Brax (Haute-Garonne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brax.

Brax
Brax (Haute-Garonne)
Vue aérienne de Brax et de son château.
Blason de Brax
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Toulouse-7
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
François Lépineux
2014-2020
Code postal 31490
Code commune 31088
Démographie
Gentilé Braxéens
Population
municipale
2 651 hab. (2015 en augmentation de 4,74 % par rapport à 2010)
Densité 600 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 53″ nord, 1° 14′ 24″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 240 m
Superficie 4,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Brax

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Brax

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Brax

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Brax
Liens
Site web Site officiel

Brax (en occitan Brats) est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Braxéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain en Savès dans la banlieue-ouest de Toulouse. A l'ouest une partie de la forêt de Bouconne est située sur la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Brax est limitrophe de trois autres communes.

Carte de la commune de Brax et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Brax[1]
Pibrac
Lasserre-Pradère Brax[1]
Léguevin

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Brax s'étend entre deux cours d'eau : le Courbet et son affluent la Chauge, affluent et sous affluent de l'Aussonnelle.

Transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route nationale 124 et par la SNCF (ligne Toulouse - Auch) à la gare de Brax-Léguevin partagée avec la commune voisine de Léguevin.

Une ligne de bus Tisséo relie la commune à Colomiers :

  • la ligne Liste des lignes de bus de Toulouse32​​​​​​​​​​​​​​​ part de la gare de Colomiers jusqu'au château situé au centre de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Brax vient de braco (terre boueuse) en gaulois.

Une commune de Lot-et Garonne porte le même nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

Brax fut autrefois un lieu fortifié dépendant du comté de L'Isle-Jourdain et jusqu'au XVIIe siècle eut pour seigneurs la noble famille des Montfort, et notamment Géraud de Montfort, juge royal et bailli d'Auterive, et Pierre de Montfort, conseiller au parlement de Toulouse en 1582. Les armes des Montfort se trouvent sous le porche de l'église moderne de Brax, très mutilées et provenant de l'ancienne église démolie au XIXe siècle (Ces armes se trouvent également sur l'une des clefs de voûte de l'église de Boulogne-sur-Gesse). Un Jean de Montfort fut capitoul de Toulouse en 1468, en 1483 et en 1484.

Les revenus de Brax servaient de caution à Toulouse au sujet des servitudes que Toulouse possédait en forêt de Bouconne et que Brax y possède toujours.

Les archives de la commune remontent à Françoise de Seysses, dame de Brax qui avait acheté le village à une autre dame, Marie Ducos, seigneuresse de Brax. On connaît un acte du parlement de Toulouse du à ce sujet. Cette dame devait épouser Jean de Polastron et on peut estimer que c'est aussi la date de la construction, sur le ruisseau de la Chauge, de ce château élégant avec ses hauts pignons et ses fenêtres mansardées qui fait l'orgueil du village actuel. La tour, le donjon et la chapelle ont disparu vers la Révolution. En 1628, le château appartenait à la famille de Pins qui devait, à nouveau, en hériter à la fin du XIXe siècle et le conserver jusqu'en 1939. C'est le comte de Pins-Montbrun qui était le maire de Brax avant, pendant et après la Grande Guerre de 1914-1918.

Entre ces dates, le château avait appartenu aux familles de Polastron, Lahillère et de Hérisson. Le dernier des Hérisson possède une très belle pierre tombale dans l'église actuelle (bas-côté de droite). C'est à la fin du XVIIe siècle, à la suite d'un séisme, que fut érigée une statue du Christ, la face tournée vers l'Occident : monolithe de 3 m de haut à base carrée développée ensuite en colonne octogonale, au bas de laquelle on lit la phrase suivante : « Le 21 de juin 1660 la Terre Trembla ».

La première église a dû être consacrée vers 1511 par l'évêque de Pamiers (on le sait par un texte de l'évêque offrant une cloche à l'église). L'église fut inaugurée en 1865 par M. de Saint-Félix, curé dès 1848, qui consacra sa vie et sa fortune à cette édification et à celle du prieuré, pour lequel il légua 800 F de rente or perpétuelle pour son entretien et le maintien de l'enseignement gratuit dans le village. Son tombeau se trouve derrière le maître autel. Après 1901, on perd la trace de cette donation…

Le château a été acheté en 1967 par l'Association des enfants invalides qui l'a aménagé en « Centre de rééducation de l'ouïe et de la parole ». On y éduque environ 90 sourds-muets ou malentendants.

De 199 habitants à la fin de la Grande Guerre, il regroupe environ 1 000 habitants en 1974. Au dernier recensement de , Brax comptait 2 086 habitants.

Les origines[modifier | modifier le code]

La fondation du village remonte très vraisemblablement aux environs du XIIe siècle, dans un environnement boisé et marécageux. Le lieu était situé à proximité de l'ancienne voie romaine qui allait de Toulouse à Auch.

Brax est un vieux village blotti au pied du château comtal du XIVe siècle et de l'église du XIXe siècle dont la brique chatoie sous le soleil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 2 500 habitants et 3 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de vingt trois[2],[3].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la sixième circonscription de la Haute-Garonne de Toulouse Métropole et du Canton de Toulouse-7 (avant le redécoupage départemental de 2014, Brax faisait partie de l'ex-canton de Léguevin).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les résultats dans la ville de Brax tendent à montrer un certain enclin pour la Gauche, que ce soit pour les Régionales, Présidentielles et Européennes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1961 Léon Gailhaguet    
1961 1969 Marcel Cardonne    
1969 1983 Georges Bastien    
1983 1989 Robert Calsou    
1989 2001 Bernard Cunnac PS  
mars 2001 2014 Jean-Pierre Vergé PS  
mars 2014 en cours François Lepineux DVG Cadre

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[4].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 2 651 habitants[Note 1], en augmentation de 4,74 % par rapport à 2010 (Haute-Garonne : +7,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
263230282373346325281316322
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290307303290313300299301271
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
262259249222218188188197234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3074589021 2021 3582 0172 3672 5312 651
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 157 114 98 96 78 82 84 80
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est essentiellement basée sur l'agriculture.

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Brax fait partie de l'académie de Toulouse.

La commune de Brax possède une crèche, une école maternelle et une école élémentaire.

Culture[modifier | modifier le code]

Bibliothèque municipale, foyer rural,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Brax accueille différents clubs, basket-ball, football, tennis, pétanque, judo ainsi que la Foulée Braxéenne... Le centre de Loisirs de Bouconne fait également partie des infrastructures du village.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté urbaine de Toulouse Métropole et de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie[13].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Brax
Blason de Brax Blason D’azur au château du lieu d’or essoré de gueules et soutenu de deux épis de blé d’or posés en chevron renversé.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  3. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031303.html.
  4. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Brax, consultée le 26 octobre 2017
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  13. http://www.mairie-brax31.fr/fr/le-village-pratique/collecte-des-dechets.html
  14. « Château de Brax », notice no PA00094297, base Mérimée, ministère français de la Culture