Section technique de l'Armée de terre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Section technique de l'Armée de terre (STAT)
Création 1946
Pays Drapeau de la France France
Rôle Expérimentation
Garnison Versailles-Satory
Valence
Toulouse
Ancienne dénomination Comité de l'artillerie
Section technique de l'artillerie
Devise "Etre exact"
Anniversaire Sainte Barbe
Commandant historique Général Vaquette de Gribeauval

La Section technique de l'Armée de terre (STAT) est un organisme extérieur à l'EMAT. Elle assure, par délégation de l'EMAT et conjointement avec la DGA, la conduite et le suivi des opérations d'armement dès le stade de la conception et jusqu'au retrait du service des équipements. Pour vérifier l'adéquation des systèmes au besoin militaire, elle conduit les évaluations et les expérimentations technico-opérationnelles de tous les équipements relevant de sa compétence.

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1795: 18 floréal an III, naissance du Comité de l'artillerie
  • 1910: Création de la Section technique de l'artillerie
  • 1940: Regroupement des différentes sections techniques (artillerie, cavalerie, infanterie, génie) sous le vocable Commission centrale de réception
  • 1946: Création de la Section technique de l'Armée confirmant le besoin d'unité dans la conception et l'expérimentation de l'armement
  • 1969: Création du CERMAP (Centre d'Essais et de recettes des matériels Aéroportés)
  • 1972: Adaptation de la mission qui s'élargit à la prévision à long terme tandis que disparait la responsabilité de recette des matériels et naissance de la Section technique de l'Armée de terre
  • 1974: La Section technique de l'Armée de terre quitte Saint Thomas d'Aquin pour rejoindre Versailles-Satory
  • 1992: Les responsabilités de la Section technique de l'armée de terre sont accrues en matière de conduite des programmes d'armement
  • 2000: La Section technique de l'armée de terre devient le pilier central de la fonction armement au sein de l'armée de terre. Son périmètre d'activité englobe désormais toutes les phases du processus d'acquisition des programmes.

Symbolique de son insigne[modifier | modifier le code]

Section technique de l'Armée de terre.

Cet insigne a été homologué par le 3e bureau de l’État-Major de l’Armée - Service Historique par la D.M no 1881-EMA /3-1 du .

Il comporte une grenade dorée symbolisant l’Infanterie, deux canons dorés symbolisant l’Artillerie, un couple de roues dentées symbolisant l’Arme Blindée.

La date du 18 floréal an III () inscrite sur la plus grande roue est celle de la création du Comité central l’Artillerie installé le jour même à l’Hôtel Saint-Thomas où se trouve la Commission Permanente des Essais et la Section Technique de l’Armée qui en sont les héritières directes.

Implantation[modifier | modifier le code]

Mourmelon : polygone d’essai de la section technique de l’armée de terre - permet des mises en œuvre et des entraînements en temps réels.

Versailles - Satory :

CERMAP[1] - CEMAP - STAT Groupement Aéroporté[2][modifier | modifier le code]

Le Centre d’Expérimentation et de Recettes des Matériels Aéroportés formé vers 1969 était basé à Toulouse, tout en dépendant de Versailles Satory.

La formation de ce centre d'expérimentation se justifiait par la mise en service de l'avion de transport C-160 Transall dont les méthodes et techniques de largages étaient radicalement différentes de celles utilisées par le Nord 2501.

Ce groupe était composé de trois officiers (capitaines), quatre sous-officiers (adjudants-chefs) et de 30 à 32 appelés, tous parachutistes brevetés militaires.

Ces appelés provenant de l'ETAP de Pau, furent logés initialement à Compans-Caffarelli, quartier aujourd’hui démoli de Toulouse, puis caserne Niel avec le 9e régiment de chasseurs parachutistes, dont ils dépendaient pour le logement, l'habillement, et l'intendance. Par la suite, ce sont des parachutistes émanant du 9e RCP qui formeront les effectifs du CEMAP.

Le conditionnement et la préparation des charges à larguer s’effectuaient dans des locaux spécifiques de la Cartoucherie et les largages étaient réalisé sur la DZ de Fonsorbes.

Le CERMAP deviendra CEMAP vers 1971, puis cette section a gagnant en importance, a évolué en Section Technique de l’Armée de Terre, Groupement aéroporté. Il demeure basé dans la région Toulousaine.

Sa mission, vérifier l’adéquation des systèmes aux besoins militaires, elle conduit les évaluations et les expérimentations technico-opérationnelles de tous les matériels et équipements aéroportés

Il est divisé en cinq branches.

TAP1 Mise à terre du personnel

TAP2 Mise à terre des matériels

TAP3 Matériel de parachutage et largage

TAP4 Utilisation du A400M

TAP5 Vol de pente avec la 27e Brigade d’Infanterie de montagne

Mission - Composition - Matériels[modifier | modifier le code]

Mission[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

La STAT est organisée en groupements métiers.

Données numériques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Groupement aéromobile de la STAT