13e bataillon de chasseurs alpins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le domaine militaire
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

13e bataillon de chasseurs alpins
Insigne du 13e bataillon de chasseurs alpinsDéfilé du 13e BCA à Chambéry en 2012.
Insigne du 13e bataillon de chasseurs alpins
Défilé 13ème BCA à Chambéry.jpg
Défilé du 13e BCA à Chambéry en 2012.

Création 22 novembre 1853 -
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Bataillon de chasseurs alpins
Rôle Infanterie de montagne
Fait partie de 27e brigade d'infanterie de montagne
Garnison Barby (Savoie) - quartier Roc Noir)
Ancienne dénomination 13e bataillon de chasseurs à pied
Devise "Sans peur et sans reproche"
Inscriptions
sur l’emblème
Voir étendard unique des chasseurs
Anniversaire Sidi-Brahim
Saint Bernard
Guerres Guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs de la Médaille militaire
Aux couleurs de la Croix de la Valeur militaire
agrafe Afghanistan
Décorations Croix de guerre 1914-1918quatre palmes
deux étoiles d'argent
une étoile de bronze

Croix de guerre 1939-1945
une palme
une étoile d'argent

Croix de la Valeur militaire
deux palmes

Médaille commémorative de la campagne de Norvège
Commandant Colonel Ghislain Lancrenon[1]
L'argument refrain(valeur <nowiki>"Sans pain, sans fricot, au treizième on n'boit que de l'eau ! !"</nowiki>) n'existe pas dans le modèle appelé

Le 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA) est une unité militaire d'infanterie de l'Armée de terre française, spécialisée dans le combat en montagne. Il fait aujourd'hui partie de la 27e brigade d'infanterie de montagne et est stationné au Quartier Roc Noir à Barby en Savoie[2].

En 2016, le Colonel Ghislain Lancrenon en est le chef de corps et la princesse Alix Napoléon la marraine.

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1853 : création du 13e bataillon de chasseur à pied[3] (13e BCP),
  • 1888 : devient 13e bataillon alpin de chasseurs à pied (13e BACP)[4],
  • 1916 : devient 13e bataillon de chasseurs alpins (13e BCA),
  • 1940 : dissolution du bataillon,
  • 1940 : nouvelle création du 13e BCA,
  • 1942 : dissolution du bataillon,
  • 1945 : recréation du 13e BCA à partir des maquis de Savoie et de Maurienne,
  • 1952 : dissolution du 13e BCA qui devient 28e BCA,
  • 1952 : nouvelle création du 13e BCA, par changement d'appellation du 12e BCA,
  • 1955 : devient centre d’instruction du 13e BCA,
  • 1962 : dissolution du centre d'instruction du 13e BCA,
  • 1963 : recréation du 13e BCA, par changement d'appellation du 15e BCA.

Historique des garnisons, campagnes et batailles[5][modifier | modifier le code]

Second Empire[modifier | modifier le code]

Le 13e BCP est créé par décret impérial le , puis effectivement formé à Besançon le . Il est alors composé de 10 compagnies d'environ 120 chasseurs chacune.
Il participe à la Conquête de l'Algérie par la France de 1856 à 1860.

Ses 6e et 8e compagnies participent à la guerre d'unification italienne dans la région de Venise en 1859.

Il prend part à la Guerre franco-allemande de 1870 :

Le 21 novembre 1870 création du 13e bataillon de marche de la République. À l'issue de la guerre, le 13 mai 1871 fusion du 13e bataillon de marche et du 13e BCP.

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

En septembre 1882 il s'installe définitivement dans la garnison de Chambéry, et rejoint la nouvelle caserne Joppet (24 hectares) en 1889[7]. Son implantation en Savoie est bien accueillie, dans une ville aux nombreuses garnisons, avec un recrutement principalement local[7].

Il devient bataillon alpin en 1888 et défend la vallée de la Maurienne.

En 1889 le nombre de ses compagnies est porté de 4 à 6.

