Aigurande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Aigurande
Aigurande
L'église Notre-Dame en 2011.
Blason de Aigurande
Blason
Aigurande
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre
Arrondissement La Châtre
Canton Neuvy-Saint-Sépulchre
Intercommunalité Communauté de communes de la Marche Berrichonne
Maire
Mandat
Jean-Michel Degay
2014-2020
Code postal 36140
Code commune 36001
Démographie
Gentilé Aigurandais
Population
municipale
1 458 hab. (2015 en diminution de 6,96 % par rapport à 2010)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 05″ nord, 1° 49′ 47″ est
Altitude Min. 284 m
Max. 442 m
Superficie 27,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Aigurande

Géolocalisation sur la carte : Indre

Voir sur la carte topographique de l'Indre
City locator 14.svg
Aigurande

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aigurande

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aigurande
Liens
Site web aigurande.fr

AigurandeÉcouter, parfois appelée Aigurande-sur-Bouzanne, est une commune française située dans le département de l'Indre, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Aigurande est située dans le sud[1] du département, à la limite avec le département de la Creuse.

Elle est située dans la région naturelle du Boischaut Sud.

Les communes limitrophes[1] sont : Lourdoueix-Saint-Pierre (3 km), Méasnes (4 km), La Forêt-du-Temple (6 km), Crozon-sur-Vauvre (7 km), La Buxerette (7 km) et Montchevrier (8 km).

Les communes chefs-lieux[1] et préfectorales sont : Neuvy-Saint-Sépulchre (18 km), La Châtre (21 km), Châteauroux (43 km), Issoudun (58 km) et Le Blanc (62 km).

Localisation de la commune d'Aigurande

Aigurande est une commune rurale non polarisée, qui ne fait donc partie d'aucune aire urbaine, ni d'aucun espace urbain[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Les hameaux et lieux-dits de la commune sont : les Chenillères, Boucamoine et le Bouchard[3].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 2, correspondant à une sismicité faible[4].

La commune se trouve sur le plateau d'Aigurande, un plateau cristallin du Massif Central[5],[6] dominant le Boischaut Sud, et plus exactement sur une crête. La surface du plateau daterait du Paléogène[7] et est faiblement disloquée avec un champ de failles Nord-Sud[6].

Quant à la crête, culminant vers 400 à 410 m d'altitude, elle serait un monadnock au-dessus du plateau dont les derniers remaniements se seraient produits au Miocène[6].

Aigurande se trouve sur un îlot de granulite qui fait partie d'un ensemble de plissements est-nord-est/ouest-sud-ouest[8]. Des dépôts riches en fer se trouvent également dans l'ouest de la région[6].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par la rivière Vauvre[3]. Il possède aussi les sources de la rivière Bouzanne[3].

Les sections Nord-Sud du réseau hydrographique, très encaissé, suivent la pente générale du plateau, tandis que les sections Est-Ouest suivent celle des blocs (en)[6].

Climat[modifier | modifier le code]

