4e division d'infanterie coloniale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

4e division d'Infanterie coloniale
Image illustrative de l’article 4e division d'infanterie coloniale
Insigne des troupes de marine

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie Coloniale
Rôle Infanterie
Garnison Toulouse
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine

La 4e division d'infanterie coloniale (ou 4e DIC) est une unité militaire française qui regroupait des troupes coloniales.

Historique des garnisons, combats et batailles[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition en 1939[modifier | modifier le code]

Composition en 1940[modifier | modifier le code]

Rattachement en 1940[modifier | modifier le code]

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la 4e D.I.C. s'est illustrée au cours de la Bataille de France de 1940. Cantonnée en Alsace, à Molsheim, pendant près de six mois chez Monsieur Louis Winterberger parmi les officiers se trouvait Louis Lesieux qui fut par la suite le premier PDG d'Air France (Commandeur de la Légion d'Honneur) décédé en 1996 . La 4e D.I.C. fut dirigée sur la Somme au début de l'offensive allemande, le .( ils sont arrivés trop tard les Allemands étaient déjà passés...

Après la percée allemande du , des troupes sont amenées sur la rive gauche de la Somme pour constituer la 10e Armée française dans l'objectif de tenir le fleuve et de contre-attaquer les troupes allemandes qui se sont éloignées fortement de leurs bases de départ.

La 4e Division d'infanterie coloniale commandée par le général de Bazelaire de Ruppierre, à laquelle appartenaient notamment les 16e et 24e Régiments de Tirailleurs sénégalais, a combattu du jusqu'au dans les environs d'Amiens (Aubigny, Fouilloy, Villers-Bretonneux, Dury et Saleux) [1].

Le , durant la Bataille de France, les Allemands massacrèrent la totalité des Africains de la 4e division d'infanterie coloniale et du 24e régiment de tirailleurs sénégalais faits prisonniers au bois d'Eraine à Cressonsacq.

La 4e D.I.C. fut dissoute après la défaite française.

Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

Commandants de la Division[modifier | modifier le code]

Lieux de mémoire de la 4e D.I.C.[modifier | modifier le code]

Oise[modifier | modifier le code]

Stèle de Plainval
  • Circuit des Tirailleurs:
    • Avrechy : Cimetière communal, tombes de soldats de la 4e D.I.C.
    • Lieuvillers : panneau à la mémoire des Tirailleurs sénégalais à côté du monument aux morts ; Plaque de rue
    • Plainval : stèle commémorative à la 4e D.I.C.
    • Ravenel (Oise) : panneau à la mémoire des Tirailleurs sénégalais près du monument aux morts

Somme[modifier | modifier le code]

Stèle d'Aubigny
  • Aubigny : sur le mur extérieur du cimetière, stèle à la mémoire de la 4e D.I.C. mai-.
  • Blangy-Tronville : sur le mur extérieur de la mairie, stèle à la mémoire de la 4e D.I.C. mai-.
  • Cachy : place à la mémoire de la 4e D.I.C. apposée sur le monument de la guerre de 1870.
  • Démuin : stèle à la mémoire de la 4e D.I.C. mai- sur le muret cloturant le monument aux morts.
  • Fouilloy : sur le mur extérieur du cimetière communal, stèle à la mémoire de la 4e D.I.C. mai-.
  • Glisy : sur le mur extérieur de l'église, à gauche de l'entrée, stèle à la mémoire de la 4e D.I.C mai-.
  • Le Hamel : sur le mur d'un bâtiment de la place du village, stèle à la mémoire de la 4e D.I.C. mai-.
  • Remiencourt : une plaque portant cette dédicace : « Aux combattants de la 4e D.I.C. Marsouins, Bigors et Tirailleurs Sénégalais morts pour la France et au 2e R.I.C. Défenseur de Remiencourt 7 juin 1940 ».
  • Villers-Bretonneux : dans l'entrée de la mairie, stèle à la mémoire de la 4e D.I.C. mai-.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Béal, Hommes et Combats en Picardie 1939 / 1945, Amiens, Martelle Éditions, 1994 (ISBN 2 - 87 890 - 035 - 9)