Pomme à cidre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pommes à cidre

Les pommes à cidre sont des pommes spécialement sélectionnées pour produire un cidre ou un calvados de qualité. Elles sont généralement de petite taille et riches en tanins, à la différence des pommes de table qui se mangent crues et des pommes à cuire utilisées par exemple pour les compotes. Elles proviennent de vergers en hautes tiges (traditionnellement en champs complantés), et aussi maintenant en basses tiges, généralement installés sur des sols de coteaux argilo-calcaires peu profonds et bénéficiant d'un climat de type tempéré océanique.

Les pommes à cidre sont généralement partagées en quatre familles :

  • les pommes douces, parfumées et sucrées, donnant sa rondeur au cidre. Elles ont une teneur en tanins inférieure à 0,2 % et une acidité inférieure à 0,45 % ;
  • les pommes douces amères, parfumées aussi, mais riches en tanins (plus de 0,2 %) et faibles en acidité (moins de 0,45 %) ;
  • les pommes amères, souvent utilisées en quantité dominante, riches en tanins (plus de 0,2 %) et aussi en acidité (plus de 0,45 %). Elles donnent du corps et une couleur intense au cidre ;
  • les pommes acidulées, apportent la fraîcheur. Ce groupe est peu tannique (moins de 0,2 %) mais acide (plus de 0,45 %).

Il est souvent fait état d'un cinquième type dit aigre qui sont des pommes très acides et peu tanniques.

Variétés[modifier | modifier le code]

Pommier Fréquin rouge, Écomusée du pays de Rennes, France.
  • Pommes amères : Chevalier jaune, Domaine, Doux évêque, Fréquin rouge, Kermerrien, Marie Ménard, Tardive de la Sarthe, etc.
  • Pommes acidulées : Armagnac, Blanchet, Dio roux, Rambault, René Martin, etc.
Article détaillé : Liste des variétés de pommes.

Pour la fabrication du cidre, il est généralement utilisé des petites pommes riches en tanins donc des pommes amères et douces amères. Par exemple pour l'AOC Pays d'Auge, 70 % des pommes utilisées sont des pommes des familles amères et douces amères.

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

(Polyphénols en g/l d'acide tannique / Acidité en méq/l) Masse volumique en kg/m3 - Rendement d'extraction moyen en kg/100kg

AIGRE AMÈRE

  • Cazo Jaune (3,28 / 196,2) 1054

AMÈRE

  • C'Huero Briz (4,67 / 30,65) 1056
  • Chevalier Jaune (3,79 / 33,09) 1053
  • Cidor (4,02 / 25,9) 1055
  • Domaines (3,6 / 31,81) 1067
  • Doux Joseph (3,61 / 31,04) 1058
  • Fréquin Rouge Petit (5,06 / 36,35) 1065,7 - 61,53
  • Jeanne Renard (4,23 / 25,35) 1065
  • Kermerrien (4,32 / 22,17) 1062,1 - 65,06
  • Marie Ménard (4,82 / 32,78) 1061,8 - 61,61
  • Marin Onfroy (3,25 / 25,5) 1059
  • Meriennet
  • Mettais (3,78 / 25,61) 1063
  • Petit Amer (4,43 / 29,65) 1055
  • Saint-Nicolas[1].
  • Tardive de la Sarthe (3,68 / 29,51) 1059

DOUCE AMÈRE

  • Antoinette (2,73 / 36,79) 1050
  • Argile Rouge Bruyère
  • Bedan (2,27 / 22,04) 1056 - 65
  • Binet Blanc (2,52 / 26,5) 1060
  • Binet Rouge (2,41 / 26,54) 1063 - 61
  • Binet Violet (2,62 / 24,93) 1050
  • Bisquet (2,12 / 31,31) 1045 - 63,1
  • C'Huero Ru
  • Cartigny (2,21 / 31,26) 1051
  • Clos Renaux (2,2 / 36,91) 1052 - 64,2
  • Clozette Douce (2,32 / 33,25) 1054
  • Douce Moën (2,43 / 31,85) 1061,1 - 60,93 (brix 16-20)
  • Doux Lozon (2,13 / 21,21) 1053
  • Gros Bois (2,86 / 42,15) 1050
  • Gros Œillet
  • Kroc'hen Ki (2,95 / 32,25) 1065,2 - 65,78
  • Moulin à Vent (2,7 / 38,96) 1061
  • Muscadet de Dieppe (2,54 / 30,95) 1055
  • Noël des Champs (2,33 / 22,6) 1050
  • Omont (2,2 / 29) 1063
  • Peau de Chien (2,95 / 32,25) 1065
  • Saint Martin (2,27 / 30,09) 1055

DOUCE

  • Belle Fille de la Manche
  • Douce Coët Ligné (1,83 / 29,09) 1051,6 - 63,65
  • Doux au Gober
  • Doux Evêque Jaune (1,96 / 24,25) 1052
  • Doux Normandie (1,42 / 24,56) 1065
  • Doux Véret de Carrouges (1,77 / 24,62) 1055
  • Muscadet Petit de l'Orne (1,9 / 24,23) 1061
  • Queue Torte
  • Rouge Duret (1,65 / 25,3) 1049
  • Rousse de la Sarthe (1,64 / 25,22) 1056

ACIDULÉE

  • Blanchet (1,28 / 71,4) 1050
  • Guillevic (1,35 / 86,29) 1059,9 - 62,28
  • Judeline (0,67 / 75,42) 1050 - 72,5
  • Locard Blanc
  • Pomme de Moi
  • Rouget de Dol Gros
  • Sebin Blanc (1,44 / 81,2) 1051
  • Tesnière (1,56 / 83,97) 1055

AIGRE

  • Armagnac (1,7 / 121,21) 1065
  • Avrolles (0,87 / 178,99) 1055 - 67,5
  • Blanc Sur (1,23 / 99,25) 1055
  • Diot Roux (1,85 / 146,48) 1052
  • Gesnot (1,11 / 97) 1049
  • Jaune de Vitré (1,61 / 132,44) 1060
  • Judaine (0,75 / 100,4) 1053
  • Judin (0,89 / 98,24) 1060
  • Judor (0,73 / 100,63) 1052,5 - 68,03
  • Juliana (1,78 / 154) 1061
  • Jurella (0,61 / 126,7) 1053
  • Locard Vert
  • Petit Jaune (1,2 / 110,59) 1055 - 69,5
  • Pomme de Bouet
  • Rambault (1,4 / 95,76) 1061
  • Rénao
  • René Martin (1,38 / 113,31) 1053

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François de Beaulieu (2000) Les cidres et leurs eaux-de-vie, éditions Ouest-France.
  • Roger Dubos (1990) Pommiers, Pommes, Cidre et Calvados, éditions Charles Corlet.
  • Francis Lanoë (1997) Petits et grands secrets des boissons en Normandie, éditions Charles Corlet.
  • Julien Le Paulmier (1589) Le premier traité du sidre, réédition éditions des champs, 2003.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire sur le site de l'APHN (Association pomologique de Haute-Normandie).