À partir de 1892 les postes importants de la frontière sont gardés toute l'année :

Première Guerre mondiale[8][modifier | modifier le code]

Le bataillon obtient la Croix de guerre 1914-1918 avec 7 citations et la fourragère aux couleurs de la médaille militaire :

  • 4 palmes pour 4 citations à l'ordre de l'Armée,
  • 2 étoiles en argent pour 2 citations à l'ordre de la Division,
  • 1 étoile en bronze pour 1 citation à l'ordre du Groupe de Chasseurs Alpins.

1914[modifier | modifier le code]

Lors de la déclaration de guerre le bataillon se trouve dans la région de Lanslebourg-Mont-Cenis pour ses manœuvres d'été. Il est rapidement organisé en groupe alpin avec 6 compagnies de 250 hommes, 1 section hors rang, 1 section de mitrailleuse, 1 batterie d'artillerie de montagne, et 1 section de génie. D'autre part les réservistes du bataillon forment le 53e BCP.

Le 12 août le bataillon rejoint le Groupe de Chasseurs Alpins du lieutenant colonel Gratier avec les 12e, 22e, 28e, et 30e bataillon au sein du 14e corps d'armée. Le 13 combat dans les Vosges dès le 15 août à Sultzern. Il entre en Alsace par Munster et atteint Colmar puis il est rappelé pour contrer l'attaque allemande dans la région de Saint-Dié-des-Vosges. Il est affecté à la 41e division et combat au col de Mandray où est mortellement blessé son chef de corps le CBA Verlet-Hanus, puis à la tête de Béhouille, et au col des Journaux. Du 15 août au 1er novembre 1914, le bataillon perd 323 tués et 711 blessés. Pour ces combats il reçoit une première citation à l'ordre du Groupe de Chasseurs Alpins[9].

1915[modifier | modifier le code]

  • Bataille du Hartmannswillerkopf de janvier à mars au sein de la 66e division. Le bataillon est cité à l'ordre de la division puis à l'ordre de l'armée des Vosges[10]
  • Bataille de Hilsenfirst de juin à septembre. Le 15 juin le bataillon s'empare du sommet. Le 17 juin une compagnie de volontaires des 13e et 7e BCA sous le commandement du capitaine Regaud secours la 6e compagnie du 7e BCA alors encerclée[11]. Cette compagnie de volontaire fait également 60 prisonniers et est citée à l'ordre de la 7e armée[12]. À partir du 23 juillet les chasseurs du bataillon profitent des premières permissions par vagues successives.

La 2e compagnie est décorée d'une croix de guerre avec une citation à l'ordre du bataillon pour sa conduite sur l'Hartmannwillerkopf[13] elle reçoit le surnom de "Belle 2". Elle sera de nouveau citée à l'ordre du bataillon pour ses combats à l'Hilsenfirst[14] et obtient une 2e étoile sur sa croix de guerre.

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

  • Bataille du Chemin des Dames en mai. Le bataillon s'empare notamment des lignes dites du Cantonnier.
  • En août et septembre le 13 tient divers secteurs de la Marne et du Chemin des Dames dans la région de Craonne.
  • En octobre à la suite de l'offensive allemande de Caporetto, le bataillon rejoint l'Italie au sein de la 46e division.

1918[modifier | modifier le code]

  • De janvier à avril, le bataillon combat en Italie et contribue à stabiliser le front dans la région de Castelfranco.
  • En avril il regagne la France puis la Belgique entre le Mont Kemmel et Ypres lors de la Bataille de la Lys. Il attaque les lignes allemandes au bois de Scottish Wood. En juillet il est dans la Somme dans la région de Suippe puis dans la Marne pour contrer de nouvelles offensives Allemandes. Ces 3 mois de combats au cours desquels le bataillon fait de nombreux prisonniers lui valent une 2e citation à l'ordre de la division.
  • En août il attaque la ligne Hindenburg dans la région de Montdidier. En octobre il s'empare du lieu-dit "La Ferme-Tilloy" dans la région de Saint-Quentin et subit des pertes considérables en raison notamment de l'Ypérite tirée par l'artillerie allemande. Il obtient pour ces combats sa 3e citation à l'ordre de l'armée.

Le 11 novembre le bataillon est en première ligne à seulement 8 km de la frontière avec Belgique. Il ne peut alors aligner que 185 fusils après les pertes considérables des jours précédents.