Relevé observé de 1961 à 1990, à la station météorologique de Châteauroux - Déols (36)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,5 1,2 2,6 4,9 8,2 11,2 13,2 13,1 10,9 7,6 3,5 1,1 6,5
Température moyenne (°C) 3,4 4,7 6,9 9,7 13,2 16,5 19,1 18,7 16,3 12,1 6,9 4 11
Température maximale moyenne (°C) 6,3 8,2 11,2 14,5 18,2 21,8 25 24,3 21,6 16,7 10,3 6,9 15,4
Record de froid (°C)
date du record
−22,8
16/01/1985
−15
05/02/1963
−10
03/03/1965
−3,9
12/04/1986
−0,2
08/05/1974
3
05/06/1969
5,8
02/07/1975
4,5
06/08/1967
1,1
19/09/1962
−2,8
25/10/1964
−6,3
23/11/1988
−17
10/12/1967
−22,8
16/01/1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18,3
30/01/1967
22,9
24/02/1990
24,3
28/03/1989
26,9
20/04/1968
31,1
27/05/1967
35,6
28/06/1986
36,8
21/07/1990
37,3
16/08/1974
34
17/09/1987
29,5
02/10/1985
21,6
01/11/1984
20,5
16/12/1989
37,3
16/08/1974
Nombre de jours avec gel 13,4 11,6 9,1 2,5 0,1 0 0 0 0 0,8 6,8 12,9 57,2
Ensoleillement (h) 47 76 121 150 181 201 235 203 165 123 63 48 1 613
Record de vent (km/h)
date du record
101
30/01/1983
115
03/02/1990
126
10/03/1982
83
11/04/1985
87
02/05/1988
97
07/06/1987
94
26/07/1983
72
26/08/1986
97
22/09/1987
94
16/10/1987
101
08/11/1982
97
30/12/1981
126
10/03/1982
Précipitations (mm) 61,7 63,2 63,8 56,6 75,3 53,4 51,5 50,6 60,9 59,9 65,7 65,7 728,3
dont pluie (mm) 29,5 28,2 32,4 42,6 39,7 39,7 48,3 43 58,6 43 35,2 35 58,6
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
29,5
12/01/1962
28,2
13/02/1990
32,4
29/03/1978
42,6
18/04/1964
39,7
06/05/1985
39,7
20/06/1977
48,3
22/07/1963
43
29/08/1968
58,6
17/09/1975
43
29/10/1981
35,2
05/11/1962
35
14/12/1979
58,6
17/09/1975
Nombre de jours avec précipitations 11 10,4 11,1 10,3 11,9 8,1 6,6 7,7 7,5 9,1 11 11,1 115,8
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 4,1 4,1 4,5 3,8 5,2 3,7 3,2 2,9 3,6 4,1 4,8 4,5 48,5
Humidité relative (%) 88 85 79 75 76 74 69 70 76 84 88 88 79,33
Nombre de jours avec neige 3,3 3,4 1,9 0,8 0 0 0 0 0 0 1,3 2,7 13,4
Nombre de jours d'orage 0,1 0,2 0,4 1,1 3,4 3,3 0 0 2,1 0,9 0,3 0,3 12,1
Nombre de jours avec brouillard 5,7 4,4 2,3 1,4 1,2 1,1 0 0 2,8 5,9 5,8 6,4 37
Source : Infoclimat.fr
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
6,3
0,5
61,7
 
 
 
8,2
1,2
63,2
 
 
 
11,2
2,6
63,8
 
 
 
14,5
4,9
56,6
 
 
 
18,2
8,2
75,3
 
 
 
21,8
11,2
53,4
 
 
 
25
13,2
51,5
 
 
 
24,3
13,1
50,6
 
 
 
21,6
10,9
60,9
 
 
 
16,7
7,6
59,9
 
 
 
10,3
3,5
65,7
 
 
 
6,9
1,1
65,7
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales : 19, 36C, 73, 73A, 951B et 990[9].

Transports[modifier | modifier le code]

La ligne de La Châtre à Guéret passait par le territoire communal, une gare desservait la commune. Les gares ferroviaires les plus proches sont les gares d'Éguzon[9] (28 km), Saint-Sébastien[9] (31 km) et Argenton-sur-Creuse[9] (33 km).

Aigurande est desservie par les lignes H et I du Réseau de mobilité interurbaine[10] et par les lignes 10, 12 et 13 du réseau TransCreuse[11].

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Châteauroux-Centre[9], à 56 km.

Réseau électrique[modifier | modifier le code]

La commune possède un poste source[12] sur son territoire qui est situé au lieu-dit le Gachet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente le détail du secteur des logements[13] de la commune :

Date du relevé 2013
Nombre total de logements 1 028
Résidences principales 75,3 %
Résidences secondaires 10,8 %
Logements vacants 13,9 %
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale 68,1 %

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Aigurande procède du toponyme gaulois *egoranda (ou *equoranda[14],[15]) dont l'évolution la plus fréquente en France est Ingrandes.

Egoranda devait fondamentalement signifier « limite » et correspondait souvent à la frontière entre deux peuples gaulois.

