Le Hamel (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Hamel.
image illustrant une commune de la Somme
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Somme.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Le Hamel
Vue de la mairie.
Vue de la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Corbie
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Somme
Maire
Mandat
Stéphane Chevin
2014-2020
Code postal 80800
Code commune 80411
Démographie
Population
municipale
510 hab. (2013)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 00″ Nord 2° 34′ 00″ Est / 49.8833, 2.5667
Altitude Min. 28 m – Max. 101 m
Superficie 9,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Le Hamel

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Le Hamel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Hamel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Hamel

Le Hamel est une commune française située dans le département de la Somme et la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe à proximité de la vallée de la Somme, à 25 km environ à l'est d'Amiens. Elle fait partie du Santerre, plateau agricole peu boisé et de faible altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune compte sur son territoire plusieurs étangs de la vallée de la Somme.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est accessible depuis l'autoroute A29, sortie 52 (Villers-Bretonneux).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hamel est l'ancien singulier de hameaux, qui s'est conservé comme forme dialectale en normand et en picard. Hamel est plus spécifiquement un diminutif en -ELLU > -el de l'ancien français ham « village » (cf. Le Ham).[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le lieu est cité[Où ?] pour la première fois en 1184. Il relève alors de la puissante abbaye de Corbie.

Le bourg fut ravagé à plusieurs reprises : en 1415 au moment du passage des troupes anglaises se rendant à Azincourt à la fin du XVe siècle[réf. nécessaire], par l'armée de Charles le Téméraire[réf. nécessaire], puis par celle de Louis XI[réf. nécessaire]. Il fut aussi incendié par les troupes espagnoles en 1636 lors du siège de Corbie[réf. nécessaire].

Le village, réduit à des baraquements, dans l'entre-deux-guerres.

Le village fut l'un des lieux décisifs de la Première Guerre mondiale pendant laquelle il fut de nouveau en grande partie détruit. En effet, la bataille du Hamel du constitue un prélude à l'offensive du .

Articles détaillés : Bataille de la Somme et Bataille du Hamel.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration locale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2001 Alphonse Roussel    
mars 2001 en cours
(au 3 juin 2014)
Stéphane Chevin   Réélu pour le mandat 2014-2020[1], [2]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 510 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
595 622 736 842 960 1 017 1 063 1 108 1 256
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 146 1 112 1 070 993 961 949 911 927 844
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
869 799 621 386 484 526 466 453 495
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
448 472 469 451 489 519 521 510 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Australian Corps Mémorial
Article détaillé : Mémorial australien du Hamel.
  • L'Australian Corps Mémorial du Hamel été construit, à l'initiative du Gouvernement australien, à la mémoire des soldats australiens qui ont servi dans l'Australian Corps de France pendant la Grande Guerre. Créé en 1917, ce corps d'armée était composé de cinq divisions qui avaient servi en France et en Belgique depuis 1916.
Autres monuments
  • Église Saint-Médard, reconstruite après la Première Guerre mondiale et conservant l'autel du XVIIIe siècle de l'édifice antérieur, ainsi qu'une chaire en pierre et métal[5] et un confessionnal[6] dans le syle de Gérard Ansart du XXe siècle, protégés au titre des Monuments historique.
  • Anciens bâtiments industriels du Tissage Chevallier, reconstruits après la Première Guerre mondiale[7].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Le Hamel.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : D'argent à la bande de sable chargée de trois flanchis d'or.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]