Les Nouveaux Monstres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Nouveaux Monstres (I nuovi mostri) est un film italien composé de 12 sketchs (14 dans la version originale) réalisés par Mario Monicelli, Dino Risi et Ettore Scola, sorti le .

C'est une suite des Monstres, réalisé en 1963 par Dino Risi.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les Nouveaux Monstres présente une douzaine de tableaux sombres et amers, qui mettent en scène l’évolution de la société dans des situations encore plus immorales que dans Les Monstres de 1963. La version italienne comporte deux tableaux supplémentaires inédits en France, intitulés Il Sospetto et Con i saluti degli amici.

Les intellectuels, l'Église, la domination masculine continuent à être les cibles favorites de Dino Risi. Il s'agit de rendre compte de la désillusion ambiante. Dans ce second film, la brutalité et la crudité atteignent de nouveaux sommets.

Liste des sketchs[modifier | modifier le code]

Les trois réalisateurs refusent de signer les sketchs en solidarité avec le scénariste Ugo Guerra atteint de paralysie[réf. souhaitée]. Ettore Scola raconte bien des années plus tard qu'en fait, les trois cinéastes étaient sur le tournage et décidaient au dernier moment quelle séquence (et non quel sketch) ils allaient réaliser dans la journée[réf. souhaitée]. .

1 Le pinson du Val Padouan[modifier | modifier le code]

Adriano est un impresario hyperactif, lorsque sa femme Foirella manifeste des douleurs dans la gorge l'empêchant de chanter correctement, il insiste auprès des chirurgiens pour la faire opérer en urgence. Le résultat est catastrophique. Adraino a alors l'idée de provoquer un accident d'escalier. Il présente alors Foirella comme une héroïne qui n'a pas hésité au péril de sa vie à sauver un enfant quitte à perdre la voix et avoir les jambes fracturées. Le public est content ! (Ettore Scola)

2 Tantum ergo[modifier | modifier le code]

Coincé dans un village en raison d'une panne de véhicule, un évêque va découvrir qu'un abbé, sans soutane, a transformé l'église en lieu de débat politique. L'abbé tente, sans être entendu, de rassembler autour d'un combat politique non violent, une assemblée de paroissiens furieuse que l'administration veuille raser leur logement. Le vote démocratique qu'il leur propose n'a pour effet que de les maintenir dans la division, la colère, la désillusion et l'indiscipline. Invité à donner son avis, l'évêque prend le contre-pied de l'abbé, ramène au calme et plonge dans un état de piété et de joie ces paroissiens, non en leur proposant des solutions matérielles terrestres, mais, en leur rappelant que le Chrétien a le devoir d'obéir à l'autorité, de se montrer doux et que leur situation matérielle injuste et douloureuse est la promesse d'un bonheur dans le ciel. L'abbé sort de l'église, furieux contre l'évêque, car il voit dans le comportement de ce dernier une machination de l'Eglise pour asservir les pauvres. Il lance à l'évêque "vous les avez encore possédé!".

3 Auto-stop[modifier | modifier le code]

Un représentant du commerce prend en stop une jolie jeune fille et lui fait des avances de plus en plus pressantes. La jeune fille le menace d'un sèche-cheveux caché dans son sac à main en lui faisant croire que c'est un révolver. Le journal du jour titrant sur trois jeunes filles évadées de prison elle lui fait croire qu'elle est l'une d'entre elles. Pendant un arrêt, le conducteur sort son révolver et abat froidement la jeune femme. (Mario Monicelli)

4 Enlèvement d'une personne chère[modifier | modifier le code]

Devant les caméra un homme effronté supplie ses ravisseurs de lui rendre sa femme qui vient d'être enlevée. Il les supplie de l'appeler au téléphone, promettant qu'en échange ils auront tout ce qu'ils voudront. Quand l'équipe de télévision quitte l'appartement on s'aperçoit que l'homme avait coupé les fils du téléphone. (Ettore Scola)

