2e division d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 2e division.
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

2e Division d'Infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d'Infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de Charleroi
1914 - Bataille de Guise
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille des Deux Morins)
1914 - Bataille de l'Aisne
1915 - Bataille de Champagne
1915 - première bataille de la Woëvre
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Chemin des Dames
1917 - seconde bataille des Flandres
1918 - Bataille de la Marne
(Bataille du Soissonnais)
1918 - Seconde bataille de Noyon

La 2e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Guerre de 1870, à la Première Guerre mondiale et à la Seconde Guerre mondiale.

La 2e Division d'Infanterie française était l'une des plus vieilles divisions de l'armée de terre française.

Les chefs de la 2e Division d'Infanterie[modifier | modifier le code]

Les Cent-Jours[modifier | modifier le code]

13e Régiment d'infanterie Légère
17e Régiment d'Infanterie de Ligne
19e Régiment d'Infanterie de Ligne
51e Régiment d'Infanterie de Ligne
10e compagnie du 6e Régiment d'Artillerie à Pied, avec 8 pièces.

Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Elle appartient à l'Armée du Rhin, commandée par le maréchal Mac Mahon.

Composition en 1870[modifier | modifier le code]

50e Régiment d'Infanterie de Ligne
74e Régiment d'Infanterie de Ligne
78e Régiment d'Infanterie de Ligne
1er Régiment de Tirailleurs algériens

Composition après Sedan[modifier | modifier le code]

Après l'effondrement de l'armée impériale, une 2e division d'infanterie est reconstituée sous les ordres du général Martineau des Chenez, dans la nouvelle armée de la Loire commandé par le général d'Aurelle de Paladines.

  • 1re brigade : général Dariés
5e bataillon de marche : commandant Chamard
39e régiment de ligne : colonel Jouffroy
légion étrangère : lieutenant-colonel de Curten
25e régiment de mobiles (Gironde) : lieutenant-colonel d'Artigolles
  • 2e brigade : général Rébillard
2e Régiment de Zouaves : lieutenant-colonel Logerot
30e régiment de marche : lieutenant-colonel Bernard de Seigneurens
29e régiment de mobiles (Maine-et-Loire) : lieutenant-colonel de Paillot
  • Artillerie :
18e batterie du 9e régiment : capitaine Pariaud
18e batterie du 12e régiment : capitaine Grosclerc
14e batterie du régiment monté de la garde : capitaine Chastang
  • Génie :
2e section de la 19e compagnie du 3e régiment

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La 2e division d'infanterie est mobilisée dans la 1re région

Composition[modifier | modifier le code]

  • Infanterie :
8e Régiment d'Infanterie d'août 1914 à l'armistice
33e Régiment d'Infanterie d'août 1914 à novembre 1916
73e Régiment d'Infanterie d'août 1914 à novembre 1916
100e Régiment d'Infanterie d'août 1914 à juin 1915
208e Régiment d'Infanterie de novembre 1916 à l'armistice
43e régiment d'infanterie territoriale d'août 1918 à l'armistice
  • Artillerie :
3 groupes de 75 du 27e régiment d'Artillerie de Campagne d'août 1914 à novembre 1918
6e groupe de 155c du 101e régiment d'Artillerie Lourde de juin à novembre 1918
  • Cavalerie :
1 escadron du 6e Régiment de Chasseurs d'août 1914 à novembre 1918
  • Génie :
Compagnie 1/2 du 3e Régiment du Génie

