Pin-Balma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pin-Balma
Pin-Balma
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Intercommunalité Toulouse Métropole
Maire
Mandat
Gil Bezerra
2020-2026
Code postal 31130
Code commune 31418
Démographie
Gentilé Pino-Balméens, Pino-Balméennes
Population
municipale
921 hab. (2018 en diminution de 2,75 % par rapport à 2013)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 37′ 41″ nord, 1° 32′ 01″ est
Altitude Min. 144 m
Max. 231 m
Superficie 6,63 km2
Élections
Départementales Canton de Toulouse-10
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Pin-Balma
Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Pin-Balma
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pin-Balma
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pin-Balma
Liens
Site web http://www.mairie-pin-balma.fr/

Pin-Balma est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Pino-Balméens ou les Pin-Balmanais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située en banlieue est de Toulouse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Pin-Balma est limitrophe de cinq autres communes.

Carte de la commune de Pin-Balma et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Pin-Balma[1]
Montrabé Mondouzil
Balma Pin-Balma[1] Mons
Flourens

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Seillonne un affluent de la Sausse. Le Ruisseau du Pin et le Ruisseau de Gazel qui fait office de frontière naturelle avec la commune de Montrabé pour sa partie nord-nord-est des affluents de la Seillonne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 663 hectares (6.63 km²) ; son altitude varie de 144 à 231 mètres[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Accès par le Périphérique de Toulouse, sorties Sortie 15, Sortie 16 (en traversant Balma) ou Sortie 17.

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne 101 du réseau Tisséo relie le nord de la commune à la station Balma - Gramont du métro de Toulouse depuis Mondouzil, la ligne 102 relie le centre de la commune à la station Balma - Gramont depuis Drémil-Lafage, la ligne 103 relie le sud de la commune à la station Balma - Gramont depuis Drémil-Lafage également, la ligne 106 dessert la commune en soirée sur réservation depuis la station Balma - Gramont, la ligne 381 du réseau Arc-en-Ciel relie le centre de la commune à la station Balma - Gramont depuis Le Faget.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2017 étant compris entre 500 habitants et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2020 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la troisième circonscription de la Haute-Garonne de Toulouse Métropole et du Canton de Toulouse-10.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1906 1908 Jean Paul Ducap    
1908 1910 Gabriel Nazair-Blanc    
1910 1912 Symphorien MarqueE    
1912 1947 Augustin Ducap[5]   Docteur en droit, Président de l'Association des Maires de Haute-Garonne
Nommé conseiller départemental en 1943
1947 1971 Marius Lacroix    
1971 1992 Armand Ducap UDR Chargé de cours à l'Ecole Nationale Supérieure agronomique de Toulouse
Adjoint au maire de Toulouse (1959-1965)
Conseiller général du canton de Toulouse-2 (1973-1988)
Conseiller régional (1986-1992)
Député (1962 et 1963-1967)
1992 2020 Jacques Diffis SE[6]. Artisan
2020 En cours Gil Bezerra SE Ingénieur chargé d'affaires
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2018, la commune comptait 921 habitants[Note 1], en diminution de 2,75 % par rapport à 2013 (Haute-Garonne : +6,32 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
191203182187198501209216226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
191194213225229231220205188
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
181171182167177153148243268
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
302284383636678655914887903
2018 - - - - - - - -
921--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[11] 1975[11] 1982[11] 1990[11] 1999[11] 2006[12] 2009[13] 2013[14]
Rang de la commune dans le département 255 210 163 165 177 161 169 169
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Pin-Balma fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune voisine de Balma pour les classes de maternelle, primaire et collège.

Santé[modifier | modifier le code]

Château d'Aufréry

Clinique d'Aufrery[15] (clinique psychiatrique). Maison de retraite La Seillonne.

Culture et festivité[modifier | modifier le code]

Fête locale (fin juin), Vide-greniers (fin septembre), Médiathèque,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Tennis[16], football, pétanque, trois centres équestres, sentiers pédestres.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la métropole de Toulouse Métropole[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Pour admirer le paysage... - panoramio.jpg

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Pierre de Pin-Balma est l’une des plus anciennes de l’environnement toulousain et remonte probablement au Xe siècle. Reconstruite à plusieurs reprises, elle subit le pillage des troupes huguenotes en 1570. En 1714, au cours d’un violent orage, la foudre s’abat sur l’église et endommage le clocher et la nef. À l’époque révolutionnaire, une seule des cloches, la plus ancienne, bénite en 1689, est épargnée pour sonner le tocsin. Les deux autres cloches sont descendues en 1793 pour être fondues.Une restauration complète de l’édifice a été effectuée en 2005.

  • Ancienne école (plus fonctionnelle) - démolie en mai 2019.
  • Château d'Aufréry

A l’origine une bâtisse fortifiée du XIIIe siècle appelée « Camas », appartenant à la famille Carrière d’Aufréry,  puis en 1862, le château construit par le maréchal Adolphe Niel, avec son parc aux cèdres séculaires. Depuis 1938, devenu clinique psychiatrique après son rachat par le Dr Laboucarié. Actuellement en cours de rénovation pour devenir une résidence service séniors, suite au déménagement de la clinique.

  • Communauté religieuse d'Aufréry

Recherchant du personnel soignant pour la clinique psychiatrique, le docteur Jean Laboucarié fit appel appel, par l’intermédiaire de Mademoiselle Niel, aux Franciscaines Missionnaires de Marie, dont l’ordre souhaitait fonder dans la région une nouvelle communauté permettant d’accueillir leurs sœurs âgées ou invalides.En 1948, l’Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie achète un parc et une partie des dépendances proches de la clinique. Une sœur, architecte improvisée mais bien inspirée, transforme ce lieu pour y édifier une belle chapelle et un cloître orné des briques roses toulousaines.Les sœurs et le personnel ont quitté le site en juin 2019.

  • Laganne

Résidence d’été de Charles Laganne (1722-1789) homme de loi et capitoul, il fut bienfaiteur de Toulouse en améliorant son système d’eau potable (château d’eau).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__municipales-2020 (consulté le 28 septembre 2020).
  5. « L'Auta : que bufo un cop cado més : organe de la société les Toulousains de Toulouse et amis du vieux Toulouse / gérant P. Mesplé », sur Gallica, (consulté le 30 juillet 2020).
  6. (source : Diffis Jacques maire actuel)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. http://www.clinique-aufrery.fr/
  16. http://www.mairie-pin-balma.fr/Associations/tennis-club
  17. http://www.toulouse-metropole.fr/missions/dechets-proprete

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.