53e régiment de transmissions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
53e régiment de transmissions
Image illustrative de l'article 53e régiment de transmissions

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment de Transmissions
Fait partie de Commandement des systèmes d'information et de communication
Garnison Quartier Treuille de Beaulieu-Diettmann Lunéville.
Quartier Lasalle à Saint-Clément.
Devise "Foudre dans l'azur"
Inscriptions
sur l’emblème
ITALIE 1944
Anniversaire Saint Gabriel (29 septembre)
Décorations La compagnie de transmissions 96/84 reçoit le 12 juillet 1945 la Croix de guerre 1939-1945
une étoile de vermeil
La compagnie de transmissions 83/84 reçoit le 22 juillet 1944 la Croix de guerre 1939-1945
une étoile d'argent

Le 53e régiment de transmissions est une unité de l'armée de terre française.

Le drapeau[modifier | modifier le code]

Le drapeau porte l'inscription[1]ITALIE 1944 correspondant à la participation aux combats de 1944 de la compagnie de transmissions 83 / 84.

Il est décoré de deux croix de guerre 1939-1945 :

  • une croix de guerre 1939-1945 avec citation à l'ordre du corps d'armée pour la compagnie de transmissions 96/84 le 12 juillet 1945 avec étoile de vermeil ;
  • une croix de guerre 1939-1945 avec citation à l'ordre du corps d'armée pour la compagnie de transmissions 83/84 le 22 juillet 1944 avec étoile d'argent.

Insigne[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le 53e RT à Saint-Clément (ancienne base aérienne de l'OTAN de Saint-Clément Chenevières.

Écu de fantaisie d'azur bordé de gueules (bordeaux) à une carte d'Italie de candide, chargée d'un poteau et de fils électriques d'or, brochés d'un tau stylisé de turquin chargé d'un éclair et du nombre 53 d'argent accompagné de l'insigne de la 3e DIA et des nombres 83/84 en chiffres du second métal. Homologué sous le numéro G 4022 le 29 mars 1993.

Descriptif[modifier | modifier le code]

Le tau bleu (symbole des Transmissions) en relief, est chargé sur la barre horizontale de l'étincelle et du chiffre 53 pour montrer qu'il s'agit de l'insigne du 53e RT.

L'insigne de la 3e DIA à gauche, et les chiffres 83/84, à droite, attestent de la filiation du 53e RT à savoir, la compagnie 83/84 qui était la compagnie de Transmissions de cette 3e DIA en 1944.

En fond, blanc sur le bleu clair et bleu clair sur le bleu foncé, la botte de l'Italie rappelle la brillante conduite de la 83/84e compagnie lors de la campagne d'Italie en 1944. Représenté en bas à gauche, l'insigne de la 3e DIA, comporte une Victoire en superposition de trois croissants. Cette Victoire est celle de Constantine. C'est, en effet, à Constantine qu'a été créée le 1er mai 1943, la 3e DIA du général de Monsabert, à partir de la division de marche de Constantine qui, aux ordres du général Welbert, a repris la Tunisie aux Allemands et aux Italiens entre novembre 1942 et mai 1943.
La devise du 53e régiment de Transmissions est "Foudre dans l'azur".

Historique[modifier | modifier le code]

Insigne de béret des transmissions

Issu d'une lignée de bataillons et de compagnies de Transmissions, le 53e régiment de transmissions d'aujourd'hui est paradoxalement un jeune régiment, dont la jeunesse est due aux nombreuses restructurations qu'il a connues.

Rattachement direct du régiment à la brigade de transmissions basée à Lunéville.

  • 2002 Mixité par l'intégration d'une compagnie TEI du 43e RT.
  • 2003 Fin du lien avec le Corps européen.

En 2003, le régiment appartient à la Brigade de transmissions et d'appui au commandement (BTAC) son état-major est basé, également à Lunéville comme le régiment. Cette brigade est composée de 6 régiments de transmissions (18, 28, 40, 42, 48, 53) et d'un régiment de commandement et de soutien (6e RCS).

L'éventualité d'un départ du Régiment étant d'actualité, diverses manifestations de protestation ont lieu en 2008 à Lunéville et dans la région[2].

Intégration du régiment à la base de défense de Nancy (BdD) : « expérimentale » à compter du 1er janvier 2009 puis « pilote » à compter du 1er janvier 2010 puis tout court à compter du 1er janvier 2011. Le régiment contribue pleinement à l'expérimentation de la mise en œuvre de la réforme lancée à l'été 2008, au sein d'une base de défense interarmées dans laquelle l'armée référente est l'Armée de l'air.

Fin juin : changement d'articulation du régiment en "régiment de transmissions et d'appui au commandement" (RTAC) : les compagnies ne sont plus organisées comme réservoirs de moyens. Elles sont désormais quasi identiques, dénommées « compagnies d'appui au commandement » (AC type 1, AC type 2) et comportent des capacités de soutien de quartier général (SQG). De plus, une compagnie est créée et porte le numéro 7. Cette création est opérée en maintenant le nombre de compagnies constant au sein de la BTAC : transfert de capacités en provenance du 6e RCS de Douai réorganisé également en RTAC et du 18, prévu d'être dissous en 2010.

Liste des chefs de corps[modifier | modifier le code]

2008-2010 : colonel Norbert CHASSANG

2012-2014 : colonel Vincent THEVENON

2014-2016 : colonel Patrick BIETRY

2016-2018 : lieutenant-colonel Nicolas DELORT [3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision n° 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n° 27, 9 novembre 2007
  2. « Un sursis pour les garnisons », Libération, 16 mai 2008
  3. « Lunéville : passation de commandement au régiment de transmissions » (consulté le 3 août 2016)

Source et bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]