Cornebarrieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cornebarrieu
Cornebarrieu
L'église Saint-Clément.
Blason de Cornebarrieu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Alain Toppan
2020-2026
Code postal 31700
Code commune 31150
Démographie
Gentilé Cornebarriens
Population
municipale
6 862 hab. (2018 en augmentation de 15,72 % par rapport à 2013)
Densité 367 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 00″ nord, 1° 19′ 38″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 188 m
Superficie 18,7 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulouse
(banlieue)
Aire d'attraction Toulouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Blagnac
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Cornebarrieu
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Cornebarrieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cornebarrieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cornebarrieu
Liens
Site web www.cornebarrieu.com

Cornebarrieu, en occitan Còrnabarriu, est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située dans son pôle urbain, en banlieue nord-ouest de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cornebarrieu est limitrophe de cinq autres communes.

Carte de la commune de Cornebarrieu et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Cornebarrieu[1]
Mondonville Aussonne Beauzelle
Cornebarrieu[1] Blagnac
Pibrac Colomiers

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur l'Aussonnelle, à sa confluence avec son petit affluent le Ruisseau du Rouchet.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Panorama de Cornebarrieu vu depuis la terrase du château haut

La superficie de la commune est de 1 870 hectares ; son altitude varie de 130 à 188 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès par la route par l'itinéraire à Grand Gabarit, l'autoroute A621 sortie Sortie 04 et avec le réseau Arc-en-ciel, les transports à la demande dans l'agglomération toulousaine.

La ligne 17 du réseau Tisséo part de la station de tramway Andromède-Lycée à Blagnac jusqu'à Mondonville en passant par le centre de la commune et la Clinique des Cèdres. Les lignes de transport à la demande 118 et 120 desservent également Cornebarrieu et rabattent vers la gare de Colomiers (ligne C) ou la station Aéroconstellation (ligne T1).

Les lignes 362, 369 et 373 du réseau Arc-en-Ciel desservent également la commune, et relient la gare routière de Toulouse au nord-ouest de la Haute-Garonne (Grenade, Cadours...).

Accès également par le rail avec la ligne C du réseau de transports en commun de Toulouse et la ligne ferroviaire Toulouse - Auch avec les trains TER Occitanie depuis la station Colomiers – Gare-SNCF.

Par avion : aéroport de Toulouse-Blagnac.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cornebarrieu est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulouse, une agglomération inter-départementale regroupant 81 communes[6] et 1 004 747 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulouse est la cinquième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence et Lille (partie française)[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 527 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (76,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,2 %), zones urbanisées (23,7 %), zones agricoles hétérogènes (16,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,3 %), forêts (7,8 %), mines, décharges et chantiers (1,6 %), prairies (0,4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire

Le site de Rominguière, fouillé en préventif pour la construction de l'ITGG A380 au début des années 2000, a livré au bord de l'ancien lit de l'Aussonnelle plusieurs milliers de pièces lithiques, dans une seule couche archéologique épaisse d'environ 1 m. Certains aspects de cet ensemble laissent penser qu'il serait plus archaïque que l'Acheuléen moyen de la région du Midi toulousain. L'occupation originelle se trouvait vraisemblablement en haut du talus existant à l'époque[12]

Antiquité

En 2005, les travaux sur le site de la future ZAC des Monges ont permis de découvrir les vestiges d’une villa gallo-romaine du Haut-Empire (Ier siècle de notre ère)[13].

XXIe siècle

Le s'est ouvert à Cornebarrieu le centre de rétention administrative de Cornebarrieu construit par l'État dans l'enceinte de l'aéroport de Toulouse Blagnac (qui n'est pas le premier en région toulousaine), remplaçant l'ancien centre qui était installé dans des conditions de « confort » très relatives dans un ancien bâtiment à vocation industrielle dans Toulouse.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Cornebarrieu

Son blasonnement est : D'azur aux trois fusées accolées en fasce d'argent, accompagnées en chef d'un lambel de quatre pendants du même.