Ses habitants sont appelés les Aigurandais[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire d'Aigurande.

À l'époque gauloise, Aigurande se trouvait à la frontière entre le territoire des Lémovices et celui des Bituriges Cubes[17],[18], ultérieurement limite entre les anciens diocèses de Limoges et de Bourges, puis entre le Limousin et le Berry, enfin entre les départements de la Creuse et de l'Indre.

Anne-Marie-Louise d'Orléans, la Grande-Mademoiselle, par héritage des Bourbon-Montpensier, fut Dame d'A(i)gurande. Cela explique les armes municipales, qui sont armes de Bourbon.

La seigneurie d'Aigurande est héritée par « Monsieur », frère de Louis XIV de France. Elle est vendue avec les seigneuries de Cluis-Dessous et de Sainte-Sévère en 1697 à Nicolas Léonor de Flexelles, marquis de Brégy, ambassadeur en Pologne et en Suède[19],[20].

La commune a accueilli plusieurs fois des étapes de courses de cyclisme. Le , la commune a accueilli le départ de la 6e étape du Tour de France 2008 de cyclisme[21]. Le , la commune a accueilli le départ de la 8e étape du Tour de France 2011 de cyclisme[22].

À la suite du redécoupage cantonal de 2014[23], la commune n'est plus chef-lieu de canton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'arrondissement de La Châtre, du canton de Neuvy-Saint-Sépulchre, de la deuxième circonscription de l'Indre et de la communauté de communes de la Marche Berrichonne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Pascal Courtaud[24],[25] PS Président de la communauté de communes de la Marche Berrichonne
Économiste
mars 2014 en cours Jean-Michel Degay[26] DVD Artisan

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune dispose des services suivants :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[33].

En 2015, la commune comptait 1 458 habitants[Note 1], en diminution de 6,96 % par rapport à 2010 (Indre : -3,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5731 6911 5141 6871 8591 9452 0052 0872 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2322 1462 1692 3212 2922 3012 4722 4032 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 4622 5272 5522 3162 2792 2042 2572 3872 343
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
2 3812 3152 2842 1801 9321 6681 6581 5341 458
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[34] puis Insee à partir de 2006[35].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède comme lieux d'enseignements une école maternelle publique[36] ; une école élémentaire publique (Jean-Moulin[36]) et un collège public (Frédéric-Chopin[36]).

Les lycées publics de secteur se trouvent à La Châtre (lycée polyvalent George-Sand[37]) et à Châteauroux (lycée polyvalent Blaise-Pascal[37]).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Aigurande dispose tout au long de l'année[38] le vendredi matin d'un marché primeur fermier et deux fois par mois d'une foire.

À la Pentecôte, il y a une fête foraine, un défilé de chars illuminés (dimanche), une grande foire (lundi) et le pèlerinage de Notre-Dame de la Bouzanne.

En août, le premier weekend, il y a la fête du vieil Aigurande et le dernier dimanche de ce mois la fête de l'Écrevisse.

Équipement culturel[modifier | modifier le code]

L'entrée d'un bâtiment.
La médiathèque en 2017.

La commune dispose d'une médiathèque[39].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par les médias suivants : La Nouvelle République du Centre-Ouest, Le Berry républicain, L'Écho - La Marseillaise, La Bouinotte, Le Petit Berrichon, L'Écho du Berry, France 3 Centre-Val de Loire, Berry Issoudun Première, Vibration, Forum, France Bleu Berry et RCF en Berry.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique

La commune d'Aigurande dépend de l'archidiocèse de Bourges, du doyenné du Boischaut Sud[40] et de la paroisse d'Aigurande. Le lieu de culte est l'église Notre-Dame.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

La commune ne compte 1 monument répertorié à l'inventaire des monuments historiques[41] et 8 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[42],[43]. Il existe aussi des lieux touristiques non classés.

