515e régiment du train

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
515e régiment du train
Image illustrative de l'article 515e régiment du train
Insigne régimentaire 515e régiment du train

Création 1944
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment du train
Fait partie de Commandement de la logistique
Garnison Angoulême
Couleurs Vert et blanc
Devise Élégance et rapidité
Inscriptions
sur l’emblème
Guerre d'Indochine (1947-1954)
AFN 1952-1962
Guerres Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Fourragères Aux couleurs du ruban de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures
Décorations Croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs
deux palmes
une étoile de vermeil
une étoile d'argent

Le 515e régiment du train, aujourd'hui basé dans la forêt de la Braconne près d'Angoulême en Charente, est né en 1944 de la fusion entre le deuxième bataillon du premier zouave et le 11e régiment de tirailleurs algériens.

Historique[modifier | modifier le code]

La naissance du groupe de transport 515 (1944-1945)[modifier | modifier le code]

C'est à Noisy-les-Bains en Algérie, le 1er octobre 1944, que fut créé le groupe de transport 515 à partir des effectifs du 2e bataillon du 1er zouaves et du 11e régiment de tirailleurs algériens. Le groupe de transport 515 était composé de : un état major, une compagnie de transport no 158/515, une compagnie de transport no 159/515.

Le centre d'organisation du train d'Algérie (COT) no 45 (créé le 1er octobre 1943 à la suite de la dissolution des escadrons du train d'Afrique du nord) fut responsable de la mise sur pied du groupe de transport 515 et de son rattachement au 28e escadron du train. Dès le 4 octobre 1944, les compagnies de transport no 158/515 et no 159/515, jusqu'alors stationnées à Noisy-les-Bains, font mouvement vers la zone d'attente no 1 située à Oran, chef-lieu de Wilaya, en Algérie.

Le 3 novembre 1944, la compagnie de transport (CT) no 158/515 embarque à Oran et le lendemain la CT no 159/515 fait de même, sur le liberty ship "Pierre-Laclide". Elles débarquent à Marseille les 7 et 13 novembre. Les deux compagnies sont alors stationnées à Plan-de-Cuques dans les Bouches-du-Rhône. Après avoir effectué des missions de transport au profit de la base de Toulon alors qu'il était mis à la disposition de la base d'opérations 901, le groupe de transport 515 a poursuivi ses missions au sein de la réserve générale de la 1re armée. Il a alors accompli de nombreuses rotations entre le front et Toulon et effectué de nombreux déplacements sur Belfort, Strasbourg et même l'Allemagne dès la fin des hostilités. Le groupe de transport 515 quitte Plan-de-Cuques le 3 août 1945 pour rejoindre l'est de la France ; la CT no 158/515 s'installe à Metz et la CT no 159/515 à Épinal. Enfin, le 15 août 1945, le groupe de transport 515 est dissous, il devient le 2e régiment auto de transport de Normandie.

Dissous après la seconde Guerre mondiale, il est reformé en 1947 en Indochine. Il est composé des 171e et 271e compagnies de transport. D'août 1947 à la fin des opérations en Indochine, le régiment déplore la perte de cinquante-trois tués, soixante-seize disparus et deux cent quarante blessés. Le 5 juillet 1955, le GT 515 embarque à Saigon et rejoint l'Algérie (sud Oranais). Il est réduit en 1964 à une compagnie, cantonnée à Tanaïs, près de Bordeaux. Le 1er juillet 1967, le 515e s'installe en forêt de la Braconne près d’Angoulême, après avoir été recréé à partir d'effectifs du troisième groupe saharien de transport. Il devient en 1975 le 515e groupe de transport lourd et prend l'appellation de 515e régiment du train à compter du 1er janvier 1978. Son étendard lui est remis le par les mains du général d'armée Lagarde, chef d'état-major de l'armée de terre. En janvier 1991, un tiers de ses effectifs sont engagés dans l'opération Daguet.

Effectifs[modifier | modifier le code]

Environ mille cent hommes et femmes (environ soixante officiers, trois cent sous-officiers, six cent cinquante militaires du rang et quarante-cinq personnels civils), répartis en six unités :

  • un escadron de commandement et de logistique ;
  • un escadron de transport ;
  • un escadron de transport et de ravitaillement ;
  • deux escadrons de circulation et d'escorte ;
  • un escadron de réserve, le 6e escadron de transport.

Matériel[modifier | modifier le code]

En complément des moyens de commandement informatisés sur véhicule, le régiment peut s'appuyer sur :

Subordination[modifier | modifier le code]

Le 515e régiment du train fait partie de du commandement de la logistique. Il est situé sur le territoire la région Terre Sud-Ouest.

Mission[modifier | modifier le code]

Sur le territoire national :

  • participe aux transports de surface interarmées ;
  • participe aux missions communes de l'armée de Terre ;
  • mène des actions de secours d'urgence aux populations (tempêtes, inondations, dépollution, lutte contre le feu…) ;
  • assure des missions de sécurité générale (Vigipirate, surveillance, défense de points sensibles…).

Sur les théâtres d'opérations extérieures :

  • participe aux opérations terrestres ;
  • commandement et armement d'une zone logistique de soutien au profit des unités de contact, ravitaillement des forces par voie routière ;
  • appuis des mouvements ;
  • participe au renforcement des forces françaises partout où elles sont engagées.