Au début des années 2000, le graphiste Philippe Orseau a modernisé le logo de la ville. Visible sur www.cornebarrieu.com

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom occitan est (Còrnabarriu)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 5 000 habitants et 9 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de vingt-neuf[14],[15].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la Première circonscription de la Haute-Garonne, de Toulouse Métropole et du canton de Blagnac.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1975[16] 2014 Gilles de Faletans SE  
2014 En cours Alain Toppan DVD Cadre supérieur
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé dans une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2007[17].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[19].

En 2018, la commune comptait 6 862 habitants[Note 3], en augmentation de 15,72 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
682577702709737854892861862
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
862852868829781756758762769
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7697767476226857067778371 034
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 2171 8442 5242 8033 7944 6945 4505 5565 798
2017 2018 - - - - - - -
6 5926 862-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[22] 1975[22] 1982[22] 1990[22] 1999[22] 2006[23] 2009[24] 2013[25]
Rang de la commune dans le département 38 34 41 36 34 31 33 32
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de Blagnac Constellation, clinique des Cèdres, centre de rétention administrative[26], crématorium[27],

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Crématorium[28],

Enseignement[modifier | modifier le code]

Cornebarrieu fait partie de l'académie de Toulouse.

Le service Petite-Enfance sur la commune de Cornebarrieu regroupe deux établissements d'accueil du jeune enfant (EAJE) municipaux "Tom Pouce" et "Les Pitchounets", ainsi qu'une crèche associative "Sucre d'Orge", faisant un accueil total de 88 berceaux.

Le Service éducation regroupe 3 écoles primaires : Les Ambrits, Les Monges et Saint-Exupéry. Le tout est complémenté par un réseau d'aide spécialisée aux élèves en difficultés (RASED). Le collège Jean Mermoz et le lycée Saint-Exupéry se trouvent dans la commune voisine de Blagnac.

Le service enfance-jeunesse accueille les enfants sur les temps périscolaires (ALAE) et extrascolaires (ALSH) dès 3 ans jusqu'à 18 ans. Il regroupe ainsi 5 ALAE, 1 ALSH et 1 Point Accueil Jeunes.

Culture[modifier | modifier le code]

Fête locale début septembre, école de musique, théâtre[29]...

Aria : pole culturel de 2 500 m² qui abrite une médiathèque, un auditorium et une salle de spectacle.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque, football, basket-ball, badminton, arts martiaux, tennis[30], La Ruée des Fadas[31], centre équestre, fitness center, espace spa...

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la Toulouse Métropole et de l'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie[32].

Une déchetterie est présente sur la commune.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Toulouse », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 avril 2021)
  12. [Bruxelles et al. 2003] L. Bruxelles, A.-L. Berthet, P. Chalard, D. Colonge, G. Delfour, Marc Jarry, L.-A. Lelouvier, T. Arnoux et O. Onézime, « Le Paléolithique inférieur et moyen en Midi toulousain : nouvelles données et perspectives de l'archéologie préventive », Paléo, no 15=,‎ , p. 7-28 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 3 janvier 2021), paragr. 21-31.
  13. « Rapport d'activité », Inrap(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) [PDF], , p. 27.
  14. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  15. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le 30 septembre 2020).
  16. Choisi à la suite du décès du maire en fonction par une majorité d'Union de la gauche, alors qu'il siégeait dans l'opposition sur une liste sans étiquette politique
  17. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Cornebarrieu, consultée le 27 octobre 2017
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  22. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  23. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  24. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  25. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  26. La Dépêche du Midi, « Colomiers. La Marche de l'Espoir reprend ce samedi », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  27. http://meilleures-pompes-funebres.com/crematoriums/31/cornebarrieu/crematorium-de-toulouse-cornebarrieu
  28. http://www.alloleciel.fr/annuaire/crematorium/haute-garonne/cornebarrieu/crematorium-de-cornebarrieu
  29. « Culture et loisirs - Nos ateliers culturels », sur Ville de Cornebarrieu (consulté le 6 juin 2020).
  30. « Annuaire des associations », sur Ville de Cornebarrieu (consulté le 6 juin 2020).
  31. « Maintenance », sur La ruée des fadas - Course à Obstacles Déguisé / France (consulté le 11 août 2020).
  32. http://www.mairie-brax31.fr/fr/le-village-pratique/collecte-des-dechets.html