Le 25 décembre 1918, le bataillon reçoit une 4e citation à l'ordre de l'armée pour l'ensemble de ses combats de 1917 et 1918, lui permettant de porter la fourragère aux couleurs de la médaille militaire.

En 1 552 jours de guerre, le bataillon a perdu 1 473 chasseurs morts pour la France.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Au lendemain de l'armistice, le bataillon se trouve au Nord de la France, il ne compte plus que 175 hommes avant le retour de ses blessés. La 4e compagnie est dissoute. En décembre 1918 il entre en Belgique.

De janvier à août 1919, le bataillon est en Allemagne.

En octobre 1919 la 5e compagnie est dissoute. Le bataillon n'a plus que 3 compagnies de combat.

De janvier 1920 à juillet 1922 le bataillon effectue des opérations de police en Haute-Silésie avant son rattachement à la Pologne. Le 13 rentre à Chambéry le 17 juillet 1922 après presque 8 ans d'absence.

De mai 1923 à janvier 1924 le bataillon participe à l'occupation de la Ruhr. Il y effectue des missions humanitaires et de maintien de l'ordre.

En 1924 est créé l'insigne actuel du bataillon.

De juillet à novembre 1925 le bataillon est envoyé en Tunisie pour y maintenir l'ordre.

Jusqu'en 1939, le bataillon se concentre sur l'instruction en montagne et la défense de la frontière avec l'Italie en haute Maurienne. Un centre d'instruction est créé à Lanslebourg avant d'être dissout en 1932 avec la création de l'École de Haute Montagne (EHM) à Chamonix. De 1928 à 1938 la mascotte du bataillon est le chien Flambeau qui secourt en montagne pas moins de 10 civils et militaires.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Au début de la guerre, le bataillon défend le col du Mont Cenis à la frontière italienne, puis il participe à la campagne de Norvège au sein du corps expéditionnaire français en Scandinavie. Il est organisé en 3 compagnies de combat, 1 compagnie d'appui et 1 compagnie hors rangs.

En juin 1940 sa résistance héroïque à Liomer-Brocourt sur la Somme lui vaut la Croix de guerre 1939-1945 avec une citation à l'ordre de l'armée. La Belle 2 est également citée à l'ordre de l'armée pour son sacrifice.

En novembre 1942 le 13 est dissout à la suite de l'invasion de la Zone libre par les Allemands. De nombreux cadres et chasseurs du bataillon rejoignent alors les maquis de Savoie et de Maurienne à partir desquels sera recréé le 13 à la libération. Le 1er janvier 1945 le bataillon est officiellement recréé au sein de la 27e Division Alpine. Il est alors constitué de 4 compagnies de combat et d'une compagnie de commandement qui comprend la section d'éclaireurs skieurs (SES).

En 1945 il obtient une nouvelle citation lorsqu'il enlève brillamment le Roc Noir, alors position clé du col du Petit-Saint-Bernard.

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

De 1945 à 1952 le bataillon est en Autriche où il change d'appellation pour devenir le 28e BCA alors que le 12e BCA devient le 13e BCA à Chambéry le 1er novembre 1952.

En 1955 le 13e BCA devient centre d'instruction (CI), ses 3 compagnies sont transformées en compagnies d'instruction, sa compagnie d'accompagnement est dissoute et sa compagnie de commandement devient compagnie de commandement et de soutien (CCS). Pendant toute la Guerre d'Algérie le bataillon forme alors à Chambéry les chasseurs alpins des BCA participants au conflit.

Le 3 janvier 1963 le 13e BCA est officiellement recréé par la fusion du 15e BCA et du CI du 13e BCA.

En 1976 la 3e compagnie est recréée et s'installe au quartier Paris à Modane. Le Bataillon est alors constitué de 6 compagnies :

  • 1re compagnie au quartier Verlet-Hanus,
  • Belle 2 au quartier Verlet-Hanus,
  • 3e compagnie au quartier Paris,
  • 11e compagnie d'instruction au quartier Verlet-Hanus,
  • Compagnie d'éclairage et d'appui (CEA) au quartier Barbot,
  • Compagnie de commandement et de soutien (CCS) dans les quartiers Verlet-Hanus et Barbot,

En juin 1980 il quitte la caserne de Joppet à Chambéry, pour rejoindre le quartier du Roc-Noir dans la commune voisine de Barby (Savoie), inauguré le par Charles Hernu ministre de la Défense.

