4e régiment d'hélicoptères des forces spéciales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
4e régiment d'hélicoptères des forces spéciales
insigne régimentaire du 4e RHFS
insigne régimentaire du 4e RHFS

Création EOS : 1993 - DAOS : 1997 -
4e RHFS : 2009
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'hélicoptères des forces spéciales de l'armée de terre.
Effectif 400 (en 2 016)
Fait partie de Commandement des forces spéciales Terre.
Garnison Pau "Quartier de Rose"
Ancienne dénomination Détachement ALAT des opérations spéciales
Devise Nulle part sans nous
Décorations Croix de la Valeur militaire
deux palmes
Commandant Colonel Hoff

Le 4e régiment d'hélicoptères des forces spéciales (4e RHFS) est un régiment de l'armée de terre française constitué en à partir du détachement ALAT des opérations spéciales ou DAOS créé en 1997 ayant rang de bataillon.

Il est basé à Pau. C'est une des unités constituant le commandement des forces spéciales Terre (CFST) (nommé jusqu'en juin 2016 Brigade des forces spéciales terre (BFST) et dépendant, pour emploi, du Commandement des opérations spéciales (COS).

Deux des escadrilles du régiment, armées respectivement par l'Armée de terre et l'Armée de l'air et implantées sur la base aérienne 107 à Villacoublay, constituent le Groupe interarmées d'hélicoptères (GIH), un organisme à vocation interarmées[1] (OVIA) terre [2] dont la mission principale est l'appui aux forces d'intervention du ministère de l'intérieur, et notamment au GIGN de la Gendarmerie nationale et au RAID de la Police nationale.

Missions[modifier | modifier le code]

  • Transporter et appuyer les forces spéciales françaises sur n'importe quel théâtre d'opérations.
  • Transporter et appuyer les forces d'intervention spécialisées du ministère de l'intérieur (GIGN et RAID)

Organisation[modifier | modifier le code]

Les capacités du régiment ont été augmentées et le nombre de ses escadrilles a été porté à 6, l'effectif passant d'environ 250 militaires lors de sa création à environ 500 en 2016[3].

Le régiment était divisé, en 2010, en 6 escadrilles des opérations spéciales ayant le parc aérien suivant[4] :

  • EOS 1 : équipée de 5 Cougar et 2 Puma en 2010; 10 Cougar en 2016[3]
  • EOS 2 : équipée de 12 Gazelle de divers modèles (canon, Viviane et « lisse ») en 2010; même nombre en 2016
  • EOS 3 : équipée de 9 Caracal (dont un de l'escadrille spéciale d'hélicoptères de l'armée de l'Air) en 2010; 10 en 2016 dont deux de l’armée de l'air
  • EOS 4 : équipée de 5 Puma (Terre);
  • EOS 5 : équipée de 2 Puma (Air); total de 7 en 2016.
  • EOS 6 : équipée de 1 Tigre; 6 Tigre HAP en 2016

Les escadrilles 4 et 5 font partie du Groupe interarmées d'hélicoptères (GIH) basé sur la Base aérienne 107 de Villacoublay dont la principale mission est l'appui et le soutien à certaines missions du GIGN et du RAID de la Police nationale.

En 2016, la 7e escadrille est chargée de l’appui de l’engagement avec par exemples les véhicules de ravitaillement et la 8e escadrille comprenant 145 personnes dont treize aviateurs sont dédiés au soutien des hélicoptères de manœuvres et l’élaboration de nouvelles tactiques[3].

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Croix de la Valeur militaire avec 2 palmes : une palme le 23 novembre 2011 (au titre de l'opération "Pamir" en Afghanistan) et une palme le 6 novembre 2014 (au titre de l'opération "Serval" au Mali).

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une unité interarmées est constituée d'éléments appartenant à des armées différentes (terre, air, mer) alors qu'une unité interarmes est constituée d'éléments provenant de différentes armes d'une même armée (par exemple infanterie et cavalerie pour l'armée de terre).
  2. INSTRUCTION N° 11/DEF/EMAT/PS/B.ORG/ORG1/312 relative à l’organisation du groupe interarmées d’hélicoptères du 16 janvier 2013. État-major de l'Armée de terre - bureau organisation.http://circulaires.legifrance.gouv.fr/pdf/2013/10/cir_37578.pdf
  3. a, b et c Emmanuel Huberdeau, « Le 4e RHFS continue de grandir », Air et Cosmos, no 2505,‎ , p. 16-17.
  4. (fr)Henri-Pierre Grolleau, « 4e RHFS : Les forces spéciales héliportées », Air Fan, no 383,‎ , p. 20-33 (ISSN 0223-0038)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]