Marius Renard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renard (homonymie).

Marius Renard (1936 - 1953), était un jeune charpentier de 16 ans, qui à la suite d'une chute d'un échafaudage le , eut une hémorragie incontrôlable contraignant le chirurgien qui tentait en urgence de le sauver à lui retirer son rein droit rompu à l'origine de cette hémorragie. Le médecin qui pratique l’ablation avec succès (arrêt de l'hématurie), ignorait l'absence congénitale de rein gauche de l’adolescent. Le rein artificiel n’existant pas à l’époque, c’était la mort certaine à brève échéance pour ce sujet anéphrique[1].

Le professeur Jean Hamburger, père de la néphrologie, et l'équipe de Louis Michon, chirurgien urologue de l'Hôpital Necker, décidèrent de tenter une greffe sur le jeune homme, à partir d'un don d'organe effectué par sa mère qui avait insisté pour qu’on donnât cette chance à son fils. Dans un premier temps, l'opération qui eut lieu dans la nuit du sembla un succès et le malade reprit rapidement des forces mais, à la suite de l'anurie brutale signant le rejet, Marius Renard mourut trois semaines plus tard le [2].

Son histoire a passionné les médias, tout comme celle d'Emmanuel Vitria, il devint ainsi une forme d'icône en France en 1952 et son aventure fut suivie avec énormément d'émotions dans tout le pays. Elle est emblématique de l'histoire de la médecine et fait désormais partie de la mémoire collective.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Legendre, La transplantation rénale, Lavoisier, , p. 5
  2. René Küss, Pierre Bourget, Une histoire illustrée de la greffe d'organes. La grande aventure du siècle, Frison-Roche, , p. 44

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • [1] 50 ans de greffe
  • [2] site renaloo sur la dialyse et la greffe de rein
  • [3] histoire des greffes
  • [4] article sur la situation de la greffe à partir de donneurs vivants