Loudenvielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Loudenvielle
Loudenvielle
Vue aérienne de Loudenvielle.
Blason de Loudenvielle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Bagnères-de-Bigorre
Intercommunalité Communauté de communes Aure Louron
Maire
Mandat
Noël Lacaze
2020-2026
Code postal 65510 et 65240
Code commune 65282
Démographie
Gentilé Loudenviellois
Population
municipale
297 hab. (2019)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 47′ 50″ nord, 0° 24′ 43″ est
Altitude Min. 933 m
Max. 3 130 m
Superficie 43,36 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Neste, Aure et Louron
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Loudenvielle
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Loudenvielle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Loudenvielle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Loudenvielle
Liens
Site web loudenvielle.fr

Loudenvielle est une commune française des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Le , elle est créée avec le statut de commune nouvelle à la suite de la fusion de Loudenvielle et d'Armenteule qui deviennent des communes déléguées[1].

C'est une des communes du Pays d'art et d'histoire des vallées d'Aure et du Louron.

Ses habitants sont appelés les Loudenviellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

C'est une commune pyrénéenne, située à 36 kilomètres au sud de Lannemezan et à 15 kilomètres à l'ouest de Bagnères-de-Luchon. Elle se trouve dans le Pays d'Aure, dans la vallée du Louron.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Haute-Garonne et de l'Espagne (Aragon).

Carte de la commune de Loudenvielle et des proches communes.

Paysages et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le pont au-dessus de la Neste du Louron.
Le moulin en 2021.

La commune est arrosée par la Neste du Louron (affluent droit de la Neste), formée par la réunion (au lieudit Pont du Prat, 1 230 m d'altitude) de la Pez et de la Neste de Clarabide. Celle-ci a pour principal affluent (au lieudit la Soula, 1 630 m) le ruisseau de Caillauas. La Clarabide traverse des gorges notables (accessibles seulement à pied) sur environ deux kilomètres en aval de la Soula et en amont de Pont du Prat.

On trouve un certain nombre de lacs : notamment ceux des Isclots (2 330 m) et de Caillauas (lac de retenue, 2 150 m) sur le Caillauas et de Pouchergues (lac de retenue, 2 100 m) sur la Clarabide. Le lac de Génos-Loudenvielle (lac de retenue) est partagé entre les deux communes, Loudenvielle détenant 1/5 de sa superficie sur la rive droite.

En amont du lac de Génos-Loudenvielle, la Neste du Louron (7 km du Pont du Prat au lac) sert de limite entre les deux communes, sauf dans un secteur au niveau du bourg de Loudenvielle où la commune déborde sur la rive gauche. En amont du Pont du Prat, la limite suit la Neste de Clarabide sur un kilomètre, puis s'en écarte pour rejoindre le pic du Midi de Génos.

L'hydrographie du secteur a permis un équipement hydroélectrique conséquent : la SHEM (Société hydroélectrique du Midi, groupe GDF Suez) contrôle les retenues de Caillauas et Pouchergues et les usines de la Soula, Tramezaygues (Pont de Prat, commune de Génos) et Pont de Prat ; l'ensemble, créé en 1929-1932, est particulièrement connu à cause du téléphérique qui relie le site de Tramezaygues à celui de la Soula (téléphérique Bleichert). EDF détient l'usine de Loudenvielle, située à 1 km en amont du bourg.

Relief[modifier | modifier le code]

L'altitude minimale de la commune est d'environ 950 m (lac de Génos-Loudenvielle). Vers le sud elle s'étend jusqu'à la ligne des crêtes qui forme la frontière franco-espagnole et inclut nombre de sommets élevés :

  • à l'intérieur de la commune : pic de Hourgade (2 954 m), pic de Belle Sayette, pic des Pichardières (2 550 m), pic des Estiouères (2 600 m), etc. ;
  • à la limite de la commune à l'ouest : pic d|u Midi de Génos (2 445 m), pic des Bacherets (2 880 m), etc. ;
  • à la limite de la commune à l'est : pic Gourdon, pic des Spijeoles, des Isclots, des Hermitans, etc. ;
  • à la frontière, d'ouest en est : pic de l'Abeillé, Petit Batchimale, Grand Batchimale (ou pic Schrader ou pic Pétard, 3 174 m), pic d'Aygues Tortes (2 873 m), pics de Clarabide (ou de Pouchergues, 3 020 m), pic des Gourgs Blancs, etc.

Cette ligne de crêtes comporte quelques passages (« ports ») permettant de se rendre en Espagne (sentiers muletiers), utilisés autrefois pour le commerce avec ce pays (laine) et pendant la Seconde Guerre mondiale par des résistants ou réfugiés (monument au Pont du Prat).