Dolmen du Grand Pontet ou du Champ Liame[modifier | modifier le code]

Une dolmen est présent à l'ouest-sud-ouest du hameau du Grand Pontet, à environ 5 km au nord du centre-bourg du village. Il date probablement du Néolithique. Déjà en ruines à l'époque de sa découverte officielle, il a probablement été orienté à l'origine dans une direction nord-est/sud-ouest, la chambre funéraire ouverte côté sud-ouest[44].

Il a été signalé en 1977 par un agriculteur local à un agent de la Direction départementale de l'Agriculture de l'Indre. Selon une légende locale, un général de Jules César y était enterré avec son sabre d'or, ce qui a entraîné en 1969 une fouille clandestine de la chambre funéraire qui causa des dégâts à son dallage. Cette fouille a mis au jour des outils en silex ainsi qu'une molette de meule[44].

Des fouilles de sauvetage officielles ont été effectuées en 1978, 1979 et 1982 par l'archéologue Gérard Tardivo. L'étude du site a permis de découvrir des éléments de flèches, des fragments de poteries néolithiques, ainsi que des restes d'un foyer et de parois en pierres sèches[44].

Église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Notre-Dame d'Aigurande.

L'église Notre-Dame (XIe et XIVe siècles) est un large édifice avec un clocher-porche en pierre de taille, daté du XVIe siècle ; dôme octogonal surmonté d’un clocheton. Nef sans transept de six travées, voutée d’ogives, datée du XVe siècle. Chœur avec chevet plat du XIVe siècle, avec fenêtres de style flamboyant. Maitre-autel en bois sculpté et doré de style régence. Deux chapelles latérales du XVIe siècle. Vestiges de fortifications[45].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Planet (XIXe siècle)
  • Chapelle Notre-Dame de La Bouzanne (XVIIIe siècle)
  • Vestiges du château féodal
  • Moulin de Planet
  • Monument et sanctuaire de la Bouzanne
  • Lavoir
  • Monument aux morts
  • Croix de bois