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

15 août : combat de Dinant, puis défense du front de la Meuse, vers Dinant et Anhée.
22 août : mouvement en direction de Charleroi.
24 août : repli, par Couvin, vers la région de Guise
26 août : combat vers Gué-d'Hossus.
30 août, repli, par Crécy-sur-Serre, Pontavert et Le Baizil, vers le sud d'Esternay.
6 – 10 septembre : bataille des Deux Morins, combats vers Esternay, Bergères-sous-Montmirail et Fontaine-au-Bron.
10 septembre : poursuite, par Verneuil et Ville-Dommange, jusqu'au-delà de Reims.
16 septembre : mouvement de rocade vers le nord-ouest ; combats vers la ferme du Choléra et vers la Ville-aux-Bois. Puis stabilisation et occupation d'un secteur vers Gernicourt et le bois de Beau marais, étendu à gauche, le 15 octobre, jusqu'au moulin Pontoy, et à droite, le 1er novembre, jusque vers la cote 108
12 - 14 octobre : attaques françaises sur la ferme du Choléra et le bois de la Ville-aux-Bois.
4 novembre : attaque et prise de Sapigneul.
11 novembre : prise de la cote 108.
  • 12 décembre 1914 - 12 janvier 1915 : retrait du front et repos vers Fismes.
16 décembre : transport par V.F. dans la région de Cuperly.
20 décembre : tenue prête, vers La Cheppe, puis vers Laval, à intervenir dans la 1re bataille de Champagne : éléments engagés, le 9 janvier 1915, au nord du Mesnil-lès-Hurlus.

1915[modifier | modifier le code]

16 février : attaques françaises vers les Mamelles, puis violents combats dans cette région (1re bataille de Champagne).
  • 2 mars - 5 avril : retrait du front et repos vers Courtisols (éléments laissés en secteur jusqu'au 14 mars).
20 - 21 mars : mouvement vers la région d'Avize ; repos.
29 mars : transport par V.F. vers Vavincourt, puis, à partir du 1er avril, mouvement vers le sud-est de Verdun.
5 mai : attaque allemande et contre-attaques françaises.
  • 11 - 15 mai : retrait du front et transport par V.F. dans les régions d'Épernay et de Fismes.
  • 15 mai - 3 septembre : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Berry-au-Bac et le moulin Pontoy, réduit à droite, le 18 août, jusqu'à la Miette, puis, le 31 août, jusqu'à la Ville-aux-Bois.
  • 3 septembre - 2 octobre : retrait du front et repos vers Guyencourt.
  • 2 octobre 1915 - 12 février 1916 : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Sapigneul et la Miette.
12 novembre : mouvement de rocade et occupation d'un nouveau secteur entre Berry-au-Bac et la ferme du Temple, étendu à gauche, le 20 novembre, jusque vers le moulin Pontoy : Guerre des mines à la cote 108.

1916[modifier | modifier le code]

  • 12 - 21 février : retrait du front et regroupement vers Ville-en-Tardenois ; repos et instruction.
  • 21 février - 8 mars : transport par camions, puis mouvement vers la région de Verdun.
26 février : engagée, par éléments, dans la bataille de Verdun, vers Douaumont (violents combats).
  • 8 mars - 14 avril : retrait du front et repos vers Bar-le-Duc.
1er avril : transport par V.F. dans la région de Dormans ; repos.
11 avril : mouvement vers la région de Fismes.
  • 14 avril - 24 juillet : occupation d'un secteur entre la route de Paissy à Ailles et Soupir, réduit à droite, le 17 juillet, jusque vers Troyon.
  • 24 juillet - 3 septembre : retrait du front et repos vers Ville-en-Tardenois.
7 août : transport par V.F. dans la région de Conty. Repos au sud-ouest d'Amiens jusqu'au 25 août, puis vers Corbie.
14 septembre : prise de la ferme du Priez.
19 – 26 septembre : mise en 2e ligne (participation par des éléments restés en secteur, à la prise de Combles, le 26).
27 septembre : engagée à nouveau, d'abord vers Combles et Morval, puis vers Combles et Frégicourt.
  • 5 - 9 octobre : retrait du front et repos vers Conty.
  • 9 - 16 octobre : transport par V.F. dans la région de Châlons-sur-Marne et repos dans celle de Somme-Vesle.
  • 16 octobre - 30 novembre : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Maisons de Champagne et la butte du Mesnil.
  • 30 novembre - 14 décembre : retrait du front et repos vers Possesse.
  • 14 décembre 1916 – 6 janvier 1917 : mouvement vers le camp de Mailly, repos et instruction.

