Johnny s'en va-t-en guerre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnny.
Ne doit pas être confondu avec Le facteur s'en va-t-en guerre (roman).
Johnny s'en va-t-en guerre
Titre original Johnny Got His Gun
Réalisation Dalton Trumbo
Scénario Dalton Trumbo
Acteurs principaux
Sociétés de production World Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 111 minutes
Sortie 1971

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Johnny s'en va-t-en guerre (Johnny Got His Gun) est un film américain réalisé par Dalton Trumbo, sorti en 1971. Il s'agit d'une adaptation cinématographique du roman du même nom de Dalton Trumbo, publié en 1939.

Il est présenté en compétition officielle au festival de Cannes 1971.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Joe Bonham (Timothy Bottoms) est un jeune Américain plein d'enthousiasme. Il décide de s'engager pour aller combattre sur le front pendant la Première Guerre mondiale. Au cours d'une mission de reconnaissance, il est grièvement blessé par un obus et perd la parole, la vue, l'ouïe et l'odorat. On lui ampute ensuite les quatre membres alors qu'on croit qu'il n'est plus conscient. Allongé sur son lit d'hôpital, il se remémore son passé et essaie de deviner le monde qui l'entoure à l'aide de la seule possibilité qui lui reste : la sensibilité de sa peau. Une infirmière particulièrement dévouée l'aide à retrouver un lien avec le monde extérieur. Lorsque le personnel médical comprend que son âme et son être sont intacts sous ce corps en apparence décédé, ils doivent prendre une décision médicale selon les valeurs et les croyances de l'époque.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Drapeau de la France France : (festival de Cannes)
Drapeau des États-Unis États-Unis : (sortie limitée à New York)
Drapeau de la France France :
Drapeau de la France France : (ressortie)
  • Film interdit aux moins de 12 ans lors de sa sortie en France

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Dalton Trumbo adapte ici lui-même son roman antimilitariste Johnny s'en va-t-en guerre publié en 1939. L'auteur pensait initialement confier la réalisation du film à son ami cinéaste Luis Buñuel et avait également demandé à Salvador Dalí d'adapter son œuvre. Mais les deux hommes refusent car ils estiment que l’œuvre appartient à Dalton Trumbo et que seul lui peut la transposer à l'écran. Luis Buñuel participera cependant de manière non créditée au script, notamment pour les scènes avec Le Christ[2]. Le film marque donc les débuts du scénariste Dalton Trumbo à la réalisation, lui qui avait été avant cela blacklisté parmi les « Dix d'Hollywood ».

Dalton Trumbo a proposé le rôle du père de Joe à Walter Matthau, qui l'a refusé. Le rôle revient finalement à Jason Robards[3].

Le tournage a eu lieu en Californie, notamment à El Mirage Lake, au lac Tahoe, dans les Producers Studios à Hollywood, à Los Angeles (Chatsworth, Highland Park, ...) ou encore à Culver City[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Alors que les États-Unis étaient en pleine guerre du Viêt Nam, la sortie du film et sa reconnaissance au festival de Cannes 1971 eurent une résonance avec l'actualité. Les divers mouvements pacifistes et antimilitaristes des années 1970 firent de Johnny s'en va-t-en guerre une œuvre majeure dans laquelle il convient de voir l'un des plus violents réquisitoires contre l'absurdité de toutes les guerres.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Couleurs et noir et blanc[modifier | modifier le code]

Dalton Trumbo alterne le noir et blanc pour la réalité (l'hôpital et les tranchées), et la couleur pour le rêve (les souvenirs de Joe et ses rêves).

Titre[modifier | modifier le code]

Le titre original Johnny Got His Gun est vraisemblablement conçu comme une réponse à la chanson propagandiste Over there, de Henry Burr and the Peerless Quartet, diffusée en 1917 dans le but d'encourager l'engagement des citoyens américains lors du premier conflit mondial. Les premières paroles en sont « Johnny get your gun, get your gun, get your gun ».

Le roman à l'origine du film[modifier | modifier le code]

Le livre fut publié pour la première fois le , soit deux jours après le début de la Seconde Guerre mondiale, et devint célèbre par son caractère ouvertement antimilitariste. Il montrait la violence et l'absurdité de la guerre dans un contexte où l'Amérique rechignait fortement à s'impliquer dans le conflit. Après l'épuisement des exemplaires en librairie, sa réédition ne survint qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945.

Références culturelles et postérité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 29 octobre 2018)
  3. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  6. Paroles de Johnny Got His Gun - Site officiel du groupe Little Nemo, section Sounds in the Attic
  7. « Biographie : Jeff Daniels », Cinefil.com (consulté le 24 février 2014)
  8. (en) « Johnny Got His Gun », IMDb (consulté le 24 février 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]