4e division aéromobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

4e division aéromobile
Image illustrative de l’article 4e division aéromobile
Insigne de la 4e DAM.

Création
Dissolution
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre française
Type Division aéromobile
Fait partie de Force d'action rapide (jusqu'en 1999)
Garnison Essey-lès-Nancy
Surnom 4e DAM

La 4e division aéromobile (4e DAM) est une ancienne unité de l'Armée de terre française. Créée en 1985, elle devient la 4e brigade aéromobile (4e BAM) en 1999 puis est dissoute en 2010.

La 4e brigade d'aérocombat (4e BAC), créée en 2016, reprend ses traditions.

Historique[modifier | modifier le code]

Au début des années 1980, l'Armée de terre envisage la création d'une force hélicoptères anti-chars (FHAC). La « force Éclair », instituée par le 1er corps de la 1re armée, est constituée en décembre 1982 en vue d'une première expérimentation. Elle est composée du 1er régiment d'hélicoptères de combat de Phalsbourg, du 3e régiment d'hélicoptères de combat d'Étain, du 1er régiment d'infanterie de Sarrebourg et d'éléments du génie[1].

La brigade aéromobile expérimentale (BAE), comportant un état-major à Nancy, est créée le à partir de la « force Éclair ». Elle reste sous l'autorité de la 1re armée.

Le , la brigade aéromobile expérimentale devient la 4e division aéromobile (4e DAM). Cette nouvelle division remplace la 4e division blindée (en).

La 4e DAM fait partie de la force d'action rapide (FAR) dont elle constitue l'un des principaux éléments. Spécialisée dans le combat anti-char, elle peut combattre à 350 km de ses bases dans un délai d'une demi-journée.

Une Gazelle de l'Armée de terre.

En 1989, elle dispose de 160 hélicoptères légers, 80 hélicoptères de manœuvres, 198 véhicules légers tout-terrain, 151 motos, 360 missiles anti-char, 45 postes de tir de missiles anti-char, 42 canons anti-aérien et 30 canons de 20 mm. Sa composition est la suivante :

Un Puma français durant l'opération Bouclier du désert.

À l'exception du 5e régiment d'hélicoptères de combat, toutes les unités de la division sont stationnées en Lorraine. La 4e DAM regroupe trois des six régiments d'hélicoptères de combat de l'Armée de terre. Il a été décidé que les 2e, 6e et 7e régiments n’intègrent pas la division et restent des éléments organiques des corps d'armée. Forte d'environ 6 500 hommes, la division compte 40 % des hélicoptères de l'Armée de terre.

Elle participe à l'opération Daguet au cours de la guerre du Golfe.

Le 6e régiment d'hélicoptères de combat et de manœuvre intègre la division le consécutivement à la dissolution de la 3e brigade aéromobile.

La 4e division aéromobile est dissoute le lors de la professionnalisation de l'Armée de terre et de la dissolution de la force d'action rapide. La 4e brigade aéromobile (4e BAM) est créée le et reprend ses traditions.

Dans le cadre de la transformation de la division en brigade, le 4e régiment d'hélicoptères de commandement et de manœuvre est dissous et remplacé par une compagnie de commandement et de transmissions. Le 1er régiment d'infanterie devient un régiment d'infanterie motorisée et rejoint la 1re brigade mécanisée tandis que le 9e régiment de soutien aéromobile est transformé en 9e régiment du matériel et intègre la 1re brigade logistique.

En septembre 2003, son état-major s'installe au quartier Kléber à Essey-lès-Nancy.

Début 2007, sa composition est la suivante :

Le 6e régiment d'hélicoptères de combat est dissous le 30 juin 2007.

La 4e brigade aéromobile est finalement dissoute le . Avant sa dissolution elle était forte de 4 400 militaires et de 202 hélicoptères de combat et de manœuvres.

Les trois régiments d'hélicoptères de combat sont alors directement subordonnés à la division aéromobilité (DIV AERO) du commandement des forces terrestres (CFT) située à Lille.

La 4e brigade d'aérocombat (4e BAC), héritière de la 4e division aéromobile, est créée le dans le cadre du plan de réorganisation de l'Armée de terre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Il y a 30 ans : la brigade aéromobile expérimentale », article du Général André Martini (consulté le 2 juin 2017).

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]