En 1983 le bataillon est professionnalisé. Il appartient alors à la 27e DIA intégrée au sein de la force d'action rapide (FAR). À la veille de la Guerre du Golfe le bataillon est dé-professionnalisé et quitte la FAR en juin 1994. Il est à nouveau professionnalisé à partir de 1996. La 4e compagnie de combat est recréée en août 1997.

Depuis 1983, le 13e BCA participe à de nombreuses missions dans le cadre de l'ONU au Liban et en Bosnie-Herzégovine (FORPRONU), ou avec l'OTAN. Il participe aussi à des missions de sécurisation en Afghanistan et de formation de l'armée afghane. Il opère également en Afrique (Sénégal, Tchad, Côte d'Ivoire…). Ses compagnies effectuent également plusieurs séjours dans les DOM-TOM (Nouvelle-Calédonie, Guyane, Martinique).

Projections de 1993 à nos jours[5][modifier | modifier le code]

Affaire Mahé[modifier | modifier le code]

Le , la juge d'instruction du tribunal aux armées, Brigitte Raynaud, a mis en examen quatre militaires du 4°RCH sous commandement du 13° BCA, impliqués dans la mort d'un coupeur de route Ivoirien, Firmin Mahé, étouffé avec un sac en plastique le en Côte d'Ivoire, après avoir été blessé par des soldats de l'opération Licorne. Mis en garde à vue, le colonel Éric Burgaud aurait reconnu avoir transmis l'ordre implicite d'exécution du général Henri Poncet à ses subordonnés.

Guerre d'Afghanistan :[modifier | modifier le code]

De septembre 2007 à janvier 2008, le bataillon est projeté en Afghanistan. Le 21 septembre 2007, un sous-officier est tué lors de l'attaque de son convoi par un engin explosif, aux sorties ouest de Kaboul. Le fanion du bataillon reçoit la Croix de la Valeur militaire (CVM) avec une citation à l'ordre de l'armée pour cette opération extérieur (OPEX).

De décembre 2009 à juin 2010, le 13 effectue un nouveau mandat en Afghanistan, au sein du GTIA Black Roc commandé par le colonel Pons. Le 9 février 2010, un chasseur de la 3e compagnie est tué par balle lors d'une escorte de convoi en Kapisa.

Le 22 juin 2012, lors de la cérémonie annuelle de la Saint-Bernard à la Bastille à Grenoble, le général d'armée Ract-Madoux, chef d'état-major de l'Armée de Terre (CEMAT) décore le fanion du bataillon d'une 2e palme sur la CVM ainsi que de la fourragère aux couleurs de la CVM agrafe Afghanistan. Le même jour la 3e compagnie est citée à l'ordre de l'armée pour son engagement en République de Côte d'Ivoire de février à mai 2011. Cette citation comporte l'attribution de la CVM avec palme de bronze sur le fanion de la compagnie.

Le 7 août 2012, un adjudant-chef du 13e BCA est tué dans la province de la Kapisa lors d'une opération de soutien à l'armée afghane.

Missions actuelles[modifier | modifier le code]

Le 13e BCA est un corps d'infanterie motorisée de la 27e brigade d'infanterie de montagne depuis le au sein de la Force Terrestre. C'est une unité forte d'environ 1 100 militaires et civils entraînés pour accomplir les missions suivantes :

  • intervention dans le cadre d'un conflit régional ou majeur,
  • actions humanitaires ou d'interposition dans le monde,
  • aides et secours à la population,
  • défense militaire terrestre.

Traditions[modifier | modifier le code]

Fanion du 13e BCA vu à Vincennes le 17 septembre 2011

Comme dans tous les bataillons de chasseurs à pied, les militaires du 13e BCA ont pour tradition de ne désigner la couleur jaune que par le mot « jonquille » (ou « bleu-banane ») et la couleur rouge par « bleu-cerise » (excepté trois cas précis : le rouge du drapeau national, le rouge de la Legion d'honneur et enfin le rouge des lèvres de sa bien-aimée). Le passe-poils de la tenue de parade est justement de couleur « jonquille » comme celui de la tenue de tous les bataillons de chasseurs à pied.