5 Premiers soins[modifier | modifier le code]

Un aristocrate en Rolls-Royce se rend à Rome pour assister à une réunion sur le "schisme de Lefebvre". Il trouve au pied d'un monument un homme renversé par une voiture. Le premier hôpital affiche complet, le second ne reçoit aucune urgence après 23 heures, le troisième est réservé aux militaires. L'aristocrate en désespoir de cause va remettre le blessé là où il l'a trouvé. (Mario Monicelli)

6 Grand garçon à sa petite maman[modifier | modifier le code]

Deux clochards, la mère et son fils déambulent dans Rome, s'amusent, font des farces, ramassent du crottin de cheval et autres détritus, assistent à un spectacle de marionnettes et rentrent le soir dans un hangar rempli d'ordures. (Dino Risi)

7 Citoyen exemplaire[modifier | modifier le code]

Un homme qui rentrait chez lui voit un homme battu et poignardé par trois agresseurs, il attend que les malfaiteurs soient partis, monte chez lui et déguste comme si de rien n'était un bon plat de spaghettis Amatriciana en famille en regardant la télévision. (Ettore Scola)

8 Pornodiva[modifier | modifier le code]

En échange d'une prime généreuse, un couple signe un contrat auprès d'un producteur de cinéma engageant leur fille de sept ans pour tourner un film porno avec un petit singe. (Dino Risi)

9 Comme une reine[modifier | modifier le code]

Franchino accompagne sa mère, âgée mais toujours lucide dans une maison de retraite où il est connu que les personnes âgées sont abandonnées par les parents et maltraité par le personnel. (Ettore Scola)

10 Auberge ![modifier | modifier le code]

Un serveur et un cuisinier, amants homosexuels, se bagarrent dans les cuisines en se jetant de la nourriture et autres objets. Après cela le cuisinier se remet à la cuisine où tous les ingrédients sont mélangés ainsi qu'une chaussure, un cigare… Dans la salle les consommateurs trouveront tout cela délicieux ! (Ettore Scola)

11 Sans paroles[modifier | modifier le code]

Une hôtesse de l'air se laisse séduire par un charmant jeune homme moyen-oriental, poli mais taciturne et ne parlant aucune langue européenne. Alors qu'elle va repartir pour une autre destination, le jeune homme lui offre un tourne disque et ses deux disques préférés. L'avion explose au décollage, le tourne disque cachait une bombe. (Dino Risi)

12 L'éloge funèbre[modifier | modifier le code]

Les membres d'une troupe de comédiens ambulants accompagnent leur leader qui vient de décéder au cimetière. Après un éloge funèbre plutôt classique, l'ambiance devient débridée et tout le monde se met à chanter et à danser autour de la tombe du disparu, y compris les visiteurs du cimetière et les ouvriers d'un chantier. (Ettore Scola)

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Dans le sketch Premiers soins, l'aristocrate en Rolls croit reconnaître un monument à la gloire de Mussolini, en réalité le monument en question a été élevé à la gloire de Giuseppe Mazzini, l'un des fondateurs de l'unité italienne.
  • En Italie, il n'existe aucun « Val Padouan » ; le titre de l'épisode correspondant est une mauvaise traduction de l'italien L'uccellino della Val Padana, la Val padana (ou Pianura padana) étant la Plaine du Pô, n'ayant rien à voir avec la ville de Padoue et ses habitants, les Padouans. D'ailleurs, avec évidence, l'épisode se déroule en Émilie, terre d'origine d'Orietta Berti (it), qui joue l'héroïne de ce sketch.
  • Le film a été financé pour venir en aide au scénariste Ugo Guerra, gravement malade à l'époque, et lui payer ainsi les soins médicaux dont il avait besoin.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Nomination à l'Oscar du meilleur film étranger en 1979.

Lien externe[modifier | modifier le code]