Spécificités :

  • action en zone urbaine ;
  • composante soutien aux opérations amphibies ;
  • intégration à l'espace de bataille numérisé ;
  • centre de regroupement et d'évacuation des ressortissants (CRER) ;
  • suivi informatisé de l'acheminement des ressources.

Insigne régimentaire[modifier | modifier le code]

Insigne de béret

L'insigne du 515e régiment du train a été homologué sous le no G.2641 le 9 août 1978.

Héraldique : « Roue crénelée d’argent ouverte sur champ d’azur chargée d’une gazelle bondissant de candide brochant une partie de l’Afrique occidentale de sinople, le tout sur-brochant une ancre d’or au nombre 515 de sable sur le diamant ».

La gazelle est celle de l’Algérie, en complément de la carte de l’Afrique, elle rappelle le lieu de création du régiment. La roue dentée est celle de l’arme du Train. L’ancre de marine, rappelle les origines des 171e et 271e compagnies de transport qui étaient subordonnées respectivement à la 9e division d’infanterie coloniale et à la 10e division d’infanterie coloniale en 1943.

Étendard[modifier | modifier le code]

Fourragère aux couleurs du ruban des TOE

À Tours, le 17 mai 1980, le lieutenant-colonel Corvi, chef de corps du 515e régiment du train reçoit des mains du général d'armée Lagarde, chef d'état major de l'armée de terre, l’étendard portant l'inscription "Indochine 1947-1954".

Le 515e RT, héritier des traditions du GT 515, porte sur son étendard :

  • une croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures (TOE) avec deux palmes (citations à l'ordre de l'armée), une étoile de vermeil (citation à l'ordre du corps d'armée), une étoile d'argent (citation à l'ordre de la division) ;
  • une fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre des TOE.

Le 1er escadron de transport, héritier des traditions de la 271e CT, porte sur son fanion, une croix de guerre des TOE avec étoile de vermeil.

Le 2e escadron de transport, héritier des traditions de la 171e CT, porte sur son fanion une croix de guerre des TOE avec une étoile d'argent.

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions[1],[2]:

Décorations[modifier | modifier le code]

Le 515e régiment du train est le régiment le plus décoré de l'arme du train, la cravate de son étendard est décorée de la croix de guerre des Théâtres d'opérations extérieurs avec deux palmes, une étoile de vermeil et une étoile d'argent ainsi que la fourragère aux mêmes couleurs.

Opération extérieure[modifier | modifier le code]

Le 515 régiment du train est engagé au Mali dans le cadre de cette opération . Un sous-officier du régiment a été blessé mortellement à la suite du passage de son véhicule blindé sur une mine le 4 novembre 2016[3].

Liste des chefs de corps[modifier | modifier le code]

GT 515[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

  • Chef d'escadron Witte 01.08.1947

Dissolution[modifier | modifier le code]

Reconstitution[modifier | modifier le code]

  • Chef d'escadron Lhermitte 01.01.1950
  • Chef d'escadron Fourtine 02.02.1951
  • Chef d'escadron Doremus 02.05.1952
  • Chef d'escadron Lhermitte 16.10.1953
  • Chef d'escadron Jegou 02.11.1954
  • Chef d'escadron Dumont 10.09.1955
  • Chef d'escadron Lhermitte 19.11.1955
  • Chef d'escadron Faisan 01.08.1957
  • Chef d'escadron Nicol 08.05.1959
  • Chef d'escadron Chagnaud 15.08.1961
  • Chef d'escadron Menonville 11.05.1963
  • Chef d'escadron Fourre 30.10.1964
  • Chef d'escadron Roche 25.02.1965
  • Chef d'escadron Bousquet 13.07.1965
  • Lieutenant-colonel Sichler 01.07.1967
  • Chef d'escadron Le Guillou 13.01.1968
  • Chef d'escadron Crost 01.07.1970
  • Chef d'escadron Bellanger 16.03.1971
  • Chef d'escadron Morgand 01.01.1973

GTL 515[modifier | modifier le code]

Nouvelle appellation[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant-colonel Morgand 01.01.1975
  • Lieutenant-colonel Meline 15.05.1975
  • Lieutenant-colonel Gasteuil 05.08.1977

515 RT[modifier | modifier le code]

Nouvelle appellation[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant-colonel Gasteuil 01.07.1978
  • Lieutenant-colonel Corvi 06.08.1979
  • Lieutenant-colonel Richard Pomet 30.07.1981
  • Lieutenant-colonel Ottolini 01.08.1983
  • Lieutenant-colonel Maillard 01.07.1985
  • Lieutenant-colonel Montaru 06.08.1987
  • Lieutenant-colonel Martin 28.07.1989
  • Lieutenant-colonel Benoit 31.07.1992
  • Lieutenant-colonel Bordenave 04.07.1995
  • Colonel Houdinet 1998
  • Colonel Marc 2000
  • Colonel Tessier 2002
  • Colonel Bacquet 2004
  • Colonel Sabia 2006
  • Colonel Chapeu 2008
  • Colonel Ramasco 2010
  • Colonel Barbe 2012
  • Colonel Depré 2014
  • Colonel de Flaujac 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  2. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie
  3. Le Monde.fr avec AFP et Reuters Le 05.11.2016 à 09h13 • Mis à jour le 05.11.2016 à 11h00

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La logistique en mouvement - juin 2014 Éditions Esprit com'

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]