9e régiment de soutien aéromobile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

9e régiment de soutien aéromobile
Création 1er juillet 1986
Pays Drapeau de la France France
Branche Aviation légère de l'Armée de terre / Matériel
Effectif 500
Fait partie de COM ALAT
Garnison Montauban
Ancienne dénomination 23e bataillon du matériel
9e régiment du matériel
9e bataillon de soutien aéromobile
Surnom 9e RSAM
Devise Anticiper pour agir

Le 9e régiment de soutien aéromobile (9e RSAM) est une unité de l'Armée de terre française. Il appartient au commandement de l'aviation légère de l'Armée de terre (COM ALAT). Il constitue le magasin central unique des rechanges d’hélicoptères de l'Armée de terre et de l'Armée de l'air.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  •  : création à Phalsbourg du 23e bataillon du matériel ;
  •  : prend l’appellation de 9e régiment de soutien aéromobile ;
  •  : transformation en 9e régiment du matériel ;
  •  : dissolution ;
  •  : création à Montauban du 9e bataillon de soutien aéromobile ;
  •  : redevient le 9e régiment de soutien aéromobile.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 23e bataillon du matériel (23e BMAT) est créé le à partir du détachement ALAT du 1er régiment du matériel de Phalsbourg[1]. Un an plus tard, le , il devient le 9e régiment de soutien aéromobile (9e RSAM). Intégré à la 4e division aéromobile de la force d'action rapide, il comporte une compagnie de commandement et de soutien, un escadron de circulation et de transport, une antenne chirurgicale avancée, une compagnie de soutien multi-technique et deux compagnies de soutien[2]. Le régiment est stationné sur la base de Phalsbourg à l'exception du 4e escadron de circulation et de transport situé à Essey-lès-Nancy et de la 2e compagnie de soutien renforcée basée à Pau[3]. En 1993, il intègre la 3e compagnie de réparation spécialisée d'Étain auparavant rattachée au 1er régiment du matériel.

Le , le 9e régiment de soutien aéromobile devient le 9e régiment du matériel (9e RMAT). Après la dissolution de la force d'action rapide, il rejoint la 1re brigade logistique du commandement de la force logistique terrestre. Le , le 9e RMAT quitte Phalsbourg pour s'installer à Woippy, commune voisine de Metz. Dans sa nouvelle configuration, le régiment dispose de détachements à Toul-Domgermain, à Étain et au Rozelier. Le 9e RMAT est dissous le [4].

Le 9e bataillon de soutien aéromobile (9e BSAM) est créé le à Montauban suite à la dissolution de la 11e base de soutien du matériel. Il hérite des traditions du 9e régiment de soutien aéromobile.

En 2012, le bataillon prend part au défilé militaire du 14 Juillet avec deux Pilatus PC-6[5].

Dès les premiers jours de l'opération Serval au Mali en , un Pilatus PC-6 Turbo Porter du 9e bataillon de soutien aéromobile est détaché à Gao au sein du groupement aéromobile (GAM). Du 1er avril à juin un autre PC-6 le remplace. Durant ce temps il effectua 150 heures de vol en intervenant sur les sites de Tessalit, Kidal, Tombouctou et Bamako. Pour rejoindre la base aérienne 125 d’Istres lors de son désengagement, cet appareil et son équipage ont embarqué à Bamako à bord d’un avion cargo Antonov 124. Le nouvel appareil et son équipage sont partis le de Montauban pour rejoindre en 27h de vol l'aéroport de Gao le en effectuant le trajet mythique de la « transpostale » par Agadir, Dakar et Bamako soit près de 6 500 km[6]. Un PC-6 est actuellement engagé au profit de l'opération Barkhane sous le nom de "Détachement Pilatus" avec pour indicatif "Toucan 40", en référence au film Taxi driver. En , alors que les cinq Turbo Porter de l'ALAT fêtent leurs 30 000 heures de vol, deux d'entre eux sont stationnés au Mali[7].

Le , le 9e bataillon de soutien aéromobile reprend l’appellation de 9e régiment de soutien aéromobile. Il reçoit son nouvel étendard au cours d'une cérémonie au quartier Vergnes de Montauban le [8].

Le régiment[modifier | modifier le code]

Le 9e RSAM est subordonné au commandement de l'aviation légère de l'Armée de terre. Il est stationné au quartier capitaine Vergnes en bordure de l'aérodrome de Montauban.

Il compte 4 unités élémentaires :

  • le groupement de commandement et de logistique (état-major),
  • le 1er groupement de maintenance (maintenance des hélicoptères et rechanges réparables aéronautiques),
  • le 2e groupement des approvisionnements (magasin central unique des rechanges hélicoptères des armées de terre et de l’air),
  • l’escadrille de transport et de convoyage du matériel (perception et convoyage d’aéronefs).

Matériel[modifier | modifier le code]

Pilatus PC-6/B2-H4 Turbo Porter de l’escadrille de transport et de convoyage du matériel (2011).

Pour assurer ses multiples liaisons opérationnelles (livraison de rechanges en urgence notamment) et techniques, le 9e RSAM dispose de moyens aériens (notamment les 5 avions Pilatus PC-6/B2-H4 Turbo Porter de l’ALAT) et de véhicules de la gamme tactique et commerciale. Auxquels s'ajoute du matériel industriel (bancs de contrôle, machines-outils, stockeurs rotatifs, cabine de peinture) et spécifique (bancs avioniques « DIADEMES » 1re et 2e génération).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Phalsbourg sur le site Le soutien de l'ALAT (consulté le 1er décembre 2016)
  2. La division aéromobile sur le site Entre réalité et prospective : L'armée de terre française en janvier 1989 (consulté le 21 novembre 2018).
  3. Les garnisons de la métropole, pages 3 et 4, sur le site Entre réalité et prospective : L'armée de terre française en janvier 1989 (consulté le 21 novembre 2018).
  4. 9° Régiment du Matériel (1999) sur le site Insignes du Matériel de l'Armée de terre (consulté le 15 novembre 2016).
  5. Tout (ou presque) pour suivre le défilé du 14 juillet 2012 sur les Champs Elysées, opex360.com, 13 juillet 2012.
  6. Opération Serval : Relève de l’avion Pilatus, 28 juin 2013, ecpad.fr.
  7. Helen Chachaty, Les Pilatus PC-6 de l'ALAT fêtent leurs 30 000 heures de vol, 22 mars 2017, journal-aviation.com.
  8. « Le nouveau régiment peut afficher son étendard », article La Dépêche du 5 octobre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]