Alcide Railliet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Alcide Louis-Joseph Railliet)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Eucoleus aerophilus, un nématode parasite du renard appartenant à la famille Capillariidae[1], créée par Railliet en 1915

Louis-Joseph Alcide Railliet, dit Alcide Railliet, est un zoologiste français, né le à La Neuville-lès-Wasigny (Ardennes) et mort le à Saint-Germain-sur-Morin (Seine-et-Marne).

Professeur à l'école vétérinaire d’Alfort, il est alors considéré comme l'un des fondateurs de la parasitologie moderne. C'est à lui que l'on doit le mot même de « parasitologie », qu'il emploie pour la première fois en 1886, dans un article du Recueil de Médecine vétérinaire de l'école d'Alfort. Le terme a été rapidement repris et traduit dans toutes les langues pour désigner cette nouvelle science[2].

Il préside la Société zoologique de France en 1891. Il est aussi membre de l'Académie de Médecine[3]. Il a notamment reçu les grades d'Officier de la Légion d'honneur, de Commandeur du Mérite agricole et d'Officier de l'Instruction publique[4]. Son nom est honoré par les genres Raillietia (Acariens), Raillietina (Cestodes), Raillietascaris, Raillietnema et Raillietstrongylus (Nématodes), Raillietiella (Pentastomides), et la famille d'acariens Raillietiidae. De nombreuses espèces ont été dédiées à Railliet, comme Amidostomum raillieti, Angiocaulus raillieti, Aspidodera raillieti, Conoweberia raillieti, Eucoleus raillieti, Haemostrongylus raillieti, Henryella raillieti, Onchocerca raillieti, Protostrongylus raillieti, Quasiamidostomum raillieti et Thominx raillieti (Nématodes), Coccidium raillieti et Eimeria raillieti (Coccidia), Dibothriocephalus raillieti, Hilmylepis raillieti, Ichthyotoenia raillieti, Sparganum raillieti et Synthetocaulus raillieti (Cestodes). Tous ces animaux sont des parasites, nommés en l'honneur de Railliet par d'autres parasitologistes (la liste des espèces inclut peut-être des synonymes).

Son fils, le Dr Georges Railliet, est coauteur avec Marcel Cury d'ouvrages et d'articles de linguistique dont le Glossaire d'Archon, de Rozoy sur Serre et de Parfondeval.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éléments de zoologie médicale et agricole, Asselin et Houzeau, Paris, 1885 [5]
  • Notices helminthologiques, impr. de Vve Renou et Maulde, Paris, 1885[6].
  • "Une nouvelle affection parasitaire du lièvre et du lapin de garenne", Revue des sciences naturelles appliquées, no 8, 20 avril 1890.
  • "Les Parasites de nos animaux domestiques", in Revue des sciences naturelles appliquées, no 16, 20 août 1890.
  • Parasites animaux : Les Parasites transmissibles des animaux à l'homme, envisagés spécialement au point de vue de la prophylaxie, A. Maulde, Paris, 1892 [7].
  • Traité de zoologie médicale et agricole, Asselin et Houzeau, Paris, 1895 [8]
  • Avec Léon Moulé, Histoire de l'École d'Alfort, Asselin et Houzeau, Paris, 1908[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]