1917[modifier | modifier le code]

  • 6 janvier - 27 février : mouvement par étapes vers le front, puis occupation d'un secteur vers Maisons de Champagne et la Courtine.
15 février : violente attaque allemande.
15 avril : Bataille du Chemin des Dames : combats sur le plateau de Craonne ; puis défense et organisation des positions conquises.
  • 19 avril - 7 juillet : retrait du front et repos vers Ventelay ; à partir du 25 avril, repos vers Viels-Maisons.
9 mai : mouvement par étapes vers le camp de Mailly ; repos et instruction.
15 juin : mouvement par étapes vers Provins ; repos et instruction.
  • 7 - 30 juillet : transport par V.F. dans les Flandres.
14 juillet : mouvement de l'infanterie vers le front et occupation d'un secteur vers Het-Sas (sous les ordres de la 1re D.I.)
  • 30 juillet - 4 août : retrait du front ; repos dans la région de Roesbrugge-Haringe.
  • 4 - 22 août : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers Bikschote.
16 août : offensive vers le Martje Vaert et le Broenbeck (seconde bataille des Flandres).
  • 22 août - 6 octobre : retrait du front ; repos et instruction dans la région de West-Cappel.
  • 6 - 16 octobre : occupation d'un secteur au nord de Bixschoote et de Langemark (en liaison avec l'armée britannique) :
9 octobre : offensive vers la forêt d'Houthulst, attaque de Mangelaare.
  • 16 octobre - 21 novembre : retrait du front, puis repos, instruction et travaux vers Bergues.
  • 21 novembre - 7 décembre : occupation d'un secteur vers le nord de Langemarck et Kloosterschool (en liaison avec le front britannique).
  • 7 décembre 1917 - 17 janvier 1918 : retrait du front (relève par l'armée britannique). Repos vers Gravelines.
11 décembre : mouvement par étapes vers la région de Senlis ; repos.

1918[modifier | modifier le code]

  • 17 janvier - 20 mars : mouvement par étapes vers Soissons.
22 janvier : travaux de 2e position dans cette région.
8 février : mouvement par étapes vers Roucy ; puis travaux de 2e position dans cette région.
  • 20 - 31 mars : mouvement vers le front et occupation d'un secteur dans la région la Miette, le Ployon.
  • 31 mars - 20 mai : retrait du front ; mouvement vers Fismes, et, le 3 avril, vers Écuiry ; repos.
14 avril : couverture des ponts de l'Oise vers Choisy-au-Bac.
2 mai : mouvement vers Warluis ; repos. Puis travaux de 2e position dans la région de Beauvais.
28 mai : transport par camions au sud de Compiègne. Tenue prête, vers Montigny-Lengrain, à intervenir dans la bataille de l'Aisne.

Rattachements[modifier | modifier le code]

  • Affectation organique : 1er CA d'août 1914 à novembre 1918
26 avril – 12 mai 1915
24 avril – 10 juin 1917
7 juillet – 11 décembre 1917
26 février – 31 mars 1916
23 – 25 avril 1915
24 février 1916
31 août – 9 septembre 1918
16 décembre 1914 – 3 avril 1915
22 - 23 février 1916
9 octobre 1916 – 7 mars 1917
2 août – 15 décembre 1914
22 avril 1915
13 mai 1915 – 21 février 1916
1er avril – 5 août 1916
6 mars – 20 avril 1917
2 – 28 mai 1918
7 août – 8 octobre 1916
12 décembre 1917 – 1er mai 1918
29 mai – 4 août 1918
10 septembre – 7 novembre 1918
6 août 1916
21 – 23 avril 1917
11 juin – 6 juillet 1917
5 – 30 août 1918
8 – 11 novembre 1918
4 – 21 avril 1915
25 février 1916

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sur l'ordre de bataille du 10 mai 1940, la 2e division d'infanterie, sous les ordres du général Klopfenstein, appartient au corps d'Armée colonial (aux côtés de la 51th Highland Division et de la 56e DI), lui-même subordonné à la IIIe Armée du général Condé.

Composition[modifier | modifier le code]

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AFGG, vol. 2, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : divisions d'infanterie, divisions de cavalerie, , 1092 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]