Murakami (nouvelle)
Musique Eiko Ishibashi (en)
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Drame
Durée 179 minutes
Sortie 2021


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Drive My Car (ドライブ・マイ・カー, Doraibu mai kā?) est un film japonais réalisé par Ryūsuke Hamaguchi, sorti en 2021.

C'est l'adaptation de la nouvelle du même nom de l'écrivain japonais Haruki Murakami parue dans le recueil Des hommes sans femmes[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Un metteur en scène et acteur de théâtre qui possède une voiture Saab 900 se voit obligé d'être conduit dans ses déplacements par une jeune fille taciturne, alors qu'il est en train de travailler sur Oncle Vania, la pièce d'Anton Tchekhov. Petit à petit, les deux personnages vont apprendre à se connaître, dialoguer et s'aider mutuellement à panser leurs blessures - lui a perdu sa femme, elle sa mère.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

En fait, Ryūsuke Hamaguchi a précisé qu'il s'est inspiré de trois des nouvelles rassemblées dans Des hommes sans femmes : Drive My Car, Shéhérazade et Le Bar de Kino[4].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Dans sa critique de Drive My Car, Enrique Seknadje fait une remarque importante concernant la scène finale, énigmatique, et Misaki, qui est originaire de l'île d'Hokkaido, qui l'a quittée pour aller vers le Sud en passant par Hiroshima : « (...) précisons pour celles et ceux qui connaîtraient mal les idéogrammes, ou qui risquent de ne pas faire attention aux inscriptions visibles à l’écran, que la dernière scène, celle où Misaki se retrouve presque seule en période Covid, se passe en Corée (...) On peut en déduire que le personnage a poursuivi son parcours vers le Sud au-delà de Hiroshima, lieu de guerre et de paix où se déroule une partie de l'action du film… »[5].

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 4,6/5[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clarisse Fabre, « Cannes 2021 : « Drive My Car », le road-movie magnétique de Ryusuke Hamaguchi », sur Le Monde, (consulté le )
  2. « Drive my Car », sur cinezik.org
  3. (ja) « ドライブ・マイ・カー » [« Doraibu mai kā »], sur kinenote.com (consulté le )
  4. « « Ryusuke Hamaguchi: « Il y a une grande proximité entre le jeu et la vie » – Prendre le volant de son histoire » – Propos recueillis par Jean-Christophe Ferrari, », sur Transfuge,
  5. Enrique Seknadje, « Ryusuke Hamaguchi - "Drive My Car" », sur Culturopoing,
  6. « Drive My Car », sur Allociné (consulté le ).
  7. « Festival de Cannes : la Française Julia Ducournau remporte la Palme d’or pour son film « Titane » », sur Le Monde, (consulté le )
  8. Fabien Lemercier, « Le FIPRESCI à Cannes pour Drive My Car », sur cineuropa.org, (consulté le )
  9. Stéphane Dreyfus, « Festival de Cannes 2021 : « Drive my car », lauréat prix du jury œcuménique », sur La Croix, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]