Insigne[modifier | modifier le code]

L'insigne du 13e BCA est le blason chambérien surmonté de l'aigle Barral mascotte du bataillon au début du XXe siècle et entouré du cor de chasse symbole des chasseurs à pieds depuis 1840.

Devise[modifier | modifier le code]

"Sans peur et sans reproche"

Devise du Chevalier Bayard attribuée au bataillon par le CBA Pochard en 1939.

Refrain[modifier | modifier le code]

Refrain 13 BCA

Sans pain, sans fricot, au Treizième on n'boit que d'l'eau ! Refrain 13 BCA

Jusqu'à la Première Guerre mondiale les refrains des bataillons de chasseurs à pieds étaient sonnés sur le champs de bataille pour signaler leur position. Les refrains du 13 et du 7 ont été sonnés en particulier le 17 juin 1915 lors de la Bataille de Hilsenfirst quand la 6e compagnie du 7e bataillon fut encerclé par les Allemands.[11]

Les paroles du refrain du bataillon sont inspirées des privations vécues par les chasseurs du bataillon dans les tranchées de Champagne en 1917 quand les vivres et le pinard ne parvenait plus jusqu'à la 1ère ligne.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Porte-fanions du 13e BCA à Chambéry.

Comme tous les autres bataillons et groupes de chasseurs, le 13e BCA dispose d'un fanion bleu-jonquille. Les bataillons de chasseurs à pied ayant un seul et unique drapeau dont la garde est assurée chaque année par un bataillon différent confié lors du congrès des chasseurs (voir drapeau des chasseurs).

Décorations[modifier | modifier le code]

Le fanion du bataillon est décoré de :

  • la Croix de guerre 1914-1918 avec 7 citations dont 4 à l'ordre de l'armée. Il porte la fourragère aux couleurs de la médaille militaire pour ce conflit.
  • la Croix de guerre 1939-1945 avec 2 citations dont 1 à l'ordre de l'armée pour les combats de la campagne de 1939-1940.
  • la médaille commémorative de la campagne de Norvège.
  • la Croix de la Valeur militaire avec 2 citations à l'ordre de l'armée et la fourragère aux couleurs de la croix de la valeur militaire avec l'agrafe Afghanistan pour son engagement dans la Guerre d'Afghanistan en 2007 et en 2009-2010.

Chant[modifier | modifier le code]

Les Allobroges

Chefs de corps[modifier | modifier le code]

