Arrondissement de Gex

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arrondissement de Gex
Arrondissement de Gex
Situation de l'arrondissement de Gex dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, en 2017.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département et
collectivité territoriale
Ain
Chef-lieu Gex
Code arrondissement 01 3
Démographie
Population 90 151 hab. (2015)
Densité 223 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 19′ nord, 6° 04′ est
Superficie 404,85 km2
Subdivisions
Cantons 3
Communes 27

L'arrondissement de Gex est un des quatre arrondissements du département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes, dont la ville de Gex est le chef-lieu. Il se situe à l'extrémité nord-est du département et fait partie de l'agglomération franco-valdo-genevoise. Il fait partie du Pays de Gex, ancienne possession du duché de Savoie aujourd'hui répartie entre Suisse et France[1]. Les habitants du Pays de Gex sont appelés les Gessiens et les Gessiennes.

Composition[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2015, le territoire de l'arrondissement comprend trois cantons :

L'arrondissement dans l'Ain jusqu'en 2016.

En 2015, avec la modification de l'organisation des cantons, il existe des cantons à cheval sur plusieurs arrondissements, ce qui implique que l'arrondissement comprend trois cantons et une fraction d'un autre :

L'arrondissement dans l'Ain depuis 2017.

Enfin en 2017, avec la réorganisation des intercommunalités, les arrondissements suivent les limites de ces structures. L'arrondissement équivaut au territoire de la communauté de communes du Pays de Gex. Cela implique que Confort et Lancrans quittent ce territoire au profit de l'arrondissement de Nantua[2].

Au , l'arrondissement groupe les 27 communes suivantes[3] :

Géographie[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Gex est un territoire très individualisé de par son emplacement, coincé entre la haute chaine du Jura et la frontière suisse. Il n'est relié au reste du territoire français que par trois voies. On peut distinguer deux zones :

  • La montagne, véritable épine dorsale du pays et barrière climatique qui culmine au Crêt de la Neige à 1720 mètres d'altitude. Au sommet les alpages produisent le lait entrant dans la fabrication du fameux bleu de Gex. Le versant est recouvert de forêts.
  • La plaine, adossée à la montagne, a une altitude comprise entre 350 et 600 mètres. C'est une zone densément peuplée et en cours d'urbanisation, essentiellement tournée vers la Suisse et largement ouverte sur le bassin lémanique et le Grand Genève.

13 communes gessiennes sont intégrées dans le Parc naturel régional du Haut-Jura : Cessy, Collonges, Crozet, Échenevex, Farges, Gex, Grilly, Léaz, Péron, Pougny, Saint-Jean-de-Gonville, Sergy, Thoiry, Vesancy.

Administration[modifier | modifier le code]

Se sont succédé en tant que sous-préfet de Gex :

  • Gilles Giuliani (2003-2007) ;
  • Olivier Laurens-Bernard (2007-2012) ;
  • Stéphane Donnot (2012-2016)[4] ;
  • Benoît Huber (depuis le 17 août 2016)[5].

Population[modifier | modifier le code]

La zone frontalière connait un phénomène de métropolisation progressive autour du Grand Genève. L'habitat pavillonnaire s'y développe beaucoup en recouvrant un vaste espace.

Blason de Gex et du Pays de Gex

Les communes de plus de 4 000 habitants sont : Divonne-les-Bains, Ferney-Voltaire, Gex, Saint-Genis-Pouilly, Prévessin-Moëns et Thoiry.

Paradoxalement, l'arrondissement de Gex bénéficie d'une offre de formation très complète de Bac à Bac+5 sur de nombreuses filières (Lycée de Ferney-Voltaire, Greta, CNAM). Ce positionnement s'explique par la proximité de Genève. L'antenne du CNAM pour le bassin est même le premier établissement français à avoir obtenu le label suisse eduQua signe d'un échange transfrontalier soutenu. La grande région genevoise s'étend sur près de la moitié du bassin Lémanique et en fait la troisième agglomération de Rhône-Alpes après Lyon et Grenoble[réf. nécessaire]. Dans le cadre des accords de développement des grandes agglomérations européennes les institutions françaises et suisses travaillent à l'élaboration d'un projet d'agglomération franco-valdo-genevois raisonné. Les thématiques majeures du développement tant économique que social, urbain et autres sont envisagées selon une politique territoriale binationale cohérente[6].


