2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
Image illustrative de l'article 2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
Image illustrative de l'article 2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine
Insignes du 2e BCCP (haut) et du 2e RPIMa (bas).

Création 1947
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Troupes de marine
Rôle Parachutiste d'infanterie
Garnison Saint-Pierre à La Réunion
Couleurs Rouge et bleu
Devise « À la vie. À la mort »
(jusqu'au 5 juillet 1962)
Depuis : « Ne pas subir »[1]
Inscriptions
sur l’emblème
Indochine (1947-1954)
Port-Saïd (1956)
AFN (1952-1962)
Anniversaire La Saint-Michel
Bazeilles
Guerres Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Fourragères Aux couleurs du ruban de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieures
Décorations Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
quatre palmes

Le 2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine (ou 2e RPIMa) est une unité d'infanterie parachutiste de l'armée française créée en 1947. Il est l'héritier du 2e BCCP et des parachutistes coloniaux.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1947, le 2e bataillon colonial de commandos parachutistes (2e BCCP) part pour l'Indochine, où il combattra jusqu'en 1953 en deux séjours (1947-1949 et 1950-1953), cité trois fois à l'ordre de l'armée.

Recréé en 1954 2e BPC (bataillon de parachutistes coloniaux) à la citadelle de Bayonne part pour Marrakech au Maroc, dissous le 31 juillet 1955 après maintes aventures

Recréé en 1955, le régiment prend l'appellation de 2e régiment de parachutistes coloniaux (2e RPC par regroupement des 1er, 5e et 8e BPC dissous) puis, en 1958, de 2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine. Il sert de 1955 à 1962 en Afrique du Nord. Le 5 novembre 1956 lors de la crise du canal de Suez, il saute en deux vagues à Port-Saïd (opération Mousquetaire) et il est cité à l'ordre de l'Armée.

En juillet 1961, il saute sur Bizerte et participe aux affrontements avec l'armée tunisienne.

Dissous le 5 juillet 1962, le 2e RPIMa est recréé le 1er janvier 1965 à Ivato (Madagascar) à partir du 5e bataillon parachutistes d'infanterie de marine.

Il rejoint La Réunion en 1973 où il intègre en son sein la 2e compagnie de Bourbon, compagnie de tradition de l'île et dont un grand ancêtre est le régiment des volontaires des Bourbons (1799). Depuis La Réunion, il participe à diverses opérations : Comores (1990) Djibouti (1993/1994) Rwanda (1994) Comores, opération Azalée (1995/1996).

Le 2e RPIMa fait la démonstration de ses savoir-faire lors de l’exercice inter-armées Bizerte 2008 sur la zone de sauts de L’Étang-Salé sur l'île de la Réunion[2].

Le , le 2e RPIMa effectue un saut en parachute au-dessus de la baie de Saint-Paul avec le GAM (groupe d'assaut par mer)[3].

Le , le régiment participe à un exercice militaire de grande ampleur en baie de Saint-Paul[4].

Brevet parachutiste[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Insigne régimentaire[modifier | modifier le code]

Un sabre planté avec l’inscription « Qui ose Gagne » devant un parachute avec une ancre de marine soutenu par deux ailes égyptiennes. La devise « ne pas subir » apparaît au dos de l'insigne régimentaire.

L’insigne, créé par le colonel Château-Jobert, représente :

  • le parachute des troupes aéroportées, les ailes égyptiennes du badge SAS britannique et le poignard arme spéciale des commandos avec la devise « Qui ose gagne », hérités des SAS ;
  • l’ancre d’or des troupes de Marines ;
  • les trois couleurs de la France.

Devise[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 5 juillet 1962, sa devise était : « À la vie. À la mort ». La devise actuelle du 2e RPIMa est : « Ne pas subir »[1].

Drapeau et Décorations[modifier | modifier le code]

Fourragère CG TOE.jpg

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[5],[6]:

