127e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

127e Division d'Infanterie
Création 15 juin 1915
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1915 - 2e Bataille de Champagne
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1918 - 2e Bataille de Picardie
(Bataille de l'Avre (en))
1918 - 2e Bataille de la Marne
(Bataille du Tardenois)
1918 - 2e Bataille de Noyon

La 127e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie
171e régiment d'infanterie de à
172e régiment d'infanterie de à
355e régiment d'infanterie de à
19e bataillon de chasseurs à pied de à
26e bataillon de chasseurs à pied de à
25e bataillon de chasseurs à pied de à
29e bataillon de chasseurs à pied de à
  • Cavalerie
1 escadron du 9e régiment de chasseurs à cheval de à
1 escadron du 12e régiment de chasseurs à cheval de à
  • Artillerie
2 groupes de 75 du 37e régiment d'artillerie de campagne de à
1 groupe de 90 du 34e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
1 groupe de 75 du 34e régiment d'artillerie de campagne de à
3 groupes de 75 du 237e régiment d'artillerie de campagne du à
122e batterie de 58 du 46e régiment d'artillerie de campagne de à
101e batterie de 58 du 237e régiment d'artillerie de campagne de janvier à
11e groupe de 155c du 106e régiment d'artillerie lourde de janvier à
7e groupe de 155c du 106e régiment d'artillerie lourde de juillet à
  • Génie
compagnies 26/5 et 26/55 du 10e régiment du génie
1 bataillon du 86e régiment d'infanterie territoriale d'août à

Historique[modifier | modifier le code]

Constituée le , dans la région de Génicourt-sur-Meuse.

1915[modifier | modifier le code]

  •  : occupation d'un secteur vers Seuzey et Vaux-lès-Palameix.
  •  : retrait du front et repos vers Rosnes.
  • 2 –  : mouvement par étapes vers la région de Cheppes-la-Prairie ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers le camp de Noblette. À partir du , engagée dans la 2e Bataille de Champagne. Combats dans la région butte de Souain, ferme Navarin. Puis occupation du terrain conquis, à l'est de la route de Souain à Sommepy.
  • 4 –  : retrait du front ; tenue prête à intervenir, du 4 au , puis mouvement vers le camp de la Noblette ; repos.
  •  : occupation d'un secteur vers la butte de Souain et le nord de la ferme des Wacques :
 : attaque allemande.
 : extension du front, à gauche, au nord-est de Saint-Hilaire-le-Grand.
 : attaque allemande par gaz.
1er juin : nouvelle extension du front, à gauche, jusque vers l'Epine de Védegrange.

1916[modifier | modifier le code]

  • 3 –  : retrait du front, transport par camions dans la région de Vadenay ; repos. À partir du , transport par camions dans la région de Vaubécourt ; repos.
  •  : transport par camions à Verdun. À partir du , engagé dans la Bataille de Verdun, vers le bois Fumin et le sud de Damloup :
 : attaque allemande sur la batterie de Damloup.
 : contre-attaque française.
  • 6 –  : retrait du front, transport par camions dans la région de Bar-le-Duc. À partir du , transport par V.F. dans la région de Fère-en-Tardenois, puis mouvement vers Soissons.
  •  : occupation d'un secteur vers Pernant et Soissons.
  •  : retrait du front, repos et instruction vers Fère-en-Tardenois. À partir du , transport par V.F. dans la région d'Amiens ; repos et instruction.
  •  : mouvement vers le front, engagée dans la Bataille de la Somme, vers Bouchavesnes et la ferme de Bois l'Abbé :
20,  : attaques allemandes.
25, 26 et  : attaques françaises
  • 3 –  : retrait du front (éléments maintenus en secteur jusqu'au ) ; transport par camions dans la région de Méricourt-sur-Somme ; repos.
  •  : mouvement vers le front. À partir du , engagée à nouveau dans la Bataille de la Somme vers Bouchavesnes et la ferme de Bois l'Abbé.
  • 12 –  : retrait du front ; repos vers Formerie.
  •  : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Rancourt et le nord de Bouchavesnes.
  • 10 –  : retrait du front (relève par l'armée britannique) ; transport par camions dans la région de Crépy-en-Valois, puis dans celle de la Ferté-Milon : repos.
  •  : mouvement par étapes vers la région de Ville en Tardenois ; instruction.

1917[modifier | modifier le code]

  •  : mouvement vers Longueval, puis occupation d'un secteur vers Chavonne et Troyon, réduit à droite, le , jusqu'à Moussy-sur-Aisne, puis étendu à droite, le 30, jusqu'à Chivy.
  •  : retrait du front, repos vers Lizy-sur-Ourcq.
  • 7 –  : occupation d'un secteur vers Chavonne et Pernant. À partir du , poursuite des troupes allemandes (repli allemand) : progression vers Margival, le Pont Rouge et Missy-sur-Aisne.
  •  : retrait du front ; repos vers Écuiry.
  • 6 –  : occupation d'un secteur vers Soupir et Condé-sur-Aisne.
15 avril : Bataille du Chemin des Dames. Attaques vers Chavonne ; avance vers le nord. Puis organisation des positions conquises, vers le Panthéon et l'épine de Chevregny.
  •  : retrait du front ; repos vers Chacrise.
  • 8 –  : occupation d'un secteur entre l'Epine de Chevregny et le Panthéon.
  • 23 –  : retrait du front ; repos vers Vierzy.
  •  : transport par camions vers Rozay-en-Brie. À partir du , transport par V.F., de Provins, vers la région de Remiremont ; repos vers Gérardmer. À partir du , repos et instruction vers Remiremont (éléments en secteur).
  •  : occupation d'un secteur entre le col de Sainte-Marie et Metzeral, réduit à gauche, le , jusqu'au col du Bonhomme.
  •  : retrait du front ; repos vers Vagney : à partir du , mouvement vers Villersexel ; repos et instruction.

1918[modifier | modifier le code]

 : prise de Laon.
 : franchissement de la Souche et avance jusque vers la ferme Caumont.
  •  : retrait du front ; à partir du , transport par V.F. dans la région de Charmes : préparatifs d'offensive.

Rattachements[modifier | modifier le code]

Affectation organique 6e corps d'armée de à

10 –
4 –
1er août-
10 –

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

En 1919, était dans la Sarre comme force d'occupation.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]