En 2015, l'arrondissement comptait 90 151 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
23 378 34 494 40 826 52 200 59 336 69 762 81 740 90 151
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[7] puis population municipale à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La région et son économie sont fortement liées à la Suisse voisine (cantons de Genève et de Vaud). De nombreux frontaliers travaillent dans ces cantons. Le CERN (Organisation européenne pour la recherche nucléaire - le laboratoire européen de physique des particules) est situé en partie dans l'arrondissement de Gex. La fonction agricole tend à disparaître, remplacée par les fonctions résidentielles et commerciales. Le niveau des prix pratiqués est extrêmement élevé, le logement est tout de même plus abordable qu'à Genève.

Accès[modifier | modifier le code]

Trois routes relativement difficiles permettent d'y accéder depuis le reste de la France :

Gares ferroviaires à Genève, Bellegarde-sur-Valserine et Annemasse.

Aéroports : aéroport international de Genève accessible depuis Ferney-Voltaire par le « secteur français » de l'aéroport et celui d'Annecy 50 km plus au sud.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Sports d'hiver

La haute chaine du Jura permet la pratique du ski de descente avec la station Monts-Jura située sur trois sites, Mijoux/col de la Faucille, Lélex/Crozet et Menthières et du ski de fond sur le site de La Vattay.

  • Thermalisme

La station thermale de Divonne-les-Bains est spécialisée dans le traitement des affections psychosomatiques et du stress. Elle héberge un des premiers casinos de France.

  • Randonnée

La haute chaîne du Jura classée en réserve naturelle est parcourue par de nombreux sentiers de randonnées dont le GR Balcon du Léman, elle offre de nombreux itinéraires en forêt ou sur les alpages avec en toile de fond Genève et son jet d'eau, le lac Léman et l'arc alpin avec une vue panoramique sur la chaîne du Mont-Blanc.

Zone franche[modifier | modifier le code]

Le Pays de Gex fait partie de la zone franche de l'arrière-pays de Genève dans laquelle les particuliers français résidents peuvent acheter sur le territoire français (et en aucun cas à l'étranger) des véhicules non assemblés dans l'Union européenne exempts de taxes douanières. Mais la TVA y est toujours applicable pour les résidents.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de Voltaire
  • Le fort L'Écluse
  • Le pont de Grésin
  • L'église de Thoiry
  • L'église Saint Pierre de Pouilly
  • L'église Évangélique Mennonite de Saint Genis Pouilly
  • Le château des Bains
  • L'énorme châtaignier (malheureusement mort)
  • L'église Saint-Nicolas de Sergy reconstruite au XIXe.
  • Lactourelle à balcons superposés
  • le théâtre du Bordeaux
  • Le CERN
  • Les ruines du petit château fort
  • Les sépultures gallo-romaines
  • L'église Notre-Dame-Saint-André de Ferney Voltaire
  • Château de Divonne
  • L'église de Divonne
  • Le temple de divonne
  • Le casino de Divonne
  • Fontaines de Divonne
  • Le musée des sapeurs pompiers
  • Le col de la Faucille (site classé, ancien lieu d'arrivée de la Course de côte Gex - Col de la Faucille).
  • Sites du Pailly et de Montrond (tous deux inscrits), table d'orientation.
  • Parc naturel régional du Haut-Jura
  • Château de Sergy

Personnalités liées au territoire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Pays de Gex, livret n° 4, collection patrimoine, éditée par le Parc naturel régional du Haut-Jura.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Dictionnaire des pays et provinces de France, Bordeaux, Éditions Sud-Ouest, , 349 p. (ISBN 978-2-87901-367-1), p. 165.
  2. Arrêté préfectoral n° 16-542 du 21 décembre 2016 portant modification des limites des arrondissements du département de l'Ain, sur prefectures-regions.gouv.fr
  3. « Composition de l'arrondissement de Belley », sur https://www.insee.fr (consulté le 18 janvier 2018)
  4. « Stéphane Donnot est le nouveau sous-Préfet de Gex », sur ledauphine.com (consulté le 17 avril 2015).
  5. Décret du 17 août 2016 portant nomination du sous-préfet de Gex - M. HUBER (Benoît) (lire en ligne)
  6. Projet d'agglo franco-valdo-genevois consulté le 20 novembre 2010.
  7. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  8. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.