  • 1854 : chef de bataillon Ponsard
  • 1859 : chef de bataillon De Geslin
  • 1860 : chef de bataillon Davout, duc d'Auerstaedt
  • 1865 : chef de bataillon Reglej de Koenigseeg
  • 1869 : chef de bataillon Le Cacher de Bonneville
  • 1870 : chef de bataillon Potier
  • 1870 : chef de bataillon Lombard
  • 1871 : chef de bataillon De Saint Martin
  • 1871 : chef de bataillon Le Cacher de Bonneville
  • 1872 : chef de bataillon Aubry
  • 1874 : chef de bataillon Lamorelle
  • 1877 : chef de bataillon de Revanger
  • 1883 : lieutenant-colonel Lapouge
  • 1892 : lieutenant-colonel Outhier
  • 1900 : lieutenant-colonel Sauret
  • 1909 : capitaine Ferran
  • 1913 : chef de bataillon Verlet-Hanus
  • 1914 : chef de bataillon Boutle
  • 1914 : chef de bataillon Barrie
  • 1915 : chef de bataillon Ripert d'Alauzier
  • 1915 : chef de bataillon Serte
  • 1917 : chef de bataillon Cornier
  • 1921 : chef de bataillon Desseault
  • 1927 : chef de bataillon Jenoudet
  • 1930 : chef de bataillon Vergezac
  • 1933 : chef de bataillon de Lobit
  • 1935 : chef de bataillon Dusseau
  • 1938 : chef de bataillon Pochard
  • 1939 : chef de bataillon Ponet
  • 1940 : chef de bataillon Lafaille
  • 1942 : chef de bataillon Picandet
  • de novembre 1942 à janvier 1945 le bataillon est dissout
  • 1945 : chef de bataillon Héritier
  • 1945 : chef de bataillon de Germiny
  • 1947 : chef de bataillon Leboube
  • 1950 : chef de bataillon Picard
  • 1952 : chef de bataillon Rondet
  • 1952 : chef de bataillon Fourniol
  • 1953 : chef de bataillon Egeley
  • 1954 : chef de bataillon Krug
  • 1954 : chef de bataillon Desbiens
  • 1955 : chef de bataillon Weber
  • 1956 : chef de bataillon Laurens
  • 1957 : chef de bataillon Delcros
  • 1958 : chef de bataillon Rieutord
  • 1958 : chef de bataillon Boutan
  • 1961 : chef de bataillon Laurens
  • 1962 : chef de bataillon Carlin
  • 1964 : chef de bataillon Varenne
  • 1966 : lieutenant-colonel Oudot
  • 1968 : lieutenant-colonel De Gail
  • 1970 : chef de bataillon Talon
  • 1972 : colonel Mollat du Jourdin
  • 1974 : lieutenant-colonel Jocteur
  • 1976 : lieutenant-colonel Bassères
  • 1978 : lieutenant-colonel Spinelli
  • 1980 : colonel Raffort
  • 1982 : colonel Venet
  • 1984 : colonel Ribiollet
  • 1986 : colonel Gaillot
  • 1988 : colonel Rommelaere
  • 1990 : colonel Rebuffel
  • 1992 : colonel Naves
  • 1994 : colonel Moussu
  • 1996 : colonel de Malaussène
  • 1998 : colonel Druart
  • 2000 : colonel Boyer
  • 2002 : colonel Wattecamps
  • 2004 : colonel Burgaud
  • 2006 : lieutenant-colonel Abbonen
  • 2006 : colonel Morin
  • 2008 : colonel Pons
  • 2010 : colonel Bertrand Lavaux
  • 2012 : colonel Cyrille Becker
  • 2014 : colonel Ghislain Lancrenon

Faits d'armes faisant particulièrement honneur au bataillon[modifier | modifier le code]

Bataille du Hartmannswillerkopf (1915)

Bataille de la Somme (1916)

Bataille de la ligne Hindenburg (1918)

Bataille de Narvik (1940)

Combats de Liomer-Brocourt (1940)

Combats du Roc Noir (1945)

  • En mars 1945, le bataillon s'empare du Roc Noir en Tarentaise, position clé du Col du Petit-Saint-Bernard.
  • Après cinq mois passés en haute montagne il marque de sa gloire ce lieu fortement symbolique de la renaissance du Bataillon.
  • Il a fallu toute la ténacité du 13e B.C.A pour avoir raison de l'obstination des Gebirgsjäger (Chasseur Alpin Allemand).
  • L'adjudant Chêne et 18 Chasseurs du 13e BCA trouvèrent la mort, et 31 blessés durant ces attaques de la côte 2342.
  • Cette dernière action, qui dura jusqu'au 31 mars à plus de 2 000 mètres d’altitude vaudra une 9e citation.

Afghanistan (2009-2010)

Personnalités ayant servi au sein du bataillon[modifier | modifier le code]

Le bataillon aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Subordinations[modifier | modifier le code]

27e brigade d'infanterie de montagne

Composition[modifier | modifier le code]

Unités du 13e BCA devant le palais de justice de Chambéry en juillet 2014.

