Canton de Bellegarde-sur-Valserine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canton de Bellegarde-sur-Valserine
Canton de Bellegarde-sur-Valserine
Situation du canton de Bellegarde-sur-Valserine dans le département de Ain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement(s) Belley (1)
Gex (2)
Nantua (12)
Bureau centralisateur Bellegarde-sur-Valserine
Conseillers
départementaux
Myriam Bouvet-Multon
Guy Larmanjat
2015-2021
Code canton 01 03
Histoire de la division
Création 1956[1]
Modification 1 22 mars 2015[2]
Démographie
Population 21 641 hab. (2015)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Superficie 220,15 km2
Subdivisions
Communes 15

Le canton de Bellegarde-sur-Valserine est une division administrative française située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

À la suite du redécoupage cantonal de 2014, les limites territoriales du canton sont remaniées. Le nombre de communes du canton passe de 12 à 15.

Ce canton s'est appelé canton de Châtillon-de-Michaille de 1801 à 1913 et canton de Bellegarde de 1913 à 1956.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton est organisé autour de Bellegarde-sur-Valserine dans l'arrondissement de Nantua. Son altitude varie de 260 m (Surjoux) à 1 542 m (Bellegarde-sur-Valserine) pour une altitude moyenne de 587 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Le canton de Châtillon-de-Michaille est créé par la loi du 9 vendémiaire an X ()[3]. Son siège est transféré à Bellegarde par décret du 7 août 1913 ; le canton est alors renommé canton de Bellegarde[3]. En 1956, Bellegarde est renommée Bellegarde-sur-Valserine, le canton suit[1].
  • Un nouveau découpage territorial de l'Ain (département) entre en vigueur à l'occasion des élections départementales de mars 2015, défini par le décret du 13 février 2014[2], en application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[4]. Les conseillers départementaux sont, à compter de ces élections, élus au scrutin majoritaire binominal mixte. Les électeurs de chaque canton élisent au Conseil départemental, nouvelle appellation du Conseil général, deux membres de sexe différent, qui se présentent en binôme de candidats. Les conseillers départementaux sont élus pour six ans au scrutin binominal majoritaire à deux tours, l'accès au second tour nécessitant 12,5 % des inscrits au premier tour. En outre la totalité des conseillers départementaux est renouvelée. Ce nouveau mode de scrutin nécessite un redécoupage des cantons dont le nombre est divisé par deux avec arrondi à l'unité impaire supérieure si ce nombre n'est pas entier impair, assorti de conditions de seuils minimaux[5]. Dans l'Ain, le nombre de cantons passe ainsi de 43 à 23. Le nombre de communes du canton de Bellegarde-sur-Valserine passe de 12 à 15.
  • Le nouveau canton de Bellegarde-sur-Valserine est formé de communes des anciens cantons de Bellegarde-sur-Valserine (12 communes), de Seyssel (1 commune), de Collonges (2 communes). Avec ce redécoupage administratif, le territoire du canton s'affranchit des limites d'arrondissements, avec 11 communes incluses dans l'arrondissement de Nantua et 1 dans l'arrondissement de Belley. Le bureau centralisateur est situé à Bellegarde-sur-Valserine.

Représentation[modifier | modifier le code]

Représentation avant 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1836 Victor Framinet   Juge de paix de Châtillon-de-Michaille
Propriétaire à Saint-Jean-le-Vieux
1836 1842 J.L. Montanier   Manufacturier à Nantua
1842 1848 Georges Honoré Anthelme
Baron Passerat de la Chapelle
(1779-1865)
  Militaire
Maire de Saint-Jean-le-Vieux
1848 1861 Nicolas Ravinet   Juge de paix à Châtillon-de-Michaille
1861 1871 Auguste Cuaz[6]   Conseiller à la Cour de Lyon
Maire de Châtillon-de-Michaille
1871 1883 Jean Mercier[7] Opportuniste Vice-président du conseil-général, député (1871-1885),
sénateur (1885-1889), maire de Nantua (1892-1898)
1883 1901 Charles Piquet PRRRS Médecin
Maire de Châtillon-en-Michaille
1901 1919 Eugène Chanal PRRRS Avocat à Nantua
Député (1902-1919) - Sénateur (1920-1940)
1919 1932 Joseph Bertola PRRRS Maire de Bellegarde-sur-Valserine (1912-1932)
1932 1937 Zéphirin Jeantet PRRRS Maire de Châtillon-en-Michaille puis de Bellegarde-sur-Valserine (1932-1945)
1937 1940 Léon Jacquemet Rad.ind. Pharmacien
Adjoint au Maire de Bellegarde-sur-Valserine
1945 1973 Jean Malet SFIO puis PS Médecin à Châtillon-en-Michaille
1973 1979 Marcel Berthet PCF Maire de Bellegarde-sur-Valserine (1977-1994)
1979 2002 Gérard Armand RPR Chirurgien - Maire de Bellegarde-sur-Valserine (1995-2002)
Député (1995-1997)
2002 2015 Guy Larmanjat PS Ancien Conseiller municipal de Bellegarde-sur-Valserine
Vice-Président du Conseil Général