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

La campagne aigurandaise a servi en 2000 de lieu de tournage pour Balafola, un court-métrage de Mohamed Camara[47].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Aigurande Blason D'azur semé de fleurs de lys d'or, à la cotice cousue de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Logotype Aigurande (36).jpeg Logotype de la commune d'Aigurande :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Indre », sur le site de Lion 1906, consulté le 3 septembre 2018.
  2. Site de l'Insee : Aire urbaine de Châteauroux et Bourges, consulté le 26 août 2012.
  3. a, b et c Géoportail, « Aigurande » ., consulté le 17 septembre 2018.
  4. « Didacticiel de la règlementation parasismique : Indre », sur le site de la Prévention du risque sismique, consulté le 3 septembre 2018.
  5. (en) Jackie Despriée, Robert Gageonnet, Pierre Voinchet, Jean-Jacques Bahain, Christophe Falguères, Jean Duvialard et François Varache, « Pleistocene fluvial systems of the Creuse river (Middle Loire Basin - Centre Region, France) », Quaternaire, Association Française pour l’Étude du Quaternaire/CNRS, vol. 15, nos 1-2 « Fluvial Archives Group. Clermond-Ferrant 2002 »,‎ , p. 78-86 (DOI 10.3406/quate.2004.1756, lire en ligne)
  6. a, b, c, d et e Gérard Moreau, « Le Boischaut. Étude morphologique régionale », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 30, no 231,‎ , p. 19–30 (DOI 10.3406/bagf.1953.7402, lire en ligne)
  7. La source indique l'ancien nom du Paélocène, l'Éocène.
  8. Jean Dautry, « Structure et relief des plateaux anciens à l'Ouest du fossé du Cher », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 27, nos 212-213,‎ novembre-décembre 1950, p. 157–163 (DOI 10.3406/bagf.1950.7323, lire en ligne)
  9. a, b, c, d et e « Aigurande », sur le site de ViaMichelin, consulté le 3 septembre 2018.
  10. « Indre (36) - Fiches horaires », sur le site du Réseau de mobilité interurbaine, consulté le 2 septembre 2018.
  11. « Réseau TransCreuse », sur le site du Conseil départemental de la Creuse, consulté le 2 septembre 2018.
  12. « Un grand défi technique pour ERDF », La Nouvelle République du Centre-Ouest, Indre,‎ .
  13. Site de l'Insee : Aigurande, consulté le 6 septembre 2016.
  14. Charles Rostaing, Les Noms de lieux, PUF, coll. « Que sais-je », , p. 40.
  15. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Édition Errance, .
  16. « Services publics Aigurande - Habitants », sur www.habitants.fr (consulté le 31 mars 2017)
  17. Guy Devailly, Histoire du Berry, Toulouse, Privat, , 334 p. (ISBN 2708982060, OCLC 21288197, lire en ligne), p. 50, consulté le 17 juin 2018.
  18. Laurence Brissaud, « Sépultures et habitats gallo-romains en Bas-Berry. », Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, Tours, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du Centre de la France, vol. 6 « Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale, Actes du Colloque ARCHEA/AGER (Orléans, 7-9 février 1992) », no 1,‎ , p. 256-261 (ISBN 2-9507320-1-1, ISSN 1159-7151, lire en ligne), consulté le 17 juin 2018.
  19. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse, vol. 6, Poitiers, (lire en ligne), p. 415, consulté le 17 juin 2018.
  20. Louis d'Hericourt, Œuvres posthumes de Louis d'Hericourt : avocat au Parlement, vol. 3, Poitiers, CLEF 89 / Fédération des œuvres laïques, (lire en ligne), p. 416, consulté le 17 juin 2018.
  21. Florian Egly, « Aigurande-Super-Besse », Le Figaro.fr/Sport24,‎ (lire en ligne).
  22. Florian Egly, « Aigurande-Super-Besse Sancy », Le Figaro.fr/Sport24,‎ (lire en ligne).
  23. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 24 février 2014).
  24. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  25. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  26. [PDF] Site de la préfecture de l'Indre : Résultats des élections municipales de 2014, consulté le 28 avril 2014.
  27. Site de la préfecture de l'Indre : Direction Départementale des Finances Publiques, consulté le 25 août 2012.
  28. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  29. Site de Berry Province, consulté le 5 février 2013.
  30. Site de Région de Gendarmerie du Centre : Groupement de l'Indre, consulté le 23 août 2012.
  31. Site du conseil départemental de l'Indre : Avec le Département, des routes encore plus sûres !, consulté le 9 mars 2016.
  32. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  36. a, b et c [PDF] Site de l'académie d'Orléans-Tours : Coordonnées des établissements scolaires publics et privés sous contrat, consulté le 29 janvier 2017.
  37. a et b Site de l'académie d'Orléans-Tours : Tableau des secteurs de recrutement collèges et lycées, consulté le 29 janvier 2017.
  38. Site de la commune d'Aigurande : Foires et Marchés, consulté le 26 août 2012.
  39. Bureau de Tourisme de la Communauté de Communes de la Marche Berrichonne, A la découverte de la Marche Berrichonne 2016, Aigurande, Bureau de Tourisme de la Communauté de Communes de la Marche Berrichonne, , 36 p., p. 25, consulté le 30 mars 2017.
  40. Site de l'archidiocèse de Bourges : Doyenné du Boischaut Sud, consulté le 3 mai 2013.
  41. « Liste des monuments historiques de la commune d'Aigurande », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. « Liste des lieux et monuments de la commune d'Aigurande à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. « Liste des objets de la commune d'Aigurande à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  44. a, b et c Gérard Coulon, Guide des dolmens et menhirs de l'Indre, Châteauroux, La Bouinotte, (ISBN 9782915729313, OCLC 784306851, lire en ligne), p. 50-52
  45. « Église Notre-Dame d'Aigurande », notice no PA00097263, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  46. Alexandre Larue, « Aigurande, patrie de Mgr Barbarin a les yeux fixés sur le Vatican », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  47. Gérard Coulon, L'Indre au cinéma : lieux et récits de tournage, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, , 223 p. (ISBN 9782849104743, OCLC 608153621, lire en ligne), p. 13-14