Première compagnie de combat (les loups)[modifier | modifier le code]

Deuxième compagnie de combat (La Belle 2)[modifier | modifier le code]

Troisième compagnie de combat[modifier | modifier le code]

La "3" est créée avec le bataillon à Besançon le 23 janvier 1854. Sous le Second Empire, elle participe aux opérations en Algérie de 1856 à 1860 puis à la guerre franco-allemande de 1870 [5] et s'illustre lors de la première guerre mondiale [8],[11].
Dissoute avec le bataillon en 1942, elle est recréée en 1945. En 1955 elle devient une compagnie d'instruction jusqu'en 1962, elle est alors dissoute.
Recréée en 1976, elle est installée au quartier Paris à Modane [5].
En 1982 elle déménage au quartier Roc Noir à Barby.
Elle est présente en Bosnie-Herzégovine de novembre 1995 à mars 1996, au Kosovo en 2003, en République centrafricaine en 2006, en Afghanistan en 2007 et 2010 [17],[18], en Côte d'Ivoire en 2011.
L'insigne actuel de la compagnie a été créé en 2000. Son chant est Le Kirie des Gueux.
En 2012 La compagnie est citée à l'ordre de l'armée[19], son fanion est alors décoré de la Croix de la Valeur militaire avec palme pour son action en Côte d'Ivoire de février à mai 2011 lors de la Bataille d'Abidjan.
La "3" est binômée avec la ville de Lanslebourg-Mont-Cenis.

Quatrième compagnie de combat[modifier | modifier le code]

Compagnie d'Éclairage et d'Appui[modifier | modifier le code]

Compagnie de Commandement et de Logistique[modifier | modifier le code]

Cinquième compagnie de réserve[modifier | modifier le code]

6e compagnie de combat (création prévue en avril 2016)[modifier | modifier le code]

Groupe d'aguerrissement en montagne (GAM) adossé au bataillon.[modifier | modifier le code]

Missions[modifier | modifier le code]

Matériels[modifier | modifier le code]

Véhicules[modifier | modifier le code]

Voici la liste des véhicules dont dispose le Bataillon :

Armement[modifier | modifier le code]

Voici la liste de l'armement dont dispose le Bataillon :

  • 1145 fusils d'assaut FAMAS ;
  • 148 mitrailleuses Anf 1 et Minimi ;
  • 6 mortiers de 81 mm ;
  • 36 lance-grenades individuels Lgi 40 ;
  • 57 fusils de précision Frf 2 et PGM ;
  • 80 lance-roquettes anti-char AT4CS ;
  • 16 postes de tir missiles moyenne portée Milan ;
  • 27 postes de tir missiles courte portée Eryx ;
  • 4 Canons de 20 mm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Dauphiné libéré, « Passation de commandement du 13e BCA jeudi matin », sur ledauphine.com,‎ (consulté le 17 juillet 2014)
  2. « 13e bataillon de chasseurs alpins », sur www.defense.gouv.fr
  3. Par décret impérial le .
  4. Par la loi du , publiée au journal officiel le .
  5. a, b, c et d Les chasseurs du 13e BCA, Pierre de Taillac,‎ (ISBN 978-2364450288)
  6. Par le 13e Bataillon de Marche de la République
  7. a et b Le colonel René Gaillot a évoqué l'histoire des chasseurs alpins en Savoie, Le Dauphiné libéré, 17 novembre 2015.
  8. a, b et c Historique du 13e BCA (1914-1918), Imprimerie Chambérienne,‎
  9. Ordre du Groupe de Chasseurs Alpins No 14 du 12 novembre 1914
  10. Ordre de l'Armée des Vosges No 26 du 3 avril 1915. Le 13e BCA partage cette citation avec le 152e RI, le 7e BCA et le 53e BCA
  11. a, b et c Max Schiavon, Les combats héroïques du capitaine Manhès, Pierre de Taillac,‎ (ISBN 978-2-36445-052-3)
  12. Ordre de la VIIe armée No 26 du 05 juillet 1915
  13. Ordre du 13e BCA No 35 du 08 avril 1915
  14. Ordre du 13e BCA No 51 du 20 juin 1916
  15. Ordre de la VIe Armée No 403 du 21 octobre 1916
  16. http://www.europe1.fr/France/Un-verdict-clement-au-proces-Mahe-1339427/
  17. Bernard Gaillot, De l'Algérie à l'Afghanistan, Nuvis,‎ (ISBN 978-2363670557)
  18. Jocelyn Truchet, Blessé de guerre,‎ (ISBN 978-2746666344)
  19. Décision no 57 du 04 juin 2012, le Ministre de la défense : Jean-Yves LE DRIAN