Parti libertarien du Canada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parti libertarien du Canada
Libertarian Party of Canada
Présentation
Chef Tim Moen (en)
Fondation 7 juillet 1973
Siège 372 rue Rideau #205
Ottawa, Ontario
Présidente Nichole Adams
Idéologie Libertarianisme
Libéralisme classique
Volontarisme
Non-interventionnisme
Laissez-faire
Affiliation internationale Alliance internationale des partis libertariennes
Couleurs Jaune / Indigo
Site web Site officiel
Représentation
Chambre des communes
0 / 338
Sénat
0 / 105

Le Parti Libertarien du Canada est un parti politique fédéral au Canada, fondée en 1973. Le parti souscrit aux principes libéraux classiques du mouvement libertarien à travers le Canada. Sa mission est de réduire les responsabilités et les dépenses du gouvernement. Le parti souhaite mettre fin à la prohibition des drogues, réduire les impôts, protéger les droits aux armes à feu, et soutient le non-interventionnisme.

Programme électoral 2015[modifier | modifier le code]

  • Réduire l'impôt fédéral à un taux maximum de 15 %.
  • Augmenter l'exemption du montant personnel de l'impôt sur le revenu de 11 500 $ à 17 300 $.
  • Éliminer tous les crédits d'impôts, et les remplacer par 4 exemptions supplémentaires, d'une valeur de 4 000 $ chacune (enfant, les aînés, personnes handicapées, étudiant).
  • Mettre fin à toutes les formes de Corporate Welfare.
  • Audit de l'effet de la Banque du Canada sur l'inflation et élimination progressive du contrôle du gouvernement sur l'offre de monnaie.
  • Appliquer les droits de propriété afin que les individus aient la pleine propriété sur leurs terres et les ressources naturelles au-dessus et en dessous.
  • Encourager un système dans lequel des dommages et des dommages à la suite de la pollution puissent être traités par le système judiciaire.
  • Mettre fin à la législation de la propriété éminente par l'abrogation de la Loi sur l'expropriation.
  • Retirer immédiatement les forces armées canadiennes de conflits internationaux.
  • Redistribuer les ressources militaires aux fins de la défense nationale et souveraineté dans l'Arctique.
  • Restructurer le ministère des Affaires étrangères, du commerce et du développement de la manière suivante:
    1. Éliminer toutes les formes de l'aide étrangère du gouvernement.
    2. Encourager les envois de fonds.
    3. Terminer tous les droits de douane sur les biens étrangers.
  • Légaliser le travail du sexe.
  • Mettre fin à la guerre contre les drogues par la légalisation du cannabis et décriminaliser immédiatement la consommation et la possession de drogues.
  • Abroger immédiatement le loi antiterroriste (C-51).
  • Mettre fin aux perquisitions sans mandat.
  • Remplacer la Loi sur les Indiens par une garantie globale de souveraineté pour tous les groupes autochtones.
  • Mettre fin à toutes les restrictions et les obligations fédérales sur les territoires autochtones.
  • Simplifier le processus de revendication territoriale.
  • Abroger les pouvoirs du CRTC.
  • Éliminer le système injuste de manipulation des prix et des quotas de l'Office des produits laitiers.
  • Réduire l'ACSTA et les frais gouvernementaux pour les passagers en provenance de l'étranger pour encourager le tourisme et de l'entreprise.
  • Abroger l'article 91 et 92 du Code criminel pour rendre responsable la possession d'armes juridiques.
  • Réviser la définition légale de l'arme et une arme à feu afin de refléter que les armes sont des outils quand dans les mains des civils qualifiés.
  • Abroger la Loi canadienne sur la santé:
    1. Pour assurer que les soins de santé soient une responsabilité provinciale.
    2. Pour permettre des alternatives privées pour les soins et l'assurance, ce qui réduira les temps d'attente publiques et le fardeau fiscal.
  • Diminution significative de la charge bureaucratique pour les réfugiés et les demandeurs d'asile.
  • Éliminer le système de points pour l'immigration et le remplacer par une vérification des antécédents pour activité criminelle violente ou frauduleuse.
  • Éliminer le Programme des travailleurs étrangers temporaires et le remplacer par un programme de visa de travail simplifié, et la résidence déployer.
  • Créer des lignes directrices de parrainage permettant aux organisations et des individus peuvent parrainer des immigrants s'ils sont prêts à soutenir financièrement eux.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parti a été fondé le 7 juillet 1973 par Bruce Evoy, qui est devenu son premier président. Evoy a couru pour l'élection fédérale au Parlement en 1974 dans la circonscription torontoise de Rosedale. Le parti a obtenu le statut d'enregistré en des élections fédérales 1979 en exécutant plus de cinquante candidats.

Le parti lui-même décrit comme «quatrième partie» du Canada dans les années 1980, mais il a depuis été dépassé par de nouveaux partis comme le Bloc québécois et le Parti vert du Canada. Le parti a refusé de se joindre au Parti réformiste du Canada quand il a été formé en 1987. De nombreux libertaires ont également été attirés par les partis provinciaux progressistes-conservateurs qui se sont déplacés vers la droite au cours des années 1990 en Ontario sous Mike Harris, et en Alberta en vertu de Ralph Klein.

La baisse du nombre des membres et des ressources du parti a donné lieu à Élections Canada de lui retirer son statut de parti enregistré immédiatement avant l'élection fédérale de 1997, lorsque le parti n'a pas réussi à atteindre le minimum de cinquante candidats nécessaires pour maintenir son inscription.

Jean-Serge Brisson a dirigé le parti du 22 mai 2000 jusqu'au 18 mai 2008 quand il a été remplacé par Dennis Young.

En mai 2011, Katrina Chowne a été élu chef du Parti libertarien.

En mai 2014, Tim Moen a été élu chef du Parti libertarien.

Lors des élections fédérales de 2015, le parti avait 72 candidats et avait consolidé sa position comme sixième parti fédéral au Canada. Avec une croissance de plus de 500 % par rapport aux élections de 2011, il est le parti avec la croissance la plus rapide.

Chefs du parti[modifier | modifier le code]

Résultats des élections[modifier | modifier le code]

Élection # de candidats # de votes % de vote populaire % dans les circonscriptions contestées
1979 60 16,042 0.134 % 0.576 %
1980 58 14,656 0.134 % 0.576 %
1984 72 23,514 0.187 % 0.705 %
1988 88 33,185 0.252 % 0.754 %
1993 52 14,630 0.118 % 0.580 %
1997 * * *
2000 * * *
2004 8 1,949 0.015 % 0.518 %
2006 10 3,002 0.02 % 0.57 %
2008 26 7,300 0.053 % 0.567 %
2011 23 6,017 0.04 % 0.498 %
2015 72[1] 37,407[2],[3] 0.21 % 0.93 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]