Représentation après 2015[modifier | modifier le code]

Conseillers départementaux successifs
Période élective Mandat Identité Nuance Qualité
2015 2021 2015 en cours Myriam Bouvet-Multon   DVG Responsable méthodes et projets
2015 en cours Guy Larmanjat   PS Ingénieur-conseil

À l'issue du premier tour des élections départementales de 2015, deux binômes sont en ballotage : Myriam Bouvet-Multon et Guy Larmanjat (Union de la Gauche, 53,08 %) et Elodie Martin et Patrick Sokolowski (FN, 27,63 %). Le taux de participation est de 44,96 % (5 743 votants sur 12 773 inscrits)[8] contre 48,99 % au niveau départemental[9] et 50,17 % au niveau national[10].

Au second tour, Myriam Bouvet-Multon et Guy Larmanjat (Union de la Gauche) sont élus avec 68,71 % des suffrages exprimés et un taux de participation de 44,06 % (3 616 voix pour 5 628 votants et 12 773 inscrits)[11].

Composition[modifier | modifier le code]

Localisation du canton dans l'Ain avant 2015

Composition avant 2015[modifier | modifier le code]

Le canton de Bellegarde-sur-Valserine regroupait douze communes et comptait 17 936 habitants (recensement de 2006 population municipale).

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Bellegarde-sur-Valserine 11 497 01200 01033
Billiat 440 01200 01044
Champfromier 606 01410 01081
Châtillon-en-Michaille 2 948 01200 01091
Giron 135 01130 01174
Injoux-Génissiat 937 01200 01189
Lhôpital 56 01420 01215
Montanges 330 01200 01257
Plagne 78 01130 01298
Saint-Germain-de-Joux 496 01130 01357
Surjoux 73 01420 01413
Villes 340 01200 01448

Les douze communes font partie de Communauté de communes du pays bellegardien.

Composition à partir de 2015[modifier | modifier le code]

Le nouveau canton de Bellegarde-sur-Valserine comprend quinze communes entières[2] :


Liste des communes du canton
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Bellegarde-sur-Valserine
(chef-lieu)
01033 CC du pays bellegardien 15,25 11 745 (2014) 770


Billiat 01044 CC du pays bellegardien 13,70 595 (2014) 43
Champfromier 01081 CC du pays bellegardien 32,40 730 (2014) 23
Chanay 01082 CC du pays bellegardien 18,10 648 (2014) 36
Châtillon-en-Michaille 01091 CC du pays bellegardien 37,62 3 311 (2014) 88
Confort 01114 CC du pays bellegardien 11,66 563 (2014) 48
Giron 01174 CC du pays bellegardien 9,39 175 (2014) 19
Injoux-Génissiat 01189 CC du pays bellegardien 29,61 1 144 (2014) 39
Lancrans 01205 CC du pays bellegardien 9,66 1 028 (2014) 106
Lhôpital 01215 CC du pays bellegardien 3,68 49 (2014) 13
Montanges 01257 CC du pays bellegardien 13,70 343 (2014) 25
Plagne 01298 CC du pays bellegardien 6,20 123 (2014) 20
Saint-Germain-de-Joux 01357 CC du pays bellegardien 11,27 490 (2014) 43
Surjoux 01413 CC du pays bellegardien 4,31 73 (2014) 17
Villes 01448 CC du pays bellegardien 9,21 356 (2014) 39

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
14 05815 08415 99215 65716 34116 78817 93618 67418 666
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[12] puis population municipale à partir de 2006[13])
Histogramme de l'évolution démographique

En 2014, la population municipale du canton était de 21 373 habitants[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice communale de Bellegarde-sur-Valserine sur le site de l'EHESS.
  2. a b et c Décret no 2014-147 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Ain..
  3. a et b Bernard Gaudillère, Atlas historique des circonscriptions électorales françaises, Genève, Droz, , 840 p. (ISBN 2-600-00065-8), p. 787.
  4. « Loi no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 10 mai 2014).
  5. Article 4 de la loi du 17 mai 2013 modifiant l'article L 191 -1 du code électoral.
  6. http://www.memoireetactualite.org/presse/01JOURNALAIN/PDF/1877/01JOURNALAIN-18770108-P-0003.pdf
  7. Fiche de Jean Mercier sur le site du Sénat.
  8. « Résultats du 1er tour pour le canton de Bellegarde-sur-Valserine », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 24 mars 2015).
  9. « Résultats du 1er tour pour le département de l'Ain », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 24 mars 2015).
  10. « Résultats du 1er tour pour la France entière », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 23 mars 2015).
  11. « Résultats du second tour pour le canton de Bellegarde-sur-Valserine », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 30 mars 2015).
  12. Structure de la population du canton de 1968 à l'année de la dernière population légale connue
  13. Fiches Insee - Populations légales du canton pour les années 2006, 2012
  14. Populations légales 2012 des cantons - découpage 2015, sur le site de l'Insee

Articles connexes[modifier | modifier le code]