Bernard Bigras

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard Bigras (4 juin 1969 - ) est un homme politique québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a fait des études en sciences économiques de l'Université de Montréal.

Il a été député fédéral de la circonscription de Rosemont—La Petite-Patrie à la Chambre des communes du Canada de 1997 à 2011, sous l'étiquette du Bloc québécois. Il a été successivement critique en environnement et développement durable (1997), critique en ressources-humaines (1998), critique en matière d'immigration (1999-2000) et à nouveau critique en environnement depuis 2000.

Bernard Bigras amorce sa carrière dans le secteur privé. Après des études en sciences économiques, il entre au Service aux entreprises de la Banque Nationale du Canada.

En 1994, il devient conseiller politique dans des cabinets de ministres du Gouvernement du Québec, dont celui du Tourisme, celui de la Culture et des Communications ainsi que celui de l’Industrie.

En 1997, il est élu député à la Chambre des communes[1]. il est membre du comité sur l'environnement et le développement durable à partir de 2002[2]. Dans le cadre de ses responsabilités, il propose entre autres une politique visant à développer de façon durable le fleuve Saint-Laurent ainsi qu’une politique de réduction de la dépendance au pétrole qui s’appuie sur l’électrification des transports et sur des investissements importants dans les infrastructures de transport collectif.

Détenant une expertise législative en matière de lutte aux changements climatiques et de réduction des émissions de gaz à effet de serre, il est invité comme conférencier dans plusieurs forums nationaux et internationaux, notamment à la séance plénière de la 5e édition du Forum sur la mobilité urbaine et le transport avancé, tenu en octobre 2007 (MUTA-Autovision 2007).

Comme membre de la délégation canadienne, à titre de député de l'opposition[3], il participe à de nombreuses Conférences des parties sur les changements climatiques (COP), dont celle de 1997, qui mena à la signature du protocole de Kyoto, et celle de 2009 menant à l’accord de Copenhague. En 2002, il est membre de la délégation du premier ministre canadien (Jean Chrétien) à l’occasion du Sommet sur le développement durable tenu Johannesburg en Afrique du Sud.

Bernard Bigras est père de trois enfants.

Vie après la politique[modifier | modifier le code]

Suite à sa défaite du 2 mai 2011, Bernard Bigras agit comme consultant en environnement auprès de la ville de Longueuil.

Depuis fin 2012, monsieur Bigras est directeur général adjoint-développement durable de la ville de Longueuil

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]