La vallée de la Neste du Louron est encadrée par des sommets moins élevés, atteignant tout de même 1 700 m à l'est comme à l'ouest.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le réseau routier est limité à trois axes :

  • une route part vers Génos et Arreau par la rive gauche de la Neste ;
  • à Génos, une route monte vers le col d'Azet et la vallée d'Aure (D 225) ;
  • une route part sur la rive droite vers Aranvielle, Armenteule, Estarvielle, rejoignant la précédente à Avajan ; d'Estarvielle (D 25);
  • une route pars vers le col de Peyresourde et la vallée de Luchon D 618;
  • une route remonte la vallée sur la rive droite jusqu'au Pont du Prat (D 725).

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat de montagne », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[4]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[5].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[4]

  • Moyenne annuelle de température : 9,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 7 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 047 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,4 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[7] complétée par des études régionales[8] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Génos », sur la commune de Génos, mise en service en 1969[9] et qui se trouve à 2 km à vol d'oiseau[10],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 7,8 °C et la hauteur de précipitations de 1 483,6 mm pour la période 1981-2010[11]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Tarbes-Lourdes-Pyrénées », sur la commune d'Ossun, mise en service en 1946 et à 56 km[12], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[13], à 12,6 °C pour 1981-2010[14], puis à 12,9 °C pour 1991-2020[15].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Loudenvielle est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[16],[17],[18]. La commune est en outre hors attraction des villes[19],[20].

Toponymie[modifier | modifier le code]

65 HP 00 8224.jpg
65 HP 00 8225.jpg
65 HP 00 8226.jpg
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Loudenvielle à l'est de Génos

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées[21] qui indique notamment les dénominations successives du village :

Son nom en occitan est Lodenvièla.

Le suffixe « -vielle », très fréquent dans la vallée, est un dérivé du latin villa (exploitation agricole).

Histoire[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2019.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2011 Michel Pélieu MRG-PRG Conseiller général du canton de Bordères-Louron (1985-2015)
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 2016 En cours Noël Lacaze    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La Poste en 2019.

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Loudenvielle (commune déléguée)
(siège)
65P02 CC Aure Louron 42,65 229 (2013) 5,4


Armenteule 65027 CC de la Vallée du Louron 0,71 55 (2013) 77

Loudenvielle fait partie de l'arrondissement de Bagnères-de-Bigorre et du canton de Neste, Aure et Louron.

Services publics[modifier | modifier le code]

La commune de Loudenvielle dispose d'une agence postale.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 297 habitants[Note 5].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2017 2019
278286293301297
(Sources : Insee à partir de 2014[23].)
Histogramme de l'évolution démographique
L’école primaire en 2021.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2019[24].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Enduro 2021 sur les pentes de la station de Peyragudes

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le , la commune accueille l'arrivée de la 15e étape du Tour de France 2007.

Le , la commune accueille l'arrivée de la 8e étape du Tour de France 2020[25].

Du 1er au 5 septembre 2021, Loudenvielle a accueilli la manche française de la Coupe du Monde de VTT Enduro à l'occasion du Pyrénées Bike Festival.

Économie[modifier | modifier le code]

Les thermes en 2021.
La station de télécabines Skyvall en 2021.

La commune abrite de nombreuses résidences de villégiature (résidences secondaires, gîtes), un office du tourisme.

Elle est proche des stations de sports d'hiver de Val-Louron (à l'ouest) et de Peyragudes (à l'est). Mais le tourisme d'été est aussi important avec des sentiers de randonnée et une école de parapente.

À l'entrée du village se situe Balnéa, un complexe thermoludique. Il s'agit du premier complexe de détente en eau thermale des Pyrénées française. Il se trouve au pied des stations de ski de Peyragudes et de Val Louron. De plus Balnéa a obtenu la mention excellente par Biom Work, pour la performance économique de l'entreprise a répondre aux enjeux de développement durable sur le territoire.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le lavoir.
Le lac de Génos-Loudenvielle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Il convient de se reporter aux articles consacrés aux anciennes communes fusionnées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent au loup de sable sur un mont de sinople, surmonté d’une étoile de six rais d’or accostée de deux croissants d’azur.
Commentaires : ce blason est officiel (vérifié auprès de la mairie)[26].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[6].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « recueil des actes administratifs des Hautes-Pyrénées » [PDF] (consulté le ), p. 12-16.
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. (es) Ministère espagnol de l'agriculture, pêche et environnement, « GeoPortal », sur sig.mapama.es (consulté le ).
  4. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  5. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  6. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  7. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  8. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  9. « Station Météo-France Génos - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. « Orthodromie entre Loudenvielle et Génos », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station Météo-France Génos - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr.
  12. « Orthodromie entre Loudenvielle et Ossun », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station météorologique de Tarbes-Lourdes-Pyrénées - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. « Station météorologique de Tarbes-Lourdes-Pyrénées - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  15. « Station météorologique de Tarbes-Lourdes-Pyrénées - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  16. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  18. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  22. « Liste des juridictions compétentes pour Loudenvielle », sur le site du ministère de la Justice (consulté le )
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  24. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  25. La Rédaction et Mis à jour le 15/10/19 19:14, « Tour de France 2020 [CARTE] : le parcours est connu, le détail des étapes », sur www.linternaute.com (consulté le ).
  26. Passion Bigorre