2e régiment parachutiste d'infanterie de marine - drapeau.svg

Sa cravate est décorée de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix des Théâtres d'opérations extérieurs. Le régiment est cité quatre fois à l'ordre de l'armée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Indochine
  • Chef de bataillon André Dupuis (15/11/1947-28/11/1948).
  • Capitaine Trinquier (29/11/1948-13/12/1949).
  • Capitaine Raymond Toce (01/02/1950-00/02/1952).
  • Capitaine Albert Lenoir (00/03/1952-24/01/1953).
  • Afrique française du Nord
  • Chef de bataillon Chaudrut (02/1954-07/1955) au Maroc.
  • Chef de bataillon Ferrano (10/1955-11/1955).
  • Colonel Chateau-Jobert, dit « Conan » (1955-1957).
  • Colonel Fossey-François (1957-1958).
  • Colonel Olivier Le Mire (1958-1960).
  • Colonel Toce (1960-1961).
  • Chef de bataillon Marcel Mollo (1961-1962).
  • Madagascar à Ivato (1965)
  • Chef de bataillon Yves Gras (1965-1966).
  • Colonel Le Borgne (1966-1968).
  • Lieutenant-colonel Lucien Le Boudec (1968-1970).
  • Lieutenant-colonel Hubert Foucher (1970-1972).
  • Lieutenant-colonel Ralph Firth (1972-1973).
  • Île de La Réunion – parc des Casernes de St-Pierre (1973)
  • Lieutenant-colonel Firth (1973-1974).
  • Lieutenant-colonel Subregis (1974-1976).
  • Lieutenant-colonel Salaun (1976-1978).
  • Lieutenant-colonel Dominique Viard (1978-1980).
  • Île de La Réunion – Pierrefonds, quartier Dupuis. 1980
  • Colonel Raymond Sepulchre (1980-1982).
  • Colonel Cluset (1982-1984).
  • Colonel Fruchard (1984-1986).
  • Colonel Meaudre-Desgouttes (1986-1988).
  • Colonel Jean-Paul Raffenne (1988-1990).
  • Colonel Jean-Michel Joana (1990-1992).
  • Colonel Jean Brantschen (1992-1994).
  • Lieutenant-colonel Christian Soum (1994-1996).
  • Colonel André Helly (1996-1998).
  • Colonel Philippe Beny (1998-2000).
  • Colonel Fernand Georges( 2000-2002).
  • Colonel Franck Reignier (2002-2004).
  • Colonel Éric De Vathaire (2004-2006).
  • Colonel Thierry De La Doucette (2006-2008).
  • Colonel Thierry Chigot (2008-2010).
  • Colonel Xavier Lafargue (2010-2012).
  • Colonel Vincent Alexandre (2012-2014).
  • Colonel Pierre Demont (2014- 2016).
  • Lieutenant-colonel Fabrice Murat (2016-).

Le régiment aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

Le 2e RPIMa est la seule formation militaire française possédant une capacité de projection parachutiste stationnée en permanence outre-mer.

Composition[modifier | modifier le code]

  • 1 état-major,
  • 4 compagnies de combat (dont 2 tournantes et 1 de réservistes),
  • 2 compagnies de soutien (1 compagnie de commandement et de logistique et 1 compagnie de maintenance).

Missions[modifier | modifier le code]

Le régiment assure des missions opérationnelles de souveraineté territoriale, de coopération régionale et de service public. Il assure également le soutien terrestre des forces armées de la zone sud de l'océan Indien (FAZSOI).

Implantation[modifier | modifier le code]

Le 2e R.P.I.Ma se situe à Pierrefonds au sud-ouest de l'île de La Réunion, au cœur de l'océan Indien. Proche de Saint-Pierre (7 km), il est situé à 85 km de la préfecture, Saint-Denis.

Matériels[modifier | modifier le code]

Véhicules[modifier | modifier le code]

véhicules gamme civile et tactiques (P4), poids lourds (GBC 180, TRM 2000), postes de transmissions (PR4G)…

Armement[modifier | modifier le code]

Il est équipé de fusils d'assaut (FAMAS), de fusils de précision (FR-F2), de mortiers de 81 mm, et de mitrailleuses de calibre 7,62 puis 12,7 mm.

Traditions[modifier | modifier le code]

La fête des troupes de marine
  • Elle est célébrée à l'occasion de l'anniversaire des combats de Bazeilles, du nom de ce village 4 fois repris et abandonné sur ordres, le 31 août et le 1er septembre 1870.
  • La fête du régiment est, elle, célébrée le jour de la Saint Michel, le 29 septembre.
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale
  • Les Marsouins et les Bigors ont pour saint patron Dieu lui-même. Ce cri de guerre termine les cérémonies intimes qui font partie de la vie des régiments. Son origine est une action de grâce du Révérend Père Charles de Foucauld, missionnaire, voyant arriver à son secours les unités coloniales un jour où il était en difficulté avec une tribu locale.

Saint-Michel, patron des parachutistes

Comme tous les régiments parachutistes le 2e RPIMa célèbre son saint patron le 29 septembre. C'est en même temps la Fête du Régiment.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Histoire des parachutistes français, Société de Production Littéraire, 1975.
  • Colonel Roger Flamand, Paras de la France libre, Éditions Presses de la Cité, 1976 (ISBN 978-2-258-00036-0).
  • Henry Corta, Les bérets rouges, Amicale des anciens parachutistes SAS, 1952.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site officiel du ministère de la défense 2e régiment de parachutistes d'infanterie de marine. sur le site du Ministère de la Défense.
  2. Le 2e RPIMA en action.
  3. Saut en parachute au-dessus de la baie (Photos), 'Le Quotidien de la Réunion', 20 mai 2009.
  4. Bizerte : Les grandes manœuvres du 2e RPIMA (Photos), 'Le Quotidien de la Réunion', 7 octobre 2009.
  5. Décision no 